Intel a perdu des « milliards de dollars » en vendant ses puces réseaux à Apple

Mickaël Bazoge |

Chez Intel, la vente à Apple de la division « puces réseaux » pour smartphones a laissé un goût amer dans la bouche du fondeur. Le constructeur de Cupertino a décroché la timbale cet été, pour un montant évalué à un milliard de dollars. En enterrant la hache de guerre au printemps, Apple et Qualcomm laissaient Intel sur le carreau qui a décidé de se séparer de son activité de modems pour smartphones. La Pomme en a tiré profit et manifestement, à vil prix.

La cession de cette activité a représenté des pertes de « plusieurs milliards de dollars », s'est plaint Intel devant la cour d'appel du 9e circuit, Qualcomm cherchant à invalider un jugement prononcé en mai. La juge Lucy Koh avait alors estimé que les pratiques de l'entreprise en matière de licences de brevets « étranglent la concurrence ». Elle exige que Qualcomm renégocie les accords de licence sur une base tarifaire plus raisonnable. C'est cette décision qui a fait l'objet d'un appel, les licences étant la juteuse vache à lait de l'entreprise.

Intel n'en veut pas spécialement à Apple, qui a combattu Qualcomm devant les tribunaux avant de lâcher l'affaire. Steven Rodgers, vice-président aux affaires juridiques du fondeur, explique dans un billet-réquisitoire qu'Intel a « souffert » des pratiques anticoncurrentielles de Qualcomm qui ont entraîné l'impossibilité de profiter des opportunités qui se présentaient. Le groupe n'a pas pu réaliser certaines ventes et quand elle était en mesure de conclure, c'est à des prix « artificiellement asymétriques » avec ceux pratiqués par Qualcomm.

Qualcomm a mis en place un véritable système visant à exercer des pressions sur les clients, à exclure la concurrence, tout en se protégeant des contrôles judiciaires et en engrangeant des milliards de dollars de gains illégaux. « Nous avons investi des milliards de dollars, engagé des milliers de personnes, acquis deux sociétés et construit des produits novateurs qui ont finalement été intégrés à l’iPhone, l’un des leaders de son secteur, notamment le dernier iPhone 11 », explique-t-il.

Qualcomm, chaudement rhabillé pour l'hiver, travaille avec Apple à l'intégration du modem 5G qui devrait être au cœur de l'iPhone 12. La Pomme va s'appuyer sur les équipes et la propriété intellectuelle d'Intel pour concevoir sa propre puce 5G. Quant à Intel, le développement de puces 5G se poursuit, mais pas pour le secteur des smartphones (lire : Intel n'en a pas terminé avec la 5G).


Tags
avatar lmouillart | 
avatar BingoBob | 

Question bête mais quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi la conception des puces 5G est si chère. J’ai dû mal à voir comment marche cette technologie et en quoi les coups de recherches sont à ce point faramineux !

avatar oomu | 

Brevets logiciels sur les algorithmes réseaux, sur les modulations radios, sur les améliorations des procédés de fabrication des puces, etc

la "propriété intellectuelle" est éclatée entre un nombre important d'entreprises, mais certains, dont Qualcomm sont "stratégiques" : il est impossible de faire un produit compatible ou pertinent sans passer par leur propriété.

Alors au nom du principe des brevets "RAND", l'industrie impose que les brevets soient vendus aux même conditions à tous (non discriminatoire)

mais être non discriminatoire n'est que le début d'une histoire. Et les prix peuvent être énormes ou basés sur une partie non négligeable du prix de vente du produit final.

-
Il y a beaucoup de travaux pour améliorer la performance des routeurs IP (internet) dans le cadre du déploiement de la 5G.

Ces logiciels peuvent se vendre à plusieurs millions d'euros (transfert de technologie, licence annuel, support technique des ingénieurs et fourniture de nouvelles fonctionnalités spécifiques)

Les puces pour améliorer leur consommation et performance sont de plus en plus complexes à concevoir et demandent des investissement toujours plus colossaux pour pousser la physique toujours plus loin.

Ces investissement il faut bien les payer en amont.

Tout ça pour dire: la 5G est un énorme enjeux, demandant d'importants investissements, de technologie toujours plus complexe et qui est rendu aussi artificiellement onéreux par le commerce de la "propriété intellectuelle".

-
Vivement la 6G :)

avatar fernandn | 

Certainement une histoire de finesse de gravure, de montée en fréquences avec une maîtrise de la consommation.
Il faut savoir que la 5G par rapport à la 4 c’est le jour et la nuit en terme d’énergie. Le facteur multiplicatif des débits doit se retrouver sur la consommation et pas de façon linéaire. Je dirai 3 ou 4 fois plus. Intel sais faire la 5G pour les PC ou MAC mais dans ce cas la batterie n’a pas la même taille que dans un smartphone!

avatar en chanson | 

Ironie de l’histoire, ce même Intel qui avait autrefois fais pression pour évincer son concurrent AMD ....la roue tourne

avatar hawker | 

Mais ca fait tellement plaisir, j'espere qu'ils vont gelerer beaucoup plus.
10 ans a prendre tout le monde pour des cons, ils ne meritent que de se crashneer.

avatar Pfuiiit | 

@hawker

Merci pour les salariés ...

avatar Nesus | 

@hawker

Sauf que si ça se passe comme vous le dites, nous ne ferons que remplacer Intel par Qualcomm et le consommateur ne sera pas gagnant.

avatar en chanson | 

@Nesus

Qualcomm fait du 8086?

avatar oomu | 

Il est évident que Qualcomm est un problème. Et des sanctions ou une renégociation de force des ventes de brevets m'iraient très bien.

Mais bon Intel est aussi un roi des coups tordus : le capitalisme n'a aucune sympathie.

Notre intérêt à nous est que les entreprises et leurs affaires soient surveillées et régulées pour maintenir la concurrence et un marché ouvert, cela CONTRE la volonté des dirigeants d'entreprises et de leurs investisseurs.

Bref, je m'en fiche si le IBM du jour s'appelle zintel, qualkoum, micromou ou applou : ne compte que la qualité, utilité et prix des outils dont j'ai besoin.

avatar marc_os | 

Daaallas !
Cet univers impitoyaâableu !

avatar davideneco | 

Bien fait

CONNEXION UTILISATEUR