Le premier Mac Pro vendu 977 000 $

Christophe Laporte |

Le Mac Pro RED a battu tous les records lors de la vente aux enchères organisée hier soir chez Sotheby. La station de travail d’Apple, dont on ignore les caractéristiques techniques exactes (on imagine qu’il s’agit d’une configuration très haut de gamme) a été vendue 977 000 $ (720 000€). C’est beaucoup plus que ce que les organisateurs espéraient. Ces derniers l’estimaient entre 40 000 et 60 000 $.

Le rouge lui va si bien…

C’est une somme bien plus élevée que pour un Apple I. Tout récemment, l’un des six modèles en état de marche s’est vendu 330 000 $ dans un contexte difficile puisque le montant minimum (242 820 $) n’avait pas été atteint lors de la vente aux enchères. Surpris de cet échec, deux acheteurs avaient par la suite fait des offres directement au vendeur.

Pour en revenir au Mac Pro, la vente est d’autant plus exceptionnelle qu’il n’est pas encore officiellement disponible à la vente. La nouvelle machine d’Apple sera commercialisée le mois prochain à partir de 2990 €. Au passage, notez que celui-ci est vendu sans souris ni clavier.

Dans cette enchère, il y avait un autre produit Apple : une paire d’EarPods en or rose qui s’est vendu une petite fortune. Les enchères ont atteint 461 000 $, alors que les organisateurs les estimaient à 25 000 $.

L'iPhone 5s or n'est pas fourni, mais bon…

Mais l’appareil qui a battu tous les records, c’est le fameux Leica M, relooké par Jonathan Ive et Marc Newson. Estimé à 750 000 $, ce modèle unique s’est vendu 1,805 million de dollars

Cette vente aux enchères chapeautée par Bono, a permis de récolter près de 13 millions de dollars qui seront reversés à (RED), afin de lutter contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme.


avatar Maathuvu | 

Autant le montant des enchères m'a pas réellement fait sursauter de ma chaise autant vendre un Mac Pro sans clavier ni souris, c'est mesquin

avatar lecapotar | 

Ils auraient dû mettre une grosse capote, modèle unique, pour le protégé !
Il y aurait eu un deuxième message.

avatar BitNic | 

@Link1993 : "Au fait, a celui qui parle de bling bling leica... Dis toi qu'en plus d'etre une marque qui produit des appareils photos (meme en argentique), ils produisent et misent beaucoup sur ce que l'on ne voit pas d'un appareil photo... Je parie ce que tu veux que ton appareil photo a par exemple une lentille Leica..."

Et bien t'as tout faux mon gars.
Quand on ne sait pas, il ne faut pas affirmer des choses gratuitement et surtout ne jamais parier.
Tu pourrais te retrouver en slip.
La photo, ça fait 34 ans que c'est mon taf, alors je connais par coeur.
Je n'ai + de Leica, mais mon matos actuel est du pur Made in Japan...

avatar oomu | 

Avec leica, on retrouve les même gens, les même lubies, les même fantasmes, les même insultes qu'avec Apple, en plus exagérés encore (je trouve cela édifiant, on y prend du recul)

Il est exact que deux apn font tous les deux clics et pondent une photo. Mais il est aussi exact que Leica restent des excellents appareils. Et Leica le sait. Même si le monde change sans Leica (adieu le journalisme).

Sony a aussi des appareils onéreux (je pense au rx1) qui attaque très fort le segment de Leica.

Faut il forcément claquer ses économies dans un leica ou un Mac ? Cela dépend du produit, de vos priorités et des générations de gammes. Des fois oui, la qualité est impressionnante et des fois non, Canon, Sony ou Nikon font quasi tout aussi excellent et fonctionnel pour moins chers.

Il n'y a pas de réponses uniques. Lisez les forums photos, vous y trouverez larmes, clans, guerres et trolls. Comme sur les forums informatiques où manifestement c'est une douleur aiguë si autrui n'achète pas le même ordi que vous. (Info flash: je compte acheter un Mac Pro onéreux, pourquoi ? Par pure haine bien sur :) )

On reste, heureusement, loin du niveau de passion, folie et violence des forums d'audiophiles.

avatar powerjaja | 

Histoire de redescendre un peu sur terre, il peut être de bon augure de se refaire une petite projection du film "Le Syndrome du Titanic"

avatar oomu | 

Aucun rapport.

avatar oomu | 

L'art est généralement un bon placement (il n'est pas imposable dans des pays comme la France et on a encore raté l'occasion récemment de le faire) car les œuvres réputées vont monter de valeur, en tout cas toujours se revendre à des musées ou d'autres esthètes à des prix élevés.

Mais un objet technologique, même travaillé, même unique, ne sera jamais équivalent à un Picasso. La matière du Macpro sera battu dans le future par de nouveaux procédés, sa technologie devenue ringarde par un téléphone de 2025, etc. Leur valeur de revente fluctue trop, dépend trop des modes. Il est peu probable que dans 50 ans ce Mac Pro se revende au double de sa valeur d'aujourd'hui. Il n'est pas Historique.

Mais ces objets resteront des pièces uniques.

Je me contenterai de mon Cube :)

avatar Scorman | 

Ce qui est con, c'est de voir que les riches sont toujours de vrais salauds et les pauvres toujours de belles personnes bien pensantes. C'est trop injuste.

avatar Teeto | 

HEHE =)

avatar DVP | 

Et ce qui est encore plus con, c'est que toutes les belles personnes bien pensantes ne revent que de devenir des salauds.

avatar SugarWater | 

Heureusement qu'il y a ces ventes de charité. Au moins ça permet aux riches d'acheter des choses inaccessibles aux pauvres.

avatar debione | 

@oomu:
" moins on désire, plus on est heureux. On a guère besoin de plus."

Je me permets de te reprendre sèchement sur ce point :P

Moins on désire et moins on a de déception (c'est l'attente vaine de quelque chose qui crée la déception), plus on désir, plus on a d'attente et plus les risques de déception sont grands...

Mais moins désirer ne rend pas pour autant heureux... Pour preuve les gens qui arrive à un moment dans la vie sans plus aucun désir finissent souvent une balle dans la tête ou en bas d'un pont....

Ce n'est pas parce que quelque chose peut créer des déceptions que son absence crée le contraire, à savoir le bonheur...

Mon cher oomu, malgré ton grand âge je te conseille quelques heures en auditeur libre en pyscho et en philo... ;)

avatar Teeto | 

Voilà qui est bien dit. Merci =)

avatar patrick86 | 

@ debione :

Il a raison avec "moins on désire, plus on est heureux. On a guère besoin de plus".

C'est ce à quoi aspire tout Être : devenir Pranique. C'est-à-dire être capable de vire heureux tout simplement, sans avoir besoin d'assouvir ses désirs pour l'être. Et par conséquent, être beaucoup plus satisfait de ce que l'on reçoit.

Plus on a d'attentes, plus on crée de sources de frustrations. Au contraire, moins on a d'attente, moins on risque d'être frustré, et plus on a de plaisir lorsqu'on reçoit.
Les choses que l'on reçoit en réponse à un désir (un enfant qui demande à jouer pour noël, puisqu'on entre dans la période), ne font que combler le "manque" créé par l'attente, le désir de la chose. A l'inverse, lorsqu'on reçoit quelque chose non attendu, il y a un vrai bonheur qui s'en dégage.

On a trois besoins primitifs : manger, dormir et le sexe.
TOUT le reste, ne sont pas de besoins, mais des envies.
Les trois besoins primitifs peuvent, eux aussi, se manifester en tant qu'envie.
L'envie de manger (c'est le mentale qui veut) est différente du besoin de nourrir le corps (c'est le corps qui à besoin de NOURRITURE).
J'insite sur nourriture, car dans notre société, on ne mange pas que de la nourriture, au sens de quelque chose qui apporte réellement au corps.

Chose intéressante : les 3 besoins primitifs, on peut aussi s'en passer. Mais il ne fait pas confondre "savoir vivre sans" et "sans priver", qui sont deux totalement différentes.

PS : NE surtout PAS considérer la possibilité de se passer de nourriture matérielle comme une solution au problème de la faim dans le monde. C'est TRES difficile.

avatar debione | 

@patrick86

Je te réponds un peu en vrac;)

Tu as raison sur les besoins élémentaire, je remplacerais juste "sexe" par reproduction ce qui est très différent (le sexe pour la reproduction est un besoin, le sexe pour le sexe une envie.
Mais cela reste très théorique car quand on le met en pratique, ses trois besoins élémentaires sont tributaire de pré-requis. Pour simplement vivre, l'humain doit s'habiller, pour dormir il doit posséder un toit, pour se reproduire il doit côtoyer ses congénères, pour manger il doit participer à l'effort collectif. Donc il doit d'abord participer à la société (ne serait-ce que familiale ou tribal) si il veut pouvoir assouvir ses besoins fondamentaux.

Imaginons maintenant une société humaine ou il y aurait une absence d'envie... Absence de désir que nos enfants aient un meilleur monde, absence de désir d'aider son prochain, absence de désir de se rendre utile, absence de désir de bien bouffer, absence de désir de protéger la nature, absence de désir de faire un meilleur ordinateur, absence de désir de protéger nos proches ou nos semblables etc...
L'envie, le désir est une des clef de voute de l'humain, de sa société, mais aussi du développement, c'est un des moteurs principal qui à fait devenir à l'Homme ce qu'il est, le désir de comprendre le monde qui nous entoure, le désir de le maîtriser afin par exemple de pouvoir mettre au point des vaccins... Un monde sans envie serait un monde mort... L'exemple des moines bouddhiste est un très très bon exemple de comment devenir pranique: Compter sur le fait que les gens qui ont des envies fassent des dons de nourriture et leurs construisent des temples ou loger (ceux qui ont vécu en pays bouddhiste comprendront très bien). Car sans l'envie des gens qui gravitent autour jamais un moine bouddhiste ne pourra devenir pranique. Car il serait mort de faim, de maladie bien avant. Mais que fait donc un moine bouddhiste en méditation durant toute sa vie en tentant de devenir un être pranique? Il attend simplement la mort, mort qui le libérera des réincarnations. Un monde humain pranique serait un monde mort. Pas très cool comme vision.

Et tout le monde ne désir pas devenir Pranique. J'aime mes bonheurs, mais je sais aussi apprécier mes douleurs, j'aime ce contraste... La déception ne tue pas, car l'important n'est pas le résultat mais le chemin qui y mène... (et la je passe sur tout le fait que lorsqu'un humain est en âge de comprendre ce que veut dire réellement pranique, il est déjà dans un système social et psychologique ou l'envie est le moteur)

Et ton assertion "C'est-à-dire être capable de vire heureux tout simplement, sans avoir besoin d'assouvir ses désirs pour l'être. Et par conséquent, être beaucoup plus satisfait de ce que l'on reçoit." je vais te démontrer tout simplement que cela n'est vraiment pas absolu:

Je dis à mon enfant de 4 ans fan de mômie: "dans une semaine nous allons voir une exposition sur les mômies". Ce que je crée là, c'est l'envie chez lui, il va sauter au plafond, et pendant une semaine je ne vais entendre parler que de ça mômie par ci mômie par là, encore combien de dodo etc etc... Bref il passera une semaine dans un bonheur réel, celui de savoir qu'il ira voir des vraie mômie, il imaginera 1000 et 1 histoires, il sera dans ce qu'il aime et heureux pendant une semaine. La même en l'amenant voir cette expo sans rien lui dire avant: ben il sera super content, mais il ne sera pas fébrile comme un malade tellement il est content d'être enfin dans la file d'attente de ce musée, contentement induit par le désir et l'envie qu'il a cultivé pendant une semaine.
Si on fait une somme "d'heureusité" ;) et que j'additionne les 7 jours de désirs + l'expo, ou juste l'expo ben il aura été bien plus heureux avec le désir et l'envie du chemin qu'il a du faire (l'attente) que de passer une semaine lambda et d'avoir juste la joie de l'exposition à l'instant T.

Mais malheureusement le musée a brûlé dans la nuit avant que nous y allions: Si je ne lui en ai pas parlé, il n'aura aucune déception, car il sera dans l'ignorance de ce projet, par contre si il avait du désir car il savait il sera hyper déçu.

Conclusions: Le désir créer la frustration et la déception, mais aussi une somme de bonheur supérieur à l'absence de désir. Il serait illusoire de croire que le contraste n'est pas important dans le ressentir, connaître le fond du trou pour mieux apprécier quand tout va bien, et ne pas croire que quand tout va bien c'est juste normal et n'en tirer que peu de satisfaction.
La problématique n'est pas le désir ou l'envie, mais la quantité d'envie et de désir et ce sur quoi il est porté... Une simple histoire de dosage et de cible, vivre dans un constant désir c'est comme vivre dans l'optique Pranique: une extrémité déséquilibrante.

avatar debione | 

Mais le plus dérangeant c'est quand il aurait un Vrai bonheur et un autre qui ne le serait pas... ;)

avatar patrick86 | 

@debione :
Je te répond en vrac aussi :)

On a pas besoin de s'habiller pour vivre. C'est culturel, pas vital.
À ce propos, chez les peuples qui vivent nus (ou quasi-nus), le viole n'existe PAS.

Je suis d'accord sur le début de ton 2ème paragraphe. C'est la raison de notre présence sur Terre sous la forme matérielle que nous nous connaissons : EXPÉRIMENTER.
Par contre, ATTENTION au idées reçues et/ou généralisation sur les moines bouddhistes.
Être pranique ne signifie PAS être dépendant des autres, et ne signifie PAS ne "rien faire", ne plus avoir d'envie, etc.

La principale qualité du Pranique est de se maîtriser mieux que quiconque. Notamment, maîtriser ses désirs. Ça veut pas dire ne plus en avoir, mais en avoir conscience, avoir des désirs qui ne soient plus compulsifs.
Tout tourne autour de la CONSCIENCE.

avatar debione | 

euh la juste dehors il fait moins 3 °... Donc je peux sortir à poil, je ne cours aucun risque... le fait que je mette des habits ne serait que culturel? Non, l'habillement sous nos latitudes est nécessaire... pas culturel...

Et cela ne change rien à la réalisation du désir... Ce n'est pas parce que tu sais que c'est conscient ou inconscient (une pulsion) que la recherche des hormones de récompense n'est pas exactemetnla même... pulsion ou désir volontaire, cela ne change rien à la récompense... elle n'est pas plus grande dans un cas que dans l'autre, elle est égale... Sur le principe je suis complètement d'accord avec toi, mais dans la réalité des faits ce n'est pas le cas... Les gens qui ont conscience des choses aurait justement tendance à être plus malheureux du monde qui les entoures, que ceux qui n'en n'ont pas une même conscience...

avatar patrick86 | 

"euh la juste dehors il fait moins 3 °... Donc je peux sortir à poil, je ne cours aucun risque"

Ça tient aussi de l'adaptation du corps à l'environnement.
On ne tient plus le froid, notamment parce qu'on a perdu nos toisons naturelles, devenues inutiles. C'est une boucle…

Plus haut, j'aurai peut être du remplacer "envie" par "désir".
Car c'est l'envie (créée par la pub notamment) qui engendre beaucoup de frustration dans nos sociétés modernes.

avatar lecapotar | 

@debione du 24/11/2013 - 13:02
Une légère dyslexie qui sonne mal à la lecture de votre conclusion.
Ecrire "malgré ton grand âge", me semble d'une condescendance regrettable à la possible portée de votre sèche "leçon".

avatar debione | 

Non, rien à voir avec de la condescendance... Juste un petit clin d'oeil humoristique à oomu dont je salue souvent les posts, mais qui lâche régulièrement des petites phrases sur le fait de son âge... ;) Bon c'est un peu le gros défaut de l'écrit, nous n'avons ni le ton, ni le regard qui va avec... ;)

avatar USB09 | 

@SuRVoLT

''sans commentaire''

avatar bompi | 

Ce que je me demane, c'est le prix de l'Apple Care.

Et la durée de la garantie. Un an ?

avatar Grizzzly | 

De toutes façons le riche est un con, quoi qu´il fasse, meme quand il donne 1M$ à une oeuvre caritative...

Un riche donne une pièce à un sdf dans la rue ? C'est un con, il le fait juste pour soulager sa conscience, et puis il aurait pu donner un billet...

avatar noooty | 

@philoo34
Non: SuRVoLT avait envoyé 4 messages vides, qui depuis ont été effacé...
Sinon, chacun est libre selon ses moyens et ses goûts d'acheter ce qu'il souhaite au prix qu'il désire, non?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR