Avec Workplace, Facebook vient concurrencer Slack

Nicolas Furno |

Slack l’a prouvé, il y a une place en entreprise pour les réseaux sociaux. Cette messagerie instantanée a connu une croissance exponentielle en remplaçant tous les autres systèmes de communication dans bon nombre d’équipes. Au fil du temps, le service en fait plus, il peut désormais servir à partager des documents et passer des appels, mais au cœur reste la messagerie instantanée.

Ce succès fait des envieux naturellement, en particulier chez les réseaux sociaux traditionnels. Facebook en particulier travaille depuis plus de deux ans sur une déclinaison de ses services adaptée au monde de l’entreprise et le réseau social est prêt à la proposer à tous ceux qui le souhaitent. Workplace prend la forme d’une app iOS ou Android et d’un site web et sur le papier, cela ressemble fort à un Facebook restreint à une entreprise.

Workplace sur un iPhone et un ordinateur. Cela ressemble à Facebook, mais ce n’est pas exactement Facebook… Cliquer pour agrandir
Workplace sur un iPhone et un ordinateur. Cela ressemble à Facebook, mais ce n’est pas exactement Facebook… Cliquer pour agrandir

De fait, le réseau social vend sa fonction comme un Facebook amélioré. On retrouve la base du site et des apps utilisés par des millions de gens chaque jour dans le monde, avec un flux d’actualités, les groupes, les événements, les commentaires et les réactions, ainsi que les échanges privés. Le PDG peut faire un discours avec Facebook Live, une réunion peut être organisée dans le monde entier grâce à une discussion instantanée, en texte, audio ou vidéo. Tout ça n’est accessible qu’à l’intérieur de l’entreprise toutefois, c’est l’idée même.

Sur le plan technique, la plus grosse différence entre le Facebook que le commun des mortels pratique et ce Workplace, c’est la gestion des comptes naturellement. Pensé pour les plus grosses entreprises, le service propose une série de fonctions pour gérer les connexions et les autorisations. Tous les employés devront créer un compte distinct de leur compte Facebook pour accéder au service.

Notez au passage qu’il n’y a plus de notions d’amis, mais on peut suivre ses collègues pour avoir de leurs nouvelles et savoir ce qu’ils font au quotidien. Par ailleurs, Facebook a mis en place des systèmes de collaboration entre les entreprises, et donc entre les réseaux sociaux fermés.

Cela fait deux ans que Facebook travaille avec un millier d’entreprises qui utilisent déjà Workplace. Il y a surtout des petites start-up, mais aussi quelques gros groupes, comme Danone, Starbucks ou encore Booking.com. Et pour aider les départements informatiques des plus grandes compagnies, Facebook va travailler avec des spécialistes, comme les Français de Lecko ou encore Deloitte. Si ce nom vous dit quelque chose, c’est peut-être parce qu’Apple a signé un accord avec cette même firme pour faciliter le déploiement d’iOS en entreprise.

Contrairement à tout ce qu’a lancé Facebook jusque-là, Workplace est un service payant, il n’y a pas de version gratuite. Après trois mois d’essai gratuit, le tarif commence à 3 $ par mois et par utilisateur, avec des prix dégressifs pour les plus grosses entreprises. C’est nettement moins cher que Slack et Facebook ne fait payer un utilisateur que s’il est actif pendant le mois. Les employés en congés ne coûteront ainsi plus rien à l’entreprise… du moins s’ils peuvent se passer des blagues de leurs collègues même pendant les vacances !

Bonus supplémentaire, personne ne paiera rien avant 2017 et si vous créez un compte maintenant, vous ne commencerez à payer qu’en avril 2017. Facebook ne lésine pas sur les moyens et Workplace va probablement devenir un concurrent sérieux pour Slack et les autres.


avatar marcopaj | 

Et aussi Yammer et share point sur office 365. Pour une fois que j'apprécie le travail de Microsoft, il fallait que je le dise sur un site mac !

avatar Lemmings | 

On a un compte de test dans mon entreprise, cela fonctionne très bien même si le réseau historique (Google+, hé oui...) conserve son avantage universel (tous les employés ont un compte google dès leur arrivée). Globalement c'est facebook mais en version "pro", séparé du facebook grand public (contrairement à Google+ d'ailleurs).

C'est très bien foutu, reste à voir à quel prix ils vont vendre ça...

avatar harisson | 

@Lemmings :

Je m'interroge beaucoup sur les usages et la confidentialité des données [non]stratégiques de cet outil bien que je trouve pratique l'utilisation des réseaux sociaux dans l'entreprise (j'utilisais aussi G+ pour ça).
Vous appliquez une charte d'usage dans vos entreprises ?

avatar Lemmings | 

Bha c'est un réseau indépendant de facebook public, malgré tout ça reste facebook donc... Après cela dit cela sera une offre payante donc ils ont intérêt à respecter la confidentialité.

Il y a une charte simple mais qui ne concerne pas vraiment les données sensibles.

avatar Patrick75 | 

Share point est bcp trop compliqué... impossible à utiliser pour le commun des mortels... typique de Microsoft hélas... expérience vécue au sein d'une grande banque française....

avatar Ast2001 | 

Je l'utilise depuis quelques temps dans ma boîte (nous étions bêta testeurs) et cela s'appelait facebook@work. Ce n'est pas le même usage que slack (que je vois plutôt comme un chat multi-users hyper sophistiqué). L'objectif au final est de remplacer les emails qui montrent leurs limites depuis longtemps. C'est pas mal foutu et on a quasiment toutes les fonctions facebook, messenger compris mais du coup, cela a aussi tous les défauts de FB.

avatar MacoGeek | 

Nous l'avons adopté aussi dans ma boite. C'était aussi Facebook@work. L'icône de l'app a changé aujourd'hui. Je ne pense pas non plus que ce soit un concurrent de Slack. Il n'y a pas d'intégration comme avec Slack par exemple. C'est par contre un super outil de communication interne surtout quand la culture d'entreprise est très développée.

avatar LoossSS | 

Et le fait que toute la propriété intellectuelle de l'entreprise se retrouve sur les serveurs de facebook ça donne quoi?

avatar popey.marin | 

De base, j'ai un peu de mal avec facebook.
Dans ce cas, c'est encore pire. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, mais si je devais choisir un système de communication interne pour mon entreprise, je ne me tournerai certainement pas vers une entreprise qui a montré à plusieurs reprises qu'elle ne s'impose aucune limite, et que la morale n'est pas sa première préoccupation (je pense notamment à l'épisode de 2014, quand facebook à manipulé ses utilisateurs pour une "expérience psychologique").

A titre personnel, je ne confie aucune de mes données personnelles à cette société, et je fais tout mon possible pour qu'ils ne puissent pas me suivre à la trace sur internet.
A titre professionnel, je pense que c'est encore plus crucial.

Bon sang, qu'est ce que je regrette que l'industrie informatique soit incapable de développer un successeur au mail, qui soit universel (donc interopérable), et qui laisse à chacun la possibilité de gérer ses propres données !

avatar hugome | 

Il y a un deficit flagrant dans la plupart des grosses boites d'outil de type réseau social.
Ce Facebook@work a l'air d'être la réponse.
Mais moi aussi, je me demande s'il est très raisonnable de leur confier nos données pro, vu leur culture de prédateur.

CONNEXION UTILISATEUR