App Store : Apple sous pression de la commission antitrust du Sénat US

Mickaël Bazoge |

Les pratiques commerciales de l'App Store et du Play Store sont passées sur le grill de la commission du Sénat US sur la concurrence. Outre les représentants d'Apple et de Google qui ont été soumis à la question des sénateurs — dont la présidente démocrate Amy Klobuchar —, on a pu entendre les témoignages de Spotify, Tile et Match Group, trois entreprises en pointe dans la dénonciation des us et coutumes des boutiques d'applications.

Pour défendre les intérêts d'Apple, le constructeur a (non sans mal) fait appel à son chief compliance officer, Kyle Andeer. Pour Google, c'est Wilson White, directeur des relations gouvernementales, qui a été appelé à la rescousse. Horacio Gutierrez, directeur juridique de Spotify, était présent, tout comme Kirsten Daru conseillère générale chez Tile, Jared Sine son homologue chez Match Group, ainsi que Mark Cooper directeur de recherche auprès de la Consumer Federation of America (CFA), un groupe de défense des consommateurs.


avatar raoolito | 

🍿au beurre salé et au miel ! < nouveauté du jour

sinon nos succès habituels, au sel marin, au caramel ou nature!
deux popcorn achetés, une boisson au choix!
venez nombreux !

avatar MrMeteo | 

@raoolito

Je veux bien tester la nouveauté du jour, merci bien ! 🍿
Que le spectacle commence ! 😎

avatar gwen | 

Pour une fois on sent qu’ils connaissaient le sujet. C’est rare.

avatar YetOneOtherGit | 

@gwen

"Pour une fois on sent qu’ils connaissaient le sujet. C’est rare."

Les travaux des sous-comités sont en général de bon niveau et effectivement cette session était remarquablement bien préparée.

avatar fosterj | 

« Kyle Andeer n'a pas su ou pas voulu confirmer ces chiffres, il a cependant indiqué qu'il n'existait pas de comptabilité faisant le bilan des profits et des pertes de l'App Store. »

😂😂😂

avatar huexley | 

Oui c'était assez drôle effectivement. Je me suis pas encore tout tapé mais j'ai trouvé intéressant la position de Kirsten Daru sur comment en pompant les infos des concurrents via l'App Store Apple pouvait mieux se positionner pour les étouffer.

avatar YetOneOtherGit | 

@fosterj

C’est un peu plus subtil que ça 😉

avatar Silverscreen | 

Je pense qu’Apple joue la montre. A terme, ils n’ont qu’à baisser la commission, éventuellement avec une tarification par tiers (en fonction des revenus des éditeurs ou, par type de service) pour faire preuve de bonne volonté apparente. Acculés, ils peuvent aller jusqu’à proposer que l’app Store devienne un spin-off semi-indépendant d’Apple, comme Filemaker.
Mais jamais ils n’ouvriront leurs OS à d’autres boutiques : l’effet serait catastrophique sur la sécurité de la plateforme et un point d’entrée sans contrôle à des acteurs Chinois. Ils le savent et la commission aussi.

avatar Nesus | 

Tôle me font marrer. Les produits sont bancales depuis le départ et ils le savent. Ils voient bien qu’Apple comble les manques de Tile et ils viennent pleurer... il n’y avait pas de solution si ce n’est avoir un parc d’utilisateurs aussi important que celui d’Apple. Ce qui est logiquement impossible. Ils se sont juste trompé de marché. D’ailleurs, ils sont très loin d’être arrivés les premiers et ils sont arrivés en faisant croire qu’il allait régler le problème des concurrents précédents. Bref, la roue tourne.

Perso, ma tuile est dans un tiroir depuis un ou deux ans et je vais acheter un airtags avec plaisir.

avatar YetOneOtherGit | 

Comme toujours attendre de voir ce que donnera en terme d’initiative législative cette commission et ce qui en sortira éventuellement en terme d’adoption de nouveaux textes.

Et là rien n’est évident, loin s’en faut.

Wait & See 👀

avatar Krysten2001 | 

@YetOneOtherGit

Personnellement je vois Tile se plaindre par le fait qu’il n’arrive pas à faire mieux que les Airtag. Qu’ils n’ont pas un aussi grand parc d’appareil. 🤔

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

Sur Tile c’est une toute petite partie de l’audience et c’est significatif d’un phénomène qui est quand même très courant dans le business : voir des majors débarquer sur son marché.

Ils ont eu en peu de temps Samsung et Apple qui arrivent avec leur force de frappe.

C’est de bonne guerre de défendre ses intérêts par tous les moyens possibles pour une entreprise.

Après le jour ou la loi rendra réellement équilibré le rapport de force entre des entreprises aussi puissantes qu’Apple et des entreprises aussi fragiles que Tile n’est pas venu.

C’est une constante du business depuis la nuit des temps et cela n’a pas été inventé par Apple très loin s’en faut.

Mais ce n’est qu’une toute petite part des sujets fort bien adressés pendant la session.

avatar YetOneOtherGit | 

Beaucoup de très bons arguments de la part de la commission et une réelle connaissance des dossiers 👏

Par contre sur les enjeux de Sherlock, je trouve les argument assez spécieux.

Croire qu’un industriel a besoin des informations du store pour identifier les idée intéressante est un fantasme.

Nous ne sommes pas face à des analyses complexe nécessitant de la data.

D’ailleurs Scherlok qui a donné son non à la pratique est une application qui a existé en dehors de tout système d’App Store et qui ne fait que reproduire un standard du business depuis des temps immémoriaux.

Les bonnes idées ne sont pas difficile à identifier: tout un chacun ici est capable de le faire sans avoir besoin de données.

avatar drarigemualliug | 

Désolé, mais l'intégralité de "l'expérience" Tinder ne se passe pas sur l'iPhone.. En fait c'est très uberien comme façon de faire.

CONNEXION UTILISATEUR