L'hypothèse d'un rapprochement entre Vivendi, Universal Music Group et Apple

Mickaël Bazoge |

Après Disney, Tesla, Netflix, Nintendo et d’autres encore, une rumeur de marché prête désormais à Apple l’intention d’acheter un gros morceau d’un mastodonte, en l’occurrence Universal Music Group (UMG). La major, propriété du groupe français Vivendi, est le numéro un mondial de la musique enregistrée ; les derniers résultats d’UMG au titre de l’exercice 2018 sont très bons avec un chiffre d’affaires à 6 milliards d’euros, soit +6,2%.

La crise du disque est définitivement du passé, puisque ce sont le streaming et les abonnements qui permettent à UMG de tirer son épingle du jeu. Les revenus engrangés par ces activités ont ainsi progressé de 37,3%, compensant les téléchargements à la pièce (-23,5%) et les ventes de CD (-16,1%). Bref, tout va bien pour Universal, et Vivendi veut pousser son avantage.

CC 3.0.

Le groupe de Vincent Bolloré, remplacé par son fils Cyrille au conseil de surveillance de l’entreprise, a l’intention de s’attaquer à de nouveaux marchés. La Chine est tout spécialement visée. Mais pour y parvenir, UMG a besoin d’argent frais. C’est pourquoi Vivendi envisage la cession de la moitié du capital d’Universal d’ici la fin de l’année.

Devinez qui pourrait être intéressé par une telle affaire ? Apple, bien sûr. C’est du moins l’avis de Jérôme Bodin, analyste chez Oddo BHF repris par La Tribune. Contre un gros chèque de 10 à 20 milliards d’euros, le constructeur pourrait s’emparer de 50% d’UMG, s’ouvrant ainsi une voie royale pour piocher dans un catalogue sans commune mesure.

Néanmoins, la guerre des exclusivités entre services de streaming ne semble plus d’actualité. L’autre option sur la table serait donc un « partenariat stratégique » entre Apple et Vivendi. Il y aurait la musique d’Universal d’une part, et aussi la vidéo — Canal+ est dans le giron de Vivendi. Et Apple travaille déjà avec Canal+ pour son futur service de streaming vidéo (lire : Apple s’intéresse aux contenus français pour son futur service de vidéo).

Reste à voir de quelle manière un tel partenariat pourrait s’articuler. Tim Cook a déjà indiqué à plusieurs reprises qu’Apple pouvait envisager de grosses acquisitions si l’opportunité se présentait. Et les contenus culturels sont une des pistes creusées par la Pomme pour compenser la baisse des revenus de l’iPhone. Malgré tout, la prudence reste de mise…

avatar Baptiste_nv18 | 

Ça serait ouf

avatar occam | 

Vivendi → Apple → Veolia et retour.
Le circuit de recyclage assuré.

avatar Ali Baba | 

Le retour de la rumeur Universal ?

avatar Silverscreen | 

J’imagine mal... cultures d’entreprise très différentes.

Des accords avec Disney aurait plus de sens. Les deux boites ont en commun Laurene Powell Jobs, la volonté affichée de ne pas mettre de boobs dans leurs films et l’habitude de promouvoir des artistes ultra consensuels...

avatar oomu | 

" la volonté affichée de ne pas mettre de boobs dans leurs films et l’habitude de promouvoir des artistes ultra consensuels.."

quoi ?! Mais c'est inhumain ! je dirai même anti-mammifère !

*fuit*

avatar A884126 | 

Vous oubliez de dire que compte tenu de la stratégie de Vivendi à pénétrer le marché asiatique d'autre investisseurs, vrais concurrents d'Apple, sont aussi impliqués : le billionaire John Malone’s Liberty Media, Japan’s SoftBank, China’s Tencent et Alibaba.

avatar jeanCloud | 

Un retour de Jean Marie Messier ? 😁

avatar lulubotine | 

@jeanCloud

Et de ses chaussettes trouées !

avatar A884126 | 

Il faut aussi rappeler qu'une des grandes préoccupations est la durabilité du streaming. Tandis que l'activité croît rapidement, son expansion se ralentit en Europe et en Amérique du Nord. Aussi, en Asie les sociétés de diffusion de streaming font face à un piratage continu sans parler des acteurs locaux qui sont mieux adaptés aux goûts asiatique. Ni Apple ni Amazon ne publient leurs résultats leur service de streaming. Et Pandora a perdu 310 millions de dollars au cours des neuf premiers mois de 2018, sans parler de Spotify qui a enregistré une perte nette de 520 millions de dollars. Rien n'est encore gagné.

avatar iPop | 

Franchement cela relève beaucoup plus que de la science fiction qu’autre chose. Je vois mal Apple débourser autant.

avatar ovea | 

Apple n'a t'elle pas eu l'idée de racheter ses actions, au moment de leur … chut !

avatar oomu | 

racheter ses propres parts n'a rien de spécial.

avatar Rom 1 | 

50% puis la totalité ?!
Encore un fleuron français (méthodes Bolloré mises à part) qui changerait de mains...

avatar C2SC3S | 

C+ redeviendrait sexy aux yeux de certains (ici), ce serait savoureux .

avatar The Joker WSS | 

Ce que je comprends pas, comment le streaming compense les ventes de CDs et téléchargements 🤔 avant la musique coûtait plus cher...maintenant 🤷🏻‍♂️ Comment les artistes sont payés maintenant? Quelqu’un pourrait m’éclairer?

avatar ckermo80Dqy | 

@The Joker WSS

Oui, je suis perplexe également... Mais en fait c’est simple : les artistes ne touchent plus que des clopinettes, peanuts, une misère. C’est l’Arnaque du Siècle, comme je l’ai déjà dit ;)

avatar armandgz123 | 

@The Joker WSS

Je en sais pas trop, mais avant je devais dépenser exactement 0€ par an car il était plus facile de pirater et moins contraignant surtout. Maintenant je donne quand même 10€/mois.
Et j’ai pas mal d’amis dans ce cas.

avatar The Joker WSS | 

@armandgz123

Je suis dans le même cas que toi, plus précisément 15€/mois pour l’abonnement familial, mais cela représente le prix d’un seul CD 💿 de plus je crois même que les cartes iTunes (très utilisées par les acheteurs de musique) sont de 20€ minimum. La seule explication que je trouve est que les artistes sont comme les YouTubeurs nourris des placements de produits, concerts, émissions télé/radio...etc.

avatar oomu | 

ha ben c'est très simple, hormis un poignée de superstars ou ceux et celles se démerdant pour devenir leurs propres producteurs, TOUT LE RESTE gagne presque rien de par la vente de leurs oeuvres

d'où concerts, produits dérivés, sponsoring, mécenats, etc.

-
cela dit, pondre du rap en boucle, c'est pas cher à fabriquer, et on peut vivre ainsi très bien de pas grand chose. Quelques boucles, des samples sous licence en forfait, une boite qui fournit une équipe toute fait, chic chic bam bam, yo et hop, sous quota obligatoire à la radio française, sacem et produits dérivés.

De quoi se payer une bonne maison. Vie accomplie. Naissance, produire du produit, mariage, enfants, tombe, page wikipedia.

avatar gwen | 

@The Joker WSS

Parce que tu crois que les artistes étaient correctement rémunérés avec le CD  ?

Les seule à s’en mettre pleins les poches sont les distributeurs, les magasins et les maisons de production. Ensuite éventuellement le parolier et le créateur de la musique qui gagnent sur le long terme et en dernier l’interprète à qui il reste des clopinettes et peut être les musiciens s’il reste quelques centimes.

Ce n’a pas beaucoup changé avec le streaming.

avatar ys320 | 

Apple serait alors actionnaire de Spotify.

avatar e2x | 

"La crise du disque est définitivement du passé," 🤔 Heuu.. Comment dire ?

avatar ovea | 

«la crise» cardiaque «du disque», nous apprend que du passé, on ne retiendra que —une industrie puisse avoir un cœur … oui, mais pour quoi faire ?

avatar 13novembre | 

J’ai du mal à imaginer qu’une telle acquisition passe auprès des autorités de la concurrence... Ça serait dommageable pour les concurrents sur le domaine du streaming

avatar hugome | 

J’ai beaucoup de mal à y croire. Apple deviendrait une espèce de conglomérat sans intérêt pour le client final. Ça serait le début de la fin.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR