Travail du dimanche : accord dans les Apple Store et désaccord chez les syndicats

Anthony Nelzin-Santos |

Les salariés des Apple Store français doivent demain signer un avenant à leur contrat consacré à la question du travail du dimanche. Fruit de deux mois de négociations rendues nécessaires par la loi Macron, il affirme le principe du volontariat et prévoit une compensation, mais divise les syndicats.

LApple Store Odysseum. Image Apple.
L’Apple Store Odysseum. Image Apple.

Seuls trois Apple Store ouvrent le dimanche : celui d’Aix-en-Provence, celui du Carrousel du Louvre, et celui des Quatre Temps. Même si la direction fait preuve d’une certaine flexibilité, les salariés ne sont pas totalement maîtres de leur planning, et doivent donc parfois travailler le dimanche contre leur gré, en échange d’une majoration de 25 %.

La loi Macron crée des zones touristiques et des zones commerciales où les commerces pourront ouvrir tous les dimanches « moyennant un accord prévoyant l’attribution de contreparties aux salariés et la garantie du volontariat. » L’Apple Store Opéra fait ainsi partie d’une zone touristique internationale : la loi autorise son ouverture en soirée, et l’attribution du repos hebdomadaire par roulement.

Sous réserve d’un accord spécifique aux Galeries Lafayette, la boutique dédiée à l’Apple Watch pourrait être soumise au même régime, et l’Apple Store de la Part-Dieu devrait être concerné par les dispositions spécifiques aux abords des grandes gares. Si les zones commerciales étaient étendues aux principaux centres commerciaux, l’ouverture le dimanche deviendrait la règle dans tous les Apple Store.

Un accord était donc nécessaire : direction et syndicats ont passé ces deux derniers mois à discuter de ses termes. Il pose partout le principe du volontariat, comme la loi l’y oblige. Dans les zones « normales » où le maire choisit douze dimanches ouvrés, la règle reste la majoration à 100 %. Dans les zones touristiques et commerciales, elle est fixée à 65 %, au lieu des 25 % actuels.

Dans les zones aux « dimanches du maire », les salariés continueront à bénéficier d’un jour de repos compensateur. Dans les zones touristiques et commerciales, les salariés parents pourront recevoir une compensation de 400 € par an au titre des frais de garde de leurs enfants, et bénéficier plus régulièrement d’un échange de dimanches. L’accord ne prévoit aucune prise en charge spécifique des transports, moins fréquents le week-end.

Le Clic-P accuse « la deuxième entreprise mondiale en termes [sic] de bénéfices » de solder « le travail du dimanche de ses salariés. » Le Comité parisien de liaison intersyndicale du commerce (CFDT/CFE-CGC/CFTC/CGT/FO/Sud) dénonce des garanties « scandaleuses », en tout cas « nettement inférieures à celles proposées dans d’autres enseignes où les négociations sur le travail dominical sont en cours. »

Le Cidre parle plutôt d’« un bon début », ce qui fait dire au Clic-P que le syndicat majoritaire « n’a visiblement que faire du principe de repos dominical pourtant défendu officiellement par sa centrale », c’est-à-dire la CFTC. C’est que là où le Cidre se réjouit de la clarification des conditions de travail le dimanche, le Clic-P s’inquiète de ses effets pervers et de la faiblesse des compensations salariales.

Un salarié qui s’est engagé à travailler le dimanche pourra revenir sur sa décision, mais devra attendre six mois pour le faire. Le volontariat est la règle, mais la direction prévoit déjà que les salariés puissent travailler jusqu’à 22 voire 24 dimanches par an. Les horaires du dimanche devraient être réduits, sans doute sur le modèle de la boutique d’Aix qui ouvre de 11 à 18 h, mais tout n’est pas encore fixé. Le CE s’était prononcé en faveur de cet accord, mais le CHSCT s’y était opposé.

La situation est épineuse, mais elle l’est dans toutes les sociétés concernées. Le Cidre a beau jeu de se féliciter d’avoir imposé le principe du volontariat : la loi le garantit ! Il n’est pas étonnant de voir le Clic-P rugir et tonner : il s’était formé à l’occasion de la loi Mallié, qui avait instauré le régime actuel du travail du dimanche. Les deux blocs sont sans doute irréconciliables, mais le syndicat majoritaire assure vouloir rapidement ouvrir de nouvelles négociations, notamment pour améliorer la compensation salariale.

avatar RedMak | 

Je suis desolé, mais avoir une notif à 23:30 pour ça !
Peut être qu'il y a in truc auto qui envoie les notifs mais il doit être optimisé.

avatar MacTHEgenius | 

@RedMak :
Tu connais "Ne pas déranger" ? Pour ma part, il est actif en permanence sur mon iPad et durant la nuit pour mon iPhone, juste comme ça ;)

avatar EBLIS | 

Pourquoi à chaque fois vous sortez cet argument de "ne pas déranger"? Il me semblait que c'était un paramètre global non? Et si les gens qui ont macg sur leurs terminaux n'ont pas envie de recevoir de notifs mais quand même être connectés et dispos pour le reste du monde réel (sms, tél...).

Perso quand je dois envoyer des dizaines de milliers de newsletters je pense à ce détail et n'envoie pas à des heures qui dérangerait les abonnés car ça peut provoquer des vagues de "unsubscribe"...

avatar Wolf | 

D'un autre côté on s'en cogne un peu des syndicats. Ils ne représentent que 2 à 3% des salariés et ne servent à rien. Si les salariés d'Apple veulent bosser le dimanche les syndicats n'ont rien à dire. Point barre.

avatar oomu | 

ils sont indispensables, par la loi, dans toute négociation patronale et accords cadres.

ils sont donc importants et s'en foutre est ignorer une partie de comment le pays fonctionne sur notre dos.

Ils sont utiles puisque sans eux il n'y aurait pas d'informations aux employés ou de rapport de force.

"Si les salariés d'Apple veulent bosser le dimanche les syndicats n'ont rien à dire"

c'est inexact. Cela doit faire lieu de contre-partie de la part de l'employeur, et ces contre-parties se discutent avec les représentants des employés: les syndicats.

Vous pouvez soit les ignorer et vivre avec les conséquences de ce que d'autres décident pour vous.
Soit vous y intéresser et au moins savoir à l'avance et pourquoi vous allez être bouffés à la sauce tartare
ou carrément y participer (vous aurez ainsi la possibilité d'influer légèrement sur la sauce avec laquelle on vous bouffera).

-
Les syndicats sont, en France, une part totalement intégrée du système politique et patronale. Ils sont donc "le système", ce qui pour des anarchistes est totalement inacceptable !

avatar DrZoidberg | 

@oomu :
Tout ce que les syndicalistes savent faire c'est des grèves pour faire chier le monde qui se porterait bien mieux sans eux.

avatar oomu | 

c'est absolument faux. Vous pouvez vous renseigner facilement. Et tôt ou tard, on finit par devoir se renseigner sur nos droits, licenciements, retraites, conflits avec employeur, lois quand on emploie quelqu'un, litiges, conventions collectives, etc. Les syndicats sont pratiques ces jours là.

avatar zearnal | 

@OOMU

Attention, ce sont les délégués du personnel qui ont ce rôle là, certes, bien souvent affilié à un syndicat, mais ce syndicat en lui-même, il n'en a rien à faire.

avatar zearnal | 

@OOMU

Regarde le cas SMART en ce moment et tu verras le vrai impact des syndicats.

Dans ce cas précis, je trouve personnellement aberrant que des syndicats représentant une poignée de salariés bloquent une mesure qui a été approuvée par une large majorité d'entre eux. Le cas de SMART est intéressant car il passe directement par un avenant au contrat de travail de chacun, ce qui semble légal. Après, libre à chacun d’accepter ou pas.

avatar heret | 

Et tu crois vraiment que tous ces gens qui disent vouloir travailler le dimanche veulent réellement travailler le dimanche ?

Vu les autres commentaires, il y en a quelques uns qui n'ont rien compris à la vie et qui sont d'accord pour se coucher devant les esclavagistes.

Il n'y a pas de progrès possible sans contrainte.

avatar zearnal | 

Dans le même genre argumentation : Tu crois vraiment qu'ils ont tous signés avec le flingue sur la tempe ?

J'espère au minimum que tu as la décence de ne pas aller au resto ou utiliser les transports (par exemple) le dimanche car, dans ce cas, tu fais toi aussi le jeu des "esclavagistes".

avatar jrmy21 | 

iG travaille tous les dimanches depuis bien avant la loi Macron ;)

avatar oomu | 

le travail le dimanche n'était pas interdit avant Macron.

Macron ne fait que continuer le travail de sape, jusqu'à ce que tous les pans fragilisés de la société soient obligés de bosser le dimanche et la nuit pendant que les bien nés dormiront ou iront à la pèche.

avatar Hypaphoralkus | 

Je bosse chez Amazon et les commandes sont préparées le samedi et le dimanche ... Et la CGT n'a pas eu son mot à dire ! A un moment les syndicats on s'en fou un peu ! Ils font plus ch*** leurs monde que protéger les salariers eux ! Encore une belle invention de la gauche tient ....

avatar oomu | 

les syndicats n'ont pas été inventés par la "gauche" mais par le monde ouvrier dans la gueule des patrons, des gouvernements et des polices.

Les ouvriers ont même inventé le syndicalisme quand c'était illégal.

idem avec le "droit de manifester", inventé dans la gueule des autorités par ceux qui se faisaient exploiter.

Progressivement, les gouvernements face aux coups de pavés dans la face, aux violences, répressions sanglantes et coup de gueule des populations (d'où étaient issus les ouvriers écrasés et les policiers qu'on voulait sanguinaires) ont progressivement accepté et encadré tout cela.

Par exemple, le droit de grève apparait sous Napoléon III (on a connu + de gauche que lui...)

Le droit de se syndiquer est sous la 3e république, et c'est pas par un communiste.
Déjà sous Napoleon 3, la création d'un syndicat n'est plus un crime.

De nos jour tout cela est encadré à mort dans un "jeu" de lois forçant syndicalistes et politiciens à faire toute une litanie de réunions, annonces, etc. Ce qu'on nomme le "dialogue social" (encadrement).

-
On se fout à aucun moment des syndicats ni un peu ni beaucoup, car lors d'un rapport de force entre employé et patron, le patron a toutes les cartes. Seul l'organisation de plusieurs employés permet d'avoir un poids, de négocier et d'obtenir quelque chose.

En France on est faiblement syndiqué (hormis le publique) contrairement à d'autres pays. C'est une faiblesse. On a tort en tant qu'employé.

A noter qu'on est bien content de trouver un collègue syndicaliste quand on se retrouve en conflits pour se faire expliquer les droits, recours, prudhommes, ce qui est gratuit ou pas, etc.

Là on est content de trouver notre con de gaucho cgtiste.

avatar nicopulse | 

Je me suis baladé ce dimanche dans Bordeaux... Vous savez : cette ville en vogue.
Qu'a-t-on inauguré dans une métropole de 70 000 étudiants récemment ?
Des bureaux d'études ? Des industries vertes ? De l'innovation ?

Non.

On y a récemment implanté un complexe d'une trentaine de boutiques et restaurants. En plus, là où il y en manque : en plein centre. On y embauche à 1100 euros par mois. On y vend des chinoiseries. Et ce dimanche, c'était ouvert. Chouette.

L'Apple Store, lui, était fermé.

Alors, travailler un dimanche ?
Oui, pourquoi pas. A condition que ce soit pour un job, à l'intérêt, au salaire et aux avantages californiens. Sinon, c'est NON.

avatar oomu | 

ha oui, la Californie

c'est loin des clichés farfelus que nous avons en France sur les USA.

avatar oomu | 

moi je dis, si un patron voit l'intérêt d'un syndicat (genre Medef), c'est que ça doit être bon pour l'employé aussi :)

Dans le cas d'Apple, on voit que comme toujours, elle est une des plus chiches qui soit.

avatar en ballade | 

@oomu :
Bravo à toi et respect. Expliquer l'histoire et l'intérêt des syndicats a des ignorants de leur propre histoire.

avatar oomu | 

je voulais surtout enterrer l'idée sous-entendue que "syndicat" et "manif" auraient été des concepts inventés par des politiciens de "gauche" depuis des canapés, à la socialiste du 21e siècle, telle une COP21.

La réalité, c'est que c'est venu de la rue et à coup de poing et sur des décennies avant que les mentalités politiques évoluent et/ou que de ces bases militantes et ouvrières sortent une nouvelle classe politique (qui est devenu le système à son tour, etc, éternel cycle).

avatar Sometime | 

@oomu :
Je dirais qu'il ne faut pas confondre le principe du syndicat - donc le principe de la défense et de la représentation de l'employé - avec l'implémentation pratique qui en est faite - donc les syndicats.

Le principe peut-être positif et s'instituer dans un rapport qui l'est beaucoup moins. Cela pose d'ailleurs la question de l'adaptation du syndicalisme en fonction des époques et des tendances économiques.

avatar oomu | 

ho mais ça marche pour tout

Il faut pas confondre le principe de la politique (bien gérer la société pour le bien de tous) et ce qui est fait en pratique (s'incruster à mort dans l'administration et trouver comment y foutre ses enfants) :)

Tout comme il ne faut pas confondre le principe de l'ingénierie (résoudre des problèmes via des solutions techniques de science appliquée) et en pratique (proposer des demi-solutions progressives le plus chère possible et par autant d'étapes que possible) :)

après... les choix stratégiques et idéologiques des différents syndicats et partis politiques, c'est pas mon propos. ça dépend aussi de la qualité et motivation des personnes de l'entreprise.

avatar Sometime | 

@oomu :
Oh en effet ce n'est pas specifique - quoique l'on note d'ailleurs un parallèle entre bonne gestion de société et défense adéquate des employés.

Mais cela explique peut-être les commentaires de certains sur ce fil. Ils n'ont peut-être pas oublié la nécessité du syndicalisme, mais s'en font une idée a l'aune de ses représentants actuels, les syndicats.

De même que certains qui crient a la fin de la politique dans le climat actuel n'ont pas oublié les combats passés mais sont ecoeures pas les représentants actuels.

Plus généralement enfin vous êtes pour un certain modèle de société - ce qui se respecte - d'autres pour d'autres. Je ne suis pas certains que leur tomber a bras raccourci - je pense plus à d'autres qu'a vous, fasse évoluer les choses.

avatar prommix | 

J'habite en Allemagne. Ton joli "tableau" de comparaison je t'invite à le tester ici même. Tu vas tellement pleurer que tu vas vite retraverser la frontière et aimer à nouveau ton pays bordélique.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR