Bourse : la fin de la confiance aveugle en Amazon ?

Mickaël Bazoge |

L'époque où les investisseurs continuaient de miser aveuglément sur Amazon alors que l'entreprise accumulait les pertes est peut-être révolue. Le « champ de distorsion de la réalité » de Jeff Bezos, le fondateur et CEO du distributeur, n'a cette fois pas accompli de nouveau miracle : l'action du groupe a plongé de 7% hors cotation après le dévoilement de ses résultats trimestriels. Amazon a au second trimestre perdu 126 millions de dollars, malgré l'augmentation de ses revenus de 23%, pour atteindre les 19,34 milliards.

Mais ce sont bien les profits — ou plutôt leur absence — qui inquiètent les actionnaires, ce d'autant qu'Amazon prévoit encore des pertes au prochain trimestre, entre 410 et 810 millions de dollars alors qu'elles se montaient à 25 millions au troisième trimestre 2013. Signe de cette méfiance inédite pour Amazon, l'action du groupe a dévissé de 10% depuis le début de l'année, suite aux interrogations des investisseurs concernant le potentiel de l'entreprise sur le long terme.

Amazon a multiplié les annonces ces derniers temps, du Fire Phone (pas très bien reçu par la critique) à l'offre de lecture illimitée Kindle Unlimited. Cet activisme permettra t-il au distributeur de relancer la machine aux profits ?


Tags
avatar Mme Michu | 

C'est là où il nous faut applaudir Jack (Lang)et Steve (Job) :-)

avatar lmouillart | 

Ce qu'il manque à Amazon retail (en UE) :
Des tarifs plus bas, donc une négociation encore plus agressive au niveau des fournisseurs.
Une unification des boutiques, stocks et tarifs HT au niveau Européen.
La vente de produits frais
Le fait de pouvoir choisir le livreur (par exemple j'ai toujours des soucis avec UPS, alors que Chronopost est tiptop)
Une boutique en ligne un peu mieux fichue (notamment pour les recherche dans des catalogues de grande taille).
La double authentification !!!

Coté financier Amazon reste en forte croissance, et J. Bezos à toujours privilégié la croissance aux bénéfices.

avatar hugome | 

Amazon ne gagne quasiment rien par rapport à son CA depuis 1995.
Beau service, mais ça tue la concurrence

avatar marc_os | 

@mbenjemia :
'On devrait plutôt se féliciter d'avoir un entrepreneur qui dirige son entreprise à long terme et avec des convictions'

Euh... C'est quoi les convictions du monsieur ?
Pour moi Amazon n'est qu'un vendeur* comme Auchan et le monsieur est comparable aux Mullier. Comme eux, il s'éloigne de son métier et se transforme en "producteur". Vendre ne leur suffit pas, ils veulent également produire. Mais comme écrire des livres ça ne s'industrialise pas comme la fabrication de mouchoirs ou de gâteaux, ils s'attaquent à l'électronique et maintenant les téléphones...
Si votre boucher se mettait à la médecine, lui feriez vous confiance ?

(*) En plus c'est un mauvais vendeur. J'ai acheté en tout et pour tout deux livres chez eux d'un auteur allemand peu connu (Lion Feuchtwanger), mes amis allemand ne trouvant pas de version française de ces livres qu'ils voulaient offrir à un ami français.. Et bien malgré ce qui était écrit sur leur site et même sur la facture, j'ai reçu l'un des 2 livres en allemand.
Pas prêt de retourner chez eux...

avatar marc_os | 

@iTroll :
'Moi je l'approuve à 100%. Les autres qui sont soit-disant "écrasés" ils n'ont qu'à s'aligner sur le client d'Amazon, son choix, ses prix, sa facilité d'utilisation, etc. et j'irai peut-être acheter chez eux.'

Ils vendent à perte, et quand les concurrents auront coulé, leurs prix vont remonter. Un classique. Interdit au niveau national, mais la règle à l'international. Belle morale. :/

Pages

CONNEXION UTILISATEUR