L'affaire de l'entente sur les embauches continue pour Apple, Google et d'autres

Florian Innocente |

Apple, Google, Intel et Adobe ont des chances d’affronter une action en recours collectif avec potentiellement 64 000 plaignants. Il s’agit des suites d’une vieille affaire remontant à 2009 où l’on retrouvait également Pixar, Disney, Intuit et LucasFilms.

Ces entreprises s’étaient mises d’accord à partir de 2006, à des degrés divers, pour ne pas débaucher leurs employés respectifs. Cela s’était décidé au plus haut niveau, Steve Jobs, Bruce Chizen (PDG d’Adobe à l’époque) ou encore Eric Schmidt avaient échangé des courriers sur le sujet.

Les employés susceptibles de rejoindre cette plainte estiment que leurs évolutions de carrière ont connu des préjudices du fait de ces arrangements secrets et surtout parfaitement illégaux. La juge Lucy Koh à San José (celle-là même qui a présidé le grand procès Apple/Samsung) a finalement décidé d’autoriser la constitution de cette action de groupe, au vu des preuves recueillies.

Il s’agit d’un volet privé à cette affaire. Les sociétés en question avaient trouvé un arrangement en 2010 avec le Département américain de la Justice. Un accord qui doit être encore validé par la juge. Certaines de ces sociétés ont déjà réglé des amendes, rappelle Bloomberg : 11 millions de dollars pour Intuit, 9 millions chacun pour Pixar et LucasFilms.


avatar pacou | 

Entente illicite!
Autant je me revendique haut et fort du capitalisme (il faut bien des gens qui ont du capital pour financer ceux qui ont des idées), autant je le souhaite responsable.

Et la, franchement jouer au mikado avec les salariés, c'est juste idiot. De la même manière qu'il est idiot de tout faire pour piquer les compétences clef d'un concurrent sans avoir réellement de projet pour la personne.

avatar anano | 

@pacou
+1
C'est plus de capitalisme de toutes façon, c'est de la triche.
C'est tous ces abus et magouilles qui donnent mauvaise image au capitalisme (libéralisme?) au passage.

avatar dwood75 | 

+1.

avatar death_denied | 

Et moi je parie qu'ils ne seront au pire condamné qu'à des clopinettes, la justice et les "lois" sont depuis longtemps (pour ne pas dire depuis toujours) de leur côté.

avatar standelap | 

@pacou :
+1

avatar aimstar | 

Lol pacou -1 tu ne comprends pas le capitalisme.

Ce qui est en cause nest point le capitalisme mais plutot le capitalisme sous sa forme libérale.

Et pour le C Liberal rien n'est illegal ou mal vue, peu importe que ce soit des machines ou des humains les raisonnements sont les memes.

Un exemple ? Les ressources humaines... Nous ne sommes que des ressources remplacable facilement..

avatar pacou | 

@aimstar :
-1
Je comprends très bien
Cependant s'interdire mutuellement de recruter chez les autres et donc aussi interdire à une personne de vendre ses compétences pour des projets à la concurrence n'est ni libéral ni capitaliste

avatar pacou | 

@aimstar :
'Un exemple ? Les ressources humaines... Nous ne sommes que des ressources remplacable facilement..'
Oui
Et d'ailleurs même le patron est une ressource, le capital est une ressource, etc ...

avatar paddy57 | 

"Avant" on parlait de Chef du personnel, il était responsable* du point de vue du personnel [ET du point de vue de la direction].
Dès qu'on a changé (par un glissement linguistique subtil) vers un bidule aseptisé qu'on a pompeusement affublé de l'acronyme RH, on a compris illico qui allait être le(s) dindon(s).
Mais comme il est inutile de savoir écrire correctement et comprendre ce qu'on lit...
Aimer et comprendre sa langue, oui ça fait vieille France.

* Qui doit répondre de ses actes ou de ceux d'autrui

avatar Francis Kuntz | 

Et pourtant tout ca n'est pas fini: quand on compare les salaires moyens dans la baie cross entreprise, c'est tous les memes.

C'est juste a vomir quand on voit le pognon qu'ils crachent. Et apres le TC arrive avec ses "good job team" (mais on garde le pognon hein)

avatar Lennart | 

Le système américain est comme ça, le salarié peut arriver le matin à l'embauche et être informé qu'il ne fait plus partie des effectifs et un agent de sécurité va l'accompagner jusqu'à son bureau pour qu'il récupère ses effets personnel puis à la compta pour toucher son solde de tous comptes. Lui même peut quitter la société quand il le veut pour raison personnelles ou si il a trouvé mieux ou plus intéressant ailleurs, aussi ces accords entre directions sont totalement illégaux.
Par contre au salarié de vérifier lors de son nouveau contrat qu'il n'enfreint pas des "clauses" de celui de son ancien employeur.

CONNEXION UTILISATEUR