iPhone : révolution 2.0 !

Arnaud de la Grandière |
La journée d'hier aura été riche en rebondissements, avec les multiples bouleversements du côté de Cupertino. Tout a été si vite qu'il aura été difficile de s'arrêter sur l'importance de ce qui s'est déroulé sous nos yeux. Voilà donc l'occasion de le faire avec vous.

Commençons par un petit récapitulatif : Apple a lancé hier l'iPhone 3G, l'App Store, la mise à jour 2.0 de son OS pour iPhone et iPod touch, et Mobile Me, du moins avec quelques retards à l'allumage pour ces deux derniers.

Rien que de très banal, pourrait-on croire, dans une industrie toujours sur la brèche, la nouveauté devenant obsolète en un clin d'œil. Pourtant, à bien y regarder, il s'agit d'une véritable révolution, à plusieurs niveaux. Celle-ci est principalement incarnée par le fameux App Store.

Virage à 180°

Avec celui-ci, Apple a complètement changé son business-modèle pour son téléphone : à l'origine, comme on le sait, la société touchait 30% des bénéfices générés par les abonnements. Seulement l'effet nouveauté qui justifiait une telle concession de la part des opérateurs téléphoniques (inédite jusque-là, faut-il le rappeler) est assez vite passé, et au vu de l'étendue du marché gris représenté par tous les iPhones hackés, les opérateurs se sont montrés moins conciliants. Il a donc fallu revoir la copie, d'autant que tous les téléphones hackés ne généraient aucun revenus pour la firme à la pomme.

En changeant de fusil d'épaule, Apple règle ce dernier problème : ainsi, tous les utilisateurs qui feront des achats sur l'App Store, que leur iPhone soit "jailbreaké" ou non, généreront des profits. Ce qui rend moins crucial le jeu du chat et de la souris auquel Apple devait se livrer pour empêcher le détournement de ses téléphones : elle n'est dorénavant plus contrainte qu'au minimum syndical dans ce domaine, sachant que c'est un jeu de toute façon perdu d'avance. Non seulement il lui fallait boucher les trous à mesure qu'ils étaient découverts, mais également le faire rapidement, et en outre assortir la mise à jour de nouvelles fonctions assez alléchantes pour pousser les utilisateurs à l'installer (une mise à jour qui vous empêche de faire ce que bon vous semble avec votre téléphone, ça n'est guère séduisant). À terme, cette guerre pouvait également faire du mal à l'image d'Apple, alors que la loyauté de ses utilisateurs et son capital sympathie sont ses premières richesses. Steve Jobs avait d'ailleurs tenté d'inverser les rôles en se demandant à voix haute qui était le chat et qui était la souris…

De plus, avec l'App Store, elle annihile tout simplement l'intérêt premier du piratage des iPhones, à savoir la possibilité d'installer des applications dignes de ce nom, tout en permettant à l'iPhone de devenir une plateforme d'autant plus attractive. Chaque application permet ainsi de faire de nouvelles choses avec un iPhone, c'est d'autant plus de fonctionnalités pour celui-ci, et autant d'arguments de vente supplémentaires.

De nouveaux marchés

Une chose est sûre : contrairement aux applications web qui avaient autrefois la prédilection d'Apple, l'App Store permet de positionner l'iPhone sur un nouveau marché, et de venir marcher sur les plates-bandes des consoles de jeu portables. Sur les 500 applications disponibles, une proportion importante est consacrée aux jeux. Outre les studios historiques du Mac comme Pangea ou Freeverse, de prestigieuses licences débarquent sur iPhone, comme Super Monkey Balls de Sega ou encore Bomber Man de Hudson Soft , précisément des jeux qui ont fait les beaux jours des consoles, et dont la réalisation n'a pas à rougir en face des concurrentes dédiées au jeu. Reste cependant à voir si l'absence de joypad à proprement parler sera un handicap dans ce domaine.

En outre, Apple attire de nouveaux clients vers le Mac, puisqu'il devient indispensable pour développer des applications sur l'iPhone. Ainsi, tous les développeurs qui s'intéressent à cette plate-forme et qui jusqu'ici travaillaient sur Windows devront passer au Mac, et tant qu'à y être sans doute certains d'entre eux ne s'arrêteront pas en si bon chemin et s'essayeront au développement d'applications pour Mac. Xcode ayant par ailleurs fait ses preuves, c'est également un avantage de taille par rapport aux autres constructeurs de téléphones qui ont bien du mal à développer leur offre logicielle.

Le Newton du futur

Avec l'App Store, l'iPhone devient un véritable PDA à part entière, et même plus encore : un terminal de poche à tout faire. La puissance de son processeur, ses capacités comme l'écran multitouch, le wifi, le GPS ou encore son accéléromètre, le tout dans une interface inégalée, sont autant d'éléments qui, main dans la main, permettent des utilisations encore hier insoupçonnées. Si l'iPhone premier du nom a mis tout le net dans la poche de ses utilisateurs, l'iPhone 2.0 va entamer la convergence entre la mobilité et le traitement des données en ligne. On peut en mesurer la portée rien qu'avec l'application gratuite Remote fournie par Apple : celle-ci transforme votre iPhone en télécommande pour iTunes sur votre Mac ou PC, pour Apple TV, ou encore pour les bornes Airport Express : on se souvient que l'obligation de retourner sur votre ordinateur pour piloter la musique jouée sur celle-ci, en l'absence d'une télécommande, avait été l'un des principaux reproches qu'on pouvait lui faire. Et avec le wifi pas de problème de réception à travers les murs. Demain des services exploiteront la géolocalisation cumulée avec l'accès en ligne pour vous proposer des parcours avec guide touristique virtuel, le wifi permettra de consulter les vidéos embarquées dans l'iPhone sur les écrans à portée de signal pour les partager simplement, l'accès au net permet également de proposer du traitement de données côté serveur pour tout ce qui dépasserait les capacités internes de l'iPhone, etc. En somme, l'iPhone promet de nouvelles fonctionnalités dont la créativité des développeurs sera la seule limite, et d'être à la réalité ce que le tricordeur était à Star Trek!




Apple sort du ring

Cette utilisation nomade sort d'ailleurs Apple de la sempiternelle hégémonie de Windows : les utilisateurs d'iPhone réalisent que l'OS de Microsoft, après tout, n'est pas si indispensable pour gérer sa vie numérique, et qu'on peut tout autant le faire depuis d'autres portes d'entrée, ce qui ne pourra que faire du bien à la part de marché du Mac. Si l'équivalence Mac-PC ne justifiait pas encore pour certains de faire le grand saut, l'ultramobilité offerte par l'iPhone en revanche aura fini de les convaincre. Pour d'autres qui n'ont qu'une utilisation limitée de l'informatique en général, l'iPhone pourra représenter un remplaçant avantageux : en déplaçant le terrain de la concurrence, Apple réussirait donc avec l'iPhone ce qu'elle n'a pas pu faire avec le Mac. La portée de ces choix stratégiques va donc très loin et les effets s'en feront probablement sentir au-delà de la sphère Apple. Ne nous y trompons donc pas : la journée d'hier fera date dans l'histoire d'Apple, et on peut comparer la sortie du firmware 2.0 à un événement aussi capital que la sortie de la première version de Mac OS X, tout comme l'App Store est à comparer à la création de l'iTunes Store, si ce n'est plus. Plus que jamais, l'iPhone est un appareil susceptible de changer profondément le quotidien de ses utilisateurs, et il n'a pas fini de nous surprendre.

Ces éléments essentiels, associés au nouveau téléphone 3G à un tarif attractif, dont il se dit que la demande écrase largement l'offre, promettent à Apple de beaux jours à venir. La révolution iPhone est en marche, et ne fait que commencer.

credit photo : megomuseum
Tags
avatar laurange | 
You will be assimilated, Resistance is futile.
avatar Tongas | 
excellent article je n'avais pas vu la pierre angulaire dans l'App Store, mais plutôt dans l'intégration de MS Exchange à cet (ultra)smartphone parfait, qui ouvre les portes du monde professionnel à Apple dommage cette démarche d'exclusivité auprès d'un opérateur téléphonique, de la concurrence ferait du bien j'ai entendu dire que Bouygues et SFR se préparaient à l'accueillir cet automne...
avatar CBi | 
Système tellement verrouillé de bout en bout que mon iTunes prétend toujours que la 1.1.4 est la version la plus récente ! Déverrouillez l'accès à 2.0 !
avatar donatello | 
Très bon le lapsus de tomisavane avec "l'eau concurrente" :D Bon sinon faut arrêter le délire sur le racket d'Apple : Tout le monde paye déjà un forfait mobile et je préfère que ça profite à Apple qu'à TF1 (BT).
avatar pacou | 
Je pense contrairement à beaucoup qu'Apple n'a pas changé de stratégie. Il en avait dévié avec le "simple" iPod, mais avec l'iPod Touch et encore plus l'iPhone en complément des Macs, Apple est plus que toujours un constructeur d'ordinateurs personnels innovants, maitrisant à la fois le "hard" et le "soft". L'iPhone n'est pas qu'un téléphone, même "i", et est bien plus qu'un iPod. L'iPhone est la réponse d'Apple à l'eepc. L'iPhone est l'ordinateur ultra-portable par excellence. A priori, il ne lui manque plus qu'un Finder permettant de gérer ou au moins lire des documents hors Mail ou Safari. Ce n'est pas du fanatisme, c'est du réalisme. Maintenant, large pourfendeur en son temps de Palladium, il est vrai que le côté sécuritaire de la plateforme ne semble pas très "FairPlay", pardon du jeu de mots. Et pourtant, malgré tout, je sens que je vais me laisser tenter. Adieu ma chère liberté. Levont toutefois une réserve : au départ, le système Palladium devait reposer en plus sur la communication en temps (presque) réelle d'informations personnelles concernant l'utilisation d'applications "non permises" à un tiers. Ce n'est plus le cas. Par contre, dans Vista voire XP, on vous emme... avec des messages disant que "l'application n'a pas été agréée par Micro...", ce qui est sensé alerté. C'est contreproductif, on n'y fait plus attention. Apple va plus loin et contrôle la chaine, c'est liberticide. Avec Apple OS Mobile 3.0, ils trouveront peut-être un juste milieu. On a bien maintenant du "iTunes plus" sans DRM.
avatar ernipiggy | 
ah ouais, cette fois vraiment apple va n*quer tout le monde
avatar R1x_Fr1x | 
"d'autant que tous les téléphones hackés ne généraient aucun revenus pour la firme à la pomme" nann, juste l'achat d'un téléphone "elle annihile tout simplement l'intérêt premier du piratage des iPhones" non, m'en fou de l'ouverture aux programmes tiers. Veux juste garder mon abonnement, ma puce, mon numéro. Changer de téléphone quoi. Pour le reste, 100% d'accord. L'iPhone 2 est de loin la plus belle arme de switchisation massive qu'Apple aura jamais fait, bien devant l'iPod qui a déjà marqué l'histoire high tech
avatar jpvz74 | 
Vu par le p'tit bout de la lorgnette, cher pigiste, je crains que vous ayez raison, ... ... et même par le grand bout ... cependant, c'est par le travers que l'on découvre à quel degré il faut changer de regard ... pour se faire une idée du bouleversement en cours.
avatar Yohmi | 
Niejcas > Et bien sûr, comme tout le modne tu as un matériel qui te permet de transformer tes cartouches en rom. Ah, tu les télécharges tes roms ? Et t'as pas les originaux ? j'ai jamais compris pourquoi les boîtes faisaient du forcing, c'est vrai, ce serait tellement plus simple, au lieu de vendre 10€ les roms sur les webmarkets des consoles comme ils le font. Patate va. En totu cas l'appstore est effectivement la grande révolution, mais comme le dit Gizmodo dans leur review sur l'iPhone, c'est tout simplement l'iPhone que l'on attendait l'année dernière. En même temps, c'est déjà pas mal :P Suffisant pour me laisser enfin abandonner mon Sony Ericsson qui a... 4 ans au moins :P et puis de toute façon il gérait pas les MMS... chut.
avatar Mukei | 
prochaine revolution le WiMAX, 4G 5G, avec plus de batterie ^_^ et de vrai cpu inside (atom a suivre)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
oh horreur 5 mn hors de chez moi et que se passe t-il sur le net , comment puis-je vivre sans mon iPhone oh !
avatar bugman | 
@ernipiggy : +1 Mais que reste-t-il aux autres ?
avatar hirtrey | 
@toubaigne: Franchement t'es nul, tu n'avais pas ton IPhone et ton macbook Air. Surtout 5 min c'est hyper lon ;)
avatar warmac | 
@ DrFatalis : je persiste, la 3G n'est pas nulle mais perso elle me sert à rien... et effectivement elle est bcp trop consommatrrice d'enérgie (cf les 1ers tests : 1journée d'autonomie!!!) D'ailleurs pour l'instant j'ai pas prévu de changer mon V1... @ R1x_Fr1x "non, m'en fou de l'ouverture aux programmes tiers. Veux juste garder mon abonnement, ma puce, mon numéro. Changer de téléphone quoi." +1 D'ailleurs si un jour je prends le 3G, je le piraterai à nouveau... @ toubaigne : lol
avatar jumpinjacksam | 
Bonsoir, Je n'ai rien contre l'iphone, une machine indéniablement géniale il est vrai, cependant j'aimerais que l'on arrête cinq minutes d'en parler autant, simplement parce que tout le monde n'en a pas. (pas une question de moyen en ce qui me concerne). Si pour se sentir concerné par l'actu mac - donc du site - il est évidemment forcé d'avoir un mac, je ne vois pas en quoi posséder un iphone est automatique. Je suis peut-être à côté de la plaque, mais pour moi l'iphone reste une machine un peu à part, car pas du tout indispensable, contrairement à un ordinateur. Alors please calmez vous un peu sur l'aïl faune. Parlez-en mais depuis qu'il existe, il occupe une place à mon sens démesuré sur ce site au regard de sa fonction.
avatar revol | 
@Eurylaime : faux, le système de Microsoft n'engendrait pas de gain d'argent. C'était surtout dans un but de sécurisation. AppStore, c'est du pipeau de sécurisation, c'est juste pour FORCER les fabricants d'applis à passer par eux. Ca aurait été très simple de n'autoriser l'installation sur iPhone que d'applis signées. Mais pas nécessairement vendues sur AppStore. AppStore, c'est comme iTunes, c'est forcer à passer par un vendeur unique en situation forte ou de quasi monopole. Si Microsoft avait osé sortir un AppStore pour Windows mobile, le monde entier aurait hurlé au scandale.
avatar revol | 
Tongas : une intégration médiocre de exchange pour changer, puisqu'on ne peut pas avoir un carnet d'adresse pro et un carnet d'adresse perso. Encore une fois, Apple à côté de la plaque.
avatar chantalp73 | 
[quote=revol]une intégration médiocre de exchange pour changer, puisqu'on ne peut pas avoir un carnet d'adresse pro et un carnet d'adresse perso[/quote] Ah bon ? En tout cas, il permet la synchro avec le carnet d'adresse perso de l'employé et l'accès au GAL (Global Address List) ou au carnet d'adresse de l'entreprise. C'est pas moi qui le dit, mais Apple [url]http://www.apple.com/iphone/enterprise/integration.html[/url]
avatar hogs | 
"De plus, avec l'App Store, elle annihile tout simplement l'intérêt premier du piratage des iPhones, " non, car cela permet de passer outre le contrôle (autre que sécuritaire) que pourrait mettre en place Apple sur les applications proposées. Que se passera-t'il si un dev. met sur ITS une appli qui ne plaît pas à Apple (en dehors des questions sécurités) ?
avatar Niejcas | 
Tout à fait. Je veux un émulateur NES sur iPhone mais bon c'est illégal tant que les grosses boites prennent pas ça en main eux meme...
avatar ispeed | 
La course est bien lancée et ça va faire très mal.
avatar Eurylaime | 
Ce qui est très fort, c'est qu'Apple a réussi à faire ce que Microsoft avait rêvé. Un système verrouillé de bout en bout. On a droit à une activation à l'achat et à FairPlay quand on télécharge une application. On va dire que c'est pour des raisons de sécurité. C'était le même argument pour le projet Palladium. Pour mémoire : Known Elements of the Palladium System The system purports to stop viruses by preventing the running of malicious programs. The system will store personal data within an encrypted folder. The system will depend on hardware that has either a digital signature or a tracking number. The system will filter spam. The system has a personal information sharing agent called "My Man." The system will incorporate Digital Rights Management technologies for media files of all types (music, documents, e-mail communications). Additionally, the system purports to transmit data within the computer via encrypted paths. Source : http://epic.org/privacy/consumer/microsoft/palladium.html La chose assez ironique, c'est qu'avec Microsoft ça avait créé une réaction explosive. Avec Apple, c'est passé tout seul et pourtant c'est très similaire comme procédé. On peut aussi se poser la question sur l'éventuelle volonté de transposer le modèle sur Mac un jour prochain. Après, on peut être pour où contre du moment que l'on achète en toute connaissance de cause (ou de conséquences, c'est selon). Mais il est vrai, qu'entre temps, on est entré dans une époque sécuritaire où l'on confond la sûreté et la paranoïa. Enfin, pour en revenir au trie des applications qui sortiront où pas, c'est une vrai question de savoir qu'elles seront les limites (pas forcément liées à la légalité) qu'Apple posera effectivement.
avatar tomisavane | 
Je dirais même que l'iPhone va changer l'internet… qui deviendra véritablement mobile. Si l'on comparait l'événement de l'ADSL ou du Câble, à l'arrivée de l'eau concurrente… l'arrivée de cet iPhone 3G nous permet de nous déplacer avec notre propre robinet d'eau courrente de poche ;) Bienvenue iPhone 3G
avatar DrFatalis | 
Mes amis, ayons une pensée émue pour tous les commentateurs qui nous ont longuement expliqué à quel point le 3G était inutile, ringard et consommateur d'énergie. Ne les entendant plus, j'en déduis qu'ils ont quitté ce monde, vers un autre... On oublie un peu vite l'ipod touch là dedans... Lui ne vous truande pas avec une location sur x années (cela revient à ça, un forfait)...
avatar jusdei | 
[quote=DrFatalis]On oublie un peu vite l'ipod touch là dedans... Lui ne vous truande pas avec une location sur x années (cela revient à ça, un forfait)...[/quote] Certes, tout à fait d'accord mais l'intérêt de l'iPhone est de pouvoir (certes grâce à des forfaits onéreux) de pouvoir bénéficier en permanence de l'ensemble des applications et notamment de Safari et de Mail... Or, l'iPod touch ne le permet pas puisqu'il nécessite un accès wifi... Alors, si c'est pour profiter, qu'uniquement ou presque, chez moi, de ces fonctions... je préfère garder mon iPod U2 actuel. Car, si l'iPod touch présente une interface incomparable, il est bien plus limité (à mon avis) que l'iPhone. C'est pourquoi, sous réserve qu'Orange nous propose des forfaits corrects, j'envisage sérieusement l'achat d'un iPhone et toute façon, je m'acquitte - comme la majorité des Français - déjà d'un forfait, certes moins onéreux actuellement ; mais je n'aurais pas non plus la même utilisation de l'iPhone !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR