Résultats Apple T3 2015 : un trimestre record porté par la Chine

Florian Innocente |

Apple a présenté les résultats financiers du troisième trimestre de son année fiscale 2015. C'est une période qui s'étale d'avril à juin. Ce trimestre, comme le précédent, est traditionnellement plus mou. Pour autant, Apple avait déclaré comme plausible une progression de 25% au moins de son chiffre d'affaires.

Les bureaux d'Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple

Chiffre d’affaires et bénéfice

Les estimations du directeur financier d’Apple sont toujours en retrait : alors que Luca Maestri tablait sur un CA compris entre 46 et 48 milliards de dollars, les analystes avaient parié sur 50 milliards de dollars.

Le CA s’établit finalement à 49,6 milliards de dollars (45,3 milliards d'euros), là où il était de 37,43 milliards au T3 de 2014. C'est donc moins que ce qu'escomptait Wall Street mais c'est une fois de plus un trimestre record pour le groupe avec une progression d'une année sur l'autre de 32%. Le bénéfice est de 10,7 milliards de dollars (9,77 milliards d'euros) contre 7,7 milliards il y a un an (+39%).

Il faut souligner le bond effectué par les ventes en Chine : +112%. Il y a un an elles étaient de 5,9 milliards de dollars, cette fois on atteint 13,2 milliards de dollars. Par comparaison, l'Europe représente 10,3 milliards (+19%), les États-Unis 20,2 milliards (+15%), le Japon 2,8 milliards (+9%) et le reste de l'Asie Pacifique 2,9 milliards (+26%).

Apple compte bien alimenter cette croissance en Chine avec ses Apple Store. Le 20eme va ouvrir le 30 juillet et ils seront pas moins de 40 en 2016. Pour l'heure, la Pomme dispose de 456 boutiques dans le monde, dont 190 aux Etats-Unis.

Le 20eme Store de Chine attendu fin juillet à Hong-Kong

Le patron d'Apple en a profité pour réitérer son sentiment, qu'à terme, la Chine deviendra le premier marché de la Pomme devant les États-Unis, grâce à une classe moyenne de consommateurs de plus en plus importante.

La marge brute est de 39,7%, similaire à 2014 où elle était de 39,4 %. Les ventes en dehors du sol américain ont représenté 64% du chiffre d'affaires au lieu de 59%. Apple dispose maintenant d'une trésorerie de 202 milliards de dollars (184 milliards d'euros) dont 89% (180 milliards de dollars) sont placés hors des États-Unis. Au passage, ce trimestre marque le franchissement symbolique des 200 milliards pour ce trésor de guerre.

Ventes de Mac

Il y a un an, il s'était vendu 4,41 millions de Macintosh, tous modèles confondus (Apple ne ventile plus ses résultats en fonction de chaque gamme depuis très longtemps). Sur ce trimestre, il s'en est écoulé 4,79 millions (8,6% de mieux). Tim Cook a insisté sur le fait que ce résultat s'inscrivait sur un marché général du PC qui s'était contracté de 12%. Apparement, à en croire Cook, le nouveau MacBook a soutenu la demande en nouveaux Mac.

Ventes d’iPhone

47,53 millions d'iPhone — toutes versions — ont été vendus ces trois derniers mois. Les prévisions des analystes tournaient autour de 49,9 millions. Ce résultat officiel est à comparer aux 35,2 millions d'unités du même trimestre de 2014. À cette période de l'année dernière, la Pomme ne comptait que sur ses iPhone 5s et 5c pour booster ses ventes.

Le soufflé des iPhone 6 n'est pas encore retombé et ces résultats mettent le prix du panier moyen de l'iPhone à 660 $.

C'est une progression annuelle sur les ventes de l'ordre de 35% « C'est quasiment trois fois la croissance du marché global du smartphone, et nous avons gagné des parts de marché sur tous les secteurs géographiques » a martelé Tim Cook. Son directeur financier a relevé que les iPhone 6, les plus chers donc, se vendaient particulièrement bien en Chine.

Cook a appuyé également sur trois points, un nombre plus important que jamais de switcheurs venus d'Android, une présence faible sur des marchés émergents où Apple a une carte à jouer et une grosse marge de progression possible auprès de ses clients existants. Il a cité le nombre de 27% seulement de la base installée d'iPhone qui avait migré vers un modèle de la toute dernière génération.

Ventes d’iPad

10,93 millions de tablettes ont été écoulées sur ce trimestre contre 13,27 millions il y a un an, c'est 17,6% de moins. Le meilleur score de ventes pour la tablette date de la période de Noël 2013, Apple en avait écoulé pas moins de 26 millions.

Pour mettre un peu de lustre sur ces chiffres — qui ne déplairaient pas à tous les fabricants — Luca Maestri a insisté sur le fait qu'Apple ne faisait pas des tablettes pour le marché de l'entrée de gamme. Que les clients étaient contents de leur appareil et qu'il avait le vent en poupe en entreprise. 13 nouvelles apps iOS conçues avec IBM sont disponibles depuis ce soir, elles seront 100 à la fin de l'année.

Une comparaison au passage, le CA trimestriel de l'iPad a représenté 4,5 milliards pour Apple, là où Microsoft a annoncé le même soir 888 millions de dollars pour ses Surface (un chiffre qui a doublé).

L'une des nouvelles apps IBM pour gérer les rotations de postes

Ensuite, le poste dit des "Services" englobe les ventes de l'iTunes Store, l'App Store, le Mac App Store, l'iBookstore, AppleCare, ApplePay et le fruit du paiement de différentes licences. Aux 4,49 milliards de dollars de 2014, Apple oppose cette année 5,02 milliards.

Apple Pay, qui vient d'être lancé au Royaume-Uni, sera disponible aussi dans 700 universités et facultés américaines cette année.

Ventes d'Apple Watch ?

Enfin, il y a le fameux poste des "Autres produits", un fourre-tout dans lequel Apple entasse les iPod, l'Apple TV, ses accessoires et ceux de Beats. C'est maintenant aussi et surtout le refuge de l'Apple Watch.

Il n'y a pas de ventilation pour savoir quelle proportion représente chaque famille de produit. Il y a un an, cette activité affichait 1,76 milliard de dollars de chiffre d'affaires. Au trimestre dernier, clos trop tôt pour être influencé par les premières ventes de la montre, le CA était de 1,68 milliard.

Sur ces trois derniers mois, il a grimpé à 2,64 milliards de dollars. Soit une progression de 1 milliard (+50%) que l'on peut imputer à la montre, c'est d'ailleurs ce qu'a dit clairement le directeur financier, « Largement plus de 100% de cette croissance » lui est redevable.

C'est largement assez pour compenser le déclin des ventes d'iPod, a-t-il ajouté. Si l'on part d'un prix moyen de 500$ cela ferait autour de 2 millions d'Apple Watch vendues. Mais tout dépend où l'on place le curseur de cette moyenne, si le gros des ventes a été fait par des modèles Sport, moins chers, ont peut aller jusqu'à 2,5 voire 3 millions de montres. Et celle-ci n'est présente que dans une grosse dizaine de pays contre 115 au moins pour l'iPhone.

Cook en a profité pour moquer les thèses alarmistes des derniers jours sur la baisse de la demande. Les ventes en juin ont été les plus importantes, plus qu'en avril et en mai (deux mois toutefois où l'offre a été assez limitée par les stocks). Il a assuré qu'Apple commençait seulement à ajuster l'offre face à la demande pour sa montre. Quant à l'absence de chiffres précis, elle a été justifiée par la volonté de tenir ces informations loin des oreilles de la concurrence.

Luca Maestri n'en a pas dit plus, se bornant à déclarer que les ventes de l'Apple Watch durant ses neuf premières semaines étaient supérieures à ce qu'avaient connu les premiers iPhone et iPad sur la même période.

Les deux hommes s'attendent à ce que la montre soit l'un des achats phare de cette fin d'année.

Le poste "Autres produits" contient l'Apple Watch, les iPod, Apple TV, accessoires divers et produits Beats.

Apple Music et ses « millions » d'utilisateurs

Aucun gros chiffre non plus n'a été donné pour Apple Music. Des « millions et des millions de gens testent le service avec l'offre gratuite, le chiffre augmente de manière substantielle quotidiennement. » Quant à Beats 1 on saura simplement que des « millions » d'auditeurs à travers le monde sont branchés sur cette radio qui ne s'éteint jamais. En revanche on a appris que 15 000 artistes s'étaient inscrits pour alimenter le flux Connect d'Apple Music.

Pour le prochain et ultime trimestre de son année fiscale 2015, Luca Maestri table sur un chiffre d'affaires compris entre 49 et 51 milliards de dollars. Apple s'attend à battre une nouvelle fois son propre record trimestriel — et confortablement — puisque le CA du T4 2014 était de 42,12 milliards. La marge brute à venir est estimée entre 38,5 et 39,5 %.

Avec Anthony Nelzin

avatar jeremiecroupotin | 

@SartMatt :
L'année fiscale d'Apple commence en Octobre. Donc, la fin Juin correspond bien au 3ème trimestre fiscal. CQFD.

avatar jeremiecroupotin | 

@Pato49 :
Oui, je crois que tu es le seul :-)

avatar ohmydog | 

@Pato49 :
Oui. Apple n'est pas sur une année civile, comme beaucoup de sociétés..

avatar Tchobilout23 | 

@Pato49 :
Ça dépends.. On est bien dans le 4ème trimestre... Scolaire :-)

Tout depend quand commence l'année fiscale!!

avatar tmeritan | 

Michael Dell en 1997 lorsqu'on lui demandait ce qu'il ferait si il était à la tête d'Apple, Steve venait tout juste de revenir au sein d'Apple, "I'd shut it down and give the money back to the shareholders."
Quel visionnaire :)
J'y pense à chaque annonce de résultats d'Apple.

avatar SIMOMAX1512 | 

En cherchant les ventes en 2007 de l'iPhone j'ai vu les CA de 2007 et aussi fou que ça puisse paraître à l'époque le CA par trimestre était en moyenne de 6-8 milliard pour un bénéfice de 500 millions , aujourd'hui on est a 40-50 milliards et 8-10 milliards de bénéfice.

avatar xx-os | 

Et encore, je crois que le bénéfice était de 18 milliards pour le trimestre de Noël

avatar komori25 | 

Satisfaire les anals istes, comment satisfaire des gens qui nous détestent, comparer avec ce que Google à fait et vous aurez la réponse. Demain l'actionnaire que je suis aura perdu de l'argent...

avatar EmmetBrown | 

@komori25 :
Mon pauvre chéri

avatar komori25 | 

Quand t'auras perdu 9000$ je verrai si tu reste silencieux.

avatar Tchobilout23 | 

@komori25 :
Tant que tu revends pas.. T'as rien perdu ;-)

avatar XiliX | 

@komori25 :
Pourquoi ? Tu les as vendu ?

avatar Pobla Picossa | 

@komori25 :
Pour s'aventurer en bourse, il faut réunir deux conditions :

-Avoir les nerfs solides
-Etre prêt à perdre

Tant que tu ne vends pas, tu ne perds pas. Et certains te diraient même de profiter de la baisse actuelle pour racheter un peu plus, pour pouvoir engranger plus lorsque ça remontera et que tu vendras. Mais pour cela, il faut remplir les deux conditions ci-dessus.
Si la valeur d'un titre était fondée sur la logique, tout le monde gagnerait, et les poules auraient des dents.

avatar Darth Philou (non vérifié) | 

@komori25 :
Tant que tu n'as pas vendu, tu n'as rien perdu.

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@komori25
J'adore ce "nous" de la part d'un client qui paye cher des produits pas toujours finis. C'est cela qui est merveilleux dans le monde Apple. Chapeau Apple, rien que pour cela, elle a réussi le tour de force de faire croire à certains de ses clients que ses intérêts étaient les leurs, alors qu'ils sont en fait diamétralement opposés :-)

avatar melaure | 

@RoboisDesBins :

Je crois que Mr Sylvestre peut représenter Apple encore plus que les USA ;) :p

avatar robrob | 

@komori25
Les analystes sont des gens depassionnes. Ils ne detestent pas et n'aiment pas les boites qu'ils couvrent. Ils font juste une analyse (qui peut etre fausse mais c'est un autre probleme).
La bourse c'est pas des sentiments. Les investissements ne se font pas parce qu'on aime ou pas une boite.

avatar Doctomac | 

"Apparement, à en croire Cook, le nouveau MacBook a soutenu la demande en nouveaux Mac."

Ce qui est fortement plausible puisque en plus d'augmenter d'une année à l'autre, le volume de Mac écoulé augmente aussi séquentiellement entre le Q2 et ce Q3 2015 et cela coïncide avec la sortie du MacBook 12.

avatar xx-os | 

Mais... ça contredit macg qui a annoncé, espéré, voulu provoquer un crash du macbook tellement ils le haïssent... Ils vont même conseiller de le déconseiller fortement !!!

avatar EmmetBrown | 

Et pendant ce temps là, les employés des Apple Store ne touchent toujours pas d'intéressement ni de 13e mois…
Allez comprendre !

avatar NoRulez | 

Stupéfiant comme d'habitude.. Sacré Apple, je me demande où sont vos limites !

avatar ledoc66 | 

J'aimerais bien savoir ce qu'il en est pour l'ibookstore....car j'ai l'impression qu'ils sont en perte de vitesse. Mais je peux me tromper.

avatar lmouillart | 

Apple avait plusieurs points de difficulté à traiter :
Change très défavorable en Europe.
Relai de croissance de l'Europe et Amérique à trouver en Chine
Transition des smartphones vers les "superphones" (phablettes et grands smartphones)

Ces points ont comme on le voit été traités avec brio. Là où par exemple Google et Samsung se sont brisés (marché chinois).

Il reste comme principales difficultés :
La transition de la musiqué à l'achat à la musique par abonnement.
Idem pour la vidéo.
Les nouvelles générations d'Apple Store
Le marché indien puis ensuite africain à adresser (deux autres réservoirs de croissance massifs).
Réussir à diversifier sa source de revenus.
Et enfin, adresser les problèmes de qualité logiciel.

A la vue des résultats actuels vis-à-vis des précédents objectifs, il n'y a pas tellement de raison pour qu'ils échouent sur ces points.

---
En aparté, on voit bien que plus que les procès pour violation de PI, la course à l’innovation propose de bien meilleurs résultats. Tim Cook est plus pragmatique et moin sanguin que Steve Jobs, c'est bénéfique pour Apple qui dépense moins d'énergie à se battre pour corriger le passé plutôt qu'a dessiner l'avenir. Ce type est brillant et les résultats sont là.

avatar marenostrum | 

c'est juste de l'inertie. donc ton discours ne sert à rien.

avatar lmouillart | 

Bof, si on compare aux résultats mauvais d'IBM, HP, Microsoft, lorsque les CEO ont changés alors qu'ils sont plutôt sur du marché de renouvellement, l’inertie à bon dos.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR