elementary OS 5, une distribution Linux avec un App Store

Nicolas Furno |

Dans la grande famille des distributions Linux, elementary OS se distingue par son angle très grand-public et son inspiration assumée du côté des distributions propriétaires et tout particulièrement de macOS. Ce n’est pas un clone, mais disons que la philosophie d’Apple sert aussi de fondation à celle de cette distribution, à tel point que ses concepteurs citent volontiers Dieter Rams dans l’annonce de leur cinquième version, surnommée Juno.

Cette mise à jour majeure s’accompagne d’une multitudes de nouveautés, avec plusieurs apps de base qui ont été largement revues ou améliorées. C’est le cas de l’éditeur de code par défaut qui propose un mode sombre et complète ses fonctions de base, suffisamment pour servir à un développeur d’après ses créateurs. Nouveau lecteur musical, nouveau gestionnaire de photos avec un style sombre également, un terminal amélioré, le navigateur web par défaut compatible avec la synchronisation Firefox Sync, et bien d’autres encore.

Mais l’idée la plus intéressante, c’est sans doute l’AppCenter, qui est l’équivalent du Mac App Store pour elementary OS. Les distributions Linux n’ont pas attendu Apple pour regrouper toutes les apps disponibles sous une seule interface, ce sont même les premières à avoir proposé cette fonction, bien avant l’arrivée de l’iPhone qui a popularisé le concept auprès du grand public. Mais l’App Center se distingue par une interface graphique largement inspirée du Store d’Apple, et surtout par l’intégration d’une fonction de paiement.

Linux oblige, le fonctionnement de l’AppCenter est assez différent, ne serait-ce qu’en raison de cette condition : toutes les apps qui y sont proposées sont open-sources, c'est-à-dire que leur code source est disponible librement et vous pouvez les compiler vous-même. Le paiement n’est ainsi jamais obligatoire, c’est une option proposée à chaque utilisateur, mais les paiements de 0 € sont acceptés.

La page d’accueil de l’AppCenter d’elementary OS 5.

L’avantage de cette méthode, par rapport au système de don traditionnel, c’est que tout est intégré dans une interface unique et les développeurs n’ont pas besoin de mettre en place le système. D’ailleurs, le partage de revenus est identique à celui d’Apple : 70 % pour le développeur, 30 % pour elementary. L’AppCenter est toutefois nettement plus limité que ce que les gestionnaires de paquets traditionnels proposent, puisqu’il compte actuellement une centaine d’apps seulement.

Parmi les nouveautés de Juno piochées ici ou là, l’ajout d’un mode « Night Light » qui jaunit l’écran du coucher au lever du soleil, un mode image dans l’image pour les vidéos qui fonctionne aussi pour le lecteur vidéo intégré ou encore un mode sombre pour le Dock et la barre des menus. Il y a aussi de nouveaux contrôles de sécurité, notamment pour autoriser certaines apps seulement à accéder à la géolocalisation de l’ordinateur.

Si vous voulez essayer Linux, mais que vous avez peur d’être perdu dans un univers inconnu, elementary OS est un bon candidat pour débuter. Sa philosophie est toujours de guider l’utilisateur et de ne pas l’enfouir sous une montagne de paramètres et options. Pour un démarrage encore plus doux, vous pouvez découvrir la distribution avec un logiciel de virtualisation, comme Parallels Desktop, VMWare Fusion ou VirtualBox qui présente l’avantage d’être gratuit.

Quelques secondes suffisent pour tester elementary OS sur un Mac, sans changer ses habitudes.

Téléchargez la dernière version d’elementary OS sur le site officiel (vous pouvez choisir une somme de 0 $ pour le faire gratuitement) et créez une machine virtuelle en choisissant Ubuntu 64 bits comme base, puis sélectionnez le fichier téléchargé quand on vous le demande. Quelques (dizaines de) secondes plus tard, vous pourrez tester la distribution, ajoutez quelques minutes pour l’installer pour de bon.

avatar sartre64 | 

Linux m'a souvent rebuté pour de multiples raisons. Mais j'avais été bluffé par cette suite, qui n'a jamais caché qu'une de ses sources d'inspiration était à chercher dans l'OS d'Apple... J'ignore si la cinquième version d'Elementary conservera un aspect non négligeable de la suite précédente : une légèreté à toute épreuve capable faire tourner n'importe quel vieux PC sous-doté en RAM et muni d'un bon vieux disque à 5400t... J'ai hâte de refaire un essai, mais les limitations logicielles qu'induisent Linux (à quand une suite bureautique à la hauteur de iWork ou de Microsoft, par exemple ?) me laissent déjà songeur avant d'avoir commencé.

avatar ThonyF | 

@sartre64

Franchement LibreOffice est pas mal pour faire 90% que fait une utilisateur lambada.

Après, c’est vrai qu’il y a des problèmes avec la compatibilité de certains logiciels comme iTunes par exemple.

avatar carabat | 

@ ThonyF

Chorando se foi quem um dia só me fez chorar.

avatar pat3 | 

@ThonyF

C’est clair qu’à moins de faire du multipostage et des tableaux croisés dynamiques, on se passe aisément de Word et d’Excel, et qu’on se passe aussi de GoogleDocs et Google Sheets avec des services en ligne libres (Framacalc, Framapad si on veut du tout cuit).

avatar Brice21 | 

@sartre64
La suite Google docs tourne assez bien sur Linux...

avatar Bounty23 | 

Ils se sont inspirés de l’ancienne version du Mac AppStore ahah

avatar radeon | 

Perso je préfère deepin

avatar occam | 

Jolie distro (comme @sartre64, j’ai la précédente version), mais pour la pub, ils auraient intérêt à y aller mollo quand ils hissent Dieter Rams sur le pavois.

Rams, dans le film qui lui est consacré et dont la première a eu lieu à San Francisco, vient de se payer la Silicon Valley toute crue, et il y enfarine en premier lieu Apple (et Fessebook, mais bon là...) à cause de l’omniprésence des jetables qu’ils pondent.
Jetables dans tous les sens du mot.
https://www.fastcompany.com/90246965/dieter-rams-wants-silicon-valley-to...

avatar iPop | 

"C’est le cas de l’éditeur de code par défaut qui propose un mode sombre et complète ses fonctions de base, suffisamment pour servir à un développeur d’après ses créateurs. Nouveau lecteur musical, nouveau gestionnaire de photos avec un style sombre également, "

On observe que le côté sombre sort des préoccupations de l’auteur.

avatar Kazquo | 

J’avais testé l’ancienne version, c’est trop pauvre/trop buggé/trop peu modifiable pour moi.
Puis j’ai découvert Deepin. Cette distribution, Deepin, est juste géniale. Assez stable (pas a la hauteur d’un Debian ou Fedora, quand même), super beau (comme ElementaryOS), proche de macOS sur l’usage (présence d’app store, applis de base refaites proprement, etc).
Du coup, c’est devenu ma distribution au boulot. Je râle un peu quand ça plante, mais j’ai je grognais déjà tout autant sous Windows 10 🙂

avatar pat3 | 

@Kazquo

Rien que le nombre des distributions rend chèvre, sachant que chacune a ses particularités, en évolution à chaque version. C’est même pire, vu de loin, que les téléphones Android, où on peut au moins se fier, pour quelques itérations du moins, à un constructeur donné.

Mais passons. J’aimerais commencer sur Linux, avec en-tête l’idée d’un parc accessible (pour une association, un tiers-lieu, etc.). Jusqu’ici, je croyais que seul Ubuntu avait fait le choix d’une interface accessible, et voilà que j’apprends qu’il y a au moins deux autres distros qui font de même. Comment choisir, est-ce qu’il y a des guides Linux pour débutants, un Framasoft de la distro Linux, qui permettrait de s’y mettre en douceur ? Et un truc à la Framasoft pour montrer les équivalents logiciels ?

avatar oomu | 

@pat3

comment choisir entre un mac ou un des milliards de pc ? Quelle carte vidéo ? nvidia, amd, du intégré intel ? et quel opérateur internet, orange, sfr, free, un opérateur pour entreprise tel bso, colt, etc..

tant de choix de questions, de mystères et d'horreurs insondables qui murmurent dans les ténèbres, haAAAa !

NON ! Ne vous posez pas autant d'angoisses.

Prenez UBUNTU LINUX ! C'est un bon choix pour débuter. La distribution est de qualité, avec un effort sur l'accueil. Le support est correct, Dell et HP fournissent des machines pour.

Ubuntu est très très très documenté et vous trouverez toujours un forum, l'officiel ou un milliard d'autres, pour vous aider sur des trucs obscures (tel qu'installer FlexLM pour iray avec support cuda en licence réseau multiposte)

C'est simple à installer
y a une sélection de logiciels facile à trouver (le menu en haut à gauche pouf). Ubuntu a fait un choix éditorial pour vous.

Une fois que vous aurez fait vos marques avec cette distribution, viendra le temps de l'illumination: vous réaliserez avec le temps ce que vous voulez d'un linux, quelle distrib vous conviendra, vous expérimenterez, etc.

Et un jour, tel mes collègues, vous aurez VOTRE Docteur...heu VOTRE distribution.

Ainsi vous aurez des dialogues tels que
"Ubuntu c'est de la merde, moi j'installe Fedora Linux, parce qu'Emacs et Neon sont mieux maintenus"
"- tu déconnes, Fedora c'est vendu à Redhat et c'est super-lourd ! ça vaut pas Mint Linux, avec son desktop xfce"
" - les mecs, vous êtes tous des nazes. Faut installer Gentoo Linux, auto-compiler aux petits oignons chaque logiciel avec que les patchs que vous voulez."

Bref, en informatique rien ne vaut de se lancer dans le chaos.

Installez Ubuntu Linux, c'est très bien. C'est IDEAL pour démarrer. Vous aurez le temps plus tard pour d'autres distribs, plus jeunes, plus fofolles ou plus expérimentales.

-
à l'heure actuelle, la quasi totalité des distributions linux dites "pour bureau" ont une "interface accessible".

Les freins véritables de Linux pour le grand public sont:

- le manque d'applications de QUAlité pour la bureautique/quotidien. Par exemple, si inkscape est sympa, il est très très loin de Omnigraffle. Mais après tout, TOUT est loin de Omnigraffle :)
Pour chaque besoin, il y a un logiciel Linux, mais rarement à la hauteur d'un logiciel commercial Mac développé et financé depuis 20 ans (lol ! )

- pas de matraquage mondial et global depuis 30 ans par plusieurs industriels associés à une petite société de Redmond (Microsoft) pour imposer le nom Windows dans notre c.. heu tête. De fait, le public n'est pas familiarisé avec ce Linux.

- par rebond, il y a un faible intérêt des éditeurs pour fournir des produits basé linux, en particulier le jeu vidéo. L'effort de Valve (Steam) est à ce propos à saluer, véritablement. Ils sont à eux seuls responsable d'un bon 15% de jv du marché qui deviennent disponibles pour Linux, juste comme ça "pouf".

- Linux est donc, typiquement, un outil professionnel.

Si le soucis des applications étaient résolu en une nuit, Linux serait "prêt pour le desktop hahahaha !"

-
"est-ce qu’il y a des guides Linux pour débutants"

y en a des tonnes disponible partout.

Mais perso, je conseille la méthode "BANZAI !", et de la même manière que je conseille MacG à un acheteur de mac, je conseille LinuxFr.org à qui veut découvrir Linux. Ce site a des rubriques sur tout. Une liste de lien de sites "amis" qui documentent divers aspects des solutions Linux. C'est en français, c'est très bien.

Vous avez aussi les blogs/magazines tels que OMG Ubuntu : https://www.omgubuntu.co.uk/
qui tel le site MacG, est bardé d'articles réguliers, de guides, de vidéos et autres articles sur des logiciels.

Mais franchement, prenez votre navigateur web, téléchargez le média d'installation sur ubuntu.com, foutez le ensuite sur une clé USB, rebootez un ordi ou votre Machine virtuelle favorite, installez et ZOU : cliquez partout !

Comme lors de votre premier mac.

avatar pat3 | 

@oomu

Ok, merci pour les conseils. Exactement ce qu’il me fallait. 👍

avatar cv21 | 

+1 pour le type de "dialogue de sourds" dommageable si l'envie de tenter Linux passe par là.

Effectivement à part la méthode banzai,... Le truc qui peut être intéressant c'est de re-découvrir grâce à Linux que son mac est un Unix. C'était l'argument de départ lors du lancement de OSX, vite oublié en raison de l'utilisation de l'interface graphique et pourtant bien efficace. Un peu le meilleur des deux mondes ce macOS.

avatar stefhan | 

Ça donne quoi comparé à Ubuntu ?

avatar Link1993 | 

App center.... ils auraient pu appeler ça "apt-get store" plutôt non ? 😬

J'avais testé la version précédente, sur un vieil ordi de mon Aeroclub qui trainait dans un coin. Un peu lent, pas mal de Bug, et n'espérez pas un support topissime en langue française... (clavier et interface !)

avatar romainB84 | 

j'ai voulu testé, mais la version en cours de Virtual Box ne semble pas compatible avec Mojave (en tout cas c'est le message que ca me met a l’installation);
tant pis, c'etait juste pour voir! mais ca a l'air sympa en effet

avatar pat3 | 

Je sais que MacG n’est pas le lieu pour ça, mais ce serait bien qu’on puisse avoir un comparatif des distributions Linux pour les nuls et des tutos pour les installer. Ça existe quelque part?
Je serais prêt à suivre une rubrique de Mac à Linux sur MacG par exemple (plutôt que Apple Watch).
Pourquoi pas une série « je suis passé à Linux pendant un an » après celle sur Android et celle sur le hackintosh ?

avatar Nicolas Furno | 

@pat3

Ah oui mais alors faudrait passer à Linux pendant un an et comment dire… je suis pas motivé !

avatar pat3 | 

@nicolasf

Ah bon? 😉

avatar oomu | 

http://distrowatch.com

il n'y a pas vraiment de sens à dire un comparatif des distributions linux, parce qu'elles ne correspondent pas toute à la même chose.

Par exemple Raspbian est système Linux avec une interface graphique, tel Suse Linux. Mais Raspbian (comme son l'indique subtilement) est une distribution basée Debian Linux pour machines Raspberry. D'emblée, cela ne la rend pas adaptée pour un PC ou un MAC.

Redhat Enterprise Linux a une interface graphique (logique, c'est linux), mais c'est d'avantage pensé, et VENDU, pour des serveurs d'entreprises.

Tout dépend donc de ce que vous recherchez.

Mais encore une fois, les gens se posent trop de questions.

Installez Ubuntu Linux pour débuter. c'est _excellent_.

Et si vous avez envie de me contredire, installez Fedora Linux pour débuter. c'est _excellent_

Un débutant se fout complètement des différences entre debian, ubuntu, suse, fedora, mint, elementary os etc. Alors que des passionnés aguerris s’entre-tueraient à coup de bière sur la différence entre APT et DNF, SystemD et SysInit, Gnome et KDE.

(et perso, je ne parle pas aux gens qui préfèrent Vim à Emacs, j'ai un minium de respect envers moi même, non mais, yurk !) :)

avatar MacTHEgenius | 

@oomu

Emacs !? Non mais il faut un minimum de décence !! :)

avatar Benitochoco | 

@pat3

Personnellement j'ai un serveur sur GNU/Linux. J'en suis ravi, pour travailler. Mais pour la partie graphique, en dehors de Blender rien ne tient la route.

GNU/Linux est une super aventure, je ne m'en passerai jamais pour le web. Pour le reste il y a encore du chemin à faire pour être utilisable par tous.

avatar oomu | 

"GNU/Linux est une super aventure, je ne m'en passerai jamais pour le web. Pour le reste il y a encore du chemin à faire pour être utilisable par tous."

mais pourquoi faudrait il faire ce "chemin" ?

Pour le "tous", y a déjà le Mac et Windows, et maintenant les mobiles avec android et ios.

Y a déjà un gazillions de produits en ventes.

Y a t'il vraiment besoin de Linux pour tout ce monde là ?

Je pose la question autrement: Avez vous un désir de Linux ?

dans les années 90s, en ce qui ME concerne, j'avais carrément un souhait ardent de m'extirper de l'horreur (c'est ainsi que je vous aurais décrit mon sentiment) de WINDOWS.

Linux fut, réellement, une bouffée d'air frais, une exultation, une libération et au moins 90% de ma seconde passion pour l'informatique.

Même encore maintenant en 2018, Linux est ce qui me donne envie de travailler professionnellement en informatique et me fait respirer quand Microsoft déconne et Apple repart dans ses travers.

Mais est-ce vraiment l'envie du grand public ? Avez vous de tels sentiments ? Pas nécessairement, et ça se passe très bien.

avatar pat3 | 

@oomu

"Même encore maintenant en 2018, Linux est ce qui me donne envie de travailler professionnellement en informatique et me fait respirer quand Microsoft déconne et Apple repart dans ses travers.

Mais est-ce vraiment l'envie du grand public ? Avez vous de tels sentiments ?"

Perso, je suis Mac depuis mon premier ordinateur. J’adore le mac, j’ai du bonheur à bosser avec MacOS. Mais l’évolution d’Apple ouvre la possibilité que je doive quitter cet OS avant la fin de ma vie professionnelle, essentiellement à cause du prix des machines et à leur inexorable fermeture (pour l’instant ça va, mais dans dix ans ?). Et il n’est pas question que j’aille sous Windows (trop de haine, trop de douleur, trop de corporates, trop de Balmer… trop. Je suis culturellement incompatible).
Tant que je faisais de la vidéo, même occasionnellement, le mac était parfait, et suffisant. Aujourd’hui, je suis plus souvent à faire du CSS que du montage. Les outils sont majoritairement multiplateformes.
De plus, je suis de plus en plus utilisateur de logiciels et de services libres (thanks, Framasoft), et farouchement opposé à l’aspiration de données qui est le fonctionnement d’un OS, de logiciels et de services propriétaires.
Le grand saut à faire reste celui de l’OS.

Et puis quand Tim Cook quittera Apple, les pieds devant où autrement, RIEN ne garantit que mes données ne seront pas alors livrées en pâture.

Comme j’ai plusieurs ordis à la maison, de plus en plus vieux, je me dis qu’en passer un sous Linux et d’essayer de le faire fonctionner serait une idée.
En clair, je commence à prévoir qu’il me faudra un parachute pour le cas où Apple me mettrait sur un siège éjectable (trop pauvre, trop vieux, trop rétif?).

Je ne suis pas débutant, mais tellement mac que j’imagine que je souffrirai à passer à un autre système, et que j’aurais plus de peine à changer d’habitudes qu’un débutant à découvrir un nouvel OS.
Un apprentissage en douceur serait idéal. D’où ma demande, mais je savais que quelqu’un (l’Oomu, en l’occurrence) m’aiderait à trouver la réponse.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR