Résultats financiers T1 2022 : l’étrange Noël de monsieur Cook

Anthony Nelzin-Santos |

Apple présente les résultats du premier trimestre de son année fiscale 2022, qui correspond au quatrième trimestre de notre année calendaire 2021, c’est-à-dire la période faste des fêtes. Un trimestre inratable pour la firme de Cupertino… en temps normal.

Mais nous vivons dans ces temps « intéressants » qui bousculent la notion de normalité. Alors que nous sommes entrés dans la troisième année de la pandémie de Covid-19, nous sommes bien loin de la frénésie d’achats pour équiper les bureaux des télétravailleurs, mais en plein dans un marasme industriel qui (se) nourrit (d’)une crise économique et sociale.

Autant dire que les chiffres présentés par Tim Cook et Luca Maestri dépassent l’entendement. Malgré les pénuries de composants et les défis logistiques, Apple vient de réaliser le meilleur trimestre de son histoire.

Les bureaux d’Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple.
Les bureaux d’Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple.

En bref

En milliards de dollars.

T1 2022 T1 2021 Évolution
Chiffre d’affaires 123,945 111,439 +11,22 %
Bénéfice 34,630 28,755 +20,43 %
iPhone 71,628 65,597 +9,19 %
iPad 7,248 8,435 -14,07 %
Mac 10,852 8,675 +25,09 %
Services 19,516 15,761 +23,82 %
Autres produits 14,701 12,971 +13,33 %

Chiffre d’affaires

Pour la première fois de son histoire, Apple avait dépassé la barre des 100 milliards de dollars lors du premier trimestre de l’année fiscale 2021. La firme de Cupertino réédite l’exploit avec un chiffre d’affaires de 123,945 milliards de dollars (+11,22 %). Le directeur financier Luca Maestri annonce un bénéfice de 34,630 milliards de dollars, soit 2,10 $ par action.

La marge nette s’établit à 27,94 %, du jamais vu depuis le début des années 2010. Le conseil d’administration autorise le versement d’un dividende de 0,22 $, qui sera versé le 10 février à tous les actionnaires référencés au 7 février.

« Ces résultats records sont rendus possibles par notre gamme de produits et de services la plus innovante à ce jour », commente Tim Cook, « nous sommes ravis de la réaction de nos clients dans le monde entier, alors qu’il n’a jamais été aussi important de rester connecté. »

Ventes d’iPhone

Quand l’iPhone marche, Apple court. Les ventes de smartphones représentent encore la moitié de l’activité de la firme de Cupertino : elles s’étaient envolées cet automne, elles ont explosé cet hiver (+9,19 %), avec la commercialisation de l’iPhone 13 et de l’iPhone 13 Pro. Rendez-vous compte, 71,628 milliards de dollars ont trouvé place au pied des sapins sous la forme d’iPhone.

Ventes d’iPad

Il aura fallu deux ans de pandémie et une crise logistique mondiale pour arrêter la progression de l’iPad, qui s’était pourtant imposée comme un outil incontournable de télétravail et un objet indispensable de télédétente. Les ventes de tablettes baissent pour la première fois en 18 mois (-14,07 %), et retombent à 7,248 milliards de dollars, Apple ayant privilégié les autres appareils.

Ventes de Mac

Les ventes de Mac ont atteint des niveaux historiques ces deux dernières années. La vague d’équipement au début de la pandémie s’est transformée en raz-de-marée avec le tremblement de terre Apple Silicon. Le MacBook Pro n’est pas le modèle le plus vendu, mais la présentation de nouveaux modèles surpuissants a joué son rôle dans la vente de 10,852 milliards de dollars de Mac (+25,09 %).

Services et autres produits

Faut-il encore s’étonner que les services n’en finissent plus de progresser ? Le pari de Tim Cook paye : d’Apple Pay à AppleCare en passant par Apple Music et iCloud, les activités de service progressent de 23,82 %. Avec un chiffre d’affaires de 19,516 milliards de dollars, ils s’imposent définitivement comme le deuxième pilier de la maison Apple.

Malgré le report du lancement de l’Apple Watch Series 7, et les difficultés chroniques d’approvisionnement en AirPods 3 et HomePod mini, la catégorie fourretout des « autres produits » progresse de 13,33 %. Cette activité autrefois périphérique est aujourd’hui plus importante que l’iPad, et pèse 14,701 milliards de dollars.

Pour le T2 2022

« La réaction très forte des clients au lancement récent de nouveaux produits et services entraine une croissance à deux chiffres des revenus et du bénéfice », s’enorgueillit Luca Maestri. Le directeur financier assure maintenir une trajectoire qui menèra l’entreprise vers une position « cash-flow neutre », mais malgré 27 milliards de dollars de rachats d’action et de dividende ce trimestre, Apple a tant gagné qu’elle a remis 14 milliards de dollars de côté !

Luca Maestri pense que le plus difficile est passé sur le plan de la logistique : « nous nous attendons à battre le record du trimestre de mars avec une progression annuelle robuste ». Le directeur financier estime que les pénuries ont couté « plus de six milliards de dollars » de ventes perdues, comme le montre le repli de l’iPad, pour un total dépassant douze milliards en six mois.


avatar melaure | 

Je vraiment heureux pour le Mac, ça restera toujours LE produit Apple pour moi. Il faut continuer pour en voir plus dans le milieu pro, surtout en France où nos DSI sont tellement pro Microsoft ...

Assez d'accord sur les prix de l'iPad, même si le nombre d'unités vendues soit quand même être sympa.

avatar Dimemas | 

salut melaure ;), ça faisait un bail que je ne t'avais pas lu ici
je suis entièrement d'accord avec toi sur le mac, c'est aussi pour moi le produit apple (avec l'iphone quand même), j'attends encore un peu de voir ce que va donner le MBP m2 mais les puces pro me font clairement de l'oeil pour cette année...

avatar laraigneegypsymontealagouttiere | 

@melaure

Mon ancien DSI était archi frustré presque furax quand j’ai introduit un Mac dans la matrice…
Ça l’enervait de ne pas avoir le contrôle total sur la machine, d’autant qu’il n’y connaissait rien au Mac et qu’il était mis devant le fait accompli vu qu’on avait besoin de quelques Mac dans son parc, fallait le voir trépigner…

J’ai eu droit à tous les prétextes… les virus, la sécurité du réseau…

Ils sont pro MS parce qu’on leur vend aussi cette idée que le boulot leur est prémâché et qu’ils ont la main mise totale sur l’ensemble de leur parc…

Un outil unique pour pousser les mises à jour MS sur les bécanes, prendre la main sur n’importe quelle machine n’importe quand et presque espionner, chose qu’ils ne peuvent pas faire sur Mac…

avatar melaure | 

J'ai eu la chance d'avoir un directeur d'agence chez AXA qui me faisait confiance vers 2001/2002. Il m'a laissé bossé avec mon Titanium, car je bossais sur AIX, et mon Titanium (TI-550 sous 10.2) était un bien meilleur poste Unix avec X11 que leurs PC avec leur pauvre émulateur 25 lignes 40 colonnes. Mais c'était ma machine, qui coûtait quand même 3500 euros.

Le plus rigolo c'est que j'émulais aussi un PC avec Virtual PC et c'était plus rapide que le PC sur mon bureau, un vieux truc ;)

Mais la plupart des DSI/directeurs ne sont pas ouverts du tout, pas plus sur Linux d'ailleurs.

avatar YetOneOtherGit | 

@melaure

"Mais la plupart des DSI/directeurs ne sont pas ouverts du tout, pas plus sur Linux d'ailleurs."

Superbe illustration d’une vue biaisée par un horizon très limité qui ne tient pas la route une seconde à l’aune des faits objectifs: la domination actuelle de GNU\Linux sur le marché des serveurs toute taille d’entreprise confondues 😎

Y’a ce que tu vois et il y a les réalités que l’on ne voit qu’en prenant de la hauteur et du recul 🤓

avatar Brice21 | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

"chose qu’ils ne peuvent pas faire sur Mac…"

Parle leur de JAMF.

avatar Bigdidou | 

Les meilleurs trimestre jamais produit par Apple, normal.
—-
Et comme par hasard après le départ de Ive. Je dis ça…
—-
Et encore : tout ça, c’est sans tenir compte des conseils des réactions sur MacGe.
Le jour où Tim tombe dessus, il va décupler son affaire.
—-
A ce train la, Apple va détruire le monde.

avatar Mac1978 | 

Les résultats de cette boite sont incroyables trimestre après trimestre. On peut aimer ou pas le modèle économique fermé, mais force est de constater que ça marche du tonnerre, et donc qu'il répond à un vrai besoin des clients.
Étant venue à Apple via l'Apple II en 1978, le succès du Mac me réjouit vraiment.
Après un accident, j'étais à la Clinique de la main de Genève la semaine passée. De voir une dizaine d'iMac M1 installés non seulement à la réception, mais aussi dans certaines salles de soin, m'a fait plaisir. Surtout en discutant avec le personnel louant leur satisfaction à travailler dessus.

avatar Paquito06 | 

@Mac1978

“Les résultats de cette boite sont incroyables trimestre après trimestre. On peut aimer ou pas le modèle économique fermé, mais force est de constater que ça marche du tonnerre, et donc qu'il répond à un vrai besoin des clients.
Étant venue à Apple via l'Apple II en 1978, le succès du Mac me réjouit vraiment.
Après un accident, j'étais à la Clinique de la main de Genève la semaine passée. De voir une dizaine d'iMac M1 installés non seulement à la réception, mais aussi dans certaines salles de soin, m'a fait plaisir. Surtout en discutant avec le personnel louant leur satisfaction à travailler dessus.”

J’espere que ta main va bien a present.
Mieux (quelque part) qu’en Suisse, en Inde où mon dentiste avait une armee d’iMac egalement! Satisfaction absolue pour la stabilite du systeme.

avatar Moebius13 | 

Apple is doomed !!!

C'est bientôt la fin, les finances sont au plus bas 😔

Non sans déconner, quand tu vois la puissance de la marque et sa capacité financière, non seulement ça doit en faire le premier des GAFAM en terme de puissance (on ne parle pas variété de produits ou autre).

Ils pourraient ne rien sortir pendant 20 ans sans limoger le moindre salarié et rester une multinationale increvable.

Je n'ose imaginer s'ils sortent un nouveau produit, lunettes ou autre qui tombe au bon moment comme l'iPhone et qui exploserait au niveau du grand public.

Reste qu'Apple n'investi pas suffisamment dans plusieurs domaines :

- Plans qui reste loin de Maps ou Waze, Apple a les moyens de rattraper Google à marche forcée en lâchant les milliards.
- Siri, terriblement à la traîne, quand je lance Alexa ou Google je me rends compte du gouffre abyssal qui les sépare. Je sais que ça tient à la philosophie d'Apple de ne pas récolter les données clients mais pourquoi ne pas laisser le choix ? Si Apple ne monétise pas, je préfère opter pour une collecte et un Siri qui revienne dans la course
- Apple TV +, le catalogue reste désespérément vide, les séries se comptent sur le bout des doigts et le catalogue de films est rachitique. Il est temps de lâcher les brouzoufs et s'acheter un vrai catalogue tiers.
- Apple Arcade, un service qui stagne, n'évolue pas et ne semble pas tellement attirer les développeurs et les projets ambitieux. Vu la concentration actuelle dans le domaine, Apple devrait racheter des studios et des éditeurs et ouvrir des "Apple games studios", avec des exclusivités. Les iphone, Ipad pro et Macbook pro sont désormais assez puissants pour qu'il soit intéressant de produire des AAA, quitte ensuite à les porter sur consoles et PC.

Il fut un temps où il y avait la rumeur d'un moteur de recherche Apple.
Certes l'accord avec Google leur rapporte pas mal, mais dans une stratégie visant à ne pas dépendre des autres, pourquoi n'ont ils pas engagé ce chantier au long court en investissant de grosses sommes d'argent. Ça ne se serait pas fait en un seul jour c'est sûr, mais on aurait pu avoir la seule alternative crédible à Google qui en plus aurait respecté la vie privée.

Bref les services rapportent mais ils ne vont pas au bout de leurs démarches et ne prennent pas de risques, quitte à se planter, ils peuvent se le permettre.

avatar Brice21 | 

@Moebius13

"Il fut un temps où il y avait la rumeur d'un moteur de recherche Apple."

En fait Apple a un crawler qui indexe méthodiquement tout l’internet depuis des années. Je les vois passer dans les logs de mes serveurs web.

Lorsque tu tapes une recherche dans la barre d’adresse de Safari, des résultats structurés apparaissent avant ceux de Google. Ce sont les propositions du moteur de recherche d’Apple. De plus en plus d’utilisateurs utilisent ces résultats immédiatement plutôt que de poursuivre leur recherche sur Google.

En fait Apple est petit à petit en train de manger le gâteau des requêtes de Google, progressivement, catégorie après catégories, sous le nez de tous. Mais Apple prends son temps et n’intègre ses résultats que lorsqu’ils ont peaufiné et enrichi la catégorie.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR