Steve Jobs était (aussi) un être humain

Mickaël Bazoge |

Le photographe et écrivain Doug Menuez a eu l’opportunité unique de suivre le fondateur d’Apple tout au long de l’aventure NeXT, bénéficiant ainsi d’un accès privilégié à l’homme et à ses équipes. Son livre, Fearless Genius, revient sur l’histoire de NeXT et de ceux qui ont contribué au développement de l’entreprise, fondée en 1985 par Steve Jobs, puis achetée par Apple en 1996 dans l’espoir de revivifier une entreprise au bord du gouffre. L’ouvrage comprend des images rares ou inédites de Steve Jobs et des équipes de NeXT, comme celle-ci :

En 1987 à Menlo Park, le photographe prend sur le vif Steve Jobs tapant dans un ballon de plage. Un moment rare de détente, mais qui n’était pas tout à fait gratuit : lors de ce pique-nique d’entreprise, il voulait encourager ses équipes à se détendre pour repartir d’un bon pied vers leurs tâches — Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

En 1986, durant le même genre de rencontres plus détendues entre les ingénieurs de NeXT accompagnés de leurs familles, Steve Jobs en profitait pour évoquer de manière moins formelle les problématiques à résoudre.

Cliquer pour agrandir

De retour de visite du site choisi pour implanter l’usine de NeXT, le photographe a surpris Steve Jobs dans un rare moment d’hilarité.

Cliquer pour agrandir

Steve Jobs a débauché plusieurs grands noms d’Apple, dont Susan Kare (au centre), la designer des icônes du Macintosh, devenue cofondatrice et directrice créative de la nouvelle entreprise. Avec Paul Rand, elle allait dessiner le logo et les icônes du système de NeXT ; plus tard, elle ira travailler pour Microsoft et IBM.

Cliquer pour agrandir

En 1986, Steve Jobs fait dresser une table digne d’un restaurant au beau milieu d’un hangar abandonné dans lequel il avait l’intention de bâtir l’usine de NeXT. Objectif : en mettre plein la vue à Ross Perrot afin qu’il investisse dans la toute jeune entreprise. Jobs promet l’usine la plus moderne au monde, uniquement composée de robots chargés d’assembler les 10 000 ordinateurs par mois prévus. Impressionné, Perrot lâcha 20 millions de dollars.

À l’époque, l’ambition de NeXT était immense : Steve Jobs voulait faire rentrer un super-ordinateur de la taille d’un frigo dans un cube de trente centimètres d’arête, afin de « transformer [le monde de] l’éducation ». Lorsque Doug Menuez a demandé à Jobs ce que cela signifiait pour lui, ce dernier lui a répondu qu’il voulait qu’« un gamin dans sa chambre à Stanford puisse être capable de guérir le cancer ».

Des enfants pour le Newton

Ce travail sur NeXT a ouvert à Doug Menuez les portes de la Silicon Valley. Il a ainsi été le témoin du développement du Newton, un assistant mobile porté sur les fonts baptismaux par John Sculley au début des années 90. Même si l’entreprise générait 8 milliards de dollars chaque année, elle rencontrait de sérieuses difficultés pour mettre au point un concurrent solide à Windows. C’est pourquoi Sculley a cherché à lancer ce qui aurait dû devenir une nouvelle source de revenus, aux côtés des Mac. En 1993, il donne le feu vert à une petite équipe : sa mission, concevoir le premier PDA de l’histoire.

À gauche, John Sculley en 1990. À droite, la programmeuse Sarah Clark — Cliquer pour agrandir

Le développement du Newton a été si intense que les ingénieurs amenaient régulièrement leurs rejetons dans les locaux. On voit ci-dessus la programmeuse Sarah Clark avec son nouveau né dans la « Newton War Room » : durant deux ans, l’équipe a été pratiquement cloîtrée dans ses bureaux. Il a fallu aussi bûcher les week-ends : amener les marmots au bureau leur permettait aussi de voir leurs parents durant la journée…

Cliquer pour agrandir

Ce travail de titan n’empêchait pas les employés en charge du Newton de souffler de temps à autre. À droite, des ingénieurs logiciels en plein saut en parachute. Leur chef, Donna Auguste, appréciait peu ces équipées sauvages, mais comprenait aussi la nécessité de sortir un peu la tête du bureau.

La hotte de Steve Jobs

Pour clore cette séquence nostalgie, Floyd Norman, artiste chez Disney, se rappelle sur son blog les visites de Steve Jobs aux studios Walt Disney de Burbank. « Steve Jobs a fait un certain nombre de voyages aux studios, lorsque des films Pixar étaient en production », et il amenait toujours avec lui des cadeaux plutôt conséquents, comme du matériel Apple. « Après tout, tout le monde ne devrait-il pas posséder un portable Mac ? », s’amuse Floyd.

Croqué par Floyd, Steve Jobs patientant avant la présentation d’un extrait d’un film Pixar — Cliquer pour agrandir

Apple fournissait ainsi Disney en cadeaux pour les employés émargeant au Macintosh User Group du groupe. Le constructeur donnait fréquemment des portables et des Mac de bureau pour les événements organisés par le groupe, mais malheureusement la manne s’est tarie d’un coup durant une tombola organisée après une conférence de l’évangéliste Photoshop Russel Brown. Alors que les numéros des heureux gagnants étaient tirés, un jeune cadre de Disney est apparu en expliquant que la loterie était annulée car l’événement enfreignait la politique du groupe sur les « cadeaux gratuits ».

Les employés d’Apple ont donc été obligés de remballer leur gros lot et s’en sont retournés à Cupertino.« Je ne peux pas m’empêcher de me demander ce que Steve Jobs aurait pensé de cette situation ridicule. Et je me demande si les dirigeants de [de Disney] qui ont reçu des portables Mac gratuitement sont prêts à les rendre ? », se demande-t-il encore en colère. « J’aimerais que Steve Jobs soit toujours là aujourd’hui pour faire redescendre sur terre les fortes têtes de ces dirigeants ignorants ».


Tags
avatar reborn | 

bien sur qu'il était humain, il faisait pipi et caca comme nous aussi :)

avatar Mickaël Bazoge | 
Dans trente millions d'années, lorsque des extra-terrestres viendront fouler le sol de la Terre dévastée par la prochaine guerre nucléaire, ils tomberont sur le commentaire ci-dessus. Et ils comprendront pourquoi les êtres humains étaient voués à l'extinction.
avatar reborn | 

je rigole, je rigole, avec un tel titre je pouvais pas m'en empêcher ^^

l'article est très bon ;)

avatar oomu | 

"pipi et caca" mais quel mode primitif d'évacuation des déchets biologiques diront ils, ils étaient voués à l'extinction.

avatar frankm | 

Welcome to Scatoland

avatar rmosca | 

en même temps, c'est une technique connue pour passer un entretien...

vous imaginer votre interlocuteur faire pipi et caca sur le pot comme tout le monde, et tout de suite, vous cassez le rapport de force...

avatar C1rc3@0rc | 

@Mickaël Bazoge
Moais, 30 millions d'années et l'humanité dévastée par la guerre nucléaire... faut sortir des années 50 la!

Sérieusement si dans 150 ans l'espèce humaine a survécu a la pollutions au réchauffement climatique, aux conséquences dramatiques de l'ingénierie génétique aux mains des firmes comme Monsanto et a la paupérisation dramatique crée par Goldman Sachs, je pense que le risque d'une guerre nucléaire sera le dernier souci de l'humanite.

Bon ok, il y a bien un risque nucléaire majeur, celui accidents inévitables des centrale nucléaires et de l'enfouissement de leurs déchets radioactifs (quand ils sont pas "recyclés" dans la réalisation des routes)...

La connerie de l'humanité c'est de se croire éternelle et immuable (et qu'une entité viendra la sauver de sa propre imbécilité), alors que l'on est lancé dans un voyage interstellaire a une vitesse astronomique, sur un seul est unique vaisseau que l'on appelle la Terre. On devrait tout faire pour le protéger, et on fait pour pour le détraquer.

Apres, Jobs un être humain, ben oui puisque les humains le critiquent, l'aiment ou le haïssent. S'il etait pas humain, on en aurait fait un dieu, un de plus.
Mais bon lui etait bel et bien humain et c'est pour ca qu'il nous a permis d'évoluer un peu. Apres, constater son humanite par rapport a ses fonctions biologiques de base, ça se défend.

avatar SugarWater | 

@reborn :
Mince je suis pas le premier...
« un gamin dans sa chambre à Stanford puisse être capable de guérir le cancer »...

avatar Bruno de Malaisie | 

NeXt était un vraiment beau projet.

avatar oomu | 

les machines et surtout le système étaient magnifiques. (et d'ailleurs mentions spéciales pour les icônes que j'adore encore , bien que le système ne se résume heureusement pas qu'à cela)

J'aurais fait n'importe quoi à l'époque pour en posséder un.

et puis finalement, j'ai effectivement fait n'importe quoi : j'ai acheté un mac quand NeXTstep est devenu Os X :)

avatar loloeroket | 

De bien belles photos prisent à une époque révolue. Ça fait du bien de voir ça. L'argentique c'était des choix avant comme choisir sa.pellicule et ses objectifs en fonction de son idée créatrice et la post production avait moins d'importance.
La qualité primait sur la quantité. Définitivement différent. Être photographe aujourd'hui ce n'est plus le même métier. Merci pour ce moment.

avatar Claude Pelletier | 

Ne seriez-vous pas atteint par une légère erreur de perspective ? Et par le fait que derrière le "dispositif de prise de vue" se trouve un œil, plus précisément "un regard", celui d'un être humain, celui d'un photographe plus ou moins compétent, plus ou moins sensible, plus ou moins créatif.
Non, ce n'était pas mieux avant.Mais avant comme aujourd'hui, il y avait de bons artistes, et des techniciens bien ordinaires ou peu inspirés.
Bonne journée.

avatar f3nr1l | 

Négatif.
C'était une mite en pull-over.(c)
http://www.youtube.com/watch?v=bFyAM9MRk64

avatar oomu | 

:)

avatar patrick86 | 

Diantre. Moi qui croyais que c'était un alien... J'suis déçu.

"Chérie, en faite le Mac c'est naze. Steve Jobs était Humain !"

avatar Crkm | 

"Lorsque Doug Menuez a demandé à Jobs ce que cela signifiait pour lui, ce dernier lui a répondu qu’il voulait qu’« un gamin dans sa chambre à Stanford puisse être capable de guérir le cancer »."

C'était un être humain,mais c'était aussi un sacré charlatan.

avatar oomu | 

oui et non.

Le NeXT a délibérément était conçu, pensé, et marketé comme un "super-ordinateur" de bureau pour le monde académique et éducation.

Les outils de développements étaient basés "objet" (à l'époque c'était toute une histoire) et smalltalk pour être beaucoup + faciles, efficaces et pratiques pour le partage de code et le travail collaboratif. Cela pour séduire les scientifiques.

NeXTstep était fourni avec des exemples de ce que pouvait être une application d'analyse ou modélisation de molécules.

La machine était à un prix que NeXT croyait atteignable par une université (cher), mais grosse erreur: windows et le pc en carton et les moyens limités des universités rendait le pc suffisamment efficace pour s'en contenter.

Au final NeXT a échoué, mais est ce que Steve Jobs y croyait (un charlatan ne croit pas son propre boniment) : oui !

Sinon il n'aurait pas fait faire NeXTstep, il aurait fait une console de jeu et un ordi rigolo pour lire le web balbutiant tout en vendant qu'un jour ça guérirait le cancer.

-
Nextstep était incroyablement en avance et visionnaire sur les évolutions du web. Il ne répondait pas aux besoins du moment, mais aux attentes de demain (réseau transparent, services internet, travail collaboratif, email avec images, glisser-jeter, format optique, etc)

Steve Jobs voulait le marché éducation et faire ze meilleur ordi possible. On retrouve cette lubie dans des interviews précédentes.

Vous pouvez donc dire que Steve Jobs a échoué lamentablement comme le pire looser cosmique, mais pas qu'il était un "charlatan".

(idem avec Pixar : à l'origine Jobs repris Pixar pour ses compétences informatiques. Lasseter, lui, a tout fait pour convaincre Jobs de réaliser son rêve à lui : faire des films d'animations en synthèse. Lasseter obtint son propre rêve).

avatar Rez2a | 

@oomu :
Libre à toi de publier des commentaires sans queue ni tête mais évite quand même de nous brûler les yeux avec des mots comme "obtena".

avatar enka | 

En l’occurrence son commentaire est loin d'être sans queue ni tête...
C'est pas ce "obtena" qui va détruire tout ce texte quand même....

avatar oomu | 

où ça une faute de grammaire, je ne vois aucune faute de grammaire *sifflote*

-
merci de m'avoir lu au moins jusqu'à l'avant avant avant dernier mot.

1: Jobs y croyait, pas un charlatan
2: Quand on fait le bilan de NeXT et Pixar, il est intéressant de voir que Lasseter est celui qui a réussit son but premier, pas Jobs.

avatar SugarWater | 

@oomu :
Obtint et pas obtena :p

avatar oomu | 

c'est comme ça qu'on conjugue le verbe obtener ? okay.

avatar DG33 | 

@oomu :
Obtiendre

avatar Crkm | 

Merci pour ces détails sur la période Next de SJ,je connaissais mal. Cela dit,l'objectif qu'il a explicité,que chaque étudiant ait accès à la puissance d'un super calculateur,et les tarifs pratiqués sont quand même un peu contradictoires.

avatar oomu | 

Steve Jobs ne parlait pas des étudiants quand il décrivait NeXT sérieusement (contrairement à son propos sur l'ibook beaucoup plus tard), mais les chercheurs.

Ici on a l'anecdote de son esbroufe, et oui à terme l'idée était que les écoles équipent les étudiants d'extraordinaires ordinateurs de travail... (ne pas oublier que Stanford coûte super cher pour y entrer).
Et les prix allait baisser, et tout le monde ferait des programmes pour Next et tout le monde en voudrait un, etc. ça imaginait ça. Le PC Windows a vite calmé.
Mais en tout cas, son propos "pour l'éducation" est vrai, c'était bel et bien un positionnement de Next.

Si je me rappelle bien, Next avait une obligation contractuelle de ne pas concurrencer Apple frontalement, donc de ne pas positionner le Next sur le même segment que le Mac.

Next concrètement ne visait même pas les enseignants, mais les chercheurs (enseignants-chercheurs, thésard ou autre institution privée).

et même là, on va dire qu'il a sur-estimé le marché potentiel.

Mais Matin ! Quelle machine !

Tim-Berners Lee a développé le web et HTTP 1 sur un Nextcube. Mais il aurait fallu plus d'utilisateurs comme lui ;)

avatar françois bayrou | 

"Tim-Berners Lee a développé le web et HTTP 1 sur un Nextcube. Mais il aurait fallu plus d'utilisateurs comme lui ;)"

On peut citer John Carmack, père de Doom et autres Quakes, a développé ses premiers moteurs 3D dessus !

Sans parler des ingés de Wall Street ou de la NSA, deux des plus gros clients Next.

L'apport de Next à l'informatique est vraiment énorme.

Pour les détails techniques il faut lire Aaron Hillegass, un des hommes derrière les APIs Next, c'est vraiment intéressant.
Il explique que tout sur Next a été conçu pour permettre aux développeurs de se concentrer sur la finalité du code, sans avoir à se soucier des tâches courantes : ajouter une fenêtre avec des boutons et du texte, lire ou écrire des données dans un fichier, lister les imprimantes disponibles, traduire l'application en 36 langues, ... ce genre de tâche _devait_ se faire avec 2 lignes de code.

avatar oomu | 

je voulais mettre l'accent sur un chercheur académique. Le genre qu'imaginais Jobs.

-
On pourrait aussi parler du travail de Jean-Marie Hullot qui conçut Interface Builder (l'ancêtre de la partie interface graphique de Xcode).

Interface Builder était révolutionnaire. Premier outil commercialisé de développement d'interface graphique visuellement, avec la souris, wysiwyg, bien avant Visual Basic et autre outil similaire. Sans pour autant sacrifier le paradigme objet (et surtout MVC) et la flexibilité et performance de Objective C.

OS X démarra avec Project Builder et Interface Builder qui avait grosso-modo déjà 10 ans derrière eux en tant qu'outils efficaces. L'avance de NeXTstep sur TOUT les autres systèmes était considérable.

avatar bonnepoire | 

Jobs avait tout l'argent du monde. Après avoir été viré il est redescendu sur terre. Il voulait vraiment faire de grandes choses pour changer le monde. Tout ce qu'il lançait était "beau", c'était une volonté. Les mac, Pixar, etc... C'est la passion qui l'animait. C'était un marketeux de naissance mais ça ne doit rien enlever à son oeuvre et à son legs. peu de gens, encore moins dans le business ont cette passion et ce perfectionnisme. Depuis qu'il est parti, ce perfectionnisme en a pris un coup. Il savait dire non. Et même s'il était un despote, il tirait le meilleur des gens avec qui il travaillait.

E puis, s'il était si "dur", tout le monde aurait quitté Apple. C'est plus facile de se plaindre et de ne rien faire...

avatar MacGyver | 

bof bof... dire qu'il est humain parce qu'il faut des pique-niques d'entreprise, des sourires pendant des seminaires et invite les familles de ses employés.. je trouve pas ca vraiment bien formulé.

en fait il etait surtout obnubilé par son taff, rien de mal a cela mais venez pas nous jouer du violon

avatar oomu | 

ça rassure le peuple. Faut le lire à l'envers

Si les êtres Cosmiques sont humains, à l'envers ça donne : "nous les humains ont est aussi des êtres cosmiques, wAAAAAH ça fait rêver" ;)

avatar umrk | 

Photos sympa, et surtout peu souvent diffusées, à ma connaissance, ce qui est rare ....

avatar Macuserman | 

Très sympa l'article !

avatar Doctomac | 

Enfin un bon article !

avatar oomu | 

Merci pour cet article. Je ne connaissais pas ces photos, et j'adore toute cette période autour du développement de NeXT et Pixar.

(des gens animés par une passion folledingue derrière ces deux entreprises).

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

On s'en tape de Steve Jobs !

avatar bonnepoire | 

Pas du tout! Tu peux passer ton chemin.

avatar feefee | 

@RoboisDesBins :

Alors de ton commentaire je te dis pas ! :-))

avatar jipeca | 

Bon, d'accord ! Ca fait du bien de se rappeler, et franchement j'aimais vraiment Steve Jobs, bien qu'il ait été sacrément caractériel. Et sa mort m'a réellement peiné, je n'exagère pas le propos.

Je vais même plus loin, je reste persuadé que pratiquement rien ce qui est sorti depuis sa disparition concernant le mac, n'aurait reçu son aval. Comme je suis persuadé qu'il n'avait plus suffisamment de présence pour apprécier ce qu'était Lion au moment de sa sortie. Deux ans plus tot, il n'aurait certainement pas donné son aval en l'état. A ce moment il n'était plus en état d'apprécier pleinement . Ca va en faire bondir certains, mais c'est mon avis, bien sur.

Mais ça ne m'empêche pas de penser que cet article n'a rien de particulier, et que s'il a été visionnaire parfois, et exigeant sur le produit fini toujours, ce n'était en rien un homme exceptionnel. On en trouvera des tas si on veut simplement ouvrir les yeux.

avatar bonnepoire | 

J'attends le prochain alors parce que pour le moment, rien ne fait rêver. Même la Watch, c'est dire...

avatar Doctomac | 

@Jipeca,

"Je vais même plus loin, je reste persuadé que pratiquement rien ce qui est sorti depuis sa disparition concernant le mac, n'aurait reçu son aval. Comme je suis persuadé qu'il n'avait plus suffisamment de présence pour apprécier ce qu'était Lion au moment de sa sortie. "

Mais franchement, est-ce que tu as conscience que tu écrits vraiment d'importe quoi ? Moi je te dis que tous les Mac sortis depuis auraient été acceptés par Jobs. Le nouveau MacBook est la répétition de ce que fût le MacBook Air. Le MacPro rappelle le concept du G4 cube. Les iMac Retina sont dans la stricte lignée des machines à écran Retina introduites par Jobs.

Pitié, arrête de raconter n'importe quoi ou au pire argumente un peu, un tout petit peu. Même si c'est du niveau d'un enfant primaire, ce n'est pas grave, écrit quelque chose avec des arguments.

Quand au passage sur Lion, mais quel vomis intellectuel. Regarde un peu la dernière keynote de Jobs juste avant sa mort et tu verras qu'il a dû avoir toute la présence nécessaire pour évaluer Lion à sa sortie.

avatar feefee | 

@jipeca :

"je reste persuadé que pratiquement rien ce qui est sorti depuis sa disparition concernant le mac, n'aurait reçu son aval"

Ha ! Toi tu es du style à penser que Apple sort des bidules qu'elle vient à peine de penser , même dans les 3-4 ans ?
Depuis combien de temps travaillait Apple sur l'iPad avant sa sortie ?

Moi je crois plutôt qu'il y a plus de trucs que tu peux croire dans les cartons de chez Apple .
Et que tout ce qui existait dans les labos du temps de Jobs n'est pas encore sortit !

avatar en ballade | 

Au vu du titre je pensais qu'il pouvait se montrer aussi généreux que Bill Gates.....:-(

avatar bonnepoire | 

La générosité intéressée de Bill gates façon monsanto? Jobs était un vrai ami de la terre, il n'aurait jamais vendu des chaines aux agriculteurs d'Afrique!!!!

avatar feefee | 

@en ballade :

"Au vu du titre je pensais qu'il pouvait se montrer aussi généreux que Bill Gates.....:-("

Hahahahahahahaha ! Houhohuohuhouhou ..
Gates généreux ???? Avec qui ? Monsanto ?

avatar iDanny | 

Sympa mais à la fin de l'article, on pige pas si ça parle d'une époque où Jobs était encore là ou si c'était après sa mort...

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

Blague et mauvaise foi à part, c'est un super article, merci :-)

avatar stéphane83 | 

En tous cas c'était quelqu'un d'irremplaçable et unique autant par ses excès que par sa perspicacité : parfois je l'imagine à présenter encore les Keynotes et qu'elle aurait été sa fierté d'être là ne serait ce que pour l'évolution des produits : le nouveau design des iMacs, le passage au 5K, la finesse et la puissance des iPad, etc...
Il est parti trop tôt.

avatar jipeca | 

"...qu'elle aurait été sa fierté d'être là ne serait ce que pour l'évolution des produits : le nouveau design des iMacs, le passage au 5K, la finesse et la puissance des iPad, etc..."

T'imagine la fierté que pourrait éprouver un gars qui dit, 'je veux qu'un gosse puisse guérir le cancer depuis sa chambre avec le matos que je construit', face aux produits actuels...
Sans blague ?
Le design je veux bien, mais face au reste... Je ne sais pas, mais je suis vraiment beaucoup moins certain de ça ! Parce que là, le système d'exploitation des macs, y a des manches a mettre pour trouver une évolution.
Tiens, je voudrais qu'on mette face à face deux macs de même puissance, sous n'importe quel opus depuis Lion, et l'autre sous SnowLeopard, pour effectuer exactement plusieurs mêmes jobs, Photoshop, Musique, Edition, etc... Moi ça m'amuserait beaucoup de voir ça.
Nom d'un chien, je me demande si je ne vais pas le faire, tiens !

avatar oomu | 

faut pas oublier le contexte

à l'époque où ce fut dit, on ne baignait pas encore dans un monde avec des ordinateurs partout utilisés par tous.

ça commençait à changer mais on était encore dans une époque où hors des professionnels seuls les geeks et les passionnés de jeux vidéo (les passionnés vraiment) trouvaient une raison à ces trucs qui font BIP.

Là où Steve Jobs disait un peu partout "vous allez voir, y aura des zordis partout, et les gens feront des trucs géniaux, et ils prendront les miens d'ordi, parce qu'ils sont les + géniaux, ha !"

Next échoua, mais Apple et le reste de l'industrie ont réussit : les ordinateurs sont partout, les gens créent, travaillent, font des révolutions, changent le monde avec.

Je peux me tromper sur le bonhomme, mais je pense qu'il devait être fier de ça, en se disant "j'y ai contribué, moi.".

-
Parce que parler de Next c'est aussi parler de la période Pixar, Lasseter en 1986 avait toutes les peines du monde à convaincre Disney Animation (pourtant très technophile) et tout le monde autour de lui que les ordinateurs pourraient servir à faire des films en entier et que les gens iraient voir.

Le ouf malade.. qui irait voir des personnages en forme géométriques parler de problèmes de jouets.. pfFFF.

Ce qui semble d'une banalité affligeante et qui va de soi maintenant était grotesque pour beaucoup d'investisseurs et journalistes.

Il faut donc bien situer les époques où Steve Jobs balançaient ses déclarations tonitruantes.

avatar stéphane83 | 

@jipeca :
Oui sur ce point tu as raison et j'espère de tout cœur (El Capitan donne plutôt de l'espoir) que la partie logicielle (iTunes, Apple Music, le systèmes d'exploitation, etc...) va être remise à plat car ça devient un gros bordel.
Sur ce point évidemment Steve Jobs n'aurait pas approuvé.
Mais les machines (iMacs, iPad et iPhone) sont réussies.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR