VMware Fusion 7 se connecte aux machines virtuelles distantes

Nicolas Furno |

Sorti cette semaine, VMware Fusion 7 ne se contente pas de prendre en charge OS X Yosemite et d’être plus rapide. Le logiciel de virtualisation ajoute une fonction bien pratique, mais qui était jusque-là réservée aux versions sous Windows et Linux : la connexion à des machines virtuelles distantes.

Pour utiliser un autre système d’exploitation sur son Mac, le plus simple est de le virtualiser en utilisant ce logiciel ou l’un de ses concurrents. L’idée est alors de créer une partition virtuelle sur le disque dur de son Mac, et le logiciel de virtualisation lancera le système d’exploitation en parallèle d’OS X. C’est simple et pratique tant qu’on ne veut qu’un seul système supplémentaire et une seule configuration.

Quand on multiplie les systèmes, ou quand on est limité par l’espace disponible sur son ordinateur, cette configuration pose vite problème, toutefois. VMware a apporté une réponse avec la virtualisation à distance : l’entreprise permet de faire tourner des machines virtuelles sur des serveurs et d’y accéder à distance. Cet accès distant n’était pas possible avec Fusion, le logiciel OS X de l’entreprise, il fallait utiliser les déclinaisons sous Windows et Linux pour ce faire.

La version pro de VMware Fusion 7 corrige cette différence et permet un accès à distance depuis un Mac. La machine virtuelle peut être gérée par un ordinateur sur le réseau local, ou même sur un serveur distant, peu importe : vous pourrez lancer le système comme s’il était en local. L’avantage est double : non seulement vous économisez de la place sur le SSD ou le disque dur, puisque les données ne sont pas stockées en local, mais vous consommerez aussi moins de batterie.

VMware Fusion peut accéder à des machines virtuelles distantes : ici par exemple, on liste toutes les machines disponibles sur un serveur.

Ce n’est pas le processeur de votre Mac qui travaille, mais celui du serveur ou de l’ordinateur distant. Sur le Mac, Fusion se contente d’afficher une vidéo streamée depuis le serveur, ce qui est beaucoup plus léger en termes de charge sur le processeur. Ajoutons que les performances peuvent aussi être meilleures, du moins si la machine distante qui héberge le système virtuel est suffisamment puissante et si la connexion à cette machine est suffisamment rapide.

VMware Fusion 7 ne se contente pas d’afficher les machines virtuelles distantes, le logiciel peut aussi convertir un système virtuel local en système distant en l’envoyant au serveur. Dans l’autre sens, on peut aussi télécharger une machine distante pour la stocker en local, ce qui est pratique quand on n’a pas de connexion distante.

Pour bénéficier de ces fonctions, il faut la version professionnelle de VMware Fusion, facturée 130 € ou 70 € pour une mise à jour si vous aviez une licence de la version précédente.


avatar Ginger bread | 

Le prix n est il pas plus cher que l an dernier ?

avatar fakoly33 | 

Bonjour,

Cette fonctionnalité est utile, cela fonctionne en gros comme un VNC ou un bureau à distance RDP. Ce qui manque, c'est un pseudo vrai client vsphere. Il faut toujours ouvrir une vm pour gérer son serveur esxi...
Au passage, la mise à jour est très onéreuse. Je suis en 6 pro, je me demande si je vais franchir le pas.
Par ailleurs, utilisant aussi PD10, je dois dire que PD10 est plus réactif et mieux intégré à OSX et que quelques fonctions sont bien senties (le mode retour notamment qui permet de faire automatiquement un snapshot au lancement d'une vm et de proposer de conserver/détruire lors de l'arrêt. Bien pour les étourdis comme moi pour éviter de pourrir une vm montée aux petits oignons).

avatar ovea | 

Mais du coup, ne perd on pas l'intégration à l'OS d'accueil, ici Mac OS X qui permet d'avoir juste la fenêtre de l'application virtualisée et non le seul pauvre plein écran du système ?

avatar fakoly33 | 

@ovea, si, on accède au bureau de la vm. On a droit au mode "fenêtré" et "plein écran". Pas de unity.

avatar ovea | 

@fakoly33 : si on perd le mode Unity, effectivement on est typiquement en mode VNC et on perd peut-être aussi toute l'intégration des gestes, du clavier … de plein de périphérique !?

Quel intérêt pour l'utilisateur sinon de balader ses souches de VM hors Mac Book Air pour simplifier, en perdant l'intégration mais en se disant qu'on peut à la limite toujours y avoir accès même avec n'importe quel VNC sur une machine physique plus "tunée" … ???

avatar fakoly33 | 

Effectivement, intérêt limité. Pour faire du VNC ou du RDP, j'utilise Jump desktop qui fait parfaitement l'affaire. L'intérêt de Fusion (vs PD) est surtout de pouvoir utiliser le même format de vm sur son mac et sur esxi (ovf). Et avec la version 7, d'avoir un seul outil pour lancer les vm locales et les distantes (plus de jump desktop dans mon cas). Maigre consolation.

avatar fakoly33 | 

@ovea : je pense que le manque UNITY vient peut être de versions de vmtools différentes entre la machine host (esxi 5.1, vmtools 9.4.0) et guest (fusion 7, vmtools 9.8.3).

avatar babgond | 

Le serveur qui exécute les VM c'est quoi ?

Un esxi ?

avatar fakoly33 | 

oui esxi.
Par contre, je viens de m'apercevoir d'un bug gênant ; si le mac se met en veille avec fusion en route, écran noir à la reprise. Pas trouvé de moyen de repartir autrement que reboot ! OS X 10.9.4 sur MBPr early 2013.

avatar spinacle | 

Cela fait très cher pour des mises à jour

avatar Ellipse | 

Intéressant pour une entreprise.

CONNEXION UTILISATEUR