Tim Cook laisse la porte ouverte à un retour de Parler sur l’App Store

Nicolas Furno |

Tim Cook s’est exprimé sur Parler lors d’une interview exclusive donnée à la chaîne CBS qui évoquait principalement les initiatives d’Apple pour lutter contre l’inégalité raciale aux États-Unis. Gayle King a aussi interrogé le CEO d’Apple sur l’actualité et notamment sur ce réseau social qui revendiquait l’absence de modération et qui a attiré les mouvements d’extrême-droite et contribué à l’attaque contre le Capitole le 6 janvier dernier.

Comme Google sur le Play Store, Apple a retiré Parler de l’App Store pour non respect de ses règles et en particulier pour le manque de modération de messages violents et autres appels haineux. Des contenus illégaux qui ont aussi conduit Amazon à fermer ses serveurs, conduisant ainsi à une fermeture complète de Parler depuis quelques jours. Est-ce que le service pourra revenir un jour ? Du côté d’Apple en tout cas, la porte n’est pas fermée.

Le patron d’Apple a ainsi expliqué que le compte développeur de Parler a été suspendu, mais pas banni. Cela veut dire qu’il suffirait d’apporter les preuves qu’une modération efficace a été mise en place pour restaurer ce compte et avec lui l’app iOS. En apparence, c’est une bonne nouvelle pour les fans du service, mais pour que l’app puisse revenir, encore faudrait-il que le service trouve un nouvel hébergeur.

Parler reposait jusque-là sur AWS, le service de cloud d’Amazon qui a banni le réseau social pour la même raison qu’Apple. Ses concurrents directs, de Google à Microsoft, en passant par DigitalOcean, ont d’ores et déjà tous prévenu qu’ils n’étaient pas question d’héberger le service. La seule option restante serait d’acheter des serveurs et de louer un emplacement dans un data-center qui les accepterait, ou bien de faire appel à un hébergeur peu regardant.

Sauf bien sûr si Parler se décidait à faire respecter la loi, auquel cas le service pourrait aisément retrouver un hébergeur et revenir sur l’App Store. Mais alors, quel intérêt face aux réseaux sociaux en place ?


avatar Derw | 

@gattuz

« Les gens ne supportent pas les nationaux. »

Les nationaux si, les nationalistes, sans doute un peu moins. Mais ils ont tout autant le droit de s’exprimer que les autres dans la limite du droit. Quoiqu’il en soit, c’est pas parce que Parler hébergeait des nationalistes qu’il a été supprimé, sinon, Fessebouc, Twitter… le seraient aussi…

avatar gattuz | 

@Derw

Avez vous remarqué la purge des comptes nationaux chez l’oiseau bleu ?

avatar loludovic31 | 

@gattuz

Je parle pas des nationalistes. Je les détestes mdr mais bon chacun a le droit d’avoir son opinion c’est pas le problème. Par contre quand un réseau n’a aucune modération ça attire directement tout les extrêmes dont les racistes, xénophobes etc.. qui ne se gêne pas pour tenir des propose de haine et entraînement à la violence et c’est pas normal à mon sens on a tous le droit d’avoir des opinions mais il y a une limite et cette limite c’est quand tu te met à souhaiter du mal à des gens ce qui est le cas sur ces réseau

avatar anonx | 

@gattuz

On dit gauchiasse 🙂

avatar gattuz | 

@anonx

Oui pardon c’est vrai

avatar hillel | 

Je plussoie

Les US vont faire des leçons de morale dans le monde entier pour défendre la liberté d'expression et blâmer la censure chinoise.

Par contre aucun soucis pour permettre à des sociétés privées de boycotter des plateformes entières. En Europe ça partirait direct au tribunal.

J'ai toujours beaucoup de mal à comprendre comment tout le monde accepte (voir acclame) le torrent de censure de ces derniers jours. Vive la bien-pensance de ceux qui pensent différemment

avatar victoireviclaux | 

@hillel

Société privée (avec des règles pour l'utilisation des services), et donc pas publique. C'est simple à comprendre non ?

avatar hillel | 

On a tous compris techniquement que Amazon, Google et Apple peuvent faire la loi sur leur plateforme en tant que société privée. Cela n'empêche pas que ce soit contre productif et que ce soit hautement douteux au niveau éthique

Comme le commentaire au dessus, je n'en ai pas grand chose à faire de cette application en particulier ni de fortnite ni de Stadia. Mais la centralisation du pouvoir de ces sociétés est extrêmement inquiétante. Je ne peux qu'être révolté devant le pouvoir de vie ou de mort de ces sociétés basé sur des pseudo règles morales

Rien à voir ici avec une quelconque législation étatique. Cette application n'a enfreint aucune loi à ma connaissance et si tel était le cas ce serait à un tribunal d'en décider

Mais vous avez raison, applaudissons et vénérons la justice de la pomme

avatar Rigby | 

@hillel

« J'ai toujours beaucoup de mal à comprendre comment tout le monde accepte (voir acclame) le torrent de censure de ces derniers jours. »

On a pas dû entendre/lire les mêmes choses ... Certes la majorité des médias nord-américains/personnalités aliénées sauce US passent totalement à côté du problème, autant en France cette décision est (heureusement) critiquée par tout le spectre politique.

avatar hillel | 

Je n'ai pas entendu grand chose en France à part sur les réseaux sociaux. Les journaux télévisés ont évité de se mouiller et ici c'est souvent la pensée unique qui reigne. Il n'y a que sur Arte que j'ai vu passer un vrai débat construit

avatar Rigby | 

@hillel

En dehors de Twitter et de la télévision, il y a quand même pas mal d’autres espaces médiatiques.

Il y a deux jours, rien qu’à ma petite échelle j’ai lu la question traitée chez Marianne, Libé, Le Monde et Le Figaro, même Cédric O et Le Maire y ont trouvé à redire (alors que je n’attendais honnêtement que Mélenchon et Le Pen là dessus).

À part un édito nullissime de Sonia Devillers la semaine dernière, j’ai pas franchement trouvé un écho francophone se réjouissant sans réserve de cette décision.

avatar victoireviclaux | 

@gattuz

Liberté d'expression, ça n'est pas compatible avec la haine, la violence. Désolé.

Puis si l'app ne respecte pas les règles des plateformes, tant pis.

avatar gattuz | 
[Modéré. MB]
avatar victoireviclaux | 

@gattuz

Hors sujet. Je n'ai pas vu de militants démocrates aller saboter la validation des votes du Capitole en 2016 et entrer dans le Capitole pour tout défoncer.

On ne sera pas d'accord de toute façon, vous avez votre point de vue, et moi la mienne. Point final. Basta.

avatar gattuz | 

@victoireviclaux

Basta 👍🏼 belle fin de journée

avatar ckermo80Dqy | 

@gattuz

J'en ai marre des gens qui déversent de la m... et qui viennent te dire "bonne journée" à la fin. "Belle journée" c'est encore pire.

avatar gattuz | 

@ckermo80Dqy

Que faut il dire alors ?

avatar YetOneOtherGit | 

@gattuz

"Liberté d’expression... "

Apprend ce qu’est le concept dans son plein sens en droit et dans la majorité des constitutions des pays démocratiques.

Il s’agit d’encadrer le contrôle par l’état de la liberté d’expression des personnes morales et physiques.

Une personne morale refusant un contenu exerce clairement son droit garanti par le 1° amendement du bill of right aux USA.

Obligé une personne morale à diffuser tel ou tel contenu c’est au contraire une atteinte à sa liberté d’expression.

À étendre aveuglément les concept de liberté d’expression et de censure en dehors du cadre de l’action des structures étatique l’on fini par tout mélanger.

L’explosion des usages de l’Internet à entretenu l’illusion que tout héberger, diffuseurs, médias ... devait porter tout message qui n’était pas illégal, ce qui est faux.

La défense de la liberté d’expression inclus le fait que nul ne peut être obligé par l’état à porter des messages qu’il ne désire pas porter que ce soit une personne physique ou morale sauf cas particulier (Droit de réponse, publicité d’une condamnation...)

avatar gattuz | 

@YetOneOtherGit

Sur parler, je discute avec des personnes qui ont les mêmes sensibilités que moi. Je ne conçois pas un appel à la manif ni à la violence et ça se passe très bien. Pourquoi interdire l’appli ? Dégageons les parasites pk pas !

avatar YetOneOtherGit | 

@gattuz

"Sur parler, je discute avec des personnes qui ont les mêmes sensibilités que moi. "

?? Oui c’est bien et ??

Quel rapport avec les enjeux le fait que tu y trouves ton bonheur ?

Au passage le « qui ont les même sensibilité que moi » est un marqueur d’une des abjections qu’ont permis les réseaux sociaux : l’entre-soi poussé à son paroxysme et l’hyper segmentation marketing de l’offre où chacun trouve exactement ce qu’il cherche pour nourrir ses biais cognitifs et sa paresse intellectuelle 🤢

avatar jopaone | 

@gattuz

«  Pourquoi interdire l’appli ? Dégageons les parasites pk pas ! »
C’est bien là le problème semble-t-il, Parler ne fait pas suffisamment de modération pour virer ces parasites.

avatar DG33 | 

Tant que tu n'appelles pas à des choses que la loi interdit, fais-y ce que tu veux et avec autant d'amis que tu veux.
Méfie-toi juste de cet entre-soi qui en fait t'isole des autres courants de pensée, te plonge et t'enferme dans une bulle où la plateforme ne te présente que ce que tu aimes, ce qui fait que tu t'y sens bien, de mieux en mieux, chez les bisounours...
Très dure peut être la chute.

avatar Ol'Dirty | 

@YetOneOtherGit

+ 10.

avatar rapx3 | 

En gros ils sont en pourparlers !

avatar pagaupa | 

Quand l’internet devient politique...
Ça promet de beaux jours...........pluvieux !

avatar gemini69 | 

trop tard mon prochain tel ne sera plus un Apple

avatar codeX | 

"trop tard mon prochain tel ne sera plus un Apple"

Apple ne s'en remettra surement pas. Pas très fairplay de ta part

avatar Sindanárië | 

@gemini69

Tu vas te désabonner d’ici aussi ?
🤗

avatar FollowThisCar | 

"ont d’ores et déjà tous prévenu qu’ils n’étaient pas question d’héberger le service"
Ah. Et pourquoi ne le seraient-ils pas ?

avatar unixorn | 

« Sauf bien sûr si Parler se décidait à faire respecter la loi » l’application respecte déjà la loi (américaine). Son retrait s’est fait par concertation (ou conspiration pourrait-on dire) entre entreprises, mais n’a pas été ordonné par un tribunal.

avatar ech1965 | 

Remarquez que la raison invoquée par "les bons" pour virer Parler est " Incitation à la violence": C'est une des rares exceptions au 1er amendement: on peut "presque" tout dire . on peut tenir des propos racistes, menteurs, diffamants, c'est pas grave; mais PAS inciter à la violence, c'est illégal.
Et donc pour "respecter la loi" il fau(drai)t que Parler montre qu'ils modèrent "l'incitation à la violence".

Le // le plus proche serait si en Europe, Une appli de réseau social ne modérait pas les propos antisémites/révisionnistes: c'est ILLEGAL, le site DOIT les supprimer sous peine de d'attaque juridique

avatar raoolito | 

@unixorn

absolument pas. Appels à la haine et facilitation à l’organisation d'actes terroristes je doute que ca tienne longtemps. Comme toujours c’est le fait de dire « ouais, mais c pas moi qui ecris » qui permet de se donner bonne conscience. La réalité c’est que tous les autres s’y sont mis et qu’il n’y a aucune chance que cela survive en cas d’attaque au civil.

avatar Florian Wallez | 

@unixorn

La bonne réflexion du moment : ce retrait n’a pas été ordonné par un tribunal.
Mais après se posent plusieurs questions :
- un hébergeur est-il maître chez lui ou doit-il héberger malgré lui la messagerie des groupes qui ne respectent pas la loi, ou les valeurs démocratiques, ou humanistes ?
- ce qui est légal est-il licite ?

avatar moua | 

- on modère rien, venez voir chez nous !
- vous êtes suspendus, mais vous pouvez revenir si vous modérez.

Ça va être comme le xxx, interdit d’app store, je vois pas d’autre solution pour eux.

avatar raoolito | 

@moua

bonne comparaison, le xxx s’en sortira toujours et largement, car ceux qui veulent n’ont pas trop de mal à trouver.

avatar Wuhan | 

Les complotistes illuminés en slip

avatar marenostrum | 

Ies extrémistes vont trouver autre chose pour en communiquer.

avatar victoireviclaux | 

@marenostrum

Un peu de sauce au QI par exemple ? 😎

avatar newiphone76 | 

Ce n’est pas une grosse perte

avatar macinoe | 

Au nom de l’article 230 du Communications Decency Act, voté en 1996 et considéré comme la pierre angulaire d’internet, les plateformes ne peuvent être poursuivies en justice pour les contenus publiés par leurs utilisateurs.

Je me demande sur quelle base légale un hébergeur peut refuser une vente à un client, qui d'après l'article 230, n'est pas responsable de ce qui est dit sur son site.

La loi dit qu'il n'y a pas de responsabilité et les GAFA disent que si.
Il y a un problème. Soit la loi change, soit on capitule en admettant la primauté des GAFA sur la loi.

avatar raoolito | 

@macinoe

« les gafas » ne se mettent pas d’accord sur le dos du bon peuple. si la plupart des plateformes ont renforcé leur moderation ces dernieres années c’est que le vent souffle. Quand installer Parler est considéré comme etre faciste et conspirationniste, je me demande si meme eux ont à y gagner

avatar Rigby | 

@macinoe

Dans la folie du moment, toute la tech US a suivi, mais j’espère quand même que ces boites finiront par s’expliquer sérieusement une fois la tension retombée.

Ce précédent est préoccupant, on a quand même des hébergeurs qui se sont comportés, concrètement, comme des éditeurs (mais juste à la fin du mandat quand même, après 4 ans à avoir bien profité de « l’engagement » des utilisateurs autour de Trump ...).

avatar deltiox | 

@macinoe

Tout à fait d’accord
D’ailleurs Le fait de les considérer comme des éditeurs de contenus dès lors qu’ils ne respectent plus la neutralité invoquée d’un hébergeur (qui n’est censé réagir que sur décision judiciaire ) leur fait très peur
Ils veulent juger mais pas être jugés

avatar eckri | 

Il ne peut pas s’occuper de ses oignons celui la ? Ils commence à me les casser avec ses avis sur la politique et les mœurs ... demago comme c’est pas possible

avatar Tibimac | 

Pour avoir testé rapidement l'app avec un compte bidon avant sa suppression, l'app est une merde sans nom surement codé avec les pieds dans l'irrespect le plus totale des guidelines de UI/UX et en plus elle est d'une lenteur affligeante !
C'est vraiment pas une grosse perte !

On est tous pour la liberté d'expression c'est pas le problème mais celle-ci s'arrête quand elle met en danger la vie d'autrui et donc quand il s'agit de haine racial ou incitation à la violence etc..

Tout comme on dit "La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres" 😉

avatar raoolito | 

@Tibimac

nan mais ca c’est trop simple comme concept. ya surement un loup :D

avatar faya | 

Non mais Français Française vous confondez bcp de choses là quand même

avatar bbtom007 | 

Parler pour parler autant ne rien dire !

avatar Slaine | 

Ce qui pose problème c'est pas qu'il y est des contenus illégaux mais qu'on donne le pouvoir aux GAFAM d'être juge et bourreau c'est aux vrai juge de juger si c'est hors la loi ou non car si n'importe qui peut juger c'est le chaos.

Quand on ferme une plate-forme c'est de la censure car au delà des contenus illégaux il y en a d'autres qu'ils ne le sont pas on ne doit pas mettre tout le monde dans le même panier.

Le fond du problème c'est que les peuples se réveillent et que l'oligarchie à peur de ce qu'on pourrait leur faire ils vont continuer à verrouiller la parole public et finiront par faire une connerie qui ferra sauté la poudrière, c'est bientôt le printemps.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR