Airbus veut faire voler sa première voiture cette année

Florian Innocente |

Airbus espère bien faire la démonstration d'une "voiture volante" d'ici la fin de l'année. Lors de la conférence DLD à Munich, Tom Enders, le PDG du groupe d'aéronautique a insisté sur la volonté d'Airbus d'investir sérieusement dans ces recherches :

Il y a 100 ans, le transport urbain est allé sous le sol, dorénavant nous disposons des technologies nécessaires pour aller au-dessus du sol. Nous sommes dans une phase expérimentale, nous prenons ce développement très au sérieux. Si nous n'en tenons pas compte, nous serons tenus à l'écart de secteurs d'activité très importants.

Vahana, un projet de voiture/hélicoptère d'Airbus

L'idée d'aller chercher dans les airs une solution aux problèmes de circulation au sol dont sont victimes les grandes villes et les mégalopoles procède d'une certaine logique.

Une voiture électrique ou une voiture autonome règlent deux problèmes : la pollution pour l'une et l'obligation d'un conducteur humain constamment actif pour l'autre. Mais substituer une voiture avec un gros volant et un moteur à combustion par une autre de toute nouvelle génération ne réduit en rien les phénomènes d'embouteillages. Et encore moins, lorsque les villes bannissent les voitures de leur centre ou limitent leurs capacités de déplacements.

D'après une projection utilisée par Airbus, 60 % de la population mondiale vivra en ville à l'horizon 2030. Et certaines villes en Amérique du Sud ou en Asie approcheront les trente millions d'habitants à cette échéance, presque le triple de Londres ou Paris.

Population estimée dans les grandes villes et les "super villes" Cliquer pour agrandir

Plutôt que d'aller d'un point A à un point B au ras du sol, on peut envisager de le faire par les airs. Uber réfléchit déjà à cette problématique avec de petits aéronefs utilisables à la demande.

Uber

Airbus de son côté a ouvert A3 ("A Cube"), une antenne dans la Silicon Valley qui s'est penchée sur ces modes de transports aériens d'ultra petite taille (comparé aux longs courriers dont il s'est fait une spécialité).

On ne sait quelle forme exacte prendra le véhicule qui sera testé cette année, mais il devrait découler du projet "Vahana" décrit en septembre dernier. Il s'agit d'un petit hélicoptère monoplace et autonome, apte à transporter un chargement ou une personne. Il suivrait un trajet prédéfini et en cas de panne en vol, il saurait déployer un parachute, efficace même après une ouverture à basse altitude.

Ce projet de "voiture volante" autonome n'est qu'un parmi plusieurs aujourd'hui en développement dans plusieurs startups, observait en décembre dernier Mathias Thomsen. Cet ancien d'Uber Danemark est le General Manager d'Urban Air Mobility chez Airbus à Toulouse.

L'horizon 2020 est souvent cité pour la mise en service de voitures autonomes, même si certains acteurs de ce secteur sont nettement moins optimistes et renvoient à plus tard. C'est également cette date qui revient à propos des "voitures volantes". On devrait au minimum voir plusieurs démonstrations de prototypes effectuées entre 2017 et 2018.

Cliquer pour agrandir

Reste que le livre blanc d'Uber sur la question montre la variété des problématiques qui restent à résoudre : type de moteur, de batterie si on fait le choix de l'électrique, vitesse, coût, rayon d'action, sécurité, pollution sonore sans oublier le cadre législatif et la réglementation pour ces nouveaux véhicules et leurs pilotes qu'ils soient robotisés ou non…


avatar PandaB2A | 

*ferait déjà bien de faire voler correctement ses A320 ?

avatar Ginger bread | 

@PandaB2A

vu le nombre d accidents de voiture en France, ce serait la faute des constructeurs aussi? Lol
L erreur humaine en est une, les soucis de maitenance en sont une autre.
Pourquoi serait la faute du constructeut pour autant?

avatar pelipa91 | 

Pour info le 320 est en service depuis 88 avec une fiabilité et une rentabilité impressionnante.

D'ailleurs Airbus est en train de le moderniser complètement pour repartir pour 30 ans.

avatar pelipa91 | 

@PandaB2A

Qui plus est, les problèmes viennent le plus souvent des compagnies aériennes qui cherchent à faire des économies partout..

avatar C1rc3@0rc | 

C'est vrai qu'en dehors de l'appareil lui meme, il y a des infrastructures et un entretien qui sont primordiaux... Ceci dit, j'avais dans ma famille un ingenieur aeronautique et il n'aurait jamais mis les pieds dans un avion commercial...

En dehors des problemes de fiabilité empirés par les criteres d'optimisation financiere qui pese sur la fonction et la qualité, il y a tous les problemes humains qui entrent en ligne de compte.

Personnellement, la voiture volante j'y crois pas du tout avant tres longtemps.

D'abord parce qu'en panne un vehicule volant, il tombe et sur une agglomeration de plusieurs millions d'habitants ça virerait au massacre. En dehors, de la panne, il y a le facteur "connerie humaine". Vu le nombre d'accidents de vehicules terrestres, rajouter la complexité de l'evolution en 3D et cela fait exploser les risques et consequences.

Ensuite il y a la menace terroriste. Deja qu'on est fliqués, fichés, que nos droits democratiques de base sont effacés par nos couteux dirigeants de plus en plus adeptes des methodes de la Stasi, comment imaginer qu'ils vont laisser des gens se balader au-dessus de leur tete avec des appareil individuels...

Et puis il y a le probleme energetique.
Faire voler autre chose qu'un dirigeable ça demande beaucoup plus d'energie que faire rouler une bagnole.

Il y a aussi le probleme du parking. Parce qu'un machin volant ça prend au moins autant de place qu'une bagnole.

Donc, la bagnole pose deja moins de problemes et dispose de plus de solutions realistes.

Et finalement, le probleme d'engorgement des villes c'est un probleme de gestion du travail et des travailleurs. Cest un probleme socio-politique, pas un probleme d'ingenierie des transports!

Si les villes se sont majoritairement constituées autour des usines pour optimiser l'heure travaillée en limitant les deplacements des ouvriers, il faut se rendre compte qu'aujourd'hui la masse des travailleurs bossent dans le tertiare, et n'a nul besoin de resider dans un endroit specifique et encore moins en concentration comme l'etaient les ouviers du 18eme siecle!

Donc la solution aux problemes d'engorgement des villes est purement politique, a savoir sortir les entreprises des villes et sortir des moeurs l'idee que l'ouvrier doit resider en clapier sur son lieu de travail... d'ailleurs pour nombre de metiers croissant la notion de travail consiste a etre assis devant son ordinateur, et que l'endroit ou est posé la chaise n'a pas la moindre importance du moment qu'il y a une prise ethernet a proximité!

Par contre, il y a besoin de transport en commun de plus en plus performant, securisé et optimisés energetiquement. Et la cle des transports du futur se situe dans l'intracite et l'intercité. Et a ce niveau on ferait bien de regarder du coté des invention du Musk...

avatar pat3 | 

@C1rc3@0rc

"Donc la solution aux problemes d'engorgement des villes est purement politique, a savoir sortir les entreprises des villes et sortir des moeurs l'idee que l'ouvrier doit resider en clapier sur son lieu de travail.."

Intéressant.

avatar Manubzh | 

à quand la téléportation !

avatar feefee | 

@Manubzh

"à quand la téléportation !"

Je te vois bien être téléporté en même temps que la mouche du coche .
À l'arrivée on a un beau manubzh , mélange des 2

avatar MacRicow | 

Oui, ça ferait un Manubiizzzzzzh

avatar poco | 

@C1rc3@0rc

"Ceci dit, j'avais dans ma famille un ingenieur aeronautique et il n'aurait jamais mis les pieds dans un avion commercial..."

Maintenant s'ils concevait des avions et qu'il n'avait pas confiance en ces derniers on peut aussi douter de ses capacités d'ingé...

avatar MacRicow | 

«J'avais», ça veut peut-être dire qu'il s'agissait de l'aéropostale…

avatar zoubi2 | 

Ah bon ? L'A320 (un avion qui bat quand-même des records de vente) ne vole pas correctement ???

avatar iapx | 

+1 PandaBA2

Exactement ce qui me venait à l'esprit en pensant à cette information!

avatar Manubzh | 

commentaire inutile provenant d'un membre inutile, je te félicite !

avatar feefee | 

@Manubzh

Commentaire supplémentaire moins qu'inutile puisque on ne sait pas à qui tu t'adresses .

avatar raf30 | 

Un vieux concept....
https://youtu.be/eI8hIFDsn78

avatar stemou75 | 
avatar PandaB2A | 

@all

Calmez vous j'ai pas dit que c'était mieux chez les autres ?

Je préfère juste travailler dans les Boeing c'est tout ?

avatar XiliX | 

@PandaB2A

Hébé... je comprends mieux avec tout ces "grounded dreamliner"

avatar pelipa91 | 

@PandaB2A

Travaillant pour une société fournissant les grands constructeurs (Boeing, Airbus, comac, embraer, etc) je peux te garantir que c'est pour tout le monde pareil.
La réglementation des systèmes avioniques des avions ne sont pas établies par les constructeurs mais par les autorités (FAA pour les USA, EASA pour l'Europe).

Donc Airbus ou Boeing c'est pareil.
C'est juste l'emballage et le marketing qui change.

avatar Link1993 | 

@pelipa91

L'automatisation aussi. Les airbus prennent beaucoup plus les commandes sur le pilote que ne font les boeing.
C'est cette aspect qui fait que Boeing intéresse plus les pilotes.
Mais ca a du bon aussi, on peut se rappeler du cas Hudson avec Sully qui est récemment sorti en france, ou une grande partie a été géré par le pilote (la décision , etc...) mais aussi par l'avion (le système d'anti décrochage) qui a grandement aidé pour obtenir l'angle parfait pour l'amerrissage.

Pour être honnête, les alertes GPWS des Airbus me font plus rêver que celles d'un Boeing. Mais quand on voit aussi les commandes d'un 737, elles démontrent bien la philosophie ou le pilote est maitre par rapport à un 32X ou c'est le pilote est là pour surveiller parce qu'il est celui qui commet le plus d'erreurs...

C'est très cliché comme difference (et la publicité que font les deux constructeurs), mais l'A320 qui s'est posé a Frankfort par fort vent traversier il y a quelques années et dont le saumon a touché la piste est un bonne exemple. Le pilote a réagi convenablement à la rafale, mais une sécurité de Airbus (inconnu des pilotes) a fait réduire l'action de celui ci, parce que Airbus considérait que les pilotes exagéraient l'action exercé sur le mini manche lors de l'atterrissage en temps normal.

avatar PandaB2A | 

@pelipa91

Bof, Airbus perso je trouve ça plastique (plastic Aircraft c'est pas un surnom sorti d'un chapeau ^^), apres c'est juste un avis personnel :)

avatar poco | 

@pelipa91

"Donc Airbus ou Boeing c'est pareil.
C'est juste l'emballage et le marketing qui change."

Disons que c'est bien mieux quand c'est un CFM, un Leap ou un GE90 qu'un Trent ?

avatar jerry75 | 

Oui bon enfin c'est quand même pas prêt d'être prêt ... que la technologie approche, je le crois volontiers, mais alors par contre avant que la législation soit au point, on a à mon avis encore bien le temps !

avatar madaniso | 

@jerry75 On s'en fou de la législation, si une boite sort un truc que les gens veulent aujourd'hui, la législation s'adaptera. Uber était sensé être interdit, pourtant j'en ai encore pris un hier. L'Etat ne peut rien contre un service demande par une majorité de la population.
Les voitures autonomes ne sont pas autoriser en France, ça empêche pas plusieurs startups parisiennes et lyonnaises (et surement d'autres villes que je ne connais) d'avoir déjà des prototypes fonctionnels.

Pas prêt d'être fonctionnel... Avant 2020 tu pourras rouler en voiture autonome dans Paris, alors voler... Je paris avant 2030 vu le problème de plus en plus insupportable des transports en commun. Taux de panne, prix excessif et insalubrité, ceux qui arriveront à porter un projet fiable pour se passer de la RATP trouveront une poule aux oeufs d'or. Et je cherche aussi crois moi. En attendant, on nous fait croire que la RATP/SNCF font le maximum et qu'on doit tenir compte des conditions tendues dans notre zone blablabla.

avatar oomu | 

ne mélangez pas tout

uber n'a jamais été interdit

c'est un de ses services qui le fut (et l'est resté de force, par la police et loi)

-
la Loi n'est pas contournable. Encore moins quand il s'agiRAIT de faire voler des véhicules en milieu urbain (couloirs aériens, cables, priorités, assurances et tout le bastring de la vie réelle)

-
ce n'est pas la loi qui s'adapte suelement mais les entreprises qui se font adaptés de force. Ainsi encore une fois le cas de Uber qui est progressivement rentrée dans le rang (financement de fonds à la formation, progressive requalification d'utilisateurs de sa plateforme en salarié, obligation de financer des assurances, etc, et cela de par le monde à degré variable)

Le Monde ne se transforme pas uniquement par lubie de gens qui boivent du jus d'orange californien.

-
il est peu probable que nous verrons des voitures autonomes fonctionnelles (c'est à dire que moi je fonce à Opéra, je déclenche une voiture autonome et zou je me retrouve à place d'Italie) en 2020.

Il y a tout simplement PAS encore le cadre réglementaire, l'adaptation de toutes les routes, la gestion de tous les imprévus (travaux, météo difficiles, scooters fous et attaque de pigeon :) )

et surtout, dans le fond, qui a à foutre des villes ? je veux un truc automatique pour les routes de montagnes de Corse en hiver, héhéhé :)

-
et oui, la RATP/sncf font le maximum, dans le budget que j'acC..que le pays accepte de fournir (les impôts locaux, les collectivités locales, etc tout ça tout ça).

Un exemple tout con, Chatelet-les halles. C'est l'une des plus grosses gares d'Europe avec un monde dingue qui y passe chaque jour.

Le monde EST difficile.

avatar C1rc3@0rc | 

+1

Bon faut aussi se rendre compte d'un truc, les buveurs de jus d'orange californiens (c'est vrai que c'est plein d'oranges dans le coin) ou ceux de bourbon texans utilisent 2 mode de transports ultra-dominants et majeurs:
- le SUV
- le pickup
et un mineur: la berline.

et sporadiquement dans quelques zones privilegiées, que l'on croirait teraformées par des hollandais alien, le velo, ou quelques versions derivées du celebre promene-con alias le Segway.

C'est d'ailleurs un des points faibles majeurs des USA: qu'il vienne une augmentation du prix du petrole un peu mechante, genre les cours que l'on connait en europe, et hop, plus rien ne fonctionne chez Sammy.

avatar jerry75 | 

@madaniso

Oui enfin ton Uber il roule sur des routes qui existent depuis des années. L'infrastructure routière n'a pas été mise en place en 10 ans ...
Alors mettre en place des couloirs aériens, des sens de circulations, des stops et des voies de dégagement aérienne me semble la moindre des choses avant de pouvoir lancer des milliers ( millions ? ) de bagnoles volantes dans les airs. Donc je pense que c'est ce qui sera la plus complexe à mettre en œuvre ( et le plus long ). Et on s'en fou pas vraiment, sinon je te dis pas la cata et les massacres ...

avatar Link1993 | 

@jerry75

Deja que l'espace aérien Parisien est un casse tête...

avatar DG33 | 

@jerry75
Et autant de places de parking et d'atterrissage d'urgence...

avatar 8enoit | 

@madaniso :
Cher monsieur, vous planez complètement, si je puis dire

avatar pat3 | 

@madaniso

" Je paris avant 2030 vu le problème de plus en plus insupportable des transports en commun. Taux de panne, prix excessif et insalubrité, ceux qui arriveront à porter un projet fiable pour se passer de la RATP trouveront une poule aux oeufs d'or."

Parisien du matin? Parce qu'une solution à base de véhicules individuels pourrait remplacer complètement un service de transport en commun?
À mon sens, c'est bien simple: la solution viendra de l'autonome et collectif : taxi autonome, bus autonome. Toute solution à base de véhicule individuel est moins efficace - mais permet beaucoup mieux d'afficher les hiérarchies sociales. Aux riches les voitures volantes, aux pauvres le métro, chacun à sa place.

avatar madmak | 

Il est inexact de dire que la voiture autonome ne réduit en rien les problèmes d'embouteillage. Avec des voitures intelligentes qui communiqueraient entre elles on pourrait éviter la majorité des bouchons. De plus, plus besoin de les garer à proximité du lieu où l'on se rend, ce qui dégagerait de la place pour les voies de circulation. Par ailleurs, en terme de consommation d'énergie, généraliser les véhicules volants (plus lourds que l'air) serait une abbération écologique. Ma prédiction à quatre sous : beaucoup moins de déplacements grâce aux réunions en visioconférence en vision augmentée et des véhicules autonomes à la demande pour les déplacements nécessaires. Parmi ces-derniers, quelques uns seront peut-être volants.

avatar madaniso | 

L'idée la plus logique qui m'est venu à l'esprit pour l'instant est un covoiturage autonome. Plutôt que d'aller d'un point A à un point B en passant par des zones communes entre tout les passagers (Exemple Paris et Chatelet les Halles qui montre bien au combien on aime la centralisation en France), il faudrait plutôt prendre une suite de véhicules autonomes. Tous calculés à l'avance par un algo. Je pense qu'entre se retrouver à 4 dans une berline ou même un minibus contre un RER mode bétaillère, les usagers auront vite fait leur choix.

avatar C1rc3@0rc | 

Oui, on nomme cela un transport en commun, et en particulier un bus. C'est doté d'une intelligence artificielle (le conducteur) relié a un central en permanence et monitoré pour estimer le temps d'attente aux stations deployées strategiquement ( strategiquement ne veut pas dire logiquement)

le sous ensemble de cela c'est le taxi: un vehicule a 5 places, conduit par une intelligence artificielle sachant a peine conduire et ne comprenant a peine ce qu'on lui dit et qui a tendance a prendre les trajets les moins optimisés possibles, tout en infligeant aux passagers/clients l'audition d'une radio deplorable, genre rire& chansons...

avatar Maxi93 | 

Alors je te raconte pas les air craches...

avatar Lightman | 

"Une voiture électrique ou une voiture autonome règlent deux problèmes : la pollution…"

Non, elle la déplace seulement.
Rmq : il ne faut pas le dire officiellement tant que la population n'est pas équipée. Après on le dira et on taxera ?

avatar melen | 

D'ailleurs, ceux qui ont ne voiture électrique, merci de ne pas la recharger ces prochains jours !

Bon, je caricature, mais ne jamais oublier la production d'électricité nécessaire. C'est encore un sacré défi par rapport au carbone et au nucléaire.

avatar C1rc3@0rc | 

Tout depend de l'orientation politico-industrielle, mais 3 choses sont certaines:
- l'utilisation d'energies fossiles est tres polluante, mais limité a la pollution chimique (et reversible)
- l'utilisation d'energies renouvelables peut etre non polluante
- l'utilisation du nucleaire est un gouffre financier et une pollution sans limite et non reversible. Faut aller demander a l'ex bloc sovietique combien coute tchernobyl depuis des decennies et combien cela va continuer a couter a toute l'Europe continentale pour les centaines d'annees a venir!

Quand a l'electrique, tant qu'on voudra produire en masse sur un modele centraliste on arrivera ni a rationnaliser la production, ni a l'optimiser. Le jour on l'on reflechira en terme de besoin local et d'exploitation de solutions non globale, alors on aura des hauts rendements et du zero rejet...

avatar oomu | 

hoaa, du moment qu'on déplace la génération d'électricité (et donc la pollution) là où je suis pas. je m'en fous. Par exemple on pourrait mettre tout en Sicile (parce que je suis plein de haine) et vivre peinard de voitures qui dégage que de la vapeur d'eau ou que sous batterie.

et puis les batteries usagées, on ira les jeter/recycler (qui a envie de vivre à coté d'une usine de recyclage? hmmm?) en Sicile ou en Afrique, tiens, oui l'Afrique,c 'est bien: c'est loin.

Bref, il n'y a pas de magie, pas de miracle, uniquement déplacer la merde ailleurs, chez son voisin.

Il est illusoire de croire que la voiture électrique supprime la pollution. Et ne pas oublier combien les batteries sont toxiques et leur production polluante (sans parler de leur traitement à long terme)

avatar C1rc3@0rc | 

«Il est illusoire de croire que la voiture électrique supprime la pollution. Et ne pas oublier combien les batteries sont toxiques et leur production polluante (sans parler de leur traitement à long terme)»

Si,si ça supprime la pollution:
chimique: HAP, oxydes, sulfures,et autre composés cancerigenes qui nous sont diffusé dans les bronches sans crier gare...
physique: particules (mini, micro, nano ), que l'on inhale en aerosol et qui viennent endommager nos cellules, a commencer celles des conduits respidatoire, mais pas que...
sonore: parce que la vibration emise par les 2 et 4 temps qui rythment les tours de roues sur le bitume, sont tout sauf inoffensifs...

Apres, oui une batterie est toxique... des qu'elle n'est plus protégée dans une coque.
Oui produire des pile a combustible peut etre polluant, mais c'est une industrie qui peut etre normée zero rejet, c'est juste une question de legislation.

L'exploitation du petrole, du charbon, de l'uranium c'est impossible a rendre zero-rejet!
Celle de l'hydrogene, de l'alcool, de l'aluminium,... c'est du potentiel zero rejet et du recyclable.

avatar elbibou | 

C'est déjà le cas pour une certaine population si je puis me permettre à Sao Paulo au Bresil tellement le trafic est dense.

avatar donatello | 

-Le Journal de Spirou 1958
-Le journal de Mickey 1969
-Pif Gadget 1977
-Astrapi 1983

Autant de médias qui nous ont aussi promis la voiture volante pour dans dix ans.

Bien évidemment, cela n'arrivera pas.

avatar IceWizard | 

@donatello
"-Le Journal de Spirou 1958
-Le journal de Mickey 1969
-Pif Gadget 1977
-Astrapi 1983

Autant de médias qui nous ont aussi promis la voiture volante pour dans dix ans."

J'ai eu l'occasion de lire un très vieux Science et Vie daté de 1950 qui racontait la même chose.

avatar JLG01 | 

@donatello

Jules Verne aussi il y a plus d'un siècle.
Autant j'était réservé avec des véhicules carbonés, autant je le conçois avec des véhicules électrique, d'autant que le développement des drones démontre une certaine fiabilité des multirotors. Reste qu'il faudra les caréner pour la sécurité.

avatar donatello | 

Le problème est pas uniquement la technologie en soit du véhicule. Des mini hélicoptères existent depuis pas mal de temps et pourraient prétendre au statut de "voiture volante".

Le problème c'est la praticité concrète du truc. Comment on gère concrètement ce genre d'engins dans les villes telles qu'elles existent aujourd'hui ? Je n'arrive déjà pas à garer ma Twingo rue des Batignolles, donc je mon rotocoptère autonome qui prend autant de place qu'un Renault Traffic pour transporter deux personnes je le gare où ? Et je décolle comment ?

Il existe tellement d'obstacles pratiques que je ne vois pas comment ces bidules pourraient sortir d'une utilisation de niche.

Si on veut partir sur ce genre de mode de transport, il faudrait raser les villes actuelles et les reconstruire de zéro.

avatar pat3 | 

@donatello

"Le Journal de Spirou 1958
-Le journal de Mickey 1969
-Pif Gadget 1977
-Astrapi 1983

Autant de médias qui nous ont aussi promis la voiture volante pour dans dix ans. "

?you made my day

avatar SMDL | 

@donatello

Au début du XXe, des quantités de gravures optimistes montraient toutes les choses qui nous environnent, mais en art floral, ou représentations de la Belle Époque.
Télévision, radio évidemment, aérostats personnels, et toutes les sortes de magie que la science de la fée électricité avaient nous apporter.

Ça a simplement pris beaucoup plus de temps que ce que ces prospectivistes enthousiastes imaginaient. Il faut attendre que le fruit soit mûr. Les drones ont ouvert le bal, et leur techno embarquée. De l'informatique.

avatar 8enoit | 

Pour gérer les couloirs aériens çà va être coton.
Et les accidents en milieu densément habités… le public n'en voudra pas, à raison.

On est très très loin de cette révolution. Je n'y crois pas du tout.

avatar SMDL | 

@8enoit

Loin oui. Législation aérienne extrêmement sécuritaire. Logique.
Mais jamais non, si les déplacements sont organisés exclusivement par l'automation, qui supprime beaucoup de ces contraintes liées à la sécurité.

Occire les couloirs aériens, tunnels étroits totalement virtuels qui n'existent que par l'impossibilité de contrôler humainement les quatre dimensions d'une troposphère, est un rêve déjà ancien. Voici que l'informatique autorise cette vision.

Demeure la question de l'influence de la Police, et autres militaires. Bien qu'une fois admis que tous les déplacements sont sous la main et dans la mémoire de l'autorité, elle risque d'y trouver son compte, la circulation étant le paradigme qu'il ne faut éteindre : les coalitions et toutes familles ont besoin de se connaître, de partager un même territoire. La mobilité assure l'atomisation des relations fortes. De l'Union.

Mais il y a aussi de gros élastiques, avec des poids de plomb pour qui imagine contraindre tout le monde.

En tout cas, La bagnole volante individuelle ? Enfin ? Les plus jeunes viendront-ils dans nos cimetières afin de nous tenir informés ? Non, je n'attraperai pas votre cheville de ma main sanglante sortie du sol ;)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR