Luc Julia, l'un des pères de Siri tacle les assistants (et Scott Forstall)

Florian Innocente |

Luc Julia a dirigé pendant un an l’équipe Siri, à partir de son lancement par Apple en 2011. Déçu par certaines décisions et agacé par Scott Forstall, il a quitté l’entreprise l’année suivante. Il est devenu dans la foulée Vice President of Innovation chez Samsung où il s’occupe de deux de ses marottes, les objets connectés et le cloud.

Interviewé dans la dernière émission d’On refait le Mac, il raconte quelques anecdotes sur sa brève période Apple. Il tacle sans ménagement son ancien patron Scott Forstall, il explique pourquoi Siri ne fonctionnait au début que sur l’iPhone 4s et il se montre très critique sur l’état de l’art aujourd’hui dans le domaine des assistants vocaux.

Le roi Jobs, le roitelet Forstall

L’arrivée de Siri chez Apple a été le résultat direct d’une volonté de Steve Jobs, explique-t-il, l’ancien CEO avait « flashé » sur cette technologie. Il avait cette vision de l’importance qu’allaient avoir les assistants de cette sorte. La validation de cette acquisition a été très rapide. Par un hasard du destin, Jobs s’éteindra le lendemain de la présentation de l’iPhone 4s dont la grande nouveauté fut Siri.

C’est précisément à ce moment charnière dans l’histoire d’Apple que Julia a pris ses fonctions de responsable de la toute nouvelle équipe Siri. Une petite dizaine de personnes avant qu’il ne quadruple cet effectif. Venu de chez HP où il occupait le titre de Chief Technologist dans la division Imaging and Printing, il a été entre 1994 et 2000 l'un des artisans de ce qui allait devenir Siri.

Chez Apple, le nouveau patron de Luc Julia était Scott Forstall. Et là, ça n’a pas collé, du tout. Il n’entre pas trop dans les détails de ce qui a achoppé entre eux, mais le Français ne fait pas mystère de sa profonde antipathie pour l’ancien responsable du développement d’iOS, se retenant même de lancer quelques grossièretés. Il regrette d’ailleurs que Siri n’ait pas rejoint la partie services d’Apple au lieu d'aller dans la division iOS de Forstall.

Forstall n'avait aucune aura [contrairement à Jobs], je n'ai aucun respect pour lui. C'est une personne qui voulait être le chef à la place du chef. Très politique, aucune vision.

Siri fut dévoilé à l’automne 2011, l’acquisition avait été faite en avril 2010. Evoluer d’une technologie développée au sein d’une startup à un produit qui allait être lancé par Apple avait d’énormes implications : « Il a fallu passer d’un produit utilisé par 150 000 personnes à quelque chose qui allait être utilisé par 100 millions, ce qui représentait la base installée d’iOS à l’époque ».

Cela signifiait, partir d’une feuille blanche ou presque, comme de construire un data center pour gérer le flot de requêtes qu’allait générer Siri depuis les iPhone. Cela voulait dire aussi ajouter des fonctions, trouver de nouveaux services pour en faire un assistant utile en toute occasion, ou presque. Sans oublier la pression supplémentaire que représentait l’arrivée programmée d’un nouvel iPhone pour l’utiliser.

Scott Forstall

Il y a eu un long travail en amont pour adapter au plus vite Siri à son futur environnement. C’est aussi pour cette raison que l’assistant n’a été proposé au début que sur l’iPhone 4s et pas sur son prédécesseur : « Nous n’étions pas prêts », pas assez costauds techniquement pour que ce service soit utilisé immédiatement à très grande échelle. En limitant Siri à ce seul iPhone, Apple ne faisait pas de l’obsolescence programmée, elle réduisait tout simplement la charge sur son infrastructure encore assez frêle.

La nécessité de perfectionner les services de Siri, de trouver de nouvelles fonctions s’est également heurtée au mode de fonctionnement d'Apple. Les équipes étaient très compartimentées, leurs activités respectives placées sous une chape de plomb. Pas évident dans ces conditions de solliciter ou recevoir les avis et suggestions de personnes extérieures dans le but d'améliorer son produit.

Apple est dans la Silicon Valley mais pas dans son écosystème, elle fait juste partie du paysage. C'est compliqué pour discuter et échanger avec d'autres gens.

Et « Ce n’est pas Forstall qui nous aidait » assène Luc Julia « Steve Jobs était un génie, respecté, respectable… infect aussi… un gars incroyable qui imposait le respect. Il avait des opinions, il les montrait et il pouvait les avoir ».

Tout le contraire de Forstall, qui après un lancement boiteux de Siri a fait sa seconde grande erreur avec Plans : « Il avait cette volonté d’être le roi du monde, de vouloir remplacer Google Maps. Mais il n’avait pas compris que Google Maps c’était 12 ans de travail, lui il croyait qu’il allait pouvoir le faire correctement en 12 mois.

Julia raconte qu’il testait Plans en allant travailler, sur ce qui allait être le futur iPhone 5. Le service marchait très mal et les autres bêta-testeurs le constataient également au quotidien. À la question de savoir si Tim Cook n’a pas eu sa part de responsabilité en donnant son feu vert au lancement de Plans, l’ancien directeur de Siri tempère, la confiance de Cook a été abusée par l'un de ses barons imbu de lui-même :

Il ne savait pas. Lorsque vous accordez un pouvoir décisionnaire trop important à des roitelets, ils vous mentent. À ce moment là mon estime pour Forstall est passée de 0 à -10.

« J’espère que je suis celui qui a permis de virer Forstall » dit encore Julia. Juste avant de quitter Apple, car excédé par les ratés successifs des sorties de Siri et de Plans, et par ses relations exécrables avec son supérieur direct, Julia a vidé son sac auprès de Cook.

Scott Forstall, venu de NeXT avec Steve Jobs, fut finalement licencié en octobre 2012, dans la foulée du fiasco de Plans. Avec comme corollaire, une réorganisation d’Apple qui vit Cook répartir les anciennes prérogatives de Forstall entre Ive (l’interface) et Federighi (le volet technique des OS).

Les assistant vocaux ne marchent pas

Dans la seconde partie de l’émission d’ORLM, Luc Julia se montre assez critique aussi sur les assistants vocaux personnels, d’où qu’ils viennent. De son point de vue, même les derniers arrivés sur le marché, comme Alexa d’Amazon, ne sont finalement pas différents de leurs devanciers.

Il n’y a que la forme qui change, sur le fond c’est la même chose et le poids des années se fait sentir sur les mécanismes utilisés.

La technologie aujourd'hui ne marche pas, on utilise quelque chose qui a été inventé il y a 30 ans. Comment passer de 95% de succès dans la compréhension à… 99,7% ? Tous sont basés sur les mêmes technologies.

Siri lui-même n’était pas foncièrement novateur : « La philosophie était identique à celle des autres. Mais on a voulu lui donner une personnalité, qui aide à masquer ses lacunes ». De la même manière qu’un être humain va réagir un peu maladroitement, ou avec de l’humour lorsqu’il ne sait pas quoi répondre à une question.

Il pointe aussi un autre problème en prenant l’exemple d’Alexa. Au début, dit-il, elle marchait mieux. Parce qu’au fil du temps on ajoute des services, des possibilités, ce qui induit chez l’utilisateur des interrogations sur la manière de s’adresser à l’assistant : « Aujourd’hui se pose le problème de l’ambiguïté, lorsqu’on a plein de services, on ne sait plus comment formuler sa requête et les machines vous comprennent moins ».

Amazon Tap, Amazon Fire TV, Amazon Echo et Amazon Dot

À propos de Viv, créé par l’équipe initiale de Siri quasiment reconstituée, Julia n’est pas beaucoup plus optimiste (lire Viv a présenté un assistant intelligent très porté sur les services). La première démo publique de Viv réalisée cette semaine a vu l’assistant capable de répondre à une question comme « Est-ce qu’il fera plus chaud à côté du Golden Gate Bridge après 17 h le jour d’après ? ».

Sauf que personne ne pose de telles questions, remarque Julia « “Quelle est la date anniversaire du père du président des États-unis ?”, est-ce que les gens vont produire des phrases aussi compliquées ? »

Il espère donc une révolution dans ce secteur pour repartir sur de nouvelles fondations. Parmi les entreprises qui semblent justement apporter une valeur ajoutée, il cite le cas de SoundHound. Éditeur du concurrent de Shazam, il a lancé le mois dernier Hound (sur l’App Store américain uniquement).

Pour en apprendre plus, on renvoie vers l’interview complète de Luc Julia chez ORLM. Elle est particulièrement intéressante, on y parle également montres connectées. Luc Julia n’est pas tendre avec Apple dont il déplore le manque de vision ces dernières années. Il est dubitatif aussi sur l'une des initiatives de son employeur, Samsung, l’un des grands sujets du moment : la réalité virtuelle.


ORLM-228 : Luc Julia, le père de Siri parle! par OnrefaitleMac

avatar macinoe | 

C'est là ou l'impresssion que donne Siri est complètement trompeuse.
C'est une machine que l'on a conçu pour immiter le plus possible un comportement humain mais ce n'est que du fake, du spectacle, de la mascarade.

Les blagues, les réponse vagues ou aléatoire quand il ne sait pas quoi faire...
Bref que des choses ajoutée pour faire semblant au détriment de l'efficacité de l'outil.

Donc non, je ne te suis pas du tout sur le fait qu'Apple a voulu orienté Siri comme un outil ou une interface. Comme un phénomène de foire pas pratique du tout plutôt.

avatar oomu | 

"C'est là ou l'impresssion que donne Siri est complètement trompeuse.
C'est une machine que l'on a conçu pour immiter le plus possible un comportement humain mais ce n'est que du fake, du spectacle, de la mascarade.
"

y a un propos assez similaire sur le projet "Milo" de Lionhead l'éditeur de Peter Molyneux, le faiseur de jeux vidéo.

L'utilisation de "miroirs et fumées" pour masquer le fait que le produit ne marche pas comme on voudrait. C'est un truc de magicien, classique.

"Donc non, je ne te suis pas du tout sur le fait qu'Apple a voulu orienté Siri comme un outil ou une interface. Comme un phénomène de foire pas pratique du tout plutôt."

Je n'ai pas parlé d'Apple. Dans ma tête, car effectivement je ne l'ai pas écrit, il s'agit des chercheurs et ingénieurs en IA. La discipline informatique pour résoudre des problèmes avec divers algorithmes.

Pour Apple, je pense sincèrement que le but était de compléter l'iphone avec une interface vocale. Après, me dire "ça sera votre assistante", c'est + glamour, comme on dit.

Mais en quoi devrions nous être traumatisé par le Spectacle ?

J'en reviens encore et toujours à l'outil tel qu'il est. Le concret.
Ces outils sont utiles, c'est déjà bien pour l'heure.

-
Pour le reste, je ne comprends pas votre désespoir et pourquoi vous êtes si catégorique.

Déjà , parce que contrairement à ce qui est sous-entendu dans l'émission, la puissance de calcul, oui ça compte: cela ouvre aux algorithmes la possibilité d'être + efficaces.

Et parce que l'Histoire n'est pas finie.

-
dans la presse geek, y a un nouveau prétendant à "siri mais pour de vrai cette fois, promis juré, hé ho, z'avez confiance c'est moi", par des anciens de Siri :)

Viv.

avatar patrick86 | 

@oomu :

"Mais en quoi devrions nous être traumatisé par le Spectacle ?"

Je me pose aussi la question et je n'arrive vraiment pas à voir quelle utilité il y aurait à polémiquer sur les superlatifs que la pomme utilise pour décrire ses produits. oO

Comme vous dites : le concret, ce que l'outil est et permet. Voilà tout ce qui compte.

avatar oomu | 

"Comme vous dites : le concret, ce que l'outil est et permet. Voilà tout ce qui compte."

merci.

avatar patrick86 | 

"Les blagues, les réponse vagues ou aléatoire quand il ne sait pas quoi faire...
Bref que des choses ajoutée pour faire semblant au détriment de l'efficacité de l'outil."

Quand Siri me répond "vous préférez vos œufs à la coque ?" juste après avoir programmé un minuteur pour 3 minutes, je trouve ça drôle.
Je ne vois aucun intérêt à polémiquer là-dessus.

A, et important : je rejette l'idée que toute machine devrait être insipide.

--

Sur le fait d'utiliser un langage "naturel", je trouve que c'est une très bonne chose pour l'ergonomie. C'est la machine qui doit être adaptée à l'Homme et non l'inverse. Ainsi, pouvoir demander à Siri ou entrer dans Spotlight "photos que j'ai pris la semaine dernière chez mes parents", me parait être une avancée intéressante.

avatar oomu | 

"A, et important : je rejette l'idée que toute machine devrait être insipide."

cela me fait penser au débat sur l'ornementation des interfaces (skeumorphisme).

avatar macinoe | 

Cette absence d'approche conceptuelle est pourtant ce qui explique toutes les limites de ces technologies et ce qui rends son évolution vers quelque chose d'un peu pertinent impossible.

avatar oomu | 

"Cette absence d'approche conceptuelle"

? ha oui carrément. vous n'imaginez pas que d'autres gens, même dans ce domaine et produits ont essayé d'avoir une (prend le ton sérieux) "Approche Conceptuelle" ?

avatar docidoc | 

Passer de 158 000 utilisateurs et non 158 selon ses propos

avatar Ajioss | 

Les inquiétudes en fin de podcast sur le manque de vision/ de produit Apple durant ces 4 dernières années considérant la masse des ressources dont elle dispose( humaine, financière) est partagées... 40 000 employés pour ce resultat? Il y a un problème de gestion assurément et ça commence à se voir.

avatar macinoe | 

"Le meilleur moyen de perdre de l'argent c'est de croire que ça va marcher parce que ça serait bien si ça marchait"

Jean-louis Gassée en parlant du newton, de la voiture autonome ..

Ce serait sans doute aussi applicable à la reconnaissance vocale.
Il faut arrêter de croire que tout est possible.

Je trouve ça très honnête pour un spécialiste du domaine de dire qu'on est actuellement dans une impasse. Ce n'est pas parce qu'on cherche qu'on trouve. Ce n'est pas parce qu'on essaye qu'on réussi.

On a tous besoin de rêver et de croire. En l'an 2000, il devait y avoir des voitures volantes et des colonies sur Mars.

Pour les assistants vocaux réellement intelligents, j'attends de voir.

De voir si c'est réellement un bonne idée déjà et si c'est c'est réellement réalisable ensuite.
Pour l'instant personnellement je n'ai aucune envie de parler à une machine et en plus quand le taux d'échec est à ce point élevé c'est une perte de temps et une source d'agacement. Bref pour moi c'est pour l'instant un simple jouet éventuellement amusant dont on se lasse au bout des quelques essais mais c'est tout.

avatar oomu | 

"Il faut arrêter de croire que tout est possible."

il faut faut faut faut

Cesser de rêver ! Arrêter de croire que tout est possible ! Le Monde a des limites et il BRISERA vos espoirs et vos rêves dans la boue ! HAHAHHAHA

avatar macinoe | 

Mon cher Oomu.

Si moi je ne comprends déjà rien à vos tentatives d'humour, imaginez que pour Siri, c'est vraiment loin d'être gagné.

Et sinon que pensez-vous de l'avis de Jean-louis Gassée ?

avatar oomu | 

macinoe: je vais être sérieux pour juste ces quelques lignes:

Vous prenez trop au sérieux.
Vous paraissez régler un compte personnel (avec les bot ou le scientisme, je sais po)

Y a autant de croyances dans votre propos que dans ceux qui fantasment sans limite sur la technologie.

Ces automates marchent dans les misions pour lesquels ils ont été conçus et y a peu de raison pour dire qu'on a déjà atteint le ciel.

avatar macinoe | 

Pas du tout.

Ils n'ont pas été conçus pour ça.
Ils ont été conçus pour faire de l'écoute téléphonique et de la récolte d'information automatique.

L'assistant vocal, c'est juste une tentative d'utiliser autrement cette technologie, mais ça ne marche pas.

avatar oomu | 

"marchent dans les misions pour lesquels ils ont été conçus"

Désolé, je me pensais beaucoup + restrictif que ce terme fourre-tout de "assistant".

Pour l'heure, ça répond à des requêtes précises. Par rapport aux années 80 au moins, c'est flexible, on peut varier les mots dans la question :)

-
Ce qui vous a choqué, c'est comment "siri" fut vendu, lui et les autres "assistant vocaux" à l'époque ?

Chose amusante en 2011 il était hors de question de dire que c'était de la techno banale. Maintenant en 2016, on se permet de revenir sur le passé et le démonter.

avatar macinoe | 

Pas du tout.

Je n'ai jamais pensé qu'une interface vocale est une bonne approche pour interagir avec une machine et j'ai toujours été plus que sceptique sur sa faisabilité. Mais ce n'est que mon avis.

avatar oomu | 

j'en prends note.

-
avis ultra-personnel interdit à recopier: je trouve la parole trop lente dans de nombreux cas.

Mais quand j'ai des crises d'irritation des yeux où je ne peux plus voir, c'est un palliatif qui devient subitement très pratique. Pour autant limité que cela puisse être, pour des requêtes spécifiques ça aide.

Après, sincèrement, je pense qu'il y a encore un traumatisme des discours délirants de l'époque où il fallait nous vendre Siri et l'Avenir. Et toujours l'incompréhension et le romantisme sur ce qu'est l'intelligence artificielle (qui non, ce n'est pas un être vivant et émotionnel comme un chien).

Comme aujourd'hui avec l'iot et la réalité virtuelle. Y aura (ou y a) de chouettes produits, mais ils sont gâchés par le délire qu'on nous enfonce dans le crane.

avatar alan1bangkok | 

 est aussi fermée en interne que ses produits......

avatar oomu | 

ben heu oui

c'est ce qu'on appelle une culture d'entreprise.

On remarquera que c'était déjà le cas du temps du Lisa et Macintosh.

avatar alderaan | 

News flash: "un mec de chez Samsung critique Apple".

*long bâillement*

avatar Frodon | 

Intervention interessante. Par contre je ne partage pas son analyse sur ce qui ne va pas avec les assistants vocaux.

Personnellement, je pense que le problème est bel et bien dans la compréhension du langage naturel (natural language) plus que dans le décodage de la voix en elle-même (speech).
Evidement, le speech peut encore être grandement amélioré, mais personnellement je trouve que le niveau de reconnaissance actuel est déjà très bon et que ce n'est clairement pas cela qui est le plus problématique dans les assistants vocaux.
C'est surtout l'interprétation de ce que nous disons qui pêche à mon sens, les réponses apportées étant trop souvent à coté de la plaque.

De plus, il dit que c'est une erreur de faire ces 2 opérations l'une après l'autre (séquentiel).
Personnellement je pense qu'au contraire, il est primordial que cela soit séquentiel, car même en temps qu'humain, lorsqu'on écoute le langage oral, on se rend bien compte que pour comprendre pleinement son sens il faut avoir l'ensemble de la phrase et que aller trop vite en interprétation, c'est à dire essayer de comprendre le sens avant d'avoir entendu toute la phrase, amène très souvent des incompréhension et des erreurs (cf les débats politiques où c'est très souvent ce qui se passe).

Bref, intervention interessante, mais personnellement je ne partage pas son analyse concernant ce qui ne va pas dans les assistants vocaux.

avatar rikki finefleur | 

Frodon
Oui mais après avoir compris la phrase faut il encore qu'il donne une réponse sensé et dans le même sens que la question. Et là revient le terme de domaine.. Et les domaines sont très vaste et ne sont pas très bien agrégés et typés pour qu'un robot puisse y trouver une réponse..
Donc la route est longue et l'on reste encore a des interactions assez basiques.

avatar macinoe | 

Sleon une édtue de l'uvinertisé de Cmabrigde, l'odrre des ltteers dnas un mot n'a pas d'ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire sioent à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlblème. C'est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

avatar oomu | 

Peut être que peut être que...

je sais pas, dans le fond je m'en fous des timmy et des scotty, de savoir qui est le plus méchant ou nul de tous en Californie. C'est bien pour comprendre l'industrie, oui oui. Mais tout ce que je veux, ce sont des Zordinateurs (qui font bip !).

L'émission est très intéressante, merci macg.

avatar rikki finefleur | 

Une phrase que j'ai noté :
Est ce que c'est vraiment intéressant de dialoguer avec un robot , comme dans 2001 le film ?

avatar hartgers | 

Cela n'a rien à voir avec le sujet, mais je suis choqué qu'en 2016 on puisse se permettre d'introduire une chroniqueuse avec une phrase comme "l'atout charme de cette émission". Les geeks ont encore un long chemin à parcourir pour sortir du sexisme ordinaire...

Pour ce qui est de notre vrai sujet, celui des intelligences artificielles VS assistants vocaux, merci aux différents commentateurs de l'article. Il faut en effet relativiser ces outils et leurs portée. Il est en revanche plus que probable que nous utilisions ces outils pour remplacer, de plus en plus, des tâches exécutées par des humains. Aujourd'hui un smartphone et un assistant vocal remplacent efficacement une secrétaire pour de nombreux usages : notes rapides, rendez-vous, rappels, etc. Et rien que cela peut avoir de nombreuses conséquences.

avatar en ballade | 

Iphone 4 etait incompatible Siri a l époque car pas équipé pour cette techno....alors que Google now sans problème. Bravo Appl€ pour ce mensonge

avatar patrick86 | 

"Iphone 4 etait incompatible Siri a l époque car pas équipé pour cette techno....alors que Google now sans problème. Bravo Appl€ pour ce mensonge"

… le gars du fond de la salle qui se réveil et qu'à rien compris du cours. :-)

Ce que nous apprends Luc Julia c'est que, si Siri a été réservé à l'iPhone 4S, ce n'était justement pas à cause des caractéristiques techniques de l'iPhone 4, mais pour limiter la charge sur les serveurs de Siri.

avatar en ballade | 

@patrick86 :
Le gars qui apprend pas sa leçon en étant assis devant....tu te souviens du discours tenue à la keynote Duc..?

avatar macinoe | 

Si c'est le cas c'est très grave.
Je serais intéressé par l'extrait de cette keynote.

avatar patrick86 | 

".tu te souviens du discours tenue à la keynote Duc..?"

Non, et je m'en cogne allègrement…

avatar macinoe | 

Pardon mais Avec une attitude comme celle là, ça devient difficile de discuter.

On vous dit qu'Apple a menti de manière éhontée lors d'une keynote, l'information apportée par Luc est est une preuve de plus.

Mensonge reprit et amplifié par les zelotes de la marque dont vous j'imagine.
Et vous, vous vous en "cognez" d'avoir été manipulé et de passer pour un idiot.

Bravo vous appliquer parfaitement le manuel du bon petit soldat.

Article 1 : Apple a toujours raison
Article 2 : Si Apple a tort, voir article 1

avatar patrick86 | 

@macinoe :

Je vais vous dire : polémiquer sur ces conneries ne m'intéresse pas. Je suis ouvert à en discuter, à condition que ce ne soit pas sur un fond de rhétorique "de fanboy" et autres bassesses d'esprit.

Ce dont je me "cogne allègrement", c'est du propos exact tenu par Apple lors de la présentation de Siri.

Je ne me fait pas d'illusion, hein. Je sais éperdument qu'Apple n'est pas toujours honnête et sincère dans ses communications. Simplement, je n'ai pas utilité à m'offusquer et polémiquer à chacune de ses "paroles de travers", parce que : 1) je considère qu'il y a beaucoup plus grave dans ce monde ; 2) Apple n'est pas un État, ni un gouvernement, mais une entreprise privée qui propose des produits que je suis libre d'acheter ou non. Si ça me convient, j'achète, sinon, j'achète pas.
Je vote avec mon porte feuille (plus efficace que de râler).

Ô, et n'allez pas croire que je sois opposé à la critique, parce que ce serait complètement faux. Je crois que la critique peut être très constructive, quand elle est réfléchie, saine et intelligente ; donc tenue à l'écart de la polémique.

--

"Mensonge reprit et amplifié par les zelotes de la marque dont vous j'imagine."

Vous devriez arrêter d'imaginer tout et n'importe quoi.

"Bravo vous appliquer parfaitement le manuel du bon petit soldat."

Parlez pour vous.

avatar en ballade | 

@patrick86 :
Si tu t en cognes évite moi tes réflexions de fanboys qui n'ont rien à voir

avatar reborn | 

Il porte une très très belle chemise

avatar protos | 

Ca fait des années sur ce forum que je dis que Siri est une grosse merde. Il ne comprend absolument pas le langage naturel. Je m'en suis aperçu avec un simple test. Je lui ai demandé ceci :

"Dois-je mettre un chapeau demain ?"

Et il m'a répondu ceci :

"Aucune pluie n'est prévue demain"

Sur ce, j'en est donc déduit qu'il interprétait le mot chapeau comme une allusion à la météo.

Donc, j'ai reformulé ma phrase autrement pour voir s'il était aussi malin que ça.

Je lui ai donc demandé ceci :

"Dois-je mettre un sombrero demain ?"

Et alors là, j'ai vite vu qu'il ne comprenait absolument rien !

Dans sa réponse, il me disait qu'il ne trouvait pas de restaurant mexicain à proximité. J'en ai donc déduit, qu'il avait interprété le mot espagnol sombrero comme un nom de restaurant. Donc aucun rapport avec la choucroute.

Et là, j'ai vite compris qu'il ne comprenait absolument rien. Un enfant de 5 ans, sait ce qu'est un sombrero et que cela sert à se protéger du soleil....

Siri est vraiment nul. A cette même question Google Now ne répond pas car il ne comprend pas mais à la différence de Siri, il ne sort pas de connerie.

Et donc, depuis des années tous les fanboys Apple de ce forum (les nuls !) me tombent dessus lorsque j'essaie de leur expliquer que leur Siri de chez leur Apple adoré est une grosse merde....

Quant à Alexa du système ECHO, il a l'air vraiment plus évolué que tous les autres. Etonnant même...

Voilà, voilà....

avatar reborn | 

@pigeon_voyageur :
Tu lui en demande trop à Siri, c'est pas un être humain.

Ouvrir des applications, mettre un réveil, envoyer des messages, programmer des rappels, lancer des appels etc.. Il fait ça bien

Si tu veux savoir comment t'habillé le lendemain, demande lui juste la météo du lendemain..

avatar protos | 

@reborn

Non ! Tu n'as pas bien compris ma démonstration ! Dans le langage des hommes, il y a 2 aspects. La forme et le fond. La syntaxe et la sémantique. Il y clair que les algorithmes utilisés jusqu'à présent ne permettent pas aux assistants vocaux de comprendre la sémantique, le sens, des phrases !

On est encore loin de la compréhension que peut avoir un enfant de 5 ans sur des choses assez simples somme toute...

Je me demande toujours comment Siri arrive à associer sombrero avec restaurant !

Tant que la sémantique des phrases ne sera pas mieux comprise on restera sur des assistants basiques comme Siri...

Voilà, voilà...

avatar macinoe | 

"Tu lui en demande trop à Siri, c'est pas un être humain."

C'est bien le fond du problème.

En gros c'est à l'utilisateur de connaitre les possibilités de Siri.
C'est pas lui qui nous comprends, c'est nous qui devons le comprendre.

Comprendre une entité gravement handicapée et folle pour qui sombrero appartient au champ lexical des resraurants mexicains..

En réalité c'est vous qui êtes l'assistant de Siri.

Les assistants vocaux sont des outils très important pour les mal voyant.

Je trouve que ce serait bien si ils se limitaient strictement à ce qu'ils savent faire répondre à des requêtes qui exigent une formulation correcte.

Et pas tenter des trucs au petit bonheur la chance et d'essayer de camoufler les erreurs avec des blagues carambar.

Signifier vraiment ce qui ne va pas dans la requête de l'utilisateur pour l'aider à accéder à l'information qu'il recherche.

Si j'étais aveugle, je crois que les blagounettes de Siri me gonfleraient très vite.

avatar patrick86 | 

@reborn :

Perdez pas votre temps :-)

pigeon_voyageur ne demande rien à Siri. C'est juste un troll qui revient tous les 3 mois, avec un pseudo différent, pour nous rabâcher la même rengaine sur Siri vs Google Now.

avatar macinoe | 

C'est vrai que je ne vois pas non plus de qualités dans Google Now qui le distinguerait nettement de Siri. En ça l'intervention de pigeon voyageur peut être suspectée d'être orientée.

Mais bon, il faut voir ou on est ici.

Face à certains contradicteurs qui se permettent toutes les mauvaises foi, la sincérité et l'honneteté n'est pas encore suffisante pour eux...

avatar protos | 

@patrick86

Il faut arrêter de traiter de troll tout les gens qui te déplaisent. Je ne suis pas plus con que toi ! La différence c'est que moi je ne suis pas lobotomisé par les gadgets d'Apple comme toi !

N'importe qu'elle connerie de chez Apple te fait bander moi pas ! Le troll c'est toi !

avatar protos | 

@patrick86

D'ailleurs Google travaille sur un nouvel assistant vocal équivalent de Alexa du système ECHO d'Amazon pour contrôler les appareils connectés et je crois qu'il va reléguer Siri au placard une bonne fois pour toute !

Mon pauvre cela fait tellement longtemps que tu loues et fais l'éloge d'Apple que tu ne sais plus faire la part des choses. Moi, je ne suis ni pour Apple, ni pour Google ni pour Amazon, ni pour Microsoft ! Mais lorsque je m'intéresse à une technologie, je veux simplement qu'elle fasse le job ! Je ne mets pas 500 € dans une connerie qui ne sait faire que 2 ou 3 trucs ! Je suis un peu plus exigeant que toi, c'est cela qui nous différencie. Je suis un consommateur averti et toi un fanboy qui achète n'importe qu'elle connerie de chez Apple.

Siri est un piètre assistant vocal et cela fait des années que je le dis. Il aura fallu attendre l'intervention d'une personne qui a travaillé sur le sujet chez Apple pour enfin dire les choses telles qu'elles sont ! Donc toi tu te tais maintenant ! A la niche ! couche-couche panier la TROLL !

avatar tbr | 

Siri n'est pas un assistant. C'est tout juste un stagiaire mal payé à qui on demande de faire des photocopies et du café, bref, des tâches banales, simples et répétitives qu'on ne veut plus exécuter soi-même.

Et on a bien de la chance s'il n'a pas photocopié la cafetière, ramené le café sur une feuille A4 et mis le rapport de 500 pages dans un gobelet en carton.

avatar narugi | 

Émission ORLM encore très intéressante. Avec un guest prestigieux. De toute manière SF ne pouvait pas rester après les échecs de Siri et surtout Map.
On comprend mieux aussi comment les différentes équipes chez Apple sont dissociées.

avatar Philactere | 

C'est bien ce que souligne Luc Julia, la technologie n'est pas bonne et si la puissance de calcul peut aider un peu elle ne peut pas remplacer une mauvaise techno.
Maintenant à savoir si les assistants vocaux doivent être des assistants ou des clones humain c'est une autre question. A t'on besoin d'un compagnon numérique pour faire la causette ?
Quant à la sémantique, moi en tant qu'être humain, si on me pose la question "Dois-je mettre mon chapeau demain ?" j'ai envie de répondre "Heuuu je sais pas moi, comme t'as envie, t'es grand demmerde toi" sauf si tu es mon fils de 7 ans.
Et un chapeau pourquoi ? Contre le soleil ? Contre la pluie pour travailler aux champs ? Pour le look ? Pour une fête mondaine avec cette nouvelle robe ?
Ha, tu veux savoir le temps qu'il fera demain ? Mais alors pourquoi ne pas me le demander ? Oui il va faire beau et chaud, quant à ton chapeau bin fait comme tu veux, t'es grand.

avatar Philactere | 

@Philactere :
Oui je suis sérieux (peut-être un peu com), à la question "Dois-je mettre mon chapeau demain ?" il ne me vient pas tout de suite à l'esprit la météo. Il y a des tas de raisons de mettre un chapeau.
Pour le sombrero j'aurais plutôt tendance à répondre "Je sais pas, tu vas à une fête costumée avec des potes demain ? Tu as le pancho aussi ?"

avatar protos | 

@Philactere

Le problème c'est que Siri te répond toujours, toujours, toujours la même chose avec le "chapeau" et le "sombrero". Il est incapable de répondre autre chose...

Teste le système Alexa d'Amazon, tu verras le truc est nettement plus bluffant !

avatar protos | 

@Philactere

"Pour le sombrero j'aurais plutôt tendance à répondre "Je sais pas, tu vas à une fête costumée avec des potes demain ? Tu as le pancho aussi ?"

On voit bien que tu ne parles pas espagnol non plus ! Alors laisse moi t'expliquer une fois de plus et ouvre tes chakras. Le mot sombra en espagnol signifie ombre. Et par conséquent sombrero signifie "qui fait de l'ombre". Donc le lien avec le soleil est évident. Par contre, le lien avec la fête costumée et le pancho dont tu nous parle est un peu tiré par les cheveux. Je te laisse y réfléchir... Tu es à côté de la plaque. Pauvre fanboy !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR