Mozilla s'en tire toujours bien sans l'argent de Google

Stéphane Moussie |

En 2014, 98 % du chiffre d'affaires de Mozilla, soit 323 millions de dollars, est provenu de partenariats passés avec des moteurs de recherche, dont un en particulier, Google. En 2015, Google va verser à la fondation... 0 $. D'un seul coup, le plus gros payeur, non seulement de l'année dernière mais aussi de toute l'histoire de Mozilla, ne va plus rien verser.

Un divorce suivi par de nouveaux mariages

« Nous n'avons plus de relation commerciale avec Google actuellement », a indiqué Denelle Dixon-Thayer, la responsable des affaires commerciales et juridiques de la fondation, à CNET. Est-ce la panique chez Mozilla ? Absolument pas.

De nouveaux contrats ont été passés avec Yahoo aux États-Unis, Baidu en Chine et Yandex en Russie, entre autres. Une partie de ces revenus est fixe, l'autre dépend du trafic apporté par Firefox. Jim Cook, le directeur financier de Mozilla, assure que l'ensemble de ces nouveaux contrats va être plus lucratif que l'ancien deal avec Google. Ce dernier reste par ailleurs toujours le moteur de recherche par défaut dans certains pays, dont la France, mais ne rapporte plus rien.

Mozilla présente cette diversification des interlocuteurs comme un moyen de stimuler la concurrence, de proposer des moteurs plus en phase avec les marchés locaux (Baidu en Chine, Yandex en Russie) et évidemment de se défaire de la dépendance à Google, qui était à la fois partenaire et concurrent.

Pas un mot en revanche sur les autres initiatives économiques. Le magazine en ligne Mozilla Voices, rebaptisé en cours de route The Open Standard, a très vite été abandonné. Surtout, on ne connait pas les recettes liées aux publicités introduites dans Firefox depuis l'année dernière. En l'absence de déclaration des dirigeants, il faudra attendre le bilan financier de 2015 pour voir ce que cela représente.

Des revirements stratégiques, mais une mission inchangée

Outre le divorce avec Google, 2015 aura été marquée par d'autres événements importants. Après des années de réticence liée à la politique technologique d'Apple, Mozilla s'est finalement décidé à porter Firefox sur iOS récemment, suivant le nouveau crédo « allons là où les utilisateurs sont. »

Firefox pour Android a passé la barre des 100 millions de téléchargements cette année, un chiffre à première vue impressionnant, sauf que Google revendique de son côté 800 millions d'utilisateurs de Chrome sur Android et iOS.

Quant à Firefox OS, lancé il y a presque trois ans, il n'a absolument pas percé. Positionné au départ sur les marchés émergents avec des terminaux ultra low-cost, le système entièrement libre n'a rien pu faire face à Android.

Il va maintenant servir de vitrine pour les technologies web et viser les amateurs de Firefox et de logiciels libres. Dans cette optique, Mozilla a dernièrement sorti sur Android une app qui permet de tester Firefox OS.

Jim Cook garantit que tous ces bouleversements participent d'une même mission, celle de « redonner le contrôle à l'utilisateur quand il surfe sur le web et se sert d'apps. » Même si les utilisateurs ne semblent pas préoccupés par le contrôle qu'exercent Google et Apple sur le web aujourd'hui, le directeur financier de la fondation croit que cela pourrait changer. « Si vous regardez en arrière, autour de 2003 ou 2004, les gens ne se souciaient pas d'Internet Explorer... jusqu'à ce qu'ils comprennent. »

Tags
avatar Dark-mac | 

Jim Cook ? Moi qui pensait qu'il n'y avais que Samsung pour aller dans de tels niveaux de copie…

avatar Bruno de Malaisie | 

@Dark-mac :
;)

avatar Rom 1 | 

En tout cas Mozilla se fourvoie avec Firefox en voulant se rapprocher au maximum de Chrome et en lui enlevant ses fonctionnalités qui en font ses différences. Toujours se rappeler que les utilisateurs préfèreront toujours l'original à la copie...

avatar pismo500 | 

Je ne suis pas certain. Je suis justement en train de repasser sous firefox parce qu'il s'est allégé, simplifié et redevient donc pour moi concurrentiel avec safari et chrome. Cela dit chacun voit midi à sa porte et je comprends que les power user n'y trouve pas leur compte.
Perso, j'aimerais juste qu'on puisse installer un os alternatif comme Firefox OS sur nos téléphone mais pour l'instant c'est du rêve. Quand je vois le nombre d'infos personnelles qu'envois yosemite à apple, je n'ose même pas imaginer ce que IOS ou Android peuvent faire dans ce domaine.

avatar RyDroid | 

Tu peux déjà remplacer ou installer à côté un autre OS que OS X sur un Mac (comme Trisquel GNU/Linux qui est entièrement libre). https://trisquel.info/fr
Pour ce qui d'Android, il est utilisable sans Google. http://www.nicola-spanti.info/fr/documents/tutorials/computing/os/androi...

avatar pismo500 | 

J'utilise Little Snitch pour bloquer yosemite malheureusement je ne crois pas qu'il y ai d"équivalent pour smartphone. A moins de rooter mon téléphone, je ne vois pas comment je peux me passer de samsung et de google qui sont préinstallés. Je peux bien sûr ne pas utiliser leur services mais ce n'est pas pour autant qu'ils n'utilisent pas mes données.

avatar Orus | 

Utiliser Firefox est un geste militant. Le jour ou vous n'aurez plus que Safari et Chrome vous n'aurez plus qu'à pleurer.

avatar Bruno de Malaisie | 

@Orus :
J'ai Safari sur mes bidules et je ne pleure pas.
Je viens d'y installer uBlock d'ailleurs. Excellent pour bloquer les pubs.
Et son pendant sous iOS : Purify...

avatar debione | 

Il est dit "Le jour ou"... Ce n'est pas aujourd'hui...

avatar RyDroid | 

Il ne faut pas non plus exagérer, Chromium est entièrement libre s'il est compilé avec les bonnes options, et il y a WebKit qui est libre avec un moyen aisé de jouer avec à travers Qt.

avatar misstique | 

@Dark-mac : "Jim Cook ? Moi qui pensait qu'il n'y avais que Samsung pour aller dans de tels niveaux de copie" ... il s'agit du frère caché de Tim Cook ... what else ?

avatar RyDroid | 

"le système entièrement libre n'a rien pu faire face à Android"
Firefox OS n'est pas plus libre qu'Android. http://www.nicola-spanti.info/fr/documents/articles/computing/mine/does-...

CONNEXION UTILISATEUR