WWDC 2018 : au bonheur des développeurs

Mickaël Bazoge |

La WWDC 2018 est désormais derrière nous, mais ses effets n'ont pas fini de se faire sentir dans nos applications préférées. Apple a cette année fait l'impasse sur les nouveautés matérielles, pour mieux se concentrer sur les nouvelles versions de ses systèmes d'exploitation. Les développeurs ont apprécié !

Il y a bien sûr toutes les petites et grandes choses de macOS Mojave, iOS 12, watchOS 5 et tvOS 12 que nous n'avons d'ailleurs pas terminé de décortiquer. Les développeurs aussi en ont plein leur assiette avec beaucoup de nouvelles API et de fonctions à intégrer dans leurs apps, et qui feront le bonheur de leurs utilisateurs.

Les pin's offerts aux développeurs invités.

Pour mieux saisir la portée de cette édition 2018, nous avons demandé leur avis à plusieurs développeurs : Paulo Andrade, qui a conçu l'app Secrets (lire notre prise en main), Jérémie Francone, du studio 1Button (Mr Jump, Ultra Sharp…), Clément Sauvage, directeur technique de l'app Les Tontons Livreurs, et l'équipe de développement iOS/tvOS de Canal+.

Pas de matériel, pas de problème

Les utilisateurs avides de nouveaux matos ont fait un peu la moue après le keynote — ils ont en effet dû se contenter de quelques bracelets et étuis… et d'un chargeur 30 watts. Si Clément admet un peu de déception vis-à-vis des annonces « marketing » (« Quoi ? J'ai fait la queue à 1h du mat' pour ça ?! »), il s'est bien rattrapé avec le keynote spécial des développeurs, le fameux Platform State of the Union qui détaille plus en profondeur les nouveautés.

Le mur d'apps sur la scène du keynote.

Il rappelle que la WWDC se destine d'abord et avant tout aux développeurs, même si Apple s'en sert parfois comme caisse de résonance pour lancer de nouveaux appareils (rien moins que l'iMac Pro, la deuxième génération d'iPad Pro et le HomePod l'année dernière) et services (Apple Music en 2015). Pas d'année en demi-teinte donc, entre Siri Shortcuts, CreateML, MapKit JS, Xcode 10…

De son côté, Jérémie n'a pas été « super emballé par le keynote » : rien de « magique » ou de « particulièrement innovant », explique-t-il, malgré des nouveautés intéressantes pour la réalité augmentée, ainsi que Google Maps et Waze dans CarPlay. « Il faut un peu plus qu'un mode nuit ou qu'une app de bourse revisitée pour me passionner ! »

Il convient toutefois de rappeler qu'iOS et macOS sont désormais des systèmes mûrs : « il est peut-être difficile de nous surprendre chaque année ». Jérémie précise toutefois qu'il y a « bon nombre d'améliorations et d'ajouts qui ne font pas les gros titres mais qui peuvent apporter beaucoup aux développeurs ».

Beaucoup de Mac au mètre carré dans le McEnery Convention Center !

Paulo concède également qu'il est difficile de lancer des produits aussi révolutionnaires que l'iPhone tous les ans. « En tant que développeur, je trouve que c'est bien plus intéressant d'en apprendre plus sur les nouvelles API que d'en savoir plus sur le matériel ». Des informations qui lui permettent de mieux « exprimer [sa] créativité au travers de nouvelles fonctions dans [ses] apps ».

Il souligne que de nouveaux appareils sont synonymes de « nouvelles tailles d'écran, de résolutions et de paradigmes que nous devons prendre en compte ». Il se dit parfaitement à l'aise avec une WWDC ne comprenant que des annonces logicielles. « En fait, c'est ce que je préfère ! ».

Canal+ a eu les honneurs d'une mention durant le keynote.

Le discours est un peu différent du côté de l'équipe de développement iOS et tvOS de Canal+. Le keynote a été jugé très intéressant, notamment concernant l'amélioration des performances (« x2 sur un iPhone 6, qui est réellement là, mon iPhone 6 revit ! ») et le support des mêmes appareils qu'iOS 11. Voilà qui « devrait ravir les clients ». Rien que ça, ça fera une « excellente version » d'iOS, qui éteindra les « critiques d'obsolescence programmée », selon l'équipe de Canal+, qui a eu un petit moment de gloire lors du keynote.

La démo sur la réalité augmentée a aussi beaucoup impressionné l'équipe : elle était « dingue », Apple a visiblement passé un « cap important » et le constructeur dépasse la concurrence.

Les mains dans le cambouis

Toutes ces nouveautés logicielles et ces API vont être scrutées de très près par les développeurs interrogés. Jérémie Francone, créateur de jeux, a fait son deuil d'OpenGL et d'OpenCL, qui sont mis sur la touche au profit de Metal dans macOS Mojave. « On sait que d'ici iOS 13 il va falloir passer à Metal, ça va nous demander un peu de boulot ». Il va également regarder de près les possibilités d'ARKit 2 ainsi que les nouvelles options des notifications.

Pour Paulo, qui a mis au point une application pour stocker des mots de passe, une fonction en particulier a fait tilt : « L'an dernier, quand Apple a annoncé la fonction de remplissage de mots de passe pour les apps, nous lui avons immédiatement demandé d'étendre cette fonction aux gestionnaires de mots de passe tiers ».

Un vœu exaucé : « Nous avons été ravis d'apprendre qu'Apple allait proposer cette fonction dans iOS 12 ». Gros enthousiasme donc pour l'API Password Manager (lire aussi : Vie privée : Apple veut renforcer les mots de passe et clarifier les messages d’alerte). Du côté du Mac, où Secrets est aussi proposé, « nous en avons presque terminé avec la prise en charge du mode sombre ».

Au chapitre des technologies fondamentales, CoreML intéresse tout particulièrement Clément Sauvage, scientifique de formation et qui suit une formation dans ce domaine. « Je vais passer une partie de mon été dessus ! » On a vu pire comme cahier de vacances.

Pour les développeurs des apps iOS et tvOS de Canal+, on relève « pas mal de nouveautés intéressantes » : il semble en effet que les 50 images par seconde en 4K puissent être activées sur l'Apple TV 4K, « et si c’est avéré on l’active dès le lancement ». La saisie simplifiée des mots de passe dans tvOS 12 trouve un écho au sein de l'équipe : « l’astuce de trouver le bon iPhone en calculant la distance entre la télécommande Siri et l’iPhone de l’utilisateur est digne d’Apple ».

L'exemple de Siri Shortcuts

Siri Shortcuts ne se limite pas une poignée de notifications proactives. Apple a regroupé beaucoup de fonctions sous cette bannière, comme la possibilité de créer ses propres raccourcis Siri et une évolution majeure de l'app WorkFlow, le tout enrobé dans une épaisse couche d'intelligence artificielle (lire : Siri Shortcuts : des raccourcis qui en disent long).

Pour Jérémie qui ne fait quasiment que des jeux, « c'est un peu difficile » de se servir de ces raccourcis. Il voit cependant tout l'intérêt d'intégrer ces Shortcuts dans des utilitaires : « Si on devait améliorer notre gestionnaire de tâches minimaliste Task on ne manquerait pas de penser aux Siri Shortcuts ».

Les utilitaires, c'est la tasse de thé de Paulo : il imagine déjà permettre aux utilisateurs de Secrets de demander à Siri l'affichage de mots de passe spécifiques. « Mais je pense qu'il y a plus avec Siri Shortcuts que dire à son iPhone quoi faire (…) Nous sommes toujours en train de réfléchir aux opportunités que cette nouvelle fonction va nous apporter, mais nous sommes indéniablement intéressés pour en faire quelque chose ».

Chez Canal+, même prudence teintée d'enthousiasme : « Siri Shortcuts devrait également apporter quelques usages sympas ». Les responsables de myCanal sur les plateformes d'Apple s'intéressent aussi au nouveau système de gestion granulaire des notifications, qui comprend une distribution avec alerte ou silencieuse (lire : iOS 12 : les notifications mettent le paquet).

Le Mac App Store renouvelle l'intérêt des développeurs

Le Mac App Store a fait l'objet d'un ravalement de façade important, qui lui apporte non seulement une nouvelle interface et des fonctions héritées d'iOS, mais aussi une personnalité propre et surtout, une réactivité qui donne envie d'y revenir. L'effort a été apprécié par les développeurs : Clément espère ainsi que cette refonte va « relancer la dynamique, certains gros éditeurs comme Panic ont promis de revenir sur la plateforme ».

Jérémie a la même analyse : « il était important de faire quelque chose pour redynamiser un peu cet App Store, tant pour donner aux utilisateurs l'envie de le visiter qu'aux développeurs l'envie d'y travailler ». Le développeur de jeux se dit surtout intéressé par l'arrivée prochaine de UIKit sur Mac, le fameux projet Marzipan, qui devrait permettre de porter plus facilement les apps iOS sur Mac.

Ce gros travail de fond mené par Apple (il était temps) intéresse tout particulièrement Paulo, dont l'application est distribuée sur l'App Store et le Mac App Store. « Nos ventes sont partagées à 50/50 entre macOS et iOS ». Il espère que le redesign de la boutique pour Mac aura le même impact que celui obtenu par l'échoppe mobile :

Comme vous savez, le gros de l'argent de l'App Store va dans les poches de très peu de développeurs, et surtout des jeux. Séparer les jeux du reste des apps, et tous les efforts qu'Apple mettra dans le contenu éditorial pour mettre en avant des apps nouvelles et plus fragiles sont les bienvenus.

Cahier de doléances

L'avenir des plateformes d'Apple, c'est maintenant : les versions bêtas s'enchaînent et les API sont en phase de finalisation. Mais évidemment, on en demande toujours plus à Apple, c'est pourquoi nos développeurs ont ouvert le cahier des doléances. Et pourquoi ne pas demander des choses un peu folles ? Clément propose tout simplement le changement du clavier papillon des MacBook Pro !

Craig Federighi avec Clément.

Plus sérieusement, il voudrait une révision de la commission prélevée par Apple sur les abonnements et le prix des apps. « Les App Store sont chouettes, mais nous payons 99 $ par an, réviser la commission à 12 ou 18% [au lieu de 30% actuellement] serait un beau geste », estime-t-il. Il ajoute : un simulateur amélioré dans Xcode. On peut rêver…

Puisque l'heure est aux douces rêveries, Jérémie fantasme, en tant qu'utilisateur, sur un Mac Arm « avec un nouveau macOS plus moderne et une super autonomie ». Qui n'en aurait pas envie ?

Paulo demande un rapprochement des pratiques et des services offerts par Apple pour ses deux boutiques, iOS et Mac : « Il n'y a pas de TestFlight sur Mac, et il n'y a pas d'outils analytiques, par exemple. Plus important, il n'y a pas de partage d'achats entre Mac et iOS ». Secrets doit être acheté deux fois, c'est source de confusion pour les utilisateurs. « Et ce n'est pas comme si cette requête n'avait aucun précédent. Les développeurs peuvent partager des achats entre des apps iOS et tvOS, alors pourquoi pas avec le Mac ? ».

À l'année prochaine !

La WWDC ne dure qu'une petite semaine, mais l'événement marque durablement l'année pour les utilisateurs comme pour les développeurs. D'ici la rentrée et la sortie des versions finales, nous continuerons de découvrir les nouveautés qu'Apple a concoctées… et le travail des développeurs pour les intégrer à leurs apps !

Photos WWDC : Clément Sauvage

Tags
avatar Yacc | 

@C1rc3@0rc

« Si tu veux voir la une distorsion de la réalité, libre a toi, « 

Une perle venant de toi qui tord et ni la réalité à longueur de contribution.

La réalité ce ne sont pas tes fantasmes ?

avatar Yacc | 

@C1rc3@0rc

« mais il défend simplement le droit de tout un chacun d'exprimer son opinion, et cela sans subir un harcèlement et des insultes automatiques et maniaques. »

Quand on tient des propos comme les tiens on ne peut pas demander le droit qu’ils ne soient pas confrontés à la contradiction.

Et contrairement à ce que tu veux croire, je ne suis pas une énergumène vociférante, les contradictions que je t’apporte ne sont souvent que de l’ordre de la stigmatisation du propos pour que les lecteur est conscience que c’est là un ramassis de mensonges, de sophismes, de malhonnêteté intellectuelle, de paralogismes, de dénis des réalités ... car je sais d’expérience que tenter de te confronter aux faits dans un argumentaire construit est inutile.

Tu as dans ce fil même des propos venant de moi auxquels ont ne peut reprocher un manque de structuration ou d’étayage, j’en produit souvent.

Bien trop facile de te poser en victime d’une énergumène incapable de produire des arguments.

Quand au insulte, qualifier tes propos de ramassis de mensonges malhonnêtes n’est en rien une insulte, c’est un constat défendable dont je prouve régulièrement la réalité.

Par exemple écrire que tes propos sur la mort annoncée du Mac sont d’une abyssale connerie fruit d’une incroyable malhonnêteté intellectuelle n’est en rien une insulte gratuite : je prouve dans une longue contribution étayée que tu dis des inepties sur la santé de l’activité Mac d’Apple.

C’est ce que te dérange le plus je ne suis pas un lapin de six semaine décérébré et inculte, je suis éduqués, je connais les sujets, je connais les sciences et techniques informatiques, je connais le busses, je ne suis pas un fanatique inconditionnel d’Apple... bref j’apporte une réelle contradiction à tes propos fruit du cancer de la post-vérité.

Continue donc à te draper dans la posture de la victime innocente ??

Tu as petit à petit réussi à dégoûter une majorité de tes contradicteurs qui pour beaucoup ont fini par déserter, tu as pris depuis de très mauvaises habitudes ?

avatar reborn | 

@C1rc3@0rc

?

Ce talent que tu as de transformer des éléments positifs en négatifs

????

avatar Yacc | 

@reborn

Il a juste oublié de parler de l'affligeant spectacle de ces milliers de dev titubants tel des zombies dans les rue de san-josé cherchant à oublier dans les drogues et l'alcool la prise de conscience pour eux que fût cette WWDC : des années de vie perdues à oeuvrer pour un veau d'or illusoire qui a enfin montré l'absolue vacuité de ce qu'il a à offrir dans un moment de vérité.

Les plus courageux ont eu la conscience de fuir au plus vite, les autres sont pour certains allé jusqu'au suicide, juste après la keynote tant ils ont compris qu'il n'y avait plus d'avenir.

avatar C1rc3@0rc | 

@reborn

«Ce talent que tu as de transformer des éléments positifs en négatifs»

Désolé de te contrarier dans ta volonté de ne voir que le plus positif dans ta vision du monde.
La remarque de @RedMak me semble totalement irréaliste par rapport au contexte. Si iOS et MacOS ne sont pas truffés de "nouveautés" et autres gadget a destination de l'utilisateur, par definition une periode de gros travail sur la fiabilité, la securité et l'optimisation c'est aussi beaucoup de travail pour des dev qui doivent aller dans le meme sens - ça va etre plus difficile de mettre inefficacité de l'app sur le dos de l'OS - et puis il y a des nouvelles API, des modification d'existantes,... donc voir cette annee comme une annee blanche cote developpement, non.

avatar reborn | 

@C1rc3@0rc

Je faisait référence à ton dernier paragraphe.

Chaque année les devs taff énormément, rien de nouveau ici.

Réussir a voir en Marzipan un projet sans ambition et mauvais pour la présence du mac dans les boutiques d’Apple d’ici à 2 ans..

bref.. ?‍♂️

avatar C1rc3@0rc | 

@rebord
«Je faisait référence à ton dernier paragraphe.»
«Réussir a voir en Marzipan un projet sans ambition et mauvais pour la présence du mac dans les boutiques d’Apple d’ici à 2 ans.. »

donc tu faisait référence a la dernière phrase de mon commentaire: «Le risque est d'ailleurs bien present avec l'annonce d'UIkit Mac qui n'est plus qu'un portage sans ambition d'UIkit pour iOS, comparé a ce qu'etait UXkit...»

d'une part j'ai eu beau chercher: du "fameux projet Marzipan" je n'ai rien trouvé qui demontre que ce soit un nom existant chez Apple.
Ça ressemble plus a une creation de la rumeur pour mettre un nom sur une crainte - crainte vehiculée et exploitée par la rumeur et servant de marronnier aux media - d'une assimilation de MacOS dans iOS.
Donc, la keynote n'a pas fait usage du terme Marzipan, mais a presenté un portage d'UIkit d'iOS sur MacOS, point.

D'autre part, il est difficile de ne pas voir dans UIKit le remplaçant d'UXKit qui a ete presenté il y a plus de trois ans et dont on avait plus de nouvelles depuis - on sait pourquoi maintenant-.

Si tu compares UIKit et UXKit, il est incontestable que les ambitions d'UIKit sont une sacrée revue a la baisse par rapport a UXKit.
La ou UXkit devait remplacer en ameliorant App kit et UIkit, on a plus qu'un simple portage de l'API d'iOS permettant de faciliter la compilation des applications limitées d'iOS pour les executer sur MacOS.

Je ne dis pas que ce soit une mauvaise chose, ça va amener quelques applications intéressantes sur MacOS alors que la faiblesse du marché dissuadait leurs auteurs de se lancer dans un portage MacOS.
Et accessoirement ça va peut être permettre de dégager les cochonneries comme Electron.

Mais il est incontestable qu'UIkit c'est pour le moins sans ambition et que c'est inquietant pour l'avenir du Mac, surtout face a ce que UXkit promettait.

avatar reborn | 

@C1rc3@0rc

"Si tu compares UIKit et UXKit, il est incontestable que les ambitions d'UIKit sont une sacrée revue a la baisse par rapport a UXKit.
La ou UXkit devait remplacer en ameliorant App kit et UIkit, on a plus qu'un simple portage de l'API d'iOS permettant de faciliter la compilation des applications limitées d'iOS pour les executer sur MacOS."

Ça on en sait rien du tout des plans d’Apple. Tu tire encore des plans sur la comète

avatar C1rc3@0rc | 

@reborn

«Ça on en sait rien du tout des plans d’Apple. Tu tire encore des plans sur la comète»

Non, je parle de faits.
- Federighi est monté sur scene pour affirmer que MacOS et iOS ne fusionnaient pas.
- Federighi a presenté UIkit Mac comme portage d'UIKit iOS, qui serait disponible ulterieurement... cela 3 ans apres la presentation d'UXkit.
- La presentation d'UIKit est claire, il etait affiché a coté d'App Kit, en parallele, tous l'inverse d'UXkit donc.
- La presentation d'UIKit etait explicitement un moyen de faciliter la compilation d'applications iOS sur MacOS, et rien d'autre.
- La presentation d'UXkit etait tout autre avec des ambitions sacrements plus elevées.

Maintenant si tu as entendu ou lu un propos d'un dirigeant d'Apple evoquant Marzipan ou la fusion a venir de MacOS et iOS, je serais ravi que tu en donnes la source.

avatar reborn | 

Marzipan est un nom de code interne. Si tu base toute ton argumentation sur l’absence de mention de ce nom de code.. Concernant la présentation UXkit, donne moi le lien de la présentation officielle d’Apple de ce framework

avatar Yacc | 

@C1rc3@0rc

« Non, je parle de faits. »

Non tu fais comme toujours des inférences sur un faisceau de faits que tu interprètes et qui ne te donne qu’une vision très partielle de la feuille de route d’Apple dont tu connais comme nous tous fort peu.

Ce faisant tu tombe dans un de tes travers favoris : le procès d’intentions ?

avatar Ali Baba | 

@C1rc3@0rc

Si tu ne fais pas d’OpenGL, tu n’as pas à te soucier de Métal. Donc il peut très bien n’avoir effectivement aucun changement à apporter à ses apps iOS si elles tournent comme sur des roulettes sur iOS 12.

avatar C1rc3@0rc | 

@Ali Baba

Alors soit j'ai rien capté a ce qu'est Metal, soit tu as des informations qui me manquent.
J'avais compris que Metal etait une API de bas niveau qui concernait la 3D, les shader, mais aussi le GPGPU et les usages pour le deep learning et machine learning ansi que la VR remplaçant plusieurs API precedentes, donc OpenGL mais aussi OpenCL. En bref ça permet d'acceder a tous les usages que l'on a d'un GPU.

Apres, tu as raison, si l'application ne touche pas ces domaines et reste a un haut niveau, effectivement elle ne devrait pas etre impactée par l'evolution de Metal. Et a fortiori si l'app tourne comme tu dis "sur des roulettes" sur iOS 12, pas la peine de l'adapter a iOS 12...
Apres, comme je l'ecris il y a pas que Metal comme evolution ou changement d'API a integrer.

avatar Yacc | 

@C1rc3@0rc

Notre camarade ne sait effectivement pas de quoi il parle soit, mais qu’elle est la proportion d’application Mac ayant actuellement une activité commerciale reposant sur OpenGL et/ou OpenCl

Hors jeux que reste-t-il ?

Et sur cette faible part, parmi les applications ayant une activité commerciale sérieuse quelle proportion n’avait pas déjà entamé la migration vers Metal ?

Comme toujours tu montes en épingle un épiphénomène ?

avatar Benitochoco | 

Encore des poncifs, merci les Yacc, C1rc3@0rc. S'il y avait des Gérard pour les commentaires vous auriez le premier prix !

avatar angelbj | 

Merci pour cet article super interessant sur les retours des dev/concepteurs

avatar hgregoir | 

La nuit a été riche en commentaire ... merci.

Heureusement que l'article était très bon

avatar Malum | 

Et bien moi comme aussi sale gosse je vais mettre un peu d’huile sur le feu et profiter de cet article qui est le pendant de celui vide de fond et un tissu de conneries qui parlait du Mac et qui a déclenché des centaines de commentaires.
Tiens donc MacG découvre que cette Keynote était et devrait n’être que pour les développeurs donc sur les OS, les Api et les logiciels. MacG nous a bassiné avec le Mac et cet article honteux, sans recul à l’analyse pourrie en pleurant parce qu’il n’y avait pas de nouveautés matérielles. Outre le fait que ce n’était pas l’endroit et que la majorité des développeurs ont été très satisfaits déclarant qu’il y avait beaucoup de nouveautés, des modifications en profondeur et bienvenues, des ouvertures importantes vers de nouvelles applications et fonctions, outre le fait que les pleureuses nous disaient que la vilaine Apple avait abandonné comme une abrutie finie AppleScript alors que shortcut est infiniment mieux, voici ce qu’est incapable de comprendre MacG et ses afficionados quand il s’agit de taper sur Apple et leurs sempiternelles déclarations et prévisions de l’abandon du Mac :
1- tous les faits prouvent le contraire
2- même le plus stupide des chefs d’entreprise ne se couperait pas d’une activité dont le CA et les benéfices feraient baver des millions d’entreprise
3- le Mac fait partie d’un écosystème qui deviendrait bancale avec sa disparition
4- et ceci est à tomber le cul par terre tellement cette évidence devrait les faire réfléchir (si c’est possible) : pourquoi continuer à développer un OS spécifique qui coûte des sommes faramineuses et consomme des ressources techniques considérables si c’est pour abandonner les machines qui l’utilisent ?
5- sachant qu’il faut parfois jusqu’à 5 ans pour sortir une machine cela veut dire que celles qui sortent maintenant ont été conçues il y a cinq ans et donc en plein dans la période au pic de la théorie de l’abandon du Mac pour cause d’iPhone au CA croissant exponentiellement
6- le Mac ce sont aussi des logiciels, des services annexes etc.
7- il arrive un moment où il n’y a plus rien à inventer, juste des améliorations qui vont en diminuant. Apple comme les autres. On ne peut dépasser la vitesse de la lumière un concept que semble ignorer MacG. De plus il y a quelques fonctions spécifiques à un Mac mais pour un smartphone il y en a beaucoup plus et qui peuvent apparaître du fait de sa nature : GPS (difficile à mettre en usage sur un Mac) avec tous les développements associés, la photographie, la réalité augmentée, la téléphonie mobile, les écrans, la sécurité etc. Il y a donc une marge d’évolution infiniment plus grande avec un smartphone qu’avec un ordinateur de bureau qui arrive à un tel point de sophistication, de puissance que sa progression est d’évidence limitée et de plus en plus. MacG champion du verre de 20cl qu’ils peuvent remplir de 10 m3.

avatar C1rc3@0rc | 

@Malum

Je veux pas defendre les redacteurs de MacG, leur article est auto-suffisant, mais plusieurs de tes arguments ne tiennent pas:

- «même le plus stupide des chefs d’entreprise ne se couperait pas d’une activité dont le CA et les benéfices feraient baver des millions d’entreprise»

Dans cette logique on aurait pas de compression de personnel dans des entreprises qui sont beneficiaires, pas de ventes ou d'arret d'activités ou de produits qui se vendent (par exemple sur le secteur du médicament pour chercher une référence récente) ou abandonner des services qui captent des millions d'utilisateurs. IBM a bien vendu son activité PC a Lenovo alors qu'elle etait loin d'etre deficitaire... et on peut multiplier les exemples.

Le fait est que la logique de production et la logique financière sont divergentes. Or Apple montre quoi depuis 2012:
- le Mac represente moins de 5% de la production de device (nombre d'iPhone, iPad, AppleTV, iPod)
- il y a avait un credo affirmé du remplacement du Mac par l'iPad (Cook est revenu dessus tout recemment)
- Apple a reconnu l'inadaptation des "nouveaux" Mac aux besoins du marche
- les Mac sont mis a jour de maniere de plus en plus espacée et cela de plus en plus en service minimum. Il n'est pas question que de processeurs, mais aussi de connexion, d'ecran, etc
- Federighi doit monter sur scene pour "rassurer" le public, les developpeurs,.. qu'Apple ne compte pas (plus) enterrait le Mac... maintenant.
- la recreation d'equipes dediées au Mac (comme la Pro workflow team) confirme d'abord que ces equipes avaient ete dissoutes et n'existaient plus depuis un moment.

Apple fait certes des marges enormes sur les 15 a 19 millions de Mac vendus par an, surtout que cette marge progresse depuis 2011, et certes cette production ne lui coute(ait) pas cher en R&D jusqu'a récemment.
Mais Apple vend plus de 260 millions d'iPhone et d'iPad par an, avec des marges encore plus confortables et un prix qui se rapproche ou depasse celui des Mac les plus vendus. L'equation est simple, meme si le Mac est rentable, le nombre de machines est faibles, voire anecdotiques par rapport aux iDevice. Paradoxalement, la plus grande menace pour la survie du Mac c'est pas l'iPad pro, mais l'iPhone X, a 1300 euros...

L'argument du revenu seul en excluant la faiblesse de la production n'est pas pertinent. L'utilisateur et le marché (autour du Mac) considerent la quantité de machines, notamment le developpeur, pas ce qu'elles rapportent a Apple.
Developper une messagerie qui concerne 7% du parc PC et incompatible avec les 93% restant c'est dur a justifier comme investissement de developpement.
Produire un document qui ne sera pas exploitable sur 93% du parc de PC c'est problematique pour nombre d'utilisateurs. Et quand on voit que les performances des solutions multiplateformes sont meilleures et souvent moins cheres sur 97% du parc PC que sur les 7% constituées de machines Apple, ça motive sacrement la migration sur Windows... Et les benefices d'Apple a ce niveau n'entre meme pas en consideration. Plus encore savoir qu'Apple fait un profit confortable sur une machine sous-dimensionnée et en retard par rapport a ce qu'on peut avoir sous Windows ou Linux c'est plutot une donnees dissuasive.

«3- le Mac fait partie d’un écosystème qui deviendrait bancale avec sa disparition»
Le seul secteur ou MacOS est incontournable c'est le developpement d'applications iOS. Et encore on peut le faire avec du hackintosh.
Pour le reste l'ecosysteme a volé en eclat depuis un moment, iCloud tente de se substituer au Mac et l'application iTunes est plus un boulet qu'autre chose, quand aux iDevice Ive les chargent de plus en plus de pléthore de fonctions, qui les mettent en concurrence les uns des autres et avec le Mac. Le Mac est encore necessaire pour des taches d'administration delicates d'appareils iOS, mais a ce moment l'utilisateur est invité a passer par l'Apple Store.

«5- sachant qu’il faut parfois jusqu’à 5 ans pour sortir une machine cela veut dire que celles qui sortent maintenant ont été conçues il y a cinq ans et donc en plein dans la période au pic de la théorie de l’abandon du Mac pour cause d’iPhone au CA croissant exponentiellement»
Parfois c'est moins de 6 mois...
Et puis quel nouveau - réellement nouveaux pas juste une mise a jours d'un modele existant - Mac a ete sortie depuis 6 ans? MacPro poubelle -2013- et Macbook-2015-. Et il me semble avoir lu que le MacPro poubelle avait pris 2 ans de developpement...

«6- le Mac ce sont aussi des logiciels, des services annexes etc.»
Logiciels massivement existant en version Windows et Linux.
Quels services annexes?

«7- il arrive un moment où il n’y a plus rien à inventer»
Je t'accorde qu'il y a des creux de la vague ou la somme des technologies necessaires a une evolution ne sont pas encore disponibles. C'est le cas de la VR aujourd'hui.
Et il ne faut pas non plus confondre innovation et technique de marketing comme le novatisme.
Mais entre innovation, stagnation et regression, le Mac subit surtout les deux dernieres!

Franchement, l'exemple du Macbook Air c'est quand meme outrancier: un des Mac les plus vendus (sinon le plus vendu simplement) par Apple qui se trimballe un ecran qui a plus de 6 ans, des connexions qui ont le merite d'exister mais qui sont d'anciennes versions.

On parle du Mac Mini?
Un tres bon article dans -il me semble 9to5 Mac- evoque l’illégitimité du terme mini face au hackintosh a base de NUK de l'auteur: guere plus gros qu'un Apple TV... Sans parler de sa regression en terme de puissance: modele haut de gamme qui a vu ses performances divisé par 2 au minimum par rapport au haut de gamme 2012...

Parlons d'innovation:
- clavier "papillon"
- Touch Bar
- SSD soudé, RAM soudée
- CPU bicore, oui Intel propose depuis un moment des 4 core et 6 core
- GPU ?
- Bluetooth

Apres tu as raison sur la dimension logicielle de la WWDC, quoique hors des Mac et iDevice, il y a aussi du développement materiel autour des produits Apple et qu'il en est question a la WWDC. Mais le reproche qui a ete fait a Apple lors de la keynote de n'avoir pas de materiel a presenté c'etait dans la suite des promesse, exercices de contrition publique quant a l'inadaptation des Mac et les communications affirmant le retour en grace du Mac pour Apple... il fallait concretiser ces exercices de com avec des preuves materielles, et il y avait matiere a le faire ne serait-ce qu'en dotant les Mac existant au minimun de processeurs 4 core, mettre un ecran digne de ce nom dans le Macbook Air et sortir un Mac Mini 6 core, Thunderbolt 3. Le public ne demandait pas la Lune mais juste des preuves legitimes. Apple ne l'a pas fait.

avatar Yacc | 

@C1rc3@0rc

« Dans cette logique on aurait pas de compression de personnel dans des entreprises qui sont beneficiaires, pas de ventes ou d'arret d'activités ou de produits qui se vendent (par exemple sur le secteur du médicament pour chercher une référence récente) ou abandonner des services qui captent des millions d'utilisateurs. IBM a bien vendu son activité PC a Lenovo alors qu'elle etait loin d'etre deficitaire... et on peut multiplier les exemples. »

Nope il n’y a rien de logique dans les semblant de comparaison que tu exposes ici.

Comparaison n’est décidément pas raison ?

Strictement aucun élément de contexte n’autorise de comparer la situation du Max avec les exemples capilotractées que tu donnes.

avatar Yacc | 

@C1rc3@0rc

Pour rappel voici les réalités du contexte de l’activité Mac d’Apple et ce sont des faits avérés pas des procès d’intentions ne reposant que sur des ressentis et des amalgames :

Sur l’exercice 2017 l’activité Mac d’Apple a généré un CA de 25 850 M$, soit 11,3% du CA de l’entreprise en vendant 19,25 M d’unités soit un CA/Unité de 1 342 $.

En comparaison :

• La division Personal System d’HP c-à-d celle vendant des PC et assimilés à un CA de 33 374 M$, en vendant 55,2 M d’unités soit un CA/Unité de 605 $.
o Apple fait 77% du CA de l’activité PC d’HP avec ses Mac.
o Apple réalise un EBIT 5,7 fois supérieur à celui de l’activité PC d’HP avec ses Mac.

• La division PCSD de Lenovo c-à-d celle vendant des PC et assimilés à un CA de 32 378 M$, en vendant 54,7 M d’unités soit un CA/Unité de 590 $.
o Apple fait 79% du CA de l’activité PC de Lenovo avec ses Mac.
o Apple réalise un EBIT 13,7 fois supérieur à celui de l’activité PC de Lenovo avec ses Mac. (L'activité est à peine rentable avec un ratio d'EBIT de 1,6%)

• La division CSG de Dell c-à-d celle vendant des PC et assimilés à un CA de 36 754 M$, en vendant 39,8 M d’unités soit un CA/Unité de 923 $.
o Apple fait 70% du CA de l’activité PC de Dell avec ses Mac.
o Apple réalise un EBIT 3,7 fois supérieur à celui de l’activité PC de Dell avec ses Mac.

L’EBIT cumulé d’HP, Lenovo et Dell est quasiment deux fois moindre que celui généré par le Mac !

Il aura fallut attendre l'exercice 2010 pour cumuler un peu plus de 100 millions de Mac vendus depuis l'exercice 1984 soit 27 exercices.

En sept exercices de 2011 à 2017 ce sont 128 millions de Mac qui ont été vendus.

En trois exercices de 2015 à 2017 ce sont 58 millions de Mac qui ont été vendus

Il c’est vendu en 2017 120M d’unités de PC en moins qu’en 2011.
Il c’est vendu en 2017 3M d’unités de Mac en plus qu’en 2011.

Bref l’activité Mac d’Apple est de loin la plus saine et prospère de l’industrie, la PDM du Mac est à son plus haut historique, le volume de vente en unités est le deuxième plus haut après 2015.

Tous les signes d’une activité chancelante dont une entreprise rêve de se séparer, mais seulement dans les délires de Circé.

Aucun CEO sain d’esprit ne détruirait une telle activité.

Après bien évidement le marché de l’ordinateur individuel n’est plus un eldorado pour aucun de ses acteurs, les croissances y sont faibles et les possibilités de conquête de PDM limité pour Apple.

Donc oui il ne s’agit pas là du segment sur lequel un industriel va faire porter le maximum de ses efforts, mais de là à le laisser mourir comme le clame ad-nauseam Circé il y a un pas que seul ses délires permettent de franchir .

avatar reborn | 

C1r....etc..

Si tu veux un retour de l’Apple de 2004, c’est mort. Le monde, les usages, et l’écosystème logiciel s’est complètement transformé. Aucun GAFA ne se conformera à ta vision.

Apple est encore le seul a pousser du natif en desktop, contrairement a Microsoft qui a pondu un Skype (et Visual Studio Code) en électron et a racheté Github qui je crois est propriétaire d’Electron.

Sans parler du fait que Microsoft va pousse les PWA sur son store.

Donc si je te suis, si l’herbe n’est pas verte chez Apple, elle est complètement pourri de l’autre coté.

avatar C1rc3@0rc | 

@reborn

Personne ne parle d'un retour en 2004 ou en 1983, ou meme en 1970... Juste d'avoir des Mac qui a jours, fonctionnels, performants, embarquant des composants et technologies reclamés par les clients (a commencer par les GPU Nvidia)... et un MacOS stable, fiable, securisé, optimisé qui soit a la fois user-friendly et posix!

Jobs a identifié 4 besoins et utilisateurs informatiques:
- l'informaticien: ingenieur, technicien, developpeur
- le createur de contenu qui n'est pas informaticien
- le consommateur de contenu qui n'est pas informaticien
- le besoin de communication en mobilité extreme

Ça a donné le PC sauce Apple, avec l'Apple 2, le Lisa et le Mac qui ont fusionnés, puis le NeXT et la fusion Mac et NeXT. Une machine qui repondait aux besoins et de l'informaticien et du createur de contenu.
Le communicant a eu l'iPhone et le consommateur de contenu l'iPod puis l'iPad. Logiquement l'iPod a ete integrer a l'iPhone et a l'iPad.

Mais aucun de ses besoins n'a disparu, meme s'ils ont evolué et conceptuellement un iPad ne repond pas au besoin du createur et encore moins a celui de l'informaticien, pas plus que l'iPhone... par contre l'informaticien et le createur sont aussi des communicants et des consommateurs de contenu qui ont l'usage de l'iPhone et de l'iPad.

Le probleme c'est que depuis la disparition de Jobs, Apple s'est concentré sur les machines qui avaient potentielement le plus de clientele, a savoir les consommateurs de contenus et communicant en abandonnant les autres. Betement puisqu'avec la disparition de Wintel, il devenait plus facile d'equiper les createurs et informaticiens qui etaient avant sous l'emprise de Wintel... Et Apple avait une opportunité de depasser enfin ses 5 a 13% de PDM sur le marché du PC et ça avait bien démarré jusqu'au sabordage des Mac et de l'inversion de switch qui en a resulté!

Ce recentrage sur le consommateur de com et contenu aurait pu etre coherent s'il y avait eu un abandon franc et explicite des createurs et informaticiens. Mais au lieu de cela, Apple a voulu conserver cette clientele en tentant d'integrer des fonctions de creation de contenu dans les devices dedies a la consommation et attribuant au cloud le role inintegrable aux devices du Mac...

On se retrouve donc avec des devices de plus en plus compliqués, non intuitif, surchargés et on a vu les Mac dépérir et abandonnés sur le bas coté. Et ça a fait tilt dans la tete de Cook semble-t-il il y a 2 ans que sans Mac, pas de soft pour iOS et que sans creatifs sur Mac, les contenus seraient produits et consommés hors Apple a terme... donc changement d'orientation et grosse com sur le Mac, recreation d'equipe dediées et reconsidération des clientèles spécifiques... du moins en apparence...

C'est une vision de l'histoire, tu peux en avoir une autre, mais alors il faut expliquer pourquoi les iDevices deviennent si compliqués, pourquoi le MacPro 2013 et son inadaptation a la quasi totalité des utilisateurs, pourquoi l'exercice de contrition publique, pourquoi la recreation de la Pro worflow Team, pourquoi la repetition a tout va que le Mac n'est pas abandonné et que MacOS ne va pas etre remplacé par iOS,....

«Apple est encore le seul a pousser du natif en desktop,»
C'est archi-faux, et a ce que je sache MS developpe bien en natif sont plus gros soft, a savoir Office.
Et la majorité des applications de production de contenus sont bien des soft natif.
Electron sert dans le cas du multiplateforme construit sur du service, que ce soit de la com ou de l'ecriture collaborative. Apres, c'est aussi une solution lorsque on veut du multiplateforme mais qu'on a pas les moyens de developper (ou l'interet financier) pour les principaux environnements...

avatar Yacc | 

@C1rc3@0rc

« Jobs a identifié 4 besoins et utilisateurs informatiques:
- l'informaticien: ingenieur, technicien, developpeur
- le createur de contenu qui n'est pas informaticien
- le consommateur de contenu qui n'est pas informaticien
- le besoin de communication en mobilité extreme »

Ton inventaire ferait rire un étudiant en marketing médiocre ?

Tu es à ce point inapte à l’altérité que tu es totalement incapable de voir les réalités de ton temps ????

Nous sommes en 2018 et c’est bien plus les réalités du monde et du marché qui ont changé qu’Apple qui s’y est adapté mieux que ses concurrents.

Tu regardes l’avenir dans un rétroviseur ??

avatar Yacc | 

@C1rc3@0rc

C’est vraiment hallucinant de voir à quel point tu décris un marché de l’informatique qui n’existe que dans ta tête et nul part ailleurs ???

Au mieux tu es bloqué dans un paradigme des années 90-00.

Le pire étant que tu dois être sincèrement persuadé que ce que tu infères correspond aux réalités ?

Partant d’un tel décalage avec le monde comment veux tu ne pas accumuler les inepties ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR