Epic dit qu'Apple fait une grosse marge sur l'App Store, Apple répond que c'est plus compliqué

Mickaël Bazoge |

Le procès qui va s'ouvrir dès lundi en Californie entre Apple et Epic devrait révéler quelques petits secrets sur l'App Store que le constructeur de Cupertino aurait sans doute voulu garder sous le tapis. Il s'annonce également comme une bataille d'experts, et il reviendra à la juge Yvonne Gonzalez Rogers de démêler le vrai du faux.

Bloomberg rapporte qu'Epic a demandé à un expert, Ned Barnes, de calculer la marge opérationnelle réalisée par Apple avec sa boutique d'apps. Selon des documents internes destinés à Tim Cook que ce chercheur financier a pu obtenir et d'autres informations confidentielles fournies par un employé d'Apple, la Pomme aurait réalisé une marge de 79,6% en 2018 et en 2019 sur l'App Store.

Apple a tenu à préciser à la publication que ces calculs sont « tout simplement faux » et que l'entreprise entend les réfuter devant la justice. Malheureusement, Apple ne donne aucun chiffre, il est donc bien difficile de connaitre le fin mot de l'histoire. Et c'est pourtant essentiel, puisque la profitabilité de l'App Store est au cœur des accusations d'Epic.

Les revenus générés par Apple sur l'App Store comprennent la commission de 15 ou 30% sur les ventes d'applications, sur les achats intégrés et les abonnements. Kyle Andeer, directeur juridique d'Apple, a témoigné la semaine dernière devant une commission du Sénat américain, jurant ses grands dieux que le constructeur ne tenait pas de comptabilité spécifique sur les recettes et les profits de la boutique. « Ce n'est pas une activité séparée pour nous », a-t-il affirmé.

Tim Cook a également indiqué que l'activité d'Apple n'était pas structurée d'une manière telle qu'il suffisait d'appuyer sur un bouton pour obtenir des chiffres sur les pertes et les profits de l'App Store. Pourtant, d'après Ned Barnes, Apple suit bel et bien les bénéfices générés par l'App Store, il a d'ailleurs obtenu des documents allant dans ce sens entre 2013 et 2015.

Apple a d'ailleurs demandé à la juge d'interdire à Epic de divulguer des informations financières concernant l'App Store. Le constructeur estime que ces données sont de nature à provoquer la confusion chez les actionnaires et les investisseurs, « y compris les nombreux fonds de pension, fonds communs de placement ».

Apple n'est toutefois pas démuni face à cet expert. Le constructeur a de son côté fait appel à Richard Schmalensee, chercheur en économie au MIT, qui estime que les estimations d'Epic sur la marge opérationnelle de la boutique ne sont pas fiables car « elles isolent un segment de l'écosystème iOS qui augmente artificiellement la marge apparente de ce segment ».

Epic va chercher à convaincre la cour qu'Apple gagne beaucoup d'argent avec l'App Store sans en dépenser beaucoup. Cet argument d'un business extrêmement rentable pourrait donner de l'eau au moulin à l'éditeur de Fortnite qui voudrait bien voir une baisse de la commission prélevée par la Pomme.


Tags
avatar blueblood | 

C'est spécieux comme argument alors que ce qui est reproché à Épic, c'est de ne pas avoir respecté plusieurs clauses du contrat signé avec Apple. De bonne ou de mauvaise foi c'est sa signature sur le contrat et ses actions contraires qui vont être jugés...

avatar r e m y | 

Ce n'est pas ce qui justifie le procès, d'autant que n'est Epic qui a porté plainte au départ, pas Apple.
D'autre part, quand on publie une app sur l'AppStore, a aucun moment on ne signe un contrat. Il y a des règles imposées unilatéralement par Apple, règles qui changent régulièrement sans qu'il n'y ait la moindre négociation avec les tierces parties.
Si on veut mettre à disposition son app ou son service aux utilisateurs d'iPhone, on est contraint d accepter ces clauses aussi léonines soient-elles. On ne peut donc pas considérer qu'Epic a "accepté" ces clauses puis ne les a pas respectées.
C'est tout l'argumentaire d'Epic que de soutenir que certaines clauses imposées unilatéralement doivent être revues voire interdites.

avatar YetOneOtherGit | 

@r e m y

"C'est tout l'argumentaire d'Epic"

Si tu crois que c’est “tout l’argumentaire” c’est que tu as survolé les documents de la procédure 😉

avatar webHAL1 | 

@r e m y :

Jusqu'ici la stratégie d'Epic me semble être habile. Ils ont forcé Apple à retirer Fortnite de l'App Store, afin de pouvoir ensuite porter plainte et se poser en victime.
Il me paraît clair qu'Epic se moque bien que la justice tranche en sa faveur et que Fortnite soit réintégré à la boutique en ligne de la Pomme. Le manque à gagner pour eux de ne pas avoir Fortnite sur iOS est négligeable.
Leur but est de faire exploser le monopole de l'App Store, ou en tout cas de faire en sorte qu'Apple ne puisse plus imposer ses règles arbitraires, pouvant en outre changer tous les 4 matins. Cette procédure permet d'exposer tout un tas d'éléments pour atteindre leur objectif, éléments qui donneront de l'eau au moulin des autorités en charge des pratiques anti-concurrentielles à travers le monde, elles qui ont déjà Apple sur leur radar.
Bonus supplémentaire, Epic peut se présenter en petit David sympa défiant le grand méchant Goliapple. Et même s'ils sont loin d'être insignifiants, en effet le rapport de force entre les deux pourrait être qualifié de biblique. ^_^

avatar Tech | 

Epic s’est pris une claque et en veut une deuxième.

avatar IsaPain | 

@Tech
En l'occurrence ils jouent a un sale jeu (balancer un tel chiffre peut être a double tranchant s'il s'avérait qu'il était faux) est si Tim a les moyens juridiques de les reclaquer, il va pas y aller de main morte après une telle bobinette...
Tic Tac Tic Tac... ⏰🤯

avatar YetOneOtherGit | 

@IsaPain

"balancer un tel chiffre peut être a double tranchant s'il s'avérait qu'il était faux"

Strictement aucun risque: c’est une estimation d’expert présentée comme tel et ce n’est de plus absolument pas la clé de voûte de l’édifice.

De plus la communication de cette estimation sert la part, très importante pour EPIC depuis le départ, de communication à destination des communautés.

Ceux qui sombrent dans le clivage et prennent EPIC pour un chevalier blanc défendant le consommateur face à l’inique Apple vont adhérer à ce chiffre et renforcer leur adhésion à la cause.

C’est de bonne guerre et sans risque.

avatar DG33 | 

@IsaPain

Si ce chiffre s’avère, c’est qu’il est vrai ; sinon il se révèle faux 😉

avatar YetOneOtherGit | 

@Tech

"Epic s’est pris une claque et en veut une deuxième."

Ils ne se sont pris aucune claque sur les procédures préliminaires ce serait très caricaturale d’imaginer cela:
- Ils n’ont pas obtenus les mesures conservatoires qu’ils demandaient durant la longue procédure
- Ils ont réussi à sortir Unreal du périmètre des rétorsions d’Apple ce qui n’est pas rien
- La juge n’a pas balayé d’un revers de manche les ressorts des attaques d’EPIC

Bref : le champ des possibles pour les deux parties est largement ouvert sur la très longue procédure qui débute.

Nous avons une procédure de première instance qui produira un appel et se finira sans doute devant la SCOTUS.

A ce jour personne de sérieux ne se risque à inférer l’issue de ce long parcours.

On ne peut que dire que les dossiers des deux parties sont sérieux et bien montés, rien de plus 😎

avatar cecile_aelita | 

- Il dit 5,4,3, paf pastèque.
- Il dit qu’il voit pas le rapport.

avatar Sindanárië | 
avatar cecile_aelita | 

@Sindanárië

avatar Sindanárië | 
avatar pechtoc | 

79.6% est bien évidemment faux, le vrai chiffre est 79.55% et Apple auraient plutôt arrondi vers le bas.

avatar e2x | 

«  elles isolent un segment de l'écosystème iOS qui augmente artificiellement la marge apparente de ce segment ». woulaaa ça promet !
Appelez-moi qd ce sera fini que je vois la tête du perdant 👀😅

avatar Mageekmomo | 

Sur le calcul de la marge, une partie est assez simple, les revenus générés par les App Store. C'est sur la considération des centres de coûts liés que cela va être très intéressant.

Epic a intérêt à considérer uniquement
- L'équipe qui développe la plateforme,
- Celle qui offre du support et qui valide, en gros les personnes qui font tourner App Store Connect
- Et l'infrastructure technique des App store (serveurs, systèmes de paiement par exemple).

Apple va au contraire chercher à élargir à tout ce qui concerne le developpement sur ses systèmes :
- Création et évolution de ses langages (notamment Swift), qui sont des profils beaucoup plus onéreux
- Environnement de développement (Xcode voire Swift Playground^^),
- WWDC et conférences locales
- Équipes de support de la plateforme Developer
- Voire tout ce qui a trait aux Apple ID car les liens sont très étroits
- Avec un peu de mauvaise foi, toutes les initiatives autour du développement en général et les subventions de formations professionnelles qu'Apple a autour du monde.

Ce débat va être passionnant car effectivement Apple n'a pas isolé ces activités de façon à avoir une Business Unit "App Stores", et heureusement car dedans il y'a des aspects techniques, marketing, support, finance avec des intégrations fortes dans leurs services et services.

avatar Mageekmomo | 

Mon avis (qui n'engage que moi) considère la définition d'Apple comme plus exacte car il y a vraiment un travail de l'ombre colossal derrière le succès de l'App Store. Même si tout n'est pas parfait et qu'il y a a redire sur pas mal de sujets, c'est quand même 90% de bonnes choses. Je dis ça d'après ma propre expérience, après avoir géré ou interagi avec pas loin d'une centaine d'apps pour mes clients dans ma carrière, dont des apps qui étaient dans le top 10.

avatar Mageekmomo | 

Si j'ai oublié un centre de coût dans mon analyse de coin de table n'hésitez pas 😊

avatar Paquito06 | 

@Mageekmomo

"Mon avis (qui n'engage que moi) considère la définition d'Apple comme plus exacte car il y a vraiment un travail de l'ombre colossal derrière le succès de l'App Store."

J’ai hate de voir Apple en defense inclure tout ce qui touche de près ou de loin les coûts liés a l’App Store, et ce denominateur fera mecaniquement plonger le 80% de marge avancé par Epic. On va rire.
Maintenant, devoiler certaines formules magiques confidentielles, j’espere que ni la Justice ni Epic le feront. Comme expliqué, du lourd repose la dessus (investisseurs institutionnels, retraites, etc.). Je suis sûr qu’Apple va conserver une part du secret.

avatar YetOneOtherGit | 

@Paquito06

"J’ai hate de voir Apple en defense inclure tout ce qui touche de près ou de loin les coûts liés a l’App Store, et ce denominateur fera mecaniquement plonger le 80% de marge avancé par Epic. On va rire."

J’essaye de trouver la construction du BS en comptabilité qui ne doit pas être piquée des hannetons.

J’espère qu’EPIC n’a pas payé trop cher « l’expertise » qui sent à plein nez le bricolage approximatif digne d’un auditeur d’Enron 😁🤑

avatar Paquito06 | 

@YetOneOtherGit

"J’espère qu’EPIC n’a pas payé trop cher « l’expertise » qui sent à plein nez le bricolage approximatif digne d’un auditeur d’Enron 😁🤑"

😂😂😂

avatar pommier | 

@YetOneOtherGit

Ce que je trouve passionnant dans toute cette histoire, c’est que même en n’ayant aucune base en économie, mais en la considérant comme une grosse joute verbale de politiciens ou une guerre d’influence de trafiquants de drogue -merci Breaking Bad- on peut trouver du sens à toutes ces actions.

Je peux manquer de connaissance sur le sujet et me planter, mais quelqu’un différenciait un jour Apple de FaceBook, Amazon et Google en expliquant qu’elle restait une entreprise de l’ancien monde qui avait trouvé un fonctionnement extrêmement efficace mais qui restait une tambouille assez personnelle, face à ces entreprises du nouveau monde toutes 3 principalement liées à l’Internet.
Cette distinction m’avait marqué et depuis, je vois ce conflit Epic vs Apple comme le caïd à la zone d’influence confortable, bien installé dans le trafic de cocaïne mais sans plus, qui reçoit le soutien des gros canaux de distribution colombiens pour exposer le système (et donc les faiblesses) du gros patron actuel pour inciter les autorités et les rivaux à l’attaquer comme des hyènes... et mettre fin à l’ancien âge.

C’est très caricatural et limité hein, mais chaque info qui tombe me donne vraiment cette image. Et nous voir prendre parti pour l’un ou l’autre, c’est comme si les citoyens lambdas qui alimentent le trafic de drogue et/ou en souffrent choisissent de soutenir Heisenberg ou Gus Fring: dans tous les cas on se fait plumer, parfois on peut préférer l’un à l’autre par intérêt personnel véritable, parfois on se laisse juste prendre à l’argumentaire marketing.

avatar Brice21 | 

@Mageekmomo

Tu as notamment oublié : La création éditoriale du contenu de l’app store et les traductions en de nombreuses langues, La gestion des systèmes de paiement (carte de crédit, paypal, mais dans chaque pays il y a des systèmes locaux comme bancontact, CB, via les opérateurs telco, etc.), la gestion de la facturation dans de nombreux pays et la comptabilité y afférant, la gestion, la collecte et le reversement de la TVA, la gestion des remboursements et le support, la distribution des cartes prépayées et cartes cadeaux, la commission versée aux distributeurs de cartes prépayées et carte cadeaux, la gestion des contrats, des certificats, des infrastructures de notification mise à disposition des développeurs, etc. En fait je ne suis pas certain que l’app store soit profitable en dessous de 20%, déjà l’Epic GameStore perds des centaines de millions de dollars avec des commissions de 12% + 5%, et ne fourni pas autant d’outils et d’APi qu’Apple. Steam ne fourni presque rien et prends 30%. C’est eux les plus malins.

avatar DG33 | 

@Brice21

Et la hotline client, les passages en Apple (store) parce que telle ou telle App « ne marche pas »…

avatar Nesus | 

@Mageekmomo

Ça ne serait pas de la mauvaise foi, mais de la bonne gestion. Il faut amortir les frais fixes sur le prix de vente. Pour avoir des prix de ventes cohérent et rentable, il faut le faire sur chaque devis. C’est juste la base d’une bonne gestion. Donc l’achat du stylo de la secrétaire du pôle marketing qui a fait une campagne de communication pour l’app store, doit être dans le prix de vente de l’app store. Sinon au bilan, il va manqué du bénéfice. Après on peut dire que c’est de la mauvaise foi, mais en vrai, c’est de la mauvaise gestion.

avatar Sindanárië | 

@Mageekmomo

"Sur le calcul de la marge, une partie est assez simple, les revenus générés par les App Store. C'est sur la considération des centres de coûts liés que cela va être très intéressant.
Epic a intérêt à considérer uniquement
- L'équipe qui développe la plateforme,
- Celle qui offre du support et qui valide, en gros les personnes qui font tourner App Store Connect
- Et l'infrastructure technique des App store (serveurs, systèmes de paiement par exemple)."

Des sources pour étayer ?

avatar Sindanárië | 

@Mageekmomo

"Apple va au contraire chercher à élargir à tout ce qui concerne le developpement sur ses systèmes :
- Création et évolution de ses langages (notamment Swift), qui sont des profils beaucoup plus onéreux
- Environnement de développement (Xcode voire Swift Playground^^),
- WWDC et conférences locales
- Équipes de support de la plateforme Developer
- Voire tout ce qui a trait aux Apple ID car les liens sont très étroits
- Avec un peu de mauvaise foi, toutes les initiatives autour du développement en général et les subventions de formations professionnelles qu'Apple a autour du monde."

D’autres sources plus concrètes pour ces déductions?

avatar YetOneOtherGit | 

@Sindanárië

"D’autres sources plus concrètes pour ces déductions?"

De grandes chances qu’Apple argue qu’isoler en comptabilité analytique l’activité et la profitabilités du store n’a pas de sens pour eux dans leur approche de la définition tarifaire des produits.

Ils pensent certainement la marge sur l’ensemble de l’écosystème et l’app store est pour eux consubstantielle à l’écosystème.

C’est une approche aujourd’hui assez courante que de considérer qu’il y a beaucoup trop de couplage entre les offres de produits et de service pour isoler objectivement la rentabilité d’un d’entre eux.

La procédure va être très intéressante dans ce qu’elle va rendre public.

Les deux long dossier des parties sont déjà passionnants 😋

avatar Mageekmomo | 

@Sindanárië

Non, comme je disais c'est une analyse de coin de table, mais si tu as mieux à proposer tu es le bienvenu

avatar Mageekmomo | 

@Sindanárië

Non, comme je disais c'est une analyse de coin de table, mais si tu as mieux à proposer tu es le bienvenu

avatar Nesus | 

C’est absolument n’importe quoi cette histoire. Donc en fait, il est reproché à Apple de faire ses bénéfice et un juge va juger si ce bénéfice est trop ou non ? Depuis quand un bénéfice est moral ? Dans ce cas, ca n’est pas la peine de faire un procès à Apple. Envoyer directement la sentence. Vu la rentabilité d’Apple…

Et puis epic sérieux… je comprends pourquoi leur store n’est pas rentable. Calculer juste le prix de revient du store. Il n’y a que les très mauvaises entreprises qui font ça.
La rentabilité d’une activité doit prendre l’ensemble des éléments qui la constitue, si on veut pourvoir raisonnablement déterminer un prix de vente qui rentabilise l’ensemble de ses coûts. Vu les marge d’Apple, il est évident qu’ils le font. Donc quand Apple fait une pub pour la sécurités l’iPhone, oui c’est une partie du prix de revient de l’app store. Et puis un employé. À moins que ce soit le DAF et qu’il soit partie avec l’ensemble des pièces comptable (et nous savons que non), qu’est-ce que le gars connaît de la rentabilité de l’app store ? Il n’y a pas des notes de service chez Apple disant : aujourd’hui on a dépensé tant et ça nous a rapporté tant.
Le gars a donc l’ensemble des chiffres de ventes, l’ensemble des fiches de paie, l’ensemble des dépense rh&d, l’ensemble du budget marketing… il est quand même très bon cet employé.

avatar YetOneOtherGit | 

@Nesus

"Donc en fait, il est reproché à Apple de faire ses bénéfice et un juge va juger si ce bénéfice est trop ou non ?"

C’est un peu plus subtil que ça, EPIC veut montrer que l’App Store est très profitable et que ce haut niveau de rentabilité est un indicateur d’une absence de concurrence.

avatar misterbrown | 

@YetOneOtherGit

A avoir énervé Epic pour des broutilles de pourcentages, Apple a beaucoup plus à perdre si EPIC arrive à convaincre et alerter le monde juridique du monopole d’Apple sur le Store d’application.
D’ailleurs cette affaire résonne dans tous les pays.

avatar YetOneOtherGit | 

@misterbrown

"A avoir énervé Epic pour des broutilles de pourcentages"

Vision très caricaturale des choses.

EPIC n’est pas énervé par des broutilles de pourcentage de commission.

EPIC est dans une stratégie de conquête du marché de la distribution des app financée à perte par sa superbe rentabilité.

L’objectif de la procédure n’est pas simplement de faire tomber la main mise d’Apple, mais de créer les éléments jurisprudentiels n’existant pas à ce jour qui ouvriront l’accès à absolument toutes les plateformes.

Apple n’est que la clé de voûte pour faire s’effondrer toutes les barrière aux ambitions d’EPIC.

La procédure sera longue et coûteuse pour EPIC avec une issue incertaine.

Mais ce qu’il y a à gagner en cas de succès ouvrira un énorme potentiel de retour sur investissement pour un EPIC qui se projette en acteurs central de la distribution d’app sur toutes les plateformes.

C’est une belle vision stratégique et une action audacieuse 👏

Mais cela n’a strictement rien à voir avec les intérêt du consommateur.

EPIC et son actionnaire de référence Tencent sont sur des stratégies de conquête extrêmement ambitieuses 👍

avatar misterbrown | 

@YetOneOtherGit

Je pense quand même qu’ils n’auraient pas déclenché la guerre, ni déplacé la bataille sur ce terrain si Apple avait cèdé plus tôt, ou tout de suite sur leur revendications initiales: un pourcentage de revenus plus gros. L’issue est trop incertaine.

Le fait que de nombreux acteurs aient pris partie pour Epic leur a donné des ailes. Ils ont compris qu’il y avait effectivement quelque chose de beaucoup plus gros à faire jurisprudence avec Apple pour la suite.

avatar YetOneOtherGit | 

@misterbrown

"Je pense quand même qu’ils n’auraient pas déclenché la guerre, ni déplacé la bataille sur ce terrain si Apple avait cèdé plus tôt"

Ils savaient parfaitement qu’Apple ne pouvait absolument pas céder, tu as des éléments très intéressant dans le dossier sur la longue préparation de la tactique qui devait déboucher impérativement sur la procédure.

Tout a été fait pour arriver au casus belli c’est d’ailleurs ce qui a fait qu’EPIC n’a pas obtenu de mesures conservatoires (Hors Unreal) lors des procédures préliminaires.

avatar misterbrown | 

@YetOneOtherGit

👍🏻

avatar oomu | 

@YetOneOtherGit

merci pour ce résumé qui remet rapidement et clairement les enjeux derrière tout ça.

oui Epic savait pertinemment comment Apple allait agir, et oui c'est bien + que le seul Apple qui est en jeux.

"Tout a été fait pour arriver au casus belli c’est d’ailleurs ce qui a fait qu’EPIC n’a pas obtenu de mesures conservatoires (Hors Unreal) lors des procédures préliminaires."

d'ailleurs, il me semble que MacG avait bien expliqué ce point dans un de leurs articles.

avatar YetOneOtherGit | 

@oomu

"d'ailleurs, il me semble que MacG avait bien expliqué ce point dans un de leurs articles."

Les éléments de procédure montre parfaitement la façon méticuleuse de préparation de la stratégie et la tactique.

MacGe avait effectivement fait, il me semble, un résumé de ces éléments quand ils ont été rendu public.

C’est audacieux et assez brillant de la part d’EPIC 👍

avatar YetOneOtherGit | 

@oomu

"merci pour ce résumé qui remet rapidement et clairement les enjeux derrière tout ça."

Une des choses les plus difficile à faire passer, au delà de la totale légitimité de l’action d’EPIC, c’est le concept même du système de common law.

Faire comprendre que l’objectif de la procédure n’est pas d’appliquer directement le droit mais d’être source du droit une fois que la SCOTUS aura tranché semble très difficile.

Le cas n’a pas de précédent équivalent étant été jugé et donc nul ne sait si, un schématisant un rien : « une situation de monopole absolue sur un marché qui représente qu’une part du marché globale entre-t-elle dans le champ d’application du Sherman Act ? »

Strictement aucun expert ne se risque aujourd’hui à pronostiquer ce qui sortira de la procédure tant les arguments des deux parties sont sur le fil du rasoir.

avatar YetOneOtherGit | 

@Nesus

"Donc en fait, il est reproché à Apple de faire ses bénéfice et un juge va juger si ce bénéfice est trop ou non ? "

De la même manière Apple met en avant le financement de l’activité de L’EPIC Game Store hautement déficitaire pour montrer que l’argument marketing mis en avant face à Steam d’un niveau de commission inique est faux et qu’EPIC est dans une politique de concurrence “déloyale” en finançant ces lourde pertes pour mettre en position de faiblesse son concurrent.

Chaque parti essaye de montrer l’hypocrisie de la position de l’autre, pour schématiser.

avatar Mageekmomo | 

Le but d'Epic c'est d'attaquer ce qu'il considère comme une position monopolistique nuisible. Un angle d'attaque est de dire qu'Apple a intérêt à garder un seul magasin d'apps car les marges sont très importantes.

avatar misterbrown | 

@Mageekmomo

Voilà

avatar RB3D | 

Franchement les 2 fond pitiés. C’est vrai que c’est dure financièrement pour eux en ce moment et ça vaut bien une dépense de quelques millions pour un procès.

avatar Classic160 | 

@RB3D

Jusqu’à preuve du contraire, Apple n’a pas attaqué, donc ils n’ont juste pas le choix de se défendre...

avatar oomu | 

ce sont des stratégies de croissances et de forcer l'ouverture de marché qui me paraissent totalement pertinentes et justifiées.

je n'y vois rien de "pitoyable" ou de faute.

Sachant qu'il y a, potentiellement, la possibilité de jurisprudence qui chamboulera l'ensemble de l'industrie.

-
et même si ça peut être qu'un vœu délirant de ma part, O que j'aimerais que ça aboutisse à terme à une remise en question de l'exclusivité des boutiques PAR consoles de jeu AUSSI.

avatar Malvik2 | 

Dans tout ce merdier, moi à mon petit niveau tout ce que j’espère c’est un retour d’Infinity Blade sur l’app store lol

avatar Mageekmomo | 

@Nesus Le but d'Epic c'est d'attaquer ce qu'il considère comme une position monopolistique nuisible. Un angle d'attaque est de dire qu'Apple a intérêt à garder un seul magasin d'apps car les marges sont très importantes.

avatar cv21 | 

"ces données sont de nature à provoquer la confusion chez les actionnaires et les investisseurs, « y compris les nombreux fonds de pension, fonds communs de placement »."

Autrement dit appuyer là où cela peut fair mal ? Pourquoi Apple a si peur que des chiffres soient divulgués ?

avatar oomu | 

"Pourquoi Apple a si peur que des chiffres soient divulgués ?"

parce que ces données sont de nature à provoquer la confusion chez les actionnaires et les investisseurs, y compris les nombreux fonds de pension, fonds communs de placement.

;)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR