LibreOffice 5.1 ouvre les fichiers dans le nuage

Nicolas Furno |

LibreOffice 5.1 est disponible et la Document Foundation qui est à l’origine de la suite bureautique libre annonce sur son site officiel une interface « complètement réorganisée ». Nous espérions une nouvelle présentation plus dans l’air du temps, peut-être une interface vraiment novatrice au lieu de se contenter de reprendre ce que faisait Microsoft il y a quelques années.

Vérifications faites, rien n’a changé, ou presque. La réorganisation complète annoncée ? Quelques changements dans les menus, comme l’ajout d’un menu dédié aux Styles dans le traitement de texte. Comparez la capture d’écran de la version 5.1 ci-dessous avec cette autre capture, effectuée avec LibreOffice 5.0 et vous le constaterez vous-même : c’est toujours la même interface.

Le traitement de texte de LibreOffice 5.1 — Cliquer pour agrandir
Le traitement de texte de LibreOffice 5.1 — Cliquer pour agrandir

Ce n’est pas une mise à jour sans intérêt pour autant : LibreOffice est plus rapide sur Windows et la suite bureautique améliore sa compatibilité avec les dernières versions de Microsoft Office. On peut aussi ouvrir les derniers fichiers créés avec Keynote. Mais le plus intéressant est à dénicher dans le menu « Fichier » : on peut désormais ouvrir des fichiers stockés dans un nuage, les modifier en local sur son ordinateur et enregistrer les modifications à nouveau sur le nuage.

La suite bureautique est compatible avec Google Drive et OneDrive, mais aussi la majorité des services de cloud dédiés aux entreprises (SharePoint, Alfresco, Lotus Live File, etc…), mais encore n’importe quel serveur accessible en SFTP ou WebDAV. Il manque Dropbox ou iCloud Drive à la liste, mais si vous utilisez l’un des services pris en charge, il suffit de saisir ses identifiants pour accéder aux documents distants. LibreOffice protège ensuite l’accès aux données avec un mot de passe que vous définissez lors de la première utilisation.

Consultation des fichiers stockés sur Google Drive, directement dans LibreOffice.
Consultation des fichiers stockés sur Google Drive, directement dans LibreOffice.

Cet accès distant aux fichiers fonctionne correctement, même si on est loin d’une intégration transparente comme on peut en avoir entre iWork et iCloud, ou Office et OneDrive. Une fois un document distant ouvert, on le modifie en local et il faut passer par les menus pour enregistrer une copie distante. Impossible de mettre à jour un fichier distant, l’ensemble reste assez complexe, mais cette nouvelle fonction peut dépanner.

avatar umrk | 

Merci de cette information très intéressante !

avatar joneskind | 

Je note sur la capture que LibreOffice n'a toujours pas été mis à jour pour les écrans Retina. On prend son temps à la Document Foundation...

avatar lmouillart | 

Le support pour écrans HiDPI avance petit à petit, sous Linux ça fonctionne plutôt bien, sous Windows apparemment aussi. Malheureusement OS X est un peu le parent pauvre coté logiciels libres. Ils sont de moins bonne qualité que sur les autres plateformes, car personne ne les utilise, et personne ne les utilise, car ils sont de mauvaise qualité. De plus si une partie des développeurs de LL ont des Mac, ils sont sous Linux exclusivement.

Les priorités pour LibreOffice sont pour le moment surtout : la suite accessible via le web, le support de GTK3, et Wayland.

Coté support sous OS X il ne reste pas forcément grand chose : https://goo.gl/vZS08V :
Détection de la résolution, réexporter les icônes (qui sont en svg) du thème sifr en HiDPI.
Rendre HiDPI les vagues rouges de soulignement des fautes.
Modifier les widgets de l'écran de préférence
Modifier la gestion des miniatures de diaporama
Modifier la gestion des sommaires

avatar madmak | 

Quelle solution conseilleriez-vous pour ouvrir un open doc sur un iPad ? Merci.

avatar Apollo11 | 

@madmak :
Franchement, je crois que ça sert à rien. Vaut mieux enregistrer ses documents par défaut en Docx pour Office le plus récent dans les choix. Comme ça, vous êtes assurés que le fichier sera lisible partout et par tout le monde. La bataille du ODF est perdu d'avance.

avatar patrick86 | 

@Apollo11 :

Et si ce qu'on veut c'est ouvrir ou éditer un document ODF sur son iPad ?

avatar emink | 

OOreader, ça permet de lire les docs reçus en odt.

avatar Moonwalker | 

À quand un module Qucklook ? Aux calendes grecques.

avatar Apollo11 | 

Pour ceux qui ne connaîtrait pas, je vous recommande d'installer l'extension Grammalecte. Très bon correcteur automatique (grammatical, typographique, orthographique) et dictionnaire. Le genre de chose qui manque grandement sur Pages.

avatar iRobot 5S | 

@Apollo11 :
Avec ou sans réforme orthographique ?

avatar belcikowski | 

Tout cela, c'est bien beau, mais je me plains d'un problème basique (je vis en province) : quand je vais chez l'imprimeur, comme je sais qu'il n'a pas Libre Office sur sa machine, je dois lui apporter un fichier en .doc. Quand je convertis un .odt en .doc sur mon Mac, les retraits de 1e ligne sautent. Personne ne semble s'intéresser à ce problème !
Du coup, j'apporte à l'imprimeur un fichier .pdf. Mais s'il y a, avant impression, quelque chose à corriger sur le texte source...

avatar iRobot 5S | 

@belcikowski :
Je suis plutôt surpris qu'il existe encore des imprimeurs.

avatar patrick86 | 

"Je suis plutôt surpris qu'il existe encore des imprimeurs."

C'est encore très courant, ne serait-ce que pour des choses un peu spécifiques comme cartes de visites, flyers, faire part de mariage plus zoli que le truc chié par l'imprimante jet d'encre de la maison, etc.

avatar aldomoco | 

@patrick86

...mais bientôt ils deviendront aussi rare que ceux qui pratiquent le daguerréotype pour la photographie :-(

avatar patrick86 | 

@aldomoco :

Je ne connaissais même pas cette technique de photographie. Merci :-)

avatar aldomoco | 

@patrick86

...en 1978 Spielberg avec son "rencontre du troisième daguerréotype" en sont les dernières traces :-(

avatar tbr | 

@aldomoco :
Chaque fois que je lis une de tes remarques, je pars en fourire. "Rencontre du troisième daguerréotype", fallait oser. :-D

avatar Apollo11 | 

@belcikowski

C'est simple : arrêtez de d'enregistrer par défaut vos fichiers en .odt

Quoi qu'on en dise, la norme c'est .docx de Office.

avatar patrick86 | 

@Apollo11 :
Open XML n'est pas "la" norme.

ODF et OpenXML sont tous deux normalisés.

avatar Apollo11 | 

@patrick86

On s'en fout.

La norme, c'est ce que la majorité utilise. Pas celle décrétée par une association. Comme il est très facile d'enregistrer ses documents en .docx de Office, pourquoi ne pas le faire? Pour respecter une norme que peu de gens utilisent? Et brailler parce qu'on a des problèmes de compatibilité? À chacun ses combats. J'ai pas de temps à perdre avec des enfantillages philosophiques.

avatar belcikowski | 

Vous ne m'avez pas bien comprise : quand j'enregistre en .docx, j'obtiens un fichier .docx certes, mais dans lequel tous les retraits de 1e ligne ont sauté !
NB. Je vais chez l'imprimeur parce que j'écris des livres et que je ne vais pas vider les cartouches de mon imprimante avec 600 pages !

avatar Apollo11 | 

@ belcikowski

Parce que vous travaillez d'abord en .odt et que vous « transférez » ensuite en .docx

Modifiez le format de texte par défaut dans les préférences d'enregistrement.

avatar belcikowski | 

Merci. Je vais tester.

avatar patrick86 | 

@Apollo11 :
Vous faites ce que vous voulez de vos documents. Donc laissez également les autres faire ce qu'ils souhaitent de leurs propres fichiers, sans vouloir leur imposer la norme du conformisme.

Le fait est : les gens sont en droit de vous demander d'enregistrer les documents que vous leur transmettez, dans un autre format que OpenXML.

avatar AirForceTwo | 

Pour moi, ce qui compte c'est la pérennité des documents et l'assurance que ces documents être disposés de la même façon lors de la prochaine ouverture que lorsque je les ai fermés, et ce quelque soit le logiciel compatible utilisé. Et actuellement, .docx n'offre pas cette garantie. Un document .docx s'affiche différemment dans Word, LibreOffice ou Pages. Poubelle, donc.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR