Fermer le menu
 

Pourquoi les produits Apple sont-ils si chers ?

Mickaël Bazoge | | 14:48 |  391

Au printemps, Apple a augmenté le prix de ses produits en Europe, reflétant ainsi l’évolution à la baisse de l’euro face au dollar. Une pratique somme toute assez normale pour une multinationale américaine, mais à cette occasion il s’est opéré une bascule assez nette parmi les commentateurs de la chose Apple : pour beaucoup, les prix du constructeur sont devenus bien trop élevés.

L’Apple Store de Hangzhou.

Et cette perception ne s’est pas arrangée : à chaque lancement de nouveaux produits, les réactions de rejet liées aux prix pratiqués par Apple sont nombreuses et parfois véhémentes. Et cela concerne aussi bien le matériel que les accessoires (récemment encore, le dock pour Apple Watch a eu droit à une belle bordée de lazzis concernant son prix).

Cette sensibilité aux tarifs d’Apple n’est d’ailleurs pas l’apanage des consommateurs européens : aux États-Unis, on entend de plus en plus râler à ce propos, dans des termes tout aussi énergiques. Cette aigreur envers la politique tarifaire du constructeur s’appuie sur des éléments objectifs (Apple tient mordicus à sa marge grasse, par exemple), mais aussi sur des causes plus subjectives qui tiennent au glissement du positionnement de l’entreprise.

Apple évite la crise, pas ses clients

Il y a des raisons « logiques » qui expliquent cette mauvaise perception des tarifs pratiqués par Apple. La crise financière de 2008 suivie par celle de la monnaie unique, ont frappé tout autant les esprits que les portefeuilles. La situation économique en Europe n’a commencé à se redresser que récemment, et pour ce qui concerne la France, le paysage n’est guère reluisant.

L’argent que l’on gagne et celui que l’on possède ont pris plus d’importance : pas question de le dépenser n’importe comment. Les consommateurs sont à la recherche frénétique des bonnes affaires, encore plus qu’avant. Et les acteurs de certains marchés n’hésitent pas à en jouer : on l’a encore vu ces dernières semaines avec les promotions de Free Mobile et SFR, chacun rivalisant de rabais tous plus alléchants les uns que les autres.

Du côté d’Apple, il n’est pas question de faire des promotions, à l’exception du refurb, mais ce ne sont pas des appareils neufs à proprement parler. Apple a même mis fin au Black Friday l’an dernier, et le constructeur n’est pas prêt de revenir sur cette décision comme il l’a démontré en novembre — à la place, on a eu droit à la mise en ligne du guide d’achat de Noël.

Autre élément conjoncturel qu’Apple n’a pas manqué de prendre en compte : la baisse de l’euro par rapport au dollar. La monnaie unique a littéralement dévissé face à la devise américaine : début 2014, il fallait 1,4 $ pour 1 € ; deux ans plus tard, on est plus près que jamais de la parité entre les deux monnaies.

Cliquer pour agrandir

Les prix d’Apple reflètent cette variation, d’autant plus visiblement que l’euro a rapidement baissé face au dollar. En mars tout d’abord : les MacBook ont vu leurs tarifs grimper de 100 à 300 €, certains accessoires ont flambé, même la facture du vénérable écran Thunderbolt s’est alourdie de 150 €

Le coup a été rude pour les portefeuilles, mais ce n’était pas terminé. Une deuxième salve est arrivée en mai, qui a concerné les Mac (jusqu’à 600 € d’augmentation pour les Mac Pro !), les options en BTO et de nombreux accessoires.

Comme à son habitude, Apple n’a pas fait dans la dentelle, même s’il faut reconnaitre que si on prend en compte la TVA dans les prix (les prix américains sont présentés hors taxe, ce que l’on omet parfois), les tarifs en euros sont assez proches de ceux en dollars. Et la « taxe Apple » que les Européens ainsi que le reste du monde (hors États-Unis) paient sur les produits du constructeur peut, si l’on est de bonne composition, être interprétée comme la couverture du risque de change…

Toutefois, ces hausses brutales ont renforcé l’impression qu’Apple se « gavait » sur le dos de ces cochons de payeurs européens. C’est d’autant plus vrai que le pouvoir d’achat des consommateurs du vieux continent n’a guère évolué. Il est néanmoins indéniable qu’il coûte beaucoup plus cher de s’équiper en produits Apple aujourd’hui qu’hier.

Une concurrence plus affûtée et moins chère

À ces problèmes sur lesquels Apple a finalement peu de prises (le destin de la monnaie unique ne se décide pas à Cupertino, et la crise n’est pas née au 1, Infinite Loop), s’ajoute une variable sur laquelle la Pomme a plus son mot à dire : le rapport à la concurrence. Il est de plus en plus difficile de justifier l’achat d’un smartphone dont le premier prix — 749 € — sera source de frustrations pour tous ceux qui voudront en utiliser toutes les capacités. 16 Go pour un mobile capable de filmer en 4K, c’est ridicule.

En forçant ainsi la main des utilisateurs à choisir un modèle moins chiche en stockage — les 48 Go supplémentaires sont facturés 110 € de plus —, Apple améliore certes sa marge, mais elle détériore une image patiemment bâtie au fil des ans et des innovations, selon laquelle elle serait aux petits soins pour ses clients. Mais comment l’être quand on bride autant le stockage ?

L’iPhone 6 face au Galaxy S6 Edge.

Apple conserve heureusement quelques arguments pouvant justifier la différence : iOS, l’écosystème applicatif ainsi que celui des accessoires, les services… Le constructeur sait aussi mieux que personne comment faire monter la sauce et maintenir le momentum autour de ses produits. Ça ne rate pas : l’iPhone continue de se vendre par palettes entières.

Mais le fossé qui séparait autrefois iOS d’Android se réduit. L’enregistrement 4K n’est depuis longtemps plus une nouveauté chez Samsung ou LG. Les Live Photos ont été étrennées par HTC dès… 2013. Les appareils photo de certains smartphones chinois sont capables de faire au moins aussi bien que l’iPhone.

Si la concurrence a toujours un train de retard sur des innovations comme 3D Touch ou le processeur A9, toujours aussi véloce, il faut reconnaître que plusieurs smartphones se montrent tout à fait capables en termes de performances, de possibilités, voire d’expérience utilisateur. Les Moto X de Motorola coûtent deux ou trois fois moins chers que l’iPhone, sans sacrifier les performances, la batterie, le stockage, tout en offrant une proposition singulière en personnalisation et design. On « reste » chez Apple pour l’attachement qu’on voue à la marque ou parce qu’on est fidèle à l’écosystème.

Le Nexus 6P de Huawei et Google : un écran plus grand dans un encombrement similaire à celui de l’iPhone 6s Plus — Cliquer pour agrandir

Mais Apple a tendance à fâcher ses fidèles les plus zélés en continuant de gratter trois francs six sous sur le stockage ou la capacité de la batterie, au profit d’une finesse qui n’est pas forcément tout en haut dans la pile des demandes récurrentes des utilisateurs d’iPhone.

Les consommateurs qui ne sont pas spécialement attachés à la marque trouveront des smartphones Android de qualité et performants à des prix plus proches de ce que leurs finances leur permettent en ces temps difficiles. Ils seront malheureusement assez mal aiguillés par ce genre d’article provenant pourtant d’une source respectable, qui présente des smartphones « haut de gamme » à 300 €, dont certains sont incapables de se connecter à un réseau 4G.

L’ensemble du marché tire inexorablement le haut de gamme vers le bas — si on ose dire—, ne laissant plus qu’Apple trôner au sommet. Tout cela renforce une image élitiste… qui n’est d’ailleurs pas sans déplaire au constructeur.

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


391 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar mac_adam 29/12/2015 - 19:59

@Orus :
Les smartphones Android peuvent déjà s'épargner le coût de l'OS et tous les services qui vont avec, puisque tout cela est supporté par Google et sa monétisation des données utilisateurs. Ils restent de très loin la cible privilégiée des malwares. Le contrôle des permissions vient de sortir avec la dernière version d'Android.
Si on ajoute à ça que l'iphone reste un des meilleurs appareils...
Bref, la principale raison de rester sur l'iphone malgré son prix, c'est la concurrence, à commencer par Android.

avatar klouk1 30/12/2015 - 20:01 via iGeneration pour iOS

@Orus :
Si c'est juste pour envoyer des smasher ta meme je suis d'accord

avatar bordchamp 29/12/2015 - 15:40

Je partage l'excellente analyse de Mickaël Bazoge.

Comme mes moyens financiers ne sont pas extensibles à l'infini, ce positionnement tarifaire déraisonnable de la Pomme m'oblige à différer mes achats.

Qu'il s'agisse de l'iPhone, de l'iPad ou du MacBook Pro, je les conserve plus longtemps que ce que je souhaiterais pouvoir faire. Un an de plus sur chaque produit et hop ! La rentabilité de mes achats Apple s'en trouve améliorée à l'aune de leur durée d'utilisation. Par chance, ces produits sont effectivement durables et je peux les conserver sans trop sacrifier le plaisir d'en user.

Mais je ne suis pas sûr qu'Apple y gagne vraiment.



avatar Gueven 29/12/2015 - 15:44 via iGeneration pour iOS

@bordchamp :
Ils peuvent y gagner. Ça se calcule.
Le chiffre d'affaire est une chose, la marge en est une autre.

avatar Yoskiz 29/12/2015 - 15:46 via iGeneration pour iOS

@bordchamp :
Pareil, pour la première fois cette Anne je n'ai pas changé mon iPhone 6 même avec une revente confortable je préfère rentabiliser aussi de mon côté...

avatar Bruno de Malaisie 29/12/2015 - 15:43 via iGeneration pour iOS

A la maison, nous avons 3 iPad (mini 2, Air et air 2 toutes avec 64 Go ), un iPhone 5C et un 5S de 32Go, un MBP de 2009, un iPod shuffle et une AppleWatch.
Ça fait cher, mais c'est un investissement.
Je ne changerai pas le MBP. Pas besoin. Mon iPad Air 2 me suit partout et je ne travaille que dessus.
Je n'ai pas acheté les derniers iphones/iPad Pro parce que je n'en vois pas l'intérêt.

I'm too poor to buy cheap....

avatar Vouzemoi 29/12/2015 - 15:49

la question va se poser lors des renouvellements.
L'iphone en fait il plus que qu'un smartphone android de 2013 ?
Est-on plus productif avec un imac qu'avec un windows ?
Une apple TV a t-elle des arguments face à une box internet ? un chromecast ou simili ?
Le prix exorbitant d'un ipad peut il se justifier face à la concurrence ?
l'awatch...non là je déconnes :)

Moi j'ai mes réponses

avatar Gueven 29/12/2015 - 15:59 via iGeneration pour iOS

@Vouzemoi :
Est ce que les utilisateurs de produits Apple sont prêt à passer sur Android (avec l'adaptation nécessaire) ? Apple vendait des Macs il y a 20 ans alors que globalement ils étaient à la traîne (Os, matériel, ...) et bien plus cher qu'un PC.
Certes ils ont failli y passer mais la raison n'était pas lié uniquement au chiffre d'affaire, les marges étaient faibles à cause d'un catalogue trop riche et d'une chaîne approvisionnement défectueuse.

avatar alan1bangkok 29/12/2015 - 15:56 via iGeneration pour iOS

tant que les gens achètent , Apple aurait tort de se priver..
un jour la roue tournera peut être
Pour ma part le marché de l'occasion est mon ami , mais rapidement il se réduit .....

avatar elbibou 29/12/2015 - 22:04 via iGeneration pour iOS

@alan1bangkok :
Très bon le jeu de mot sur "la roue". Sur mon iMac 27 Retina je voudrai bien qu'elle s'arrête de tourner!

avatar MarcMame 29/12/2015 - 16:01 via iGeneration pour iOS

"La fonction d’App Slicing, qui permet de télécharger le contenu au fur et à mesure de ses besoins est loin d’avoir produit tous ses effets."
---------------------
Pas que je sache.
Cette fonctionnalité autorise le téléchargement du seul code nécessaire à l'appareil ciblé.
Alors qu'il fallait jusqu'alors installer le paquet global d'une application et donc également du code inutile et spécifique à un iPad où à une version iOS qui ne concerne pas son iPhone par exemple.
Un temps de téléchargement réduit et gain de place de stockage non négligeable.
Pas grand chose à voir avec le téléchargement in-app.

avatar Noam 29/12/2015 - 16:08 via iGeneration pour iOS

Quand on voit le jogging Nike a 80€ je me te dit que l'iPhone 6s 800€ c'est pas si cher que ca...

avatar Flash 29/12/2015 - 16:38

La différence entre un acteur du luxe comme la haute couture ou l'horlogerie et Apple, c'est que Apple propose des produits aux performances très médiocres (DD 5400 tr/min, 11go exploitable des iPhone,...) et possédant de nombreux défauts qui feraient même rire les constructeurs de PC chinois bas de gamme (ex: iMac 5K qui lag à la sortie du carton,...) alors que dans l'industrie du luxe, le perfectionnisme est le maître-mot.
C'est bien de se positionner "haute de gamme" mais c'est encore mieux de délivrer des produits qui reprennent les qualités du monde du luxe, à savoir être irréprochable à tout point de vue. Apple n'a enfaite de "luxeux" que le prix.

Pour ce qui est des pseudo-innovations qui ne sont que des gadgets ou des concepts qui existaient depuis des lustres chez la concurrence, elles ne justifient pas les prix prohibitifs, d'autant plus que Apple est l'entreprise qui dépense le moins en R&D (proportionnel à ses bénéfices), (3% il me semble pour l'ENSEMBLE de ses produits et services) en gros ça ne leur coûte presque rien.

avatar mac_adam 29/12/2015 - 20:22

Pas très cohérent ton propos : 3% ça fait beaucoup rapportés aux bénéfices colossaux d'Apple.

avatar Flash 29/12/2015 - 23:57 (edité)

"Pas très cohérent ton propos"

...??

Qui a vraiment besoin de vendre ses produits très chers pour renflouer les dépenses en R&D ?

L'entreprise qui dépense 30% de ses bénéfices de 500 millions $ ?

ou

L'entreprise qui dépense 3% de ses bénéfices de 53 milliards $ ?

Réfléchis.

avatar mac_adam 30/12/2015 - 22:16

Tu débites conneries sur conneries. Vas délirer sur un site Android.

avatar melaure 29/12/2015 - 16:19 via iGeneration pour iOS

On voit surtout la nouvelle génération de leaders de la pomme, de bons bourgeois de la mode ... Rien a voir avec ceux qui ont fondé l'entreprise dans le "camboui" ...

Le tournant a surtout eu lieu avec le dictat de la finesse qui a conduit a des produits jetables et non upgradable, tout le contraire d'un produit durable ...

Je pense que tous ces gens sont totalement déconnecté de la réalité et vivent sur un gros nuage de fric ...

avatar lolo-69 29/12/2015 - 16:46

Bonjour.
Je pense que l'influence, pour ne pas dire la prépondérance de Ive fait un mal considérable.
Tout pour le design et le tape à l'œil, et au diable les fonctionnalités.
Apple n'est plus le fabricant d' outils conviviaux qu'elle était, mais un fabricant d' objets de mode... (qui n'en donnent même pas pour leur prix).

avatar patrick86 29/12/2015 - 17:05

"Tout pour le design et le tape à l'œil, et au diable les fonctionnalités."

Un bon design INCLU le fonctionnel. Opposer les 2 notions ne permet d'obtenir ni l'un ni l'autre.

Par contre, on peut avoir de l'esthétique pas fonctionnel du tout, ou du fonctionnel très moche, mais un bon design inclus les 2 (en plus d'autres considérations).

"Apple n'est plus le fabricant d' outils conviviaux qu'elle était, mais un fabricant d' objets de mode... "

Apple sait depuis longtemps profiter de la mode pour faire fructifier son business. Par contre, elle n'a jamais été le constructeur d'ordinateurs réservés à une minorité de connaisseurs avertis, que fantasment certains.

avatar Flash 29/12/2015 - 17:10

"Par contre, elle n'a jamais été le constructeur d'ordinateurs réservés à une minorité de connaisseurs avertis"

Le Mac Pro de 2008, il a été conçu pour cibler les Lola 21 ans en fac de lettre ?
Apple cible plus les ignares de l'informatique aujourd'hui qu'auparavant. Y a eu un virement (merdique) de positionnement, stop de le nier.

avatar patrick86 29/12/2015 - 17:20

"Le Mac Pro de 2008, il a été conçu pour cibler les Lola 21 ans en fac de lettre ?"

C'est quoi ce cliché débile ?

Pas "minorité de connaisseurs avertis", je ne parlais pas des geeks (qu'Apple n'a jamais ciblé), ni des informaticiens qui n'ont jamais été le cœur de cible d'Apple non plus, mais de quelques "élus" qui prétendent détenir les seuls bonnes raisons qu'il y eut d'utiliser un Macintosh.

avatar Flash 29/12/2015 - 17:45

Tu racontes encore de la bonne grosse merde (pour pas changer)
Il y a eu une époque pas si lointaines où Apple visait les professionnels (ce que tu appels "minorité de connaisseurs avertis") Aujourd'hui elle vise un public ignare en informatique plus axé bling bling et apparence.

J'espère que c'est rentrer maintenant ?

avatar joneskind 29/12/2015 - 18:06

@Flash

Ola tu vas te détendre toi. D'autant que Patrick86 a bien raison de te remettre à ta place, toi et ton gros cliché de merde sexiste sur les étudiantes en fac de lettres. Si t'es pas foutu de déceler le problème c'est que t'es visiblement trop con.

Maintenant j'ai pas besoin de te rappeler qu'avant de faire du matériel professionnel, Apple a commencé par révolutionner l'image de l'informatique avec des objets et un OS eye candy dont les professionnels se moquaient déjà à l'époque (allo interface Aqua bonbon, iMac Bondi Blue ou MacBook palourde).

Et on dirait bien que c'est toi qui raconte de la merde.

C'est bon, c'est rentré là ? (sans la faute d'accord, qui te donne définitivement l'air plus stupide encore, c'est mieux)

avatar Flash 29/12/2015 - 23:59

Evaluer l'intelligence d'un inconnu en fonction d'une bête faute d'ortho d'un commentaire d'un article web est encore plus stupide.

Bref, mon exemple était là juste pour illustrer les conneries de Patrick, à savoir que effectivement Apple s'est déjà intéressé à une minorité avertis dans le passé (cf: le Mac Pro de 2008 ne ciblait pas les Lola 21 ans en fac de lettre mais plus les professionnels du son, de l'image et de la vidéo)

Sinon pas la peine de t'exciter comme ça vieux chnoque dégarni. Va prendre tes cachets avant de commenter la prochaine fois. Bouffon.

avatar patrick86 30/12/2015 - 07:24

"Bref, mon exemple était là juste pour illustrer les conneries de Patrick, à savoir que effectivement Apple s'est déjà intéressé à une minorité avertis dans le passé (cf: le Mac Pro de 2008 ne ciblait pas les Lola 21 ans en fac de lettre mais plus les professionnels du son, de l'image et de la vidéo)"

La connerie n'est pas dans mon propos, mais dans l'interprétation tordue et simpliste que vous en faites.

Je ne prétend pas qu'Apple ne s'est jamais intéressé à un marché de niche en plus du reste, mais qu'elle ne s'est jamais contenté de cela, ni réservé exclusivement à un marché d'initiés, ni ne s'est tourné uniquement vers les pros.

Vous faites une interprétation bien trop manichéenne de mes propos.

Pages