WWDC 2016 : Apple trace sa route sans brouiller l'écoute

Christophe Laporte |

La grand-messe des développeurs Apple a eu lieu la semaine dernière. L'occasion pour le Californien de dévoiler sa feuille de route pour les mois à venir. Si le menu était connu à l'avance avec la présentation annoncée des nouvelles versions d'iOS, de macOS, de tvOS et de watchOS, Apple a réussi de manière générale à conserver le secret autour de ses nouveautés.

Un grand show à l’américaine

Les keynotes d'Apple sont des événements toujours très scénarisés. Ils l'ont toujours été, mais pas autant que les éditions récentes (lire : Apple : la dictature du cool) . Oui, Apple s’enorgueillit de ne pas présenter des nouveautés matérielles pendant cette conférence. L'Apple Store n'a même pas eu à fermer ses portes pendant le keynote, un fait rarissime.

Steve Jobs ne détestait pas la mise en scène, mais lors des keynotes récents, la forme a pris parfois le pas sur le fond
Steve Jobs ne détestait pas la mise en scène, mais lors des keynotes récents, la forme a pris parfois le pas sur le fond

Mais l'entreprise s'est-elle véritablement adressée aux développeurs pendant les deux heures qu'a duré cette présentation ? C'était la raison invoquée autrefois par la direction d'Apple quand elle n'avait rien dans son escarcelle à présenter.

Pendant deux heures, Apple a directement ou indirectement fait beaucoup de politique en insistant sur les valeurs qui lui sont chères, comme l'éducation, la diversité ou le respect de la vie privée. Les nouveautés présentées étaient surtout à destination du très grand public. Même les responsables d'Apple semblaient à demi-mot regretter d'avoir à insister sur certaines nouveautés de Messages comme les smileys, plutôt que d'évoquer leur nouveau système de fichiers qui est le résultat de deux ans de travail (lire : Keynote : des emojis, mais pas de système de fichiers). Mais après tout, la WWDC dure une semaine et dès la conférence State Of The Union (qui suit le keynote), les développeurs en ont eu pour leur argent.

Au final, que ressortir de cette WWDC ? Les nouveautés présentées sont dans l'ensemble très intéressantes, mais on ne peut qualifier ce cru 2016 de grande édition. À part APFS, Apple n'a pas présenté de nouvelles technologies marquantes. La marque à la pomme est davantage dans une optique de consolidation de technologies. Elle poursuit ses gros chantiers que sont notamment Siri, Apple Pay, Santé ou encore HomeKit. Concernant ce dernier, les dernières pièces du puzzle sont en train de se mettre en place. Et le résultat final pourrait être très intéressant.

Si cette édition n'est pas un cru exceptionnel, il convient également de la replacer dans le contexte. La Google I/O 2016 n'a pas non plus été l'objet d'annonce spectaculaire le mois dernier. Et pour en revenir à Apple, même si rien de grandiose n'a été annoncé, on peut toutefois admirer le tour de force qui consiste à poursuivre le développement de ses quatre plateformes logicielles.

D'ailleurs, la manière dont évolue chacune des plateformes illustre bien les priorités du moment d’Apple. Avec iOS 10, on pensait que le grand axe de développement serait l'iPad. Que nenni ! Apple a plus que jamais privilégié l'iPhone. L'ensemble des démonstrations ont été effectuées avec des téléphones.

Car si la firme de Cupertino veut croire dans le destin de ses tablettes, elle se concentre avant tout sur ses smartphones, dont les ventes ralentissent depuis quelques mois. Bref, il faut avant tout sauver le soldat iPhone. OS X poursuit son développement à son rythme tranquille de sénateur.

Il ne faut pas toutefois prendre à la légère macOS Sierra, qui montre plus que jamais la route qu’Apple souhaite faire emprunter à ses ordinateurs : le nuage évidemment, et plus particulièrement iCloud, qui se présente de plus en plus comme une extension naturelle et incontournable de votre ordinateur.

L’immense majorité des nouveautés de cette version est « connectée » : Siri, Photos, Apple Pay et les nouveautés iCloud Drive. Apple commence même à gommer certaines frontières entre votre support physique et son nuage. macOS Sierra se propose de stocker dans le nuage vos vieilles données et de les supprimer de votre disque pour vous faire gagner de la place.

Apple cherche à faire d’iCloud Drive votre support de stockage par défaut (lire : Voici tout ce que Sierra peut supprimer pour gagner de la place). Une décision lourde de sens, qui risque de provoquer des sueurs froides à Dropbox et cie si le résultat final est convaincant. Et ce n’est sans doute que le début… L’air de rien, la marque à la pomme est en train de mettre en place une solution de sauvegarde de vos données en ligne. Et cela tombe bien, car l’avènement d’APFS l’année prochaine va lui aussi entraîner de sérieuses conséquences sur certaines technologies comme FileVault et Time Machine, pensées avant tout pour HFS+.

macOS / iOS : même combat

Cet appétit pour les services, on le voit également dans iOS 10. Lors du keynote, Apple a lourdement insisté sur deux de ses services : Messages, qui est en train de devenir une plateforme à part entière et Apple Music.

Gros morceau du keynote, Messages — à qui certains prédisaient un avenir sur Android — est sans doute désormais l’une des applications les plus évoluées livrées avec le système. Les grands pas de Messages sont à comparer avec les petits pas accomplis par Mail dans cette version. Cela illustre parfaitement la tendance du moment. Autrefois incontournable, la bonne vieille messagerie vit désormais dans l’ombre des apps de messagerie instantanée. Vu l’importance qu’est en train de prendre Messages, il ne fait guère de doute que la question de son portage sur Android se posera à nouveau tôt ou tard.

Toujours concernant iOS, il est étonnant de voir comment Apple parvient version après version à polir son interface, qui dans cette version a le bon goût de s’inspirer du regretté webOS. Il est toujours intéressant de voir comment certains éléments qui paraissaient à une époque intangibles comme le Glisser pour déverrouiller, qui a été l’objet de tant de procès, finissent par disparaitre quasiment dans l’indifférence générale. Mais c’est bien normal d’autres technologies, comme Touch ID, sont entrées depuis quelque temps dans le quotidien des gens et finissent par avoir un impact sur l’interface.

iPad : le grand oublié !

Finalement, le seul point noir concernant iOS, comme nous l'évoquions précédemment, reste l'iPad (lire : iPad et iOS 10 : un rendez-vous manqué). Certaines nouveautés, comme les notifications sur l'écran d'accueil, s'intègrent d'ailleurs très mal à la tablette d'Apple.

Alors comme toujours, les théories ne manquent pas pour expliquer les manquements d’Apple. Certains veulent croire à un "padOS" qui serait présenté à l’automne en même temps qu’un éventuel iPad Pro 2, alors que d’autres estiment qu’Apple pourrait concentrer ses efforts sur ses tablettes lors des mises à jour intermédiaires (10.1, 10.2, 10.3).

Alors, peut-être ont-ils raison, l’avenir nous le dira, mais à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’iPad vit plus que jamais dans l’ombre de l’iPhone. Malgré tous les discours volontaristes de Tim Cook à son sujet, la tablette d’Apple semble, à l’image du Mac, jouer plus que jamais les seconds rôles. Cela se voit d’ailleurs dans le rythme des mises à jour matérielles.

Tout ceci est d’autant plus regrettable qu’Apple a démontré l’incroyable potentiel de sa tablette avec Swift Playgrounds. Une application qui à elle seule donne envie d’acheter un iPad !

watchOS : gommer les défauts de jeunesse

On n'insistera jamais assez sur la difficulté de créer un logiciel système pour une montre. Tout est limité ou presque : la taille de l’écran, la quantité de mémoire, la puissance du processeur… Et il faut apporter un grand soin à l’autonomie.

watchOS 1 avait ses qualités et ses défauts. Ces derniers mois, Apple avait revu sa copie ; désormais, le constructeur semble être en mesure de corriger les principaux reproches qui étaient faits à sa montre, notamment sur l'interface — plus claire et cohérente sur watchOS 3 —, ainsi qu’une meilleure réactivité. Maintenant, il nous tarde de savoir comment la marque à la pomme va faire évoluer sa montre sur le plan matériel.

Concernant tvOS, Apple apporte un certain nombre de nouveautés bienvenues. L’objectif d’Apple est simple : faire de son petit boitier l’objet par défaut connecté à votre téléviseur. La fonction Live Tune-In qui permet de lancer directement des flux vidéo en plein écran pourrait faire mal si elle était adoptée massivement par les chaines de télévision. Mais dans l’état, ces nouveautés risquent d’être intéressantes surtout sur le territoire américain.

Pour rendre sa petite boite encore plus indispensable, Apple va lui confier la tâche de réguler HomeKit au foyer (même s'il lui manque encore une application Domicile). Enfin, sur le terrain des jeux, on notera la possibilité toute neuve donnée aux éditeurs de concevoir des titres jouables uniquement avec une manette.

Quel bilan ?

Lorsque Steve Jobs a présenté iCloud il y a maintenant cinq ans, il avait eu cette phrase au sujet de la stratégie de son groupe concernant les services en ligne : « Si vous pensez que nous ne sommes pas sérieux, vous avez tort » et d’affirmer à l’époque que le nuage serait le grand chantier des années à venir.

Les efforts d’Apple dans le domaine sont titanesques. On a pu s’en rendre compte d’un point de vue logiciel la semaine dernière. Mais ce n’est pas tout, il suffit de voir la vitesse à laquelle la Pomme construit un peu partout dans le monde des data-centers.

Le cloud est souvent présenté comme le talon d’Achille d’Apple, et il souffre d’une mauvaise réputation. Parfois à tort, parfois à raison. Par rapport à ses concurrents, les services en ligne du constructeur ont peut-être une stabilité moindre, mais si l’on s’en rend également compte, c’est parce que ses services sont souvent au coeur de notre vie numérique.

Le keynote était également l’occasion de rappeler que Messages est utilisé quotidiennement par des centaines de millions de personnes, tout comme l’App Store d'ailleurs, et on l’imagine dans une moindre mesure à Siri. Certes, tout n’est pas parfait, mais ce qu’Apple parvient à faire, peu d’entreprises au monde en sont capables.

Non seulement Apple conçoit des services, mais elle a exprimé sa différence par rapport aux questions de vie privée sur ses principaux concurrents. Le chemin est compliqué, plus tortueux, mais Apple a démontré pendant cette conférence qu’il y avait une voie qui combine vie privée et efficacité (lire : « Privacité différentielle » : comment Apple collecte vos données sans collecter vos données). D’un point de vue bassement matériel, ce n’est pas un mauvais calcul pour Apple, ses terminaux auront besoin de toujours plus de puissance pour mener à bien leurs tâches.

L’autre leçon de cette WWDC, c’est qu’Apple n’a jamais fait preuve d’autant de pragmatisme. Alors, certes les réponses d’Apple ne sont pas toujours parfaites, mais la firme de Cupertino est à l’écoute et essaie de faire avancer le schmilblick. On l’a vu la semaine précédant la WWDC avec les changements à venir sur l’App Store, on l’a vu avec watchOS pour lequel Apple a eu l’intelligence de remiser certains concepts qui semblaient lui tenir à cœur, ou encore avec Apple Music dont l’interface ne faisait pas l’unanimité.


Tags
avatar Doerpi | 

Bien la contrepèterie !

avatar C1rc3@0rc | 

C'était pas déjà utilisé pour le patron d'Orange ou etait ce Pascal Negre?

Il faut constater surtout une chose: depuis 2012 les keynotes ont de moins en moins de contenu et sont de plus en plus remplies de sauce grasse pour combler le manque de substance. Par contre il y a toujours les memes promesses non tenues: on a des trucs en développement amazing qui vont faire de cette année une des plus exceptionnelle.
Au final, non c'est de plus en plus décevant et plat (comme l'esthétique).

La keynote de la WWDC a quand meme atteint un niveau de ridicule et de mépris pour ceux qui assistaient jamais vu. Qu'Apple veuille se relancer sur le marché de l'éducation et promouvoir Swift auprès du jeune public, ok super, mais foutre une Chantal Goya derrière un iPad pour un quart d'heure de démonstration d'une app pour le jardin d'enfant, cela devant un parterre de développeurs: c'est meme plus du mépris c'est de la déconnexion de la réalité grave.

Et faire faire la démonstration de la taille des emoji par le vice-président senior de l'ingénierie logicielle, c'est du foutage de gueule, mais XXL. Le gars est vice-président senior de l'ingénierie logicielle, pas bonimenteur pour vendre des dessins! Y a quoi de technique la dedans? Rien!

Pour le reste, on a vu quoi: le rattrapage d'Apple derrière Google et Microsoft (sic) et les applications leader du marché.

Tout cela traduit d'une seule chose, depuis 2012 Apple est en panne au niveau technique, industriel et du design. Les seuls secteurs qui se portent bien avec des gens compétents, c'est la production et la finance. Mais ça c'est pour les reunions d'actionnaires...

avatar r e m y | 

C'est sûr que Siri sur macOS c'est prometteur.. mais faut pas avoir une panne de micro!

avatar patrick86 | 

"C'est sûr que Siri sur macOS c'est prometteur.. mais faut pas avoir une panne de micro!"

Le clavier sur un ordinateur c'est super pratique… mais faut pas qu'il tombe en panne !

avatar r e m y | 

oui mais avec le clavier, la contrepeterie fonctionne beaucoup moins bien.... :D

avatar heret | 

Il faut l'excuser, 86 est son QI.

avatar heret | 

Sans talent, sans excuse...

avatar r e m y | 

Maintenant reste plus qu'à attendre les release de toutes ces nouveautés mais comme toujours c'est Apple qui se garde le choix dans les dates!

avatar Mickaël Bazoge | 

@r e m y :
Boom ! Excellent ;)

avatar DG33 | 

C'est l'ouverture du festival, on va se régaler...

avatar cabrero | 

Hé hé....

avatar Dydydu73 | 

MacG ils adorent contrepèter :)

avatar occam | 

Juste deux notes en marge :

1. Pour se convaincre, si besoin était, de l'effet pervasif du style des keynotes d'Apple, il suffit de regarder la présentation du nouveau Hasselblad X1D :
http://www.lesnumeriques.com/appareil-photo-numerique/hasselblad-x1d-50c-p33573/hasselblad-x1d-premier-hybride-moyen-format-n53487.html
(vidéo du livestream chez Les Numériques)

Même, ou surtout, chez des Suédois austères qui cherchent à faire oublier leurs errements dans le bling-bling, le style sobre inauguré par Jobs fait recette.
Easter egg : Ove Bengtson, ingénieur en chef du produit, donne deux repères pour rendre compte du poids plume de la nouvelle Hasselblad mirrorless de 50 MP au capteur format 44 x 33 mm (725 g) :
• un paquet de knäckebröd
la moitié d'un MacBook Air.
C'est désormais une référence culturelle.

2. « Le cloud est souvent présenté comme le talon d’Achille d’Apple, et il souffre d’une mauvaise réputation. »
Ah bon, j'aurais dit, iCloud est, à un vrai cloud, ce qu'est Achille Talon face aux Avengers de Marvel : amusant, raffiné, parfois attendrissant, toujours plein de bonne volonté, et d'une inefficacité remarquable.

avatar Liena | 

Et les gars de chez Apple ont-ils le choix dans la date (ou pas) ??

avatar LordJizzus | 

Y a quand-même l'annonce des extensions dans Xcode 8. Ça, c'est énorme ! Ça vaut tous les gros smileys du monde.

avatar r e m y | 

@liena
Là t'as une longueur de retard... (Relis les premiers commentaires)
mais peut-être arrives-tu à pied par la Chine!

avatar bbtom007 | 

@r e m y :
En chine, il fait beau et chaud ! Désolé...

avatar Liena | 

@r e m y :
Ah mais bosserais- tu à la RATP, à citer des bus (lol évidemment) ?

avatar ovea | 

Comment accède-t'on à la bibliothèque partagée d'iTunes* avec iOS 10 ?

*Avec iOS 9, à chaque fois que l'appli Musique entre en connexion à la bibliothèque, ça met quelques minute et c'est chiant !

avatar heret | 

Et bien prend donc la chose en riant !

avatar marc_os | 

« À part AFPS »

C'est vrai quoi c'est peanuts.
Si on était sur un site parlant de physique, j'imagine bien les gens dire « à part la théorie des cordes » y a rien cette année. Et les commentateurs experts regretteraient l'absence de révolution, et seraient choqués qu'après E=MC^2 et la relativité générale Einstein ne propose plus rien...

avatar ovea | 

@marc_os :
La bien mal nommée relative théorie des indifférents ?
Comment ne pas y voir
- les signes des choses qui ne bougent pas,
- théorieS des non différences,
- etc…

avatar heret | 

C'est parce que personne n'est jamais assez fort pour ce calcul.

avatar adixya | 

Bien vu, mais la science ce n'est pas pareil que des choix de stratégie d'entreprise...

avatar Crkm | 

"Une décision lourde de sens, qui risque de provoquer des sueurs froides à Dropbox et cie si le résultat final est convaincant"

Un constructeur mineur sur le marché des ordinateurs dont la plateforme ne représente même pas 20% du parc existant ? Oulala, Dropbox en tremble, je suis certain.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR