Le keynote de la rédemption ?

Christophe Laporte |

Pour l’équipe d’Apple, ce keynote devait avoir un caractère assez particulier. L’iPad et le Mac ont au moins un point commun : tous deux vivent dans l’ombre de l’iPhone. Les derniers résultats trimestriels ont eu le mérite de rappeler à quel point l’iPhone est la vache à lait d’Apple, pour le meilleur et pour le pire.

Un keynote de seconde zone, mais à haute valeur symbolique

Le keynote de cette semaine était plus symbolique qu’autre chose. En forçant le trait, la firme de Cupertino aurait pu se contenter d’un communiqué de presse ou d’inviter quelques journalistes et autres personnes influentes à une petite sauterie privée pour partager ses dernières nouveautés.

Mais l’ambition derrière ce keynote était sans doute de se rapprocher d’une partie de sa clientèle, les professionnels et les créatifs notamment, qui traînent un vague à l’âme depuis quelques années. C’est plus symbolique qu’autre chose, mais Apple a fait l’effort de se déplacer à New York pour organiser cet évènement plutôt que d’inviter tout le monde dans son nouveau campus. Preuve aussi que ce keynote était un évènement d’importance moindre pour le Californien, son animation a été confiée à des seconds couteaux.

Ce keynote s’inscrit dans une opération de reconquête entamée en avril 2017. C’est à ce moment-là que Phil Schiller a reconnu qu’Apple avait fait fausse route concernant le Mac Pro (lire : Phil Schiller : « Nous allons complètement repenser le Mac Pro ») . Non seulement, Apple avait fait son mea-culpa, mais avait promis par la même occasion un tout nouveau Mac Pro pour 2019 (a priori).

Depuis, Apple tente plus ou moins régulièrement de maintenir le contact avec sa « clientèle historique ». Elle a commencé son opération de reconquête avec l’iMac Pro, sorti il y a quasiment un an. En attendant la présentation de sa nouvelle station de travail, Apple a voulu poursuivre son offensive avec deux machines « historiques » de la gamme Mac : le Mac mini et le MacBook Air.

L’instant warholien du Mac mini

Les mauvaises langues insisteront sur le fait que peut-être, jamais depuis sa première présentation en 2005, le Mac mini n’avait eu droit à une telle mise en avant lors d’un keynote. En attendant, avec cette nouvelle génération, Apple a tout juste, ou presque : des processeurs puissants, l’arrivée du Thunderbolt 3, une connectique toujours riche, le processeur T2…

Apple a tout mis en oeuvre pour séduire la clientèle historique du Mac mini. Mieux encore, elle a cédé sur la mémoire en offrant à nouveau à l’utilisateur la possibilité de la changer lui-même. Tout y est et la hausse de prix est au final assez limitée, surtout vu la nouvelle orientation de cette machine qui se tourne un peu plus vers les pros. Le seul reproche qu’on pourra faire à Apple, c’est surtout de ne pas avoir présenté cette machine plus tôt.

MacBook Air : la plus grosse révision depuis 2010

La renaissance du MacBook Air est peut-être plus inattendue. Les premières rumeurs il y a plus d’un an, annonçant sa modernisation, avaient laissé perplexe. On espérait alors que les ingénieurs d’Apple tirent les leçons du MacBook.

À bien des égards, ils l’ont fait. L’ordinateur de voyage d’Apple dispose de deux ports qui ont la bonne idée d’être Thunderbolt 3, équipés de la fameuse puce T2 et il est extensible (à condition de payer le prix fort) en RAM ainsi qu'en capacité de stockage. La véritable interrogation relative à cette machine, reste le processeur. Quel est son niveau de puissance exact ? Vivement le test pour se faire une idée précise. Pour l’instant, cela semble honorable si l’on en croit les premiers benchs (lire : MacBook Air 2018 : des performances entre le MacBook 12" et le MacBook Pro 13 »).

Le vrai faux débat sur les prix

Beaucoup ont pointé la politique tarifaire d’Apple, parfois à tort, parfois à raison. Quoi qu’on en dise, le Mac mini et le MacBook Air ont tous deux été revus en profondeur. Lorsqu’Apple inclut de gros changements sur un produit, elle a toujours tendance — et c’est logique —  à augmenter les prix avant de les baisser au fil des mises à jour.

1199 $ pour un MacBook Air (ou 1349 €) est un prix relativement raisonnable dans l’histoire du portable léger de Steve Jobs. On rappellera que lorsqu'il a présenté en 2010 le MacBook Air, débarrassé de tous ces défauts de jeunesse, celui-ci était proposé alors à 1 299 $ !

Le constat n’est pas si différent pour le Mac mini. À première vue, le modèle 2018 apparaît comme plus cher que ses prédécesseurs. Mais Apple a eu cette fois-ci le courage de se débarrasser des configurations indignes de son petit ordinateur.

Effectivement, Apple affichait auparavant un ordinateur à 499 $ dans son catalogue. Encore faut-il voir ce qu’il y avait dedans : 4 Go de RAM, un disque dur de 500 Go et un processeur anémique. Avec l’ancienne gamme, si l’on cherchait à acquérir un modèle à 8 Go de RAM avec un SSD, il fallait débourser 1 039 €. Rappelons que le modèle 2018 démarre à 899 €. Toutefois, celui-ci est doté d’un SSD de 128 Go, tandis que la précédente configuration avait deux fois plus d’espace de stockage. Mais cela donne à réfléchir et permet sans doute d’éviter des conclusions un peu trop hâtives.

De plus, si on adopte une approche comptable : le prix des Mac baisse même peut-être. Pourquoi ? La durée de vie des ordinateurs Apple augmente fortement. Pour preuve, de nombreuses personnes utilisent encore le fameux MacBook Air présenté par Steve Jobs en 2010. Entre temps, ça leur a coûté le prix d’un changement de batterie en Apple Store. Si on rapporte le prix du MacBook Air, d’un contrat AppleCare et du changement de batterie sur cette période, le coût du Mac n’a rien d’extraordinaire. Et cela n’a rien d’extravagant de penser que les machines présentées cette semaine seront toujours fonctionnelles en 2025.

Le vrai scandale sur les prix

Apple ne s’est jamais cachée qu’elle faisait son beurre (et bien plus) sur la vente d’accessoires. D’ailleurs, à ce sujet, on s’étonne que le Californien n’ait pas commercialisé d’étuis maison pour l’iPhone XR. À se demander si la Pomme n’a pas quelque chose à se reprocher face aux accessoiristes et a décidé, une fois n’est pas coutume, de leur faire une fleur.

Quoi qu’il en soit, le prix des accessoires Apple devient délirant. Bien évidemment, on peut très bien se passer de la housse en cuir du MacBook Air vendue 200 €. Il est plus difficile de faire sans le Pencil d’Apple. Le nouveau modèle coûte 35 € de plus que son prédécesseur. Le prix du Smart Keyboard est encore plus délirant. Alors certes, il permet de protéger l’arrière de la tablette, mais on frise les 200 € en 11” et 220 € en 12,9”.

Si à première vue, l’iPad Pro ne donne pas l’impression d’être excessivement cher, la photographie est très différente lorsqu'on prend en compte les accessoires adaptés. Et ce ne sont pas de « simples » accessoires, ils jouent un rôle important dans la dimension « Pro » de la tablette d’Apple.

La gamme Apple plus complexe à aborder que les forfaits SFR

Les détracteurs de Tim Cook comparent la gamme actuelle à celle des Performa, celle que l'on trouvait notamment en grande distribution, juste avant le retour de Steve Jobs. Difficile de les contredire tant la gamme actuelle est devenue incompréhensible.

Performa 5200, 1995

Lors de cette fameuse réunion d’avril 2017 évoquée plus haut, Phil Schiller faisait part de sa volonté de simplifier la gamme. C’est tout le contraire qui s’est produit cette semaine. À quoi sert le MacBook ? Certes, il est plus léger, mais c’est bien là son seul avantage par rapport au MacBook Air. Il aurait été mis à jour avec un port Thunderbolt 3 et une puce T2, son maintien dans la gamme aurait pu s’entendre… Et que dire des MacBook Pro 13” sans Touch Bar qui n’ont pas été revus de l’année ?

Apple a raté l’occasion de simplifier sa gamme : le MacBook Air pour le grand public et le MacBook Pro 13” avec Touch Bar pour les utilisateurs professionnels.

Bordélique la gamme de Mac ? Celle de l’iPad l’est sans doute un peu moins, mais plus que jamais, la gamme de tablettes fait le grand écart sur le plan tarifaire : 358,40 € pour le premier modèle à 2 119 € pour l’iPad Pro 12,9” avec 1 To d’espace de stockage.

C’est d’ailleurs l’autre constatation des modèles présentés cette semaine. La fourchette des tarifs n'a jamais été aussi large. Le prix d’appel du Mac mini reste raisonnable à 899 €, mais si on a des envies de Core i7, de 64 Go de RAM et de 2 To de SSD, la facture dépasse celle d’un iMac Pro. On arrive à plus de 5 000 €, si on associe à cette configuration un contrat AppleCare. De son côté, le MacBook Air peut dépasser les 3 000 €.

L’ancien monde contre le nouveau

Les débats houleux en informatique ont toujours existé. Mac/PC, Nintendo/Sega, iOS/Android… Maintenant, il y a les modernes (les tablettes) et la vieille école (l’ordinateur). Il y a cette obsession de beaucoup de vouloir fusionner ces deux appareils ou de voir l’iPad supplanter une bonne fois pour toute le Mac.

Les personnes qui n’ont pas laissé leur raison au vestiaire, vous diront que ce sont deux outils complémentaires. Avoir un marteau c’est bien, avoir un tournevis, c’est bien également, alors pourquoi ne pas avoir les deux ?

Quoi qu’il en soit, il est fascinant de voir à quel point MacBook Air et iPad Pro sont à la fois proches et différents. Il ne fait pas de doute que la tablette d’Apple est autrement plus puissante que le MacBook Air, plus créative avec son stylet… En matière de stockage, avec une option à 1 To, elle n’a plus rien à envier à un vrai portable.

Mieux encore, elle embarque un port USB-C comme les vrais ordinateurs. On peut aussi le connecter à un écran externe comme un PC. Mais dans ces deux cas de figure, on est encore bien loin de la polyvalence d’un ordinateur classique.

Et c’est là où l’on voit que l’iPad reste toujours dans l’ombre de l’iPhone. Pour ce dernier, Apple est capable dans iOS de faire du sur-mesure dès le jour J. Pour l’iPad, il faudra faire un pari : celui de croire qu’iOS 13 sera capable de le transfigurer. Mais dans ce domaine, Apple nous a habitués à faire des petits pas, là où il faudrait en faire des grands.

Le Mac : toujours un train de retard

Il y a quand même deux ou trois choses qui fâchent lorsqu'on compare les nouveaux MacBook Air à l’iPad, notamment les performances processeurs. Le gouffre est de plus en plus grand.

L’iPad Pro et son processeur A12x sont plus rapides que « 92 % des portables en vente sur le marché » dixit le marketing d’Apple. Dans le lot, on peut sans doute inclure le MacBook et le MacBook Air…

Le potentiel du processeur A12x laisse plus que jamais à penser que la transition vers les Mac ARM est inévitable. D’ailleurs, au début, beaucoup pensaient que le meilleur candidat pour initier une telle transition serait le Mac mini ou le MacBook. Mais au train où vont les choses, certains se demandent si Apple ne pourrait pas commencer par ses stations de travail. Tout est possible après tout, mais il ne faut pas perdre de vue que ce sont les applications pro qui tirent peut-être le mieux profit de l’architecture Intel, rendant la transition plus difficile dans un premier temps.

Mais à plus court terme, le but d’Apple est sans doute de placer un co-processeur ARM dans chacun de ses ordinateurs. On ignorait si Apple allait réserver le T2 à ses machines haut de gamme. Elle vient de donner une réponse nette, claire et précise cette semaine. On ne serait guère étonné que la plupart des modèles de la gamme embarquent une puce Tx d’ici la fin de l’année prochaine.

Enfin, il est curieux de noter à quel point le Mac est déconnecté du reste. Alors qu’il a fallu un an à l’iPad pour adopter les avancées de l’iPhone X, le Mac continue petit à petit d’adopter Touch ID. L’ancien monde, on vous dit !


Tags
avatar jackhal | 

Non, ton Mac Mini t'a couté 600 € et le nouveau coute 800 €.
T'as vu, c'est cool les arrondis pour se donner raison, hein ?

avatar Domsware | 

@TonyT

Pour comprendre cela, peut être que certains ne veulent pas se prendre la tête et c’est tout. Le Mac rame, on en prend un nouveau et c’est reparti pour quelques années sans plus de réflexions.
Pour les professionnels la machine passe dans les frais. Le plus important est ainsi la fluidité au détriment de quelques euros. De plus combien coûte le temps consacré à la recherche d’une meilleure solution financière ?

avatar pim | 

La gamme Mac n'a rien de complexe à comprendre, si l'on veut bien considérer les difficultés d'Intel à sortir ses processeurs de 8e génération. Apple a changé ce qui était le plus urgent, MacBook Pro avec touch bar et MacBook Air, le reste de la gamme va passer sur les nouvelles puces en 2019, dès qu'elles seront disponibles.

Et ça réponds aussi à ce sentiment étrange de voir le Mac sans cesse avec un train de retard. C'est surtout Intel qui rame. On est un peu dans la même situation qu'avant le passage du Power PC aux processeurs Intel, où les gammes de PowerBook n'en finissaient pas de prendre la poussière sur processeur G4, alors que dans le même temps sur les iMacs on attendait sans fin le fameux G5 à 3 GHz que Steve Jobs avait promis pour l'été.

avatar totoguile | 

On espère quand même que la gamme va se simplifier. Peut-etre lors de la bascule ARM:
- Macbook / Macbook Pro
- iMac / iMac Pro
- Mac mini / Mac Pro
là on se demande que faire du macbook Air...

et pour les tablettes se serait bien aussi de faire le ménage.
Quand aux iPhone, pourquoi en garder autant ???

avatar gabou009 | 

Je suis d'accord pour la gamme Mac. Le MacBook aujourd'hui n'a pas lieu d'être quand on a un MacBook Air retina. Le MacBook Pro sans Touch Bar n'a pas été mis à jour et sa pertinence peut être remise en question. Le MacBook Air non retina est d'ailleurs toujours au catalogue...

Pour la gamme de tablettes, malgré le grand écart des prix, on a quelque chose de logique: iPad et iPad Pro. L'iPad comme tablette de base pour tout le monde et l'iPad Pro comme tablette orientée créativité, productivité, dernières technologies, etc. Seul l'iPad Mini 4 devrait disparaître ou être mis à jour, je ne comprends pas pourquoi Apple ne fait rien de ce côté.

Pour l'iPhone, on a toujours gardé les modèles précédents pour toucher à toutes les gammes de prix.

avatar Bart94 | 

Que pensez-vous du Mac mini ?
Quelle technologie de tv faut-il avoir pour profiter de sa qualité ?

avatar fte | 

@Bart94

"Que pensez-vous du Mac mini ?"

Très en retard.

"Quelle technologie de tv faut-il avoir pour profiter de sa qualité ?"

Vu le retard, CRT.

avatar jackhal | 

lol té drol kikoo

avatar pocketalex | 

@fte

???

avatar ideclik | 

Ils auraient pu être encore meilleurs avec le Mac mini en proposant un port M2 en plus du SSD soudé.

avatar jackhal | 

Je trouve aussi que c'est un gros, gros manque.

avatar SquallX | 

Une upgrade de l’iMac n’aurait pas été un luxe... au moins processeur

avatar pocketalex | 

@SqualX

il arrivera, et pas forcément avec un Keynote, juste une mise à jour sur le site web

avatar CR_B | 

Pour en revenir a l'article:

-Je me demande vraiment a quoi sert le macbook, les nouveau air sont des propositions bien plus intéressantes pour les particulier et le pro est très bien pour les pro et les plus exigeant.

-Pour le passage a l'arm, je me pose la question d'un passage plus étalé que lors de la transition vers intel. Une transition qui commencerait sur les mac pro sous forme d'une machine Xeon avec un coprocesseur A12 ou A13 quie servirait pour des applis hérité de l'ipad pro et comme coprocesseur spécialisé pour des applis specifiques.

Un peu comme ce qu'est devenu la carte graphique, qui sert aux calculs fortement parallèles depuis quelques années.

L'avantage de commencer par les machines pro c'est que la marge confortable y permet plus de choses.

avatar marenostrum | 

pour des agences de luxe. j'en connais une, tous les (jolies) nanas qui proposent des services ou produit aux gens riches sont équipés en macbook.

elles produisent rien avec l'ordi, juste présenter des produits de luxe ou services.

avatar pocketalex | 

@ marenostrum

comment discréditer une gamme en sortant un exemple à la con...

avatar guiom2510 | 

Vous visez juste, j’ai ressorti ma facture de 2013 : 1288 euros le MBA i5 bicoeur 1,3Ghz 4go ram et 256go.
Je ne sais pas pourquoi j’ai le chiffre de 1000 euros dans ma tête. Le MBA est il deja passé en dessous de 1000 euros ?
Ils doublent la ram mais 2 fois moins de stockage... sauf qu’a l’époque le port SD permet d’y glisser une extension pour pas chère !
Ma compagne a eu un MBA l’an dernier et ca tourne encore très bien donc le nouveau doit être une bonne machine mais le manque de connectique me donne envie de pousser mon MB pro 2015 jusqu’au bout... et les prix pratiqués ne poussent pas à en changer (surtout si on y ajoute tous les adaptateurs nécessaires pour son usage)

avatar pocketalex | 

@ guiom2510

le SSD 256Go de l'époque c'est pas vraiment le même que le SSD 128Go (ou plus) actuel, niveau performances.

mais bon, je suis d'accord avec toi sur un point : 128Go c'est vraiment ric-rac, il vaut mieux privilégier 256 ou 512 Go et c'est pas le même prix...

Sinon le MBA a beaucoup fluctué dans le temps, et il a parfois léchouillé les 999$ mais c'était des périodes, pas tout le temps.

avatar Crist'o (non vérifié) | 

Ravi de cette Keynote... sans nouveaux emojis... et avec enfin un très sérieux successeur à mon vieillissant Mac Mini mid-2011 inéligible à Mojave mais qui, doté d un bon SSD, m aura tenu bonne compagnie pendant 7 ans et +. Hâte de goûter au i7 et au TB3...

avatar didinewg | 

Peut-on changer le SSD de ce nouveau Mac mini?
C’est-à-dire, le SSD-128 par un Crucial MX500-1To.
Si oui, la qualité et rapidité est-elle la même. Merciii?

avatar zypic | 

@didinewg

A la louche je dirais un facteur de 1 à 4 entre un Crucial MX500-1To et un SSD-128 d’Apple.
500 Mb/s contre 2 Gb/s de mémoire. (A diviser par 8 pour avoir les taux de transferts en Mo/s)

Par contre grâce au Thunderbolt 3 on peut mettre :
• pour du stockage : un boîtier OWC Thunderbay 6 Raid (nu #680$ HT et Hors frais de douane, transport, … macsales.com) avec 6 HD et 1 SSD au format M2 soit quasiment la taille d’une barrette de RAM.
• pour de la vitesse : OWC Express 4M2 (2,8 GB/s) (nu #320$ HT et Hors frais de douane, transport, …) et 8 TB (4 barrettes M2).

avatar pocketalex | 

@zypic @didinewg

- on ne peut pas changer le SSD sur les nouveaux Mini. Ce sont des SSD nVme pilotés par la puce T2 et les puces sont directement soudées à la carte mère

- On ne divise pas par 8 la vitesse de transfert d'un SSD, elle est déja en Mo (ou MB en anglais). Ce sont plutot les vitesses des E/S qui sont exprimées en Mb (TB3, Ethernet, ADSL, fibre) et là il faut diviser par 8 (une ligne fibre à 300Mb/s permet des téléchargements à 37Mo/s max, et le TB3 à 40Gb/s permet un débit max de 5Go/s qui en réalité est plutôt autour des 2 à 3Go/s si tu as un périphérique derrière qui assure ces débits, bien sur). Donc un SSD SATA du commerce offre vraiment 500Mo/s et les SSD Apple offrent vraiment entre 2500 et 3000Mo/s

- pour ton Mac mini 2019, tu peux ajouter un SSD SATA externe en USB3 et tu auras pas 500Mo/s mais plutot 350/400Mo/s en moyenne, et encore, si le boitier tiens la route (UASP), sinon moins. Tu peux aussi y brancher un NAS ou un boitier RAID TB3 et aller encore plus vite, jusqu'a 2500Go/s... mais c'est plus cher (2000€ pour le SSD TB3 de 2To chez Lacie).

avatar fte | 

@pocketalex

"Tu peux aussi y brancher un NAS ou un boitier RAID TB3"

On ne sait pas encore le détail de l'allocation PCIe. Je serais surpris qu'on ait droit à 4 ports TB3 4x.

avatar pocketalex | 

@fte

"Je serais surpris qu'on ait droit à 4 ports TB3 4x."

Moi aussi, mais bon, déja 2x TB3 à fond de ballon, honnêtement, ça suffit bien .... pour cette machine

avatar Splinter | 

Réflexions intéressantes sur les prix, pourtant très décriés !

avatar Dimemas | 

n'est-ce pas ?
cet article m'a bien fait rire sur la question du prix, tellement que j'ai arrêté de lire la suite tellement ça me brûlait les yeux...

avatar Dark Phantom | 

C’est rien de dire que je ne suis pas d’accord avec tout ça
Pas grand chose pour les pros et pour les créatifs ; amusante la comparaison avec les performa (j’en avais un, c’était un prolongement du Classic et ma foi il était très bien pour des jeunes, assez complet et familial)
On veut des ordinateurs puissants et modulables et qui tournent bien sur OS X donc oui revenir à quelque chose de sérieux avec le Mac Pro, revenir à des tarifs normaux, et alors le Mac mini, c’est rien de dire qu’on aurait voulu un port M2 sinon effectivement et le prix à 500 euros était bien si, si on voulait un média center, un serveur, un mini ordinateur sous OS X
Quant aux MacBook et MacBook Air, j’ai du mal. Ce sont des machines frustrantes, et je dois dire que le MacBook Air non retina est moins frustrant, puisqu’on va le trouver vers 950 euros neuf facilement et que c’est une très complète machine bureautique pour étudiant ou pour personne se foutant pas mal des Touch ID et des écrans retina;
Au sujet de l’iPad pro, on avance, je pense que cette mouture est transitoire, un peu comme l’iPhone X de l’année dernière
On y verra plus clair l’année prochaine
Pour l’instant toute cette puissance et ce coût sont aussi superflu que l’iPhone X

avatar frankm | 

100% rédemption incluant l'iPhone XR

avatar FollowThisCar | 

OK, je vais essayer d'être positif pour une fois. Il me faut un nouveau laptop.

Je vois que les benchmarks en bi-coeur sont anémiques, donc faut au moins passer en quad pour que la bête tienne la route quelques années. Là çà vaut le coup, mais faut sortir 2.000 €, et on est obligé de se farcir le TouchBar même si on n'en veut pas. Plus le dock et les câbles, çà fait trop cher pour ma bourse. That's it.

Les modèles supérieurs sont sûrement des Macs qui marchent bien. D'ailleurs, la boîte où bosse mon ex-collègue grafiste vient de lui acheter un 15" maximisé (mais sans option SSD+).

Mais faut avoir les moyens de se le payer, sinon c'est foutu. Et qu'on ne vienne pas me dire que je peux me contenter d'un bi-coeur, 128 GB et 8 GB de RAM pour 1.400 balles++. Merci d'avance.

avatar Dark Phantom | 

@FollowThisCar

Eh oui.
Et il ne faut pas s’étonner que le MacBook blanc ait été un des ordinateurs Apple le plus vendu. Il était pas cher, facilement upgradable et avait une bonne autonomie. Tous les étudiants en avaient un. Puis on l’a supprimé pour un MacBook trop cher sans connectique , puis enfin on a le mba nr qui est un peu entre deux, mais impossible à upgrader.
Quant à mon MacBook Pro 15 de 2018, je doute de lui, il fait des grincements bizarres, il a deux mois et il va falloir que j’aille l’apporter en sav alors que j’en ai besoin

avatar reborn | 

@Dark Phantom

C’était l’epoque où le dollar était à 1,67 pour 1 €

Ah oui j’aimerai bien revenir à cette époque

avatar RomanYeager | 

Il va vraiment falloir pousser iOS sur l’iPad pour remplacer le Mac. Rien que pour la bureautique : impossibilité s’ouvrir deux document en même temps dans la suite bureautique d’Apple. Les appuis long pour avoir des options de bases dans le navigateur de fichier est vraiment dommage (dupliquer, renommer...) c’est vraiment ce qui maintient mon vieux MacBook Air sur mon bureau à côté de mon iPad Pro 9,7.

avatar Bruno de Malaisie | 

@RomanYeager

Utilise un clavier.... Mon MBP est retraité depuis quelques années car il a été remplacé par un iPad Air 2, puis un iPad Pro 9.7 et maintenant par un 10.5.

avatar pecos | 

« Le constat n’est pas si différent pour le Mac mini. À première vue, le modèle 2018 apparaît comme plus cher que ses prédécesseurs. Mais Apple a eu cette fois-ci le courage de se débarrasser des configurations indignes de son petit ordinateur. »

Ha ha ha... Je vois qu'à macg, le champ de distorsion de la réalité fonctionne toujours à plein.

En 2006 j'ai acheté le premier macmini.
Entrée de gamme à 490€ si je me souviens bien. (ou 450 ?)

Ben l'entrée de gamme à l'époque était loin d'être ridicule et j'ai fait de la PAO avec pendant quelques années.

La logique voudrait, 12 ans après, que l'entrée de gamme soit - au moins - à un prix aussi faible, voire encore moins cher compte tenu des amortissements réalisés sur cette gamme de produit.
C'est ce qui se passe dans le monde PC, d'ailleurs.

Mais pas chez Apple.
Adios.

avatar Dark Phantom | 

@pecos

Je plussoie, j’avais fait de même en 2006

avatar anton96 | 

@pecos

Tout à fait , le Mac mini actuel avec son i3 à 800€ est un scandal

avatar Fluo | 

Pour moi, le vrai scandale, c’est le support totalement inexistant et contradictoire avec le positionnement supposé « pro » des machines...

avatar Dark Phantom | 

@Fluo

Les pros souffrent et sont les soutiens d’Apple de la première heure, avant les iBidules.
J’ai suivi toute la gamme de Mac depuis le Macintosh plus, en apprenant dessus et en bossant dessus.
C’est une boîte magique et de plus en plus difficile à suivre

avatar  | 

Bien heureux de ne pas avoir à choisir un Mac portable aujourd’hui, j’y passerais des heures. La gamme est bien trop complexe comme vous dites, vivement une simplification ...

avatar pocketalex | 

@

Entrée de gamme/mainstream = MBA ou MBP 13"
station de travail légère = MBP 13" Touch Bar
station de travail puissante = MBP15" Touch bar
ultra-portable = Macbook12"

A part sur l'entrée de gamme où les machines se touchent-touchent niveau fonctionnalités/prix entre le MBA et le MBP13" (l'un est un chouille moins cher, l'autre est un chouille plus endurant), la gamme est on ne peut plus claire et pour chaque usage, il y a une machine.

Je vois pas ce qui n'est pas clair....

avatar powergeek | 

C’est tout le paradoxe du business Apple aujourd’hui. Du matériel au prix d’un sac Vuitton et des logiciels qu’on paye 0,99€ et qu’on trouve encore trop chers ! Je trouve qu’Apple a bien entubé tout le monde. Et avec les prix délirants qu’Apple pratique depuis quelques années, les vols et autres agressions ne font qu’augmenter. Mon fils est étudiant dans une école de commerce à Paris et les vols de matériel Apple ne cessent de se multiplier. Personne ne vole les PC par contre...

avatar anonx | 

Le vrai scandale = ? = daube

Bref mort né

avatar webHAL1 | 

Extrait de l’article :
« 1199 $ pour un MacBook Air (ou 1349 €) est un prix relativement raisonnable dans l’histoire du portable léger de Steve Jobs. On rappellera que lorsqu'il a présenté en 2010 le MacBook Air, débarrassé de tous ces défauts de jeunesse, celui-ci était proposé alors à 1 299 $ ! »

On rappellera surtout que le MacBook Air, lors de sa présentation en 2010, avait un coté exceptionnel, un ultra-portable qui ne sacrifiait pas les performances mais qui par conséquent était cher, qu’il n’a plus du tout huit ans plus tard. Et donc qu’il est totalement aberrant de comparer son prix actuel avec celui de l’époque pour essayer de faire croire que le tarif 2018 est "relativement raisonnable".

avatar anton96 | 

@webHAL1

Exactement !
Ce n’est que quelques années plus tard qu’il est devenu l’entrée de gamme sous les 1000€ et justement avec cet Keynote , l’entrée de gamme viens de disparaître.

avatar geooooooooffrey | 

Je parlerai de rédemption pour Apple le jour où ils sortiront des modèles autres que ceux faits pour les m'as-tu-vu et ceux à la recherche de la performance extrême.

Aujourd'hui il n'y a rien pour ceux qui veulent juste être sous macOS, avoir une autonomie convenable (OSEF de 13h d'affilée), sans Touch Bar ne sert qu'à rajouter des € sur la facture, un truc qui rame pas (un i7 hexa coeur n'est pas indispensable dans ce cas), une capacité de stockage suffisante (128Go ? Sérieusement ?), des temps d'accès au stockage rapides (SSD) mais pas abusés (c'est plus cher que ça ne sert pour une utilisation simple)
Si on reste sur du matériel performant mais sans exagérer, on pourrait contenter plein de monde qui ne s'y retrouve pas aujourd'hui, mais Apple semble s'en foutre... Panier moyen toussa toussa...

avatar marenostrum | 

va acheter un PC, ça sert à rien de commenter le long de ta vie. va changer de marque. tu peux monter ta machine sur mesure toujours en PC. et après viens nous voir pour les prix.

avatar geooooooooffrey | 

Ah ok la condescendance.
A te lire Apple ferait presque dans le hard discount.

Apple pourrait très bien proposer une gamme plus abordable, sans pour autant faire un truc moche et qui rame quand on ouvre 2 onglets dans Safari, et même sans sacrifier la sacro-sainte marge. Mais ils préfèrent inventer des "entrées de gamme" qui ne servent qu'à attirer vers le haut de la gamme quelques centaines d'euros plus cher, tant les compromis sont souvent grotesques.

avatar pocketalex | 

@geooooooooffrey

Qu'Apple soit plus cher en vendant du matériel out-daté ... OK, 100% d'accord, et le Mini comme le Air étaient vraiment out-datés (HDD sur le mini, pas de TB3, écran non Retina sur le Air, etc)

bon

Mais la, avec les mises à jour matérielles de ces deux gammes, on se retrouve juste avec des machines "chères", et je dis "chères" par rapport à l'offre PC plus ou moins équivalente (car un PC n'est jamais 100% équivalent à un Mac)

Et là... comment dire... ton commentaire on l'a lu 1000x en 20 ans.

Apple a toujours proposé des machines plus chères, c'est pas nouveau. Après, si ça te va pas, achète un PC ! Et peut-être que les €€€ grattés te permettront le même usage avec le même fun et le même confort, et la même satisfaction

Et ... peut-être pas.

avatar geooooooooffrey | 

En l’occurrence c’est pas le « cher » qui me dérange, mais le « toujours plus cher », qu’ils créent d’ailleurs en gardant de vieilles machines au même prix alors qu’ils en sortent de nouvelles (par conséquent plus chères). On a l’exemple du MBP 15“ qui a pris 1000€ en entrée de gamme en quelques années. Le MBA prend le même chemin avec cette nouvelle gamme...

avatar oomu | 

oui. Apple n'a presque plus de machines "raisonnable".

Les dernières générations sont toutes de base, très très haute en performance (mais le stockage est trop petit).

Toutes les configurations de bases sont pensées suffisamment mesquines pour vous encourager à acheter le tiers de prix supérieur.

Toutes sont de belles machines (finitions, os, et performance), mais toutes ont une forme de mesquinerie. Et _tout_ ce qui est autour est fortement plus cher.

-
sur ios et ipad, il y a les modèles des années précédentes. Mais si on les compare à la concurrence, ça fait mal. Ils sont dépassés par des produits de prix similaire. Bien sur, ils restent bien fabriqués et agréables.

Apple considère cela comme suffisant. Ils ont peut être raison au vu des bénéfices.

-
c'est déchirant à voir.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR