Spotify attaque Apple à Bruxelles pour concurrence déloyale

Florian Innocente |

Spotify hausse le ton contre Apple et son fondateur, Daniel Ek, annonce le dépôt d'une plainte devant la Commission Européenne. En ligne de mire il y a ce que Spotify considère comme une concurrence déloyale de la part d'Apple : les règles fluctuantes de présence sur l'App Store, le statut de juge et partie d'Apple et les limites posées à la promotion et au fonctionnement d'une app sur l'App Store.

Daniel Ek, patron fondateur de Spotify

C'est un vieux combat de Spotify qui revient en lumière, au point que le service suédois a ouvert un site pour en établir la chronologie sous le slogan « Il est temps de jouer à la régulière ».

Dans ce récapitulatif remontant aux débuts de l'iPhone et de l'App Store s'y trouvent rassemblés les changements de règles sur la boutique de téléchargement, les difficultés posées à la création d'une app pour l'Apple Watch (ça a avancé depuis), etc.

C'est sur la commission des 30 % prise sur les abonnements, que Spotify concentre une large part de ses critiques. Le service rappelle que la possibilité de passer d'un compte gratuit à une formule Premium l'imposait de reverser 30% à Apple (en omettant de préciser qu'au bout d'un an, en cas de renouvellement de l'abonnement, la ponction est réduite à 15 %). Une « taxe » incompatible avec son activité, dans le contexte d'une concurrence avec Apple Music :

Si nous payions cette taxe, cela nous obligerait à gonfler artificiellement le prix de notre abonnement Premium bien au-dessus du prix de Apple Music. Et pour que nos prix restent concurrentiels pour nos clients, nous ne pouvons pas le faire.

Pour ménager sa marge, Spotify avait reporté sur le client le prix de cet abonnement. La même formule coûtait 12,99 € en In-App sur l'App Store et 9,99 € directement chez Spotify. Un déséquilibre auquel n'est pas soumis Apple Music, plaide Spotify, qui est proposé depuis le début à 9,99 € et intégré sur tous les appareils iOS et macOS.

Depuis un an, Spotify a donc retiré la possibilité de s'abonner au travers d'un achat In-App, obligeant l'utilisateur à le faire depuis son site. Un trajet que le client ne peut suivre depuis l'intérieur de l'app puisqu'Apple interdit qu'une app propose un autre mode d'abonnement que celui reposant sur son système. Un simple lien vers un abonnement extérieur est également proscrit.

C'est là un autre motif de mécontentement de Spotify (lire Spotify pousse à annuler l'abonnement In-App d'Apple) qui fustige la promotion qu'Apple fait pour Apple Music au sein de ses services, tout en bridant la communication de services concurrents.

Netflix a fait exactement comme Spotify à la fin de l'année dernière, il n'y a plus d'abonnement In-App de proposé dans son app.

Les règles fluctuantes et pas toujours écrites de l'App Store sont une autre source d'énervement pour le suédois. En avril 2018, Spotify a vu son app retoquée par les validateurs de l'App Store car l'une des captures montrait le mot "Gratuit". Trois mois plus tard, c'est le slogan "Get in, Get Premium" figurant dans une capture qui justifiait le rejet d'une mise à jour.

Daniel Ek regrette également qu'Apple ferme la porte du HomePod à Spotify, même si sur ce point le reproche est difficile à établir. C'est davantage Apple que Spotify qui se met dans une position de handicap, au vu du nombre d'enceintes concurrentes qui intègrent Spotify. Si un jour le HomePod règne sur ce marché, la question néanmoins se reposera.

Avec sa plainte devant la Commission Européenne (Spotify ne s'interdit pas de porter le fer dans d'autres pays) Spotify veut que chaque protagoniste soit soumis aux même règles sur l'App Store « Apple Music compris ». Puis, que les clients aient le choix du mode de paiement d'un abonnement qui leur convient, sans subir des « tarifs discriminatoires ». Enfin, que les app stores ne puissent contrôler la communication marketing entre les clients et les services.

Daniel Ek conclut sur la nature de sa démarche. À l'écouter, il s'agit moins d'une bataille entre Spotify et Apple que d'une lutte à un niveau plus global : « Nous voulons les mêmes règles, justes, pour toutes les entreprises, qu'elles soient nouvelles ou anciennes, petites ou grandes ».

Cette action de Spotify survient à un moment où plusieurs actualités se croisent. Dans quelques jours, Apple va annoncer son service de séries TV dont on peut penser qu'il s'articulera, commercialement parlant avec l'offre musicale (Apple a aussi une offre de presse magazine en préparation). Nul doute que côté promo, Apple ne va pas regarder à la dépense.

Spotify n'ayant pas de catalogue vidéo, il vient de renforcer son partenariat avec Hulu, un important service américain de VOD. Apple, via iTunes, est devenu un passage obligé pour obtenir des podcasts. Spotify a récemment fait de l'offre en podcasts un axe majeur de sa croissance future, et a acheté deux entreprises du secteur.

Enfin, sur la question de la régulation des plateformes de téléchargement d'apps, le sujet est devenu politique au travers du programme de l'une des candidates démocrates pour la présidentielle américaine de 2020 et d'initiatives décidées à Bruxelles (lire Europe : Apple verse de l’argent aux développeurs, l'UE met en place de nouvelles règles).


avatar Shralldam | 

@iBaby

C’est beau d’espérer la vertu dans un monde régenté par l’argent.

avatar iBaby | 

@Shralldam

Je... qui ça, moi ?

avatar vince29 | 

@Shralldam "C’est la tonalité « nous voulons la justice » qui m’agace, probablement."

Bon ben alors "nous voulons que Apple soit traité aussi sévèrement que l'Android l'a été", ça te va mieux ?

avatar bonnepoire | 

@ skynext
Si Apple gère 60% du marché en valeur c'est que les clients ont fait ce choix. Apple, son écosystème, ses règles. Je ne me permettrais pas de juger comment microsoft et google gèrent leur boutique. On adhère ou pas en tant que client mais ça doit s'arrêter là. Tout ce que tu fais c'est animer une discussion de comptoir...

avatar vince29 | 

@bonnepoire
Donc exit les pénalités et conditions imposées à Android, alors ?

avatar bonnepoire | 

@ vince29
Non. Ca doit être le même pour tous.

avatar byte_order | 

@bonnepoire

Les "clients" ne sont pas des abonnées. En règle commercial, ils sont des consommateurs.
Ils sont donc client d'Apple *au moment* de l'achat d'un bien ou d'un service à Apple.

Mais ils peuvent parfaitement vouloir être également client de biens et de services d'autres vendeurs, y compris autour de leur terminal iOS.
Ils achètent bien des câble lightning à d'autre que Apple, non ?
Ou des casques audio ?
Ou des adaptateurs.

Pourquoi en ce qui concerne les apps et les contenus dématérialisés ils n'auraient pas d'autre choix que d'acheter tout à Apple ?

avatar bonnepoire | 

Alors tu achètes Android et tu arrêtes tes comparaisons débiles. Les gens savent ce qu’ils achètent. Sinon l’iphone ne se vendrait plus. Je parie que tu n’as pas d’iPhone et que t’es juste un contradicteur en carton. Si ça te plaît pas chance de crèmerie bon sang. Mais Apple reste maître de son écosystème. Y’a même pas à tortilller du cul.

avatar byte_order | 

@bonnepoire

Ah, le fameux argument "c'est comme ça, point final".
Autrement dit, l'argument zéro de tout débat.

Curieux de voir si le CE va accepter "c'est comme ça, point final".
Elle ne l'a pas fait pour les 0,0001% d'imposition par l'Irlande. Pourtant, on imagine bien que et Apple et l'Irlande ont dû dire "c'est comme ça, point final", et autre "on fait ce que l'on veut dans notre marché".

En oubliant que leur marché en UE est dans le grand marché unique de l'UE.
Et ce marché là, c'est l'UE qui y définie les règles.

Y'a pas de point final. Y'a un rapport de force.

Par ailleurs, je vois pas pourquoi il faudrait être client d'Apple pour avoir le droit de débattre sur les abus des droits des consommateurs et de la concurrence déloyale.

Vous devez achetez du Roundup pour avoir le droit de critiquer Mozanto !?

Oui, je suis en désaccord avec vous. Et ? C'est interdit ?
Non, l'argument "allez voir ailleurs et cessez d'oser critiquer un sujet" ne tient pas.
J'ai autant le droit de commenter ici que vous. C'est pas un club privé ici, que je sache.

Mais contrairement à vous, je n'insulte pas mes contradicteurs à la moindre occasion.
Vous savez ce que l'on dit de ceux qui insultent plutôt qu'ils ne débattent ?

avatar bonnepoire | 

Où je t’insulte petite princesse ?

Tu ne comprends pas que les gens ont fait un choix. Et si la captivité sur iOS était un problème les gens achèteraient Android?

Tu peux comprendre le concept? Tu juges les gens qui ont fait un choix différent de toi et leur disant qu’il est aberrant. Ton discours est aberrant.

avatar Mécréant | 

Insulte: "1. Paroles ou attitude (interprétables comme) portant atteinte à l'honneur ou à la dignité de quelqu'un (marquant de l'irrespect, du mépris envers quelque chose)."

Exemple: "T'es juste un contradicteur en carton"
(Je suppose que "petite princesse" se voulait dénigrant également, mais c'est peut-être une déclaration d'amour...)

avatar byte_order | 

@Mécréant
> Je suppose que "petite princesse" se voulait dénigrant également,
> mais c'est peut-être une déclaration d'amour...

J'espère que c'est la première hypothèse, la seconde est bien pire.

avatar Mécréant | 

@byte_order:

« la seconde est bien pire »

Je n’en suis pas sûr:
D’un côté, partir du principe qu’un nom féminin est dépréciatif est d’un sexisme primaire...
...de l’autre, estimer que l’amour justifie les insultes n’est pas folichon non plus...

avatar byte_order | 

@bonnepoire
> Et si la captivité sur iOS était un problème les gens achèteraient Android?

Euh... une majorité le font. On ignore dans quelle proportion c'est motivé par ce point, mais le fait est que plus de gens achètent des smartphones Android que iOS.

> Tu juges les gens qui ont fait un choix différent de toi et leur disant qu’il est aberrant.

Non, leur choix je m'en fout.
Ce que je dis que ce qui est abérrant c'est prétendre que le consommateur à le choix d'aller faire ses courses dans le centre commercial de son choix parce qu'il peut décider de changer de véhicule.

Vous pourriez changer de réseau de stations essence si vous changez de véhicule, c'est ça votre définition du choix de consommation ?!

> Ton discours est aberrant.

Peut-être.
Mais au moins je ne vous insulte pas en le tenant.

avatar gardiolan | 

@skynext

Microsoft était en position dominante de fait, en volume, de par le parc installé.
Apple n’est pas dans ce cas de figure : les appareils iOS restent minoritaires, même s’ils génèrent effectivement un volume d’affaire supérieur pour ce qui est des services.
Pas sûr qu’on puisse reprocher à Apple que le marché d’en face, bien que largement plus volumineux, n’arrive pas à générer de la valeur ?

avatar lome_bbrr | 

@gardiolan

Il serait peut être judicieux de revoir la notion de « position dominante ». Effectivement Apple n’est pas dominant en volume, mais en valeur. Ce qui le rend au moins aussi important que Google avec Android.

avatar jfvit77 | 

@lome_bbrr

Oui certes mais contrairement à Windows, qui posait problème car ils ne laissais plus suffisamment de place aux alternatives, ici, nous constatons que le consommateur a le choix, 85% des smartphone vendu ne sont pas d’Apple et n’ont pas d’app store Apple :)

avatar byte_order | 

Le marché qui pose problème, c'est pas celui des smartphones, car en effet y'a une offre concurrente.

Le marché en position de concurrence déloyale, c'est celui de la distribution d'apps et services pour plateforme iOS.
Apple s'est auto-installée en position absolue entre les fournisseurs d'apps et services et les propriétaires de plateformes iOS.

Elle agit comme si les propriétaires de plateformes iOS étaient en fait *ses* abonnés, légitimant son contrôle sur leur usage, leur droit à consommer, où, à quel prix, avec quel fournisseur...

Qu'Apple passe à la location de ses iphones, au moins là cela sera logique.
En attendant, le marché de la distribution d'apps pour plateforme iOS est bel et bien une situation de monopole, violant la libre concurrence et pour les propriétaires desdites plateformes et pour les fournisseurs.

avatar coucou | 

"Pas sûr qu’on puisse reprocher à Apple que le marché d’en face, bien que largement plus volumineux, n’arrive pas à générer de la valeur "

Parce qu'en face ya plusieurs store et donc de la concurrence, voir même des stores qui mettent des apps gratuite à disposition vs 1 seul et unique chez apple ?

Forcément quand t'empêches toute concurrence c'est pas difficile de générer de la valeur :)

avatar byte_order | 

Une technique bien connue des mafias. Très efficace.

avatar Lemmings | 

@Shralldam : Heu c'est quoi cet argument moisi ?

Désolé mais les règles du commerce existent et les abus sont bel et bien jugés devant des juridictions donc non, Apple n'est pas "roi" en son domaine à partir du moment où il l'ouvre pour que les autres entreprises y fassent du commerce...

Cette concurrence déloyale est réelle, que tu le veuilles ou non.

avatar 0MiguelAnge0 | 

@Shralldam

Service public? Tu sais qu’il y a des lois anti-trust?? Il est clair qu’Apple fait preuve d’abus de position dominante sur le sujet et Spotify sentant le vent du boulet qui navigue en direction d’Apple à propos de son Apps Store a choisi le bon moment et le bon endroit pour aller au combat.

avatar bunam | 

Vas-y Spotify fait un téléphone, vend le à des clients, monte un store, et tu verra ce que c’est de monter un tel business.

avatar Lemmings | 

@bunam : vas-y Apple, fais un service de streaming audio performant et populaire avec le minimum de moyens possibles et quasiment aucune communication ou "vente forcée" et tu verras ce que c'est de monter un tel business...

En toute franchise, sans la mise en avant de Apple Music au lancement de chaque appareil iOS et sans la pub omniprésente, ils n'auraient jamais eu un tel succès. Surtout quand on a vu les déboires sur l'interface utilisateur aux débuts...

avatar bunam | 

@Lemmings

J’ai détesté l’app Apple Music et du coup je suis sur Spotify en ce moment
Aussi le fait de ne pas perdre mes playlists le jour ou je stoppe me rassure chez Spotify

Je trouve juste qu’ils abusent pourquoi ne pas attaquer aussi les autres plateformes ???

avatar Lemmings | 

@bunam : Sur quel motif ? Android ne force pas à ces limitations, Google Play Music ou Youtube Music n'est pas installé de base, aucun écran ne propose de s'abonner à ces services au premier boot ou à une mise à jour, l'application peut proposer de renvoyer sur une page web externe à Google pour payer l'abonnement...

avatar iBaby | 

@Lemmings

Oui, mais alors sur iOS si l’app Youtube ouvre une fenêtre pour m’inviter à passer à Youtube music, c’est encore à cause d’Apple ou de Google ? ?

avatar Lemmings | 

@iBaby : ça n'a rien à voir, qu'une app te propose sa formule d'abonnement quand elle existe, c'est pas vraiment pareil que si l'OS le fait au premier lancement... Tu piges pas la différence ?

avatar iBaby | 

@Lemmings

Pas qu’au 1er lancement.

avatar AhRiMaN | 

Clairement Apple Music sans le côté "vente forcé " n'aurait jamais 50M d'utilisateurs.
Si on considère qu'en plus pour s'abonner à Spotify il faut se faire chier à le faire depuis le site , alors qu'avec AM il faut cliquer 2x , Spotify s'en sort admirablement bien. Grâce à ses qualités , et uniquement ça.

avatar bunam | 

Je préfère un store bien rangé, qu'une échoppe toute pourrie, bref il faut des règles, je crois que Google ajoute de plus en plus de règles dans son échoppe, du coup il se rapproche du store d'Apple. Encore une fois, Apple avait bien vu et était en avance. Google a commencé à faire un truc "plus ouvert" pour attirer des entreprises, je n'ai jamais été dupe de cette ouverture qui n'apporte rien de bien pour les utilisateurs finaux.

avatar Dimemas | 

y en a pas un pour rattraper un autre décidément !
C'est quoi le lien entre faire un téléphone et avoir un service performant ?

Spotify c'est un service de streaming audio très bien fichu mais multiplateforme. Et UNIQUEMENT ça.
Apple c'est un vendeur de produits avec des services à eux mais ULTRA-FERMÉS avec une fâcheuse tendance à verrouiller le contenu à l'intérieur et empêcher les autres de venir sur leur territoire et c'est déloyale de leur part vis-à-vis de spotify.
Ils font pareils avec netflix, ils ont fait pareil avec Plans vs google maps qui est mille fois mieux mais ils sont tellement nuls qu'ils ne peuvent pas arriver à la cheville de Google dans ce domaine comme dans le domaine de l'assistant vocal avec Alexa et Google Assistant.

avatar bonnepoire | 

@ Lemmings
Si Apple Music était si mauvais, comment expliquer sa part de marché? Juste parce que c'est Apple? Faut arrêter d'être naïf et de penser que les gens ont tous ton raisonnement simpliste.

Ca ne te plait pas. Soit. Mais ça n'en fait pas un mauvais service pour autant. #jesuislecentredumonde

avatar Lemmings | 

@bonnepoire : ils se sont améliorés et j'explique justement une bonne partie de la part de marché par le fait que iOS propose de s'abonner à Apple Music dès le lancement de chaque appareil ! C'est juste une publicité de dingue que ne peux avoir aucun concurrent...

Et j'ai pas dis que le service était mauvais il me semble...

avatar bonnepoire | 

@ Lemmings
Le libre arbitre tu connais? Je n'ai même jamais testé l'offre d'essai alors que j'ai aussi eu droit à ce message. Faut arrêter de prendre les gens pour des cons.

avatar Lemmings | 

Des cons non... Mais c'est plus facile de se laisser tenter si c'est proposé que l'inverse non ? :D

avatar bonnepoire | 

Oui tu as raison. Mais Spotify est plus connu que Apple Music. Quand les gens doivent payer, ils réfléchissent.

avatar byte_order | 

@bonnepoire
> Si Apple Music était si mauvais, comment expliquer sa part de marché?

C'est quoi sa part de marché ailleurs que sur iOS ?
Si l'offre d'Apple Music est si bonne, elle doit rencontré une audience correcte ailleurs que sur la plateforme d'Apple.
Alors ?

La réalité, c'est que l'audience de AM est directement liée à l'audience de iOS.
Dans les 50M d'abonnés, je pense sincèrement qu'une grosse partie vient des pays où l'iPhone est largement au dessus de sa part de marché mondiale, comme aux USA, Canada, UK.

Et que la part de marché d'AM sous Android, dont les chiffres n'ont jamais été communiqué par Apple (qui aime pourtant parler volume... tant que cela l'arrange), vient principalement de gens qui ont *aussi* des iphones et veulent partager l'abonnement familial avec les gamins équipés de smartphones meilleurs marchés.

avatar bonnepoire | 

Écosystème ça te parle? Non bien sûr. La mauvaise foi crasse ça colle..

avatar skynext | 

@bonnepoire

Mais vous êtes complètement hors sujet, Microsoft avait aussi un écosystème avec internet explorer on lui a infligé des milliards de pénalité et on l’a forcé à proposer le choix des le démarrage de Windows. AT&T avait aussi un « écosystème ». On s’en fou éperdument de savoir si c’est user friendly ou non de savoir si pour l’entreprise concerné cela fait du sens économiquement. Oui a court terme le contrôle d’Apple permet indéniablement une facilité et un confort d’utilisation inégalé. Oui Apple crée de la valeur via à l’app store (elle draine le trafic, gère les transactions,...) il est normal qu’elle prélève une commission. Le problème c’est que cela crée des conflits d’intérêts évident Apple est juge (elle détermine les tarifs les règles ects) et partie (elle est elle même présente avec ses propres services: Maps Music Safari ects). Ce conflit d’intérêt l’amène à adopter des pratiques qui sont à mon avis anticoncurrentiels (impossibilité d’utiliser un autre navigateurs par défaut que Safari, absence de canal autre que l’appstore alors qu’elle aurait pu proposer une solution à la gatekeeper sur le mac). Pour mettre fin à ce conflit d’intérêt et enfin permettre de revenir à des mécanismes de marché il faut par exemple interdire à Apple de pré-installer l’AppStore, laisser le choix à l’utilisateur entre plusieurs stores. Et ensuite la main invisible du marché fera son œuvre, si Apple est trop cher avec 30% les dev abonderons son store pour un autre si un autre n’est pas sécurisé les utilisateurs l’abandonneront, ects. Vous défendez un système de rente un système qui est le cancer du capitalisme qui nui à l’innovation et au consommateur. Soit vous êtes actionnaire d’Apple et à la rigueur je conçois soit vous êtes consommateur et un discours pareil au votre m’interpelle.

avatar byte_order | 

@bonnepoire
> Écosystème ça te parle? Non bien sûr. La mauvaise foi crasse ça colle..

Le terminal iOS est vendu.
Y'a pas d'écosystème qui appartienne à 100% Apple, les terminaux n'étant pas les *siens*. Les millions d'apps non plus ne sont pas les siennes.
Hors sans eux, Apple n'a pas d'ecosystème. C'est bien pour cela qu'elle a dû implanter un verrou logiciel pour garder le contrôle dessus *après* la vente du terminal, sans quoi elle n'aurait rien. L'existence même de ce verrou prouve que cet ecosystème n'existe *que* par lui, pas parce qu'elle est meilleure que la concurrence.

Le propriétaire d'un iPhone n'est pas un abonné d'Apple.
Mais Apple fait tout pour que dans les faits, cela soit bien pourtant le cas.
Il n'a pas d'autre choix que de résilier son "abonnement" à "l'ecosystème" tout entier s'il veut faire jouer la concurrence en sa faveur.

Que Apple passe à la location des terminaux iOS, et y'aura rien à redire. Là, y'aura bien l'accès à un ecosystème qu'elle sera légitime à monnayé, et aux abonnés et aux fournisseurs tiers de services pour ces/ses abonnés.

Mais tant que ce n'est pas le cas, je continuerais à critiquer l'abus manifeste de l'exclusivité de l'AppStore sur cette plateforme, qui s'interpose par la force entre un consommateur et des fournisseurs.

avatar bonnepoire | 

@ byte_order
Je te dis juste que ce qui plait au client Apple c'est d'avoir des applications natives. C'est aussi la force d'Apple Music. Les gens sont libres contrairement à ce que tu essaies de faire passer comme message.

Tu digresses tellement que ça ne veut plus rien dire. Et tu mélanges tout...

avatar byte_order | 

@bonnepoire
> Je te dis juste que ce qui plait au client Apple c'est d'avoir des applications natives.
Jusqu'à preuve du contraire, l'app Spotify iOS est tout autant native que celle d'Apple Music. Elles utilisent toutes deux l'API de iOS, et suivent les dogmes de développement prescrits par Apple.

Mais peut-être confondez-vous "'native" avec "pré-installée".

> Tu digresses tellement que ça ne veut plus rien dire. Et tu mélanges tout...

Ben, euh... comment dire ça... Voilà, quoi.

avatar broketschnok | 

J’ai essayé les deux et il n’y a pas photo iTunes est bien meilleur. De plus il est totalement intégré à iOS

avatar pagaupa | 

@broketschnok

Itunes? Cette usine à gaz qui fout le bordel dans tes fichiers au fur et à mesure des mises à jour? On parle bien du même?

avatar ditek | 

@broketschnok

?????
J’ai retenté l’essai d’Apple Music et c’est toujours clairement pas au niveau et ce, malgré l’intégration complète du service dans iOS. J’y préfère encore et toujours spotify.
Les playlists sont très limités, pas d’ouverture vers d’autres services, partage minable, recommandation douteuses...

avatar McFly26 | 

@ditek

Vous avez re-testé Apple Music il y a longtemps ? Il y a quelques mois, l’interface utilisateur a été améliorée ; je la trouve personnellement plus fluide et bien meilleure qu’avant et également assez proche de ce qui se fait par ailleurs. Les suggestions sont plutôt pertinentes. Mais bon, tout est question de goût et de couleur et je respecte votre choix ??

https://siecledigital.fr/2018/09/11/apple-music-reorganisation-des-pages-artistes/

avatar ditek | 

@McFly26

Il y a moins de 15 jours. J’ai eu la possibilité d’avoir 1 mois offert à nouveau

avatar McFly26 | 

@ditek

Deux expériences, deux avis différents.
« Si chacun dit le contraire, c’est parce qu’il a raison. » (Tristan Tzara) ?
Profitez bien de vos nombreuses écoutes musicales sur Spotify ?

avatar Pyjamane | 

Mouahahahahaha !!

Ils étaient bien contents avant... tant qu'ils n'avaient pas de concurrence directe.
Ben oui, la concurrence ça fait mal, et ça permet surtout de se dépasser pour proposer autre chose. Après, ils n'ont qu'à quitter iOS (Hoooo, mais non, ça rapporte trop de pognon !).

Pages

CONNEXION UTILISATEUR