Adobe veut faire honte aux utilisateurs de ses logiciels piratés

Mickaël Bazoge |

Adobe est un des éditeurs informatiques qui a le plus souffert du piratage… mais qui en a aussi beaucoup profité. Malgré les méfaits économiques de la pratique, le piratage est un moyen viral d’assurer la promotion et l’utilisation de ses logiciels. On peut même estimer que la position dominante des solutions d’Adobe au sein de l’industrie graphique — pour Photoshop ou InDesign, par exemple — est le fait de la qualité des applications, évidemment, mais aussi de la possibilité de les utiliser "gratuitement"… en toute illégalité, cela va sans dire.

L’abonnement quasi-obligatoire au Creative Cloud est une des solutions qui permet de combattre le piratage, tout en proposant une série de logiciels très puissants à un prix plus abordable que l’achat d’une licence complète (même si en bout de course, l’abonnement revient cher). Adobe a récemment inauguré une nouvelle technique pour batailler contre les copies illégales : le shaming, ou le fait de donner « honte » à l’utilisateur indélicat.

L’éditeur a mis en place un système de vérification de la légalité du logiciel qui, après analyse, affiche une fenêtre de dialogue prévenant l’utilisateur que la copie n’est pas authentique. On peut ensuite se rendre sur un site dédié qui explique la raison de l’alerte, ainsi qu’une FAQ et la possibilité de prévenir Adobe d’un revendeur indélicat (si on a acquis la copie par ce biais). Il s’agit pour le moment d’informer l’utilisateur : le logiciel contrefait est toujours fonctionnel, et à chacune de ses ouvertures, il affichera la boîte de dialogue.

Pour le moment, ce système Software Integrity Service ne repère que les copies pirates d’Acrobat X aux États-Unis. Mais à terme, il a vocation à s’étendre à tous les logiciels de l’éditeur.

Source
Tags
avatar rikki finefleur | 

Un pare feu et ca roule..
Par contre rendre les softs en location, c'est pas la honte..
Devoir payer son obole mensuel.... ne plus rien posséder, et que les hauts tout puissants dirigent ton destin, car c'est ton destin. Tel se fut pensé pour toi, et c'est ainsi.

avatar Almux | 

La location pourrait encore être admissible si la taxation se faisait à l'heure (voire à la minute) d'utilisation près. Mais là, si l'on n'utilise qu'un élément de la suite, sporadiquement, pour des cas précis de demandes, le système Adobe correspond d'avantage à du racket.

avatar pocketalex | 

c'est sur que payer son soft 900€ et devoir racheter les updates, c'est moins du racket que de le louer 20€ par mois (et de bénéficier de la dernière version tout le temps)

Pas crédible.

avatar Derw | 

Pourquoi acheter des updates ? Je suis passer de la CS3 à la 6 sans aucun impact sur mon activité pro !

avatar greggorynque | 

@Almux :
Ps du tout puisqu il existe dès abonnement mono applications, et on peut s'abonner juste pour un mois.

Contrairement à beaucoup, je trouve que le passage à l'abonnement de Adobe est une bonne chose, et qu'il n'ont justement pas trop abusé sur les prix pratiqués.

Quand on voit les plusieurs milliers d'euros que représentait chaque Adobe Pack avant, je pense que c'était nettement plus problématique pour la comptabilité des petites boîtes.

Un nouveau stagiaire, paf, 2000€ de machine 4000 euros de logiciels.

avatar osx94 (non vérifié) | 

Ne plus rien posséder ?

Nous n'avons jamais rien possédé si ce n'est une licence d'utilisation qui autorise l'usage d'un soft, et ce dans des limites clairement établies.

La seule chose qui a changé c'est la méthode de paiement, plutôt que de payer ta licence en une fois tu la renouvelles a intervalle plus ou moins régulier.

avatar Derw | 

Non, la donne a changé. Avec un système par abonnement, quand j’arrête cet abonnement, je n’ai plus le droit d’utiliser le logiciel lié. Par conséquent, je ne peux plus non plus éditer les fichiers créés par ce logiciel.

Un exemple : un professionnel du graphisme, indépendant, utilise pour son travail, comme pour ses besoins familiaux Photoshop ou Première. Arrive l’âge de la retraite et bien sûr il arrête de payer l’abonnement à Adobe vu qu’il n’a plus la structure professionnelle qui justifie un tel coût. Et bien tous ses films, photos-montages, créations personnelles… sont devenus totalement inexploitable et il perd ainsi tout un pan de ses souvenirs numériques !

avatar leber726 | 

A mon avis, un professionnel du graphisme qui prend sa retraite n'est pas à 20€ près mensuels pour garder un pied dans ce qui a sans doute été une passion, surtout si, comme dans ton exemple, il l'utilise aussi pour ses besoins familiaux.
Et il ne perd rien s'il arrête son abonnement, il ne peut plus modifier, nuance ! A moins de se réabonner pour un petit mois...

avatar frankm | 

Faites comme moi 0% de logiciel Adobe.
- Flash inutile
- Adobe PDF reader inutile
- Photoshop c'est peut être puissant sinon il y a Affinity Photo & co qui n'a pas à rougir
Sinon, pour la location, ils cherchent à tout prix à ne pas être piratés.

avatar pocketalex | 

et c'est quoi ton métier ? comptable ? agent de clown ?

avatar madaniso | 

Même si le piratage c'est mal , cette phrase est très importante > "Malgré les méfaits économiques de la pratique, le piratage est un moyen viral d’assurer la promotion et l’utilisation de ses logiciels."

avatar Philactere | 

@madaniso :
C'est en effet bien de le rappeler.
On peut aussi citer MS qui a fait le vide autours d'elle avec un MS Office très largement piraté, devenu de facto un standard grâce à sa diffusion hors entreprise à une époque où les particuliers commençaient à s'équiper. Ajoutons que tout le monde y était gagnant, les entreprises ont fait des économies de formation énormes grâce a l'auto-formation de grands nombres de salariés.
Maintenant que l'hégémonisme est acquise on peut penser à fermer le robinet...

avatar madaniso | 

@Philactere En même temps quand j'en vois certains demander libre office dans les établissement scolaires... Apparement 10% de chômage, ça leur suffit pas.

avatar v1nce29 | 

Quand je vois le nombre de postes ou Office est installé et inutilisé (ou à 5% de ses capacités) et à l'autre extrémité le nombre de personnes qui sont persuadés de pouvoir (et savoir) faire de la PAO avec Word (Word art et Comic sans inside) je me dis que le problème c'est pas vraiment le logiciel mais la formation.

avatar Jeanlucesi | 

Ha oui c'est vrai les logiciels sont faits en France.

avatar Pierre H | 

Idem pour Apple qui en a bien profité. Final Cut Pro était le logiciel le plus facile à "récupérer". En dix ans d'utilisation, j'ai du ne croiser que 3 ou 4 copies "officielles". Mais Apple s'en moquait un peu, ça faisait vendre des Macs alors que les concurrents tournaient aussi en version PC.

avatar CaptainBinouz | 

@Pierre H :
Je ne sais pas où tu as travaillé pendant 10 ans mais c'était de petites structures j'imagine ?

avatar Pierre H | 

Même dans les grosses, où il y avait une licence pour tout l'étage...

avatar melaure | 

Certes, mais Apple n'a de toutes façon pas une profonde culture du numéro de série. Les OS n'en ont pas, c'est la confiance en l'utilisateur qui régnait, car de toutes façon le matos était Apple. Et maintenant c'est gratuit, donc plus de soucis.

Pour les quelques logiciels pro c'est un peu différent, mais ça n'a jamais été important dans les revenus d'Apple. Ce sont des hobbies professionnels ;)

avatar pn10000 | 

Ahaha Adobe la mafia joue au moralisateur quelle bonne blague. Vivement qu'ils ne soient plus en position de domination de marché qu'on rigole

avatar madaniso | 

@pn10000 Peu de chance que ça arrive mon gars.

avatar Flash | 

Ah c'est ça que vous appelez faire "honte" ? un pop-up qui disparait en un clic ? Ok.

Sinon les logiciels Adobe professionnels ne sont pas validés avec une clef falsifiée. Ils restent en "période d'essaye" indéfiniment, et sont combinés avec un par-feu sortant pour qu'ils ne se briquent pas à la fin des 30 jours. Cette technique de "honte" n'arrivera donc jamais sur ce moyen de piratage.

Les pirates ont toujours de l'avance sur le secteur. Toujours.

avatar marenostrum | 

le problème pour eux c'est que maintenant leurs logiciels piratés sont utilisé même par les professionnels.
ça leur fait rien, quand c'est un particulier qui gagne pas de l'argent avec, mais un pro qui vit par le logiciel, il doit l'acheter ou le louer.

avatar rikki finefleur | 

marenostrum
L'amende n'est pas la même et là le pdg est directement responsable.
Sachant qu'il peut etre dénoncé par un employé.
Bref c'est courir de bien grand risque.
C'est totalement différent avec un particulier.

avatar Jetel | 

@Flash :
T'es encore là toi :O !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR