Chiffrement : la justice américaine renonce à la procédure new yorkaise contre Apple

Mickaël Bazoge |

La pression judiciaire des autorités américaines sur Apple pour déverrouiller des iPhone dans le cadre d'enquêtes policières se dégonfle. À San Bernardino, le FBI a renoncé à forcer la main d'Apple pour déverrouiller l'iPhone 5c de Syed Rizwan Farook. Cette fois, c'est dans une affaire new yorkaise que le Department of Justice abandonne la procédure qui aurait obligé le constructeur à aider les enquêteurs pour débloquer un iPhone.

Scott Robinson, CC BY.

Il s'agit cette fois d'un dossier de trafic de drogue. Les procureurs fédéraux ont fait savoir à la juge en charge du dossier que le DoJ n'avait plus besoin de l'aide d'Apple : une personne non identifiée a fourni le code de déverrouillage du smartphone, que les enquêteurs ont exploité pour accéder aux données contenues dans l'appareil.

Si Apple n'a pas fait de commentaire, la porte-parole du DoJ a indiqué qu'il ne s'agissait pas d'établir un précédent. Cet argument, déjà utilisé par le FBI pour San Bernardino, a été constamment combattu par Tim Cook qui estime lui que les forces de l'ordre tentent d'obtenir une porte dérobée dans iOS. Le DoJ ne donnera pas le nom de la personne qui a permis de déverrouiller l'iPhone en question.

Ces six derniers mois, le FBI n'a pas pu accéder aux informations stockées dans 13% des smartphones impliqués dans des enquêtes. À San Bernardino, le Bureau a payé très cher la technique qui lui a permis de déverrouiller l'iPhone 5c (lire : San Bernardino : le FBI a payé plus de 1,3 million de dollars la faille de l'iPhone 5c).


Tags
avatar goretexman | 

Une personne non identifiée aurait gratter 1M comme sa ?

avatar C1rc3@0rc | 

Il s'agirait plutôt d'une personne identifiée par une enquête classique, qui aurait été en possession du code et l'aurait donné, soit de son plein gré, soit en échange d'une allègement des poursuites et peines encourues...
Bref l'efficacité d'une enquête normale et légale.

avatar sapropelet (non vérifié) | 

Et la fafaille, est ce qu'ils ont rebouchés la fafaille ?

avatar C1rc3@0rc | 

Ben tant que la faille / backdoor utilisée n'est pas divulguée au responsable technique ( donc pas forcement Apple, puisque la faille peut être au niveau d'un composant produit par un fournisseurs d'Apple..) il est impossible de la combler volontairement. Ce qui est certain c'est qu'elle ne se situe pas dans iOS (du moins pas le mécanisme de base)

Et puis elle touche uniquement les 5C donc c'est pas non plus le produit prioritaire pour Apple - c'est tout de même un gros échec commercial - et encore faut il qu'elle soit "réparable" (si c'est dans le microcode d'un composant elle sera jamais comblée)

La balle est entre les mains du conseil de securité national. Il a la possibilité d'ordonner au FBI de divulguer la faille au responsable technique, si cette faille représente un risque pour les ressortissants americains.

avatar Vanton | 

Franchement... Que c'est pitoyable ! Lancer des procès retentissants contre Apple, invoquer des lois vieilles de plusieurs siècles, partir en croisade avec une violence folle, risquer de créer un précédent désastreux, tout ça pour arriver à bêtement débloquer le téléphone avec son code ?? Le FBI se rend compte à quel point tout ça est tristement ridicule ?

avatar rikki finefleur | 

des solutions ?

avatar C1rc3@0rc | 

-faire appliquer la loi sous le contrôle de la Justice.
-Faire des enquêtes en utilisant les moyens légaux octroyés par la loi et en respectant la Constitution.
-Embaucher et payer suffisamment de fonctionnaires (pas que des agents fédéraux, mais aussi tous ceux qui assurent les devoirs de l'Etat et les services aux populations)
-Faire coopérer les services de l'etat plutôt que les instrumentaliser a des fins politiciennes
-Réduire les fractures sociales (pauvreté économique et culturelle), developper la solidarité et la cohésion sociale ainsi que l'intégration.
-Assigner la majorité du budget au fonctionnement et a la sécurité intérieure plutôt que de financer des operations extraterritoriales et des opérations hostiles chez les "alliés".
- Rembourser les dettes publiques et réduire le surendettement de la population.
...
Quand un état doit devenir un état policier, espionnant sa population, et que la population devient le premier ennemi de l'état, c'est que l'état a échoué a servir la nation et que le modele politique est inadapté.
La criminalité est une conséquence économico-sociale et un produit politique.

avatar rikki finefleur | 

Mr croc
Au delà de la théorie.. Quelles solutions pratiques ?

Est il normal que désormais 15% et bientôt 20 ou 30% des affaires vont etre arretées ou ne pas aller plus loin, du au cryptage de données de gens qui ont commis des violences ?

Après on dira .. Ha oui si on avait su !! Comme après chaque catastrophe..

Quand à votre discours mr Croc, sur les raisons de la criminalité, faites le auprès des gens qui pratiquent désormais le home jacking de façon parfois très violente..
Nul doute qu'ils vous écouteront et arrêteront de suite leurs méfaits.

Pour le reste je vais lire les propositions faites par Vanton pour savoir comment arreter les criminels et leurs éventuels complices, qui seront protégés derrière leurs phones.

Évidement cela ne concerne pas nos milliardaires de la silicon cachés derrière leurs villas sécurisées.. Il y a le haut peuple et le bas peuple.

avatar C1rc3@0rc | 

«Est il normal que désormais 15% et bientôt 20 ou 30% des affaires vont etre arretées ou ne pas aller plus loin, du au cryptage de données de gens qui ont commis des violences ?»

Et tu tires d'ou ces chiffres?

«Quand à votre discours mr Croc, sur les raisons de la criminalité, faites le auprès des gens qui pratiquent désormais le home jacking de façon parfois très violente..
Nul doute qu'ils vous écouteront et arrêteront de suite leurs méfaits.»

Nouvelle-Orléans, 6eme ville la plus dangereuse au monde:
52 meurtres pour 100 000 habitants, un des taux les plus élevés de la planète. Cette violence a explosé après le passage du cyclone Katrina qui a dévasté la ville et empiré la pauvreté deja extreme!

2013 Detroit: la ville est mise en faillite =>
- 40% de la population est illettrée
- 1 ambulance sur 3 est en état de marche
- 60% des enfants vivent sous le seuil de pauvreté
- durant les 10 ans précédents les effectifs de police ont été réduit de 40%
- il fallait en moyenne 58 apres un appel a la police pour qu'elle intervienne
- les postes de police y etaient fermés 16 heures par jour
=> 10% des enquêtes criminelles y étaient résolues
=> Le taux d'homicides 11 fois supérieur a celui de New York
=> Le taux de criminalité violente est 5 fois plus élevé à Detroit que la moyenne nationale

avatar Mécréant | 

@C1rc3@0rc:

"Et tu tires d'ou ces chiffres?"
Du café de la gare? À moins qu'il ne base sur les 13% dont parle l'article et extrapole en tenant compte de la volonté d'Apple d'améliorer son cryptage iCloud et du renouvellement continu de la gamme (qui évacue de fait les anciennes versions d'iOS) qui ne pourront qu'augmenter ce pourcentage.

Pour le reste, la misère est un facteur criminogène évident, mais pas unique (cfr. San Bernardino). Je vous suis cependant entièrement sur les pistes permettant de régler la situation de ces deux métropoles ravagées par un désastre financier ou naturel. Heureusement, il semblerait que la situation s'améliore: La Nouvelle Orléans se reconstruit doucement et Détroit renoue avec l'économie, tandis que les habitants collaborent et se réorganisent.

PS: j'ai posté une réponse à votre commentaire sous cet article (https://www.macg.co/aapl/2016/04/san-bernardino-le-fbi-paye-plus-de-13-million-de-dollars-la-faille-de-liphone-5c-93875)

avatar Mécréant | 

@Vanton:

"(...) tout ça pour arriver à bêtement débloquer le téléphone avec son code"

Il y a deux affaires différentes dans cet article. Dans les deux cas, le FBI utilise une certaine interprétation de la loi. Que cette loi soit vieille ne signifie pas qu'elle est absurde: de même que l'interdiction de tuer reste d'application et légitime, il reste logique de demander aux sociétés une coopération "raisonnable" avec la Justice. Il faudrait par contre que les USA s'appliquent à préciser les limites du "raisonnable"!

Bref, il y a deux affaires. La première (San Bernardino), a bien été retentissante, mais le FBI n'a pas "bêtement débloquer le téléphone avec son code": une société/personne voulant rester anonyme a permis de débloquer l'iPhone via une faille, ce qui a coûté une petite fortune aux USA...

La deuxième affaire (drogue) ne peut pas être qualifiée de "retentissante". C'est dans celle-là "[qu']une personne non identifiée" a simplement fourni le code de déverrouillage.

Est-ce ridicule? J'ai tendance a penser que la demande d'un firmware permettant de déverrouiller un iPhone n'est pas "raisonnable", mais je n'irais pas jusqu'à "ridicule" pour des affaires de terrorisme/grande criminalité.

avatar kubernan | 

Couillu de la part d'Apple d'avoir résisté à la pression.

avatar Bigdidou | 

@C1rc3@0rc :
"La criminalité est une conséquence économico-sociale et un produit politique", écrivez-vous à propos d'une affaire de terrorisme qui en est ici le parfait contre-exemple.

C'est fascinant, ce besoin que vous avez d'affirmer d'énormes conneries de façon aussi récurrente. Une sorte d'addiction. Un vrai cas clinique à publier.

avatar Sokö | 

@Bigdidou :
Laissez-le vivre

CONNEXION UTILISATEUR