Apple et les DRM : lettre ouverte de Steve Jobs

La redaction |
Attaqué de toute part, tant par ses concurrents que par les artistes indépendants, les associations de consommateurs et les pouvoirs publics de plusieurs pays européens, Apple contre-attaque. Dans une lettre ouverte publiée mardi soir, Steve Jobs justifie personnellement son choix de verrouiller jusqu'à présent la musique achetée sur l'iTunes Music Store par ces DRM qui limitent la lecture et la copie des morceaux. Ce fut, rappelle-t-il, la condition sine qua non imposée par les "big four", autrement dit ces quatre majors qui détiennent 70% du marché de la musique, pour mettre leur catalogue en ligne.

Trois ans plus tard, alors que les débats sur l'interopérabilité font rage, Apple est à la croisée des chemins. Trois choix sont envisageables. Garder confiance dans un modèle fermé, comme Microsoft et Sony. C'est ce modèle qui permet aux industriels de continuer d'innover, explique Steve Jobs, en même temps qu'il balaie les accusations de modèle fermé. Sur un iPod, seuls 3% de la musique proviennent en moyenne de l'iTunes Music Store. "Les utilisateurs d'iPod ne sont clairement pas enchaînés à l'iTunes store pour obtenir de la musique", justifie-t-il.

L'autre choix, c'est la licence de Fairplay, le système de DRM d'Apple. Cela permettrait à d'autres fabricants de commercialiser des baladeurs compatibles iTunes ou à des plates-formes de vendre des morceaux protégés pour l'iPod. C'est une fausse bonne idée, explique en substance Steve Jobs, qui invoque cette fois des justifications techniques. D'une part, multiplier les interlocuteurs augmente les risques de fuite et de voir le système cassé. D'autre part, les mises à jour pour combler les brèches n'en sont que plus délicates. Conclusion, en licenciant FairPlay, Apple "ne pourrait plus garantir la protection de la musique" des quatre majors, qui lui retireraient leurs catalogues.

La troisième solution, c'est l'abolition des DRM. Et là, Steve Jobs se fait retors. Certes, ce serait la meilleure solution. "Les DRM n'ont jamais fonctionné et ne fonctionneront peut-être jamais pour endiguer le piratage de musique", lance le patron d'Apple. Si ces protections étaient supprimées, "l'industrie de la musique pourrait créer un afflux de nouvelles entreprises prêtes à investir dans de nouveaux disquaires en ligne et de nouveaux disquaires. Cela ne peut être que positif pour eux", ajoute-t-il. Dès lors, qu'est-ce qui retient Apple ? Mais les majors, justement, sur lesquelles Steve Jobs fait porter toute responsabilité. Car leurs positions n'ont pas encore changé.

Dès lors, dans une conclusion aux accents consuméristes, Steve Jobs invite les Européens, si en pointe dans le combat contre les DRM, à se mobiliser pour faire plier les "big four" qui vendent la quasi totalité de leurs musiques sur des CD non protégés. Après tout, Vivendi est un groupe français, EMI est anglais et Sony BMG détenu à moitié par un allemand. "Les persuader de licencier à Apple et aux autres leur musique sans DRM créera un marché sans DRM vraiment interoperable. Apple y participera sans réserve", promet-il. Éludant toutefois les questions sur la vente dès à présent et sans protection des morceaux d'indépendants, les 30% restants, premier signe tangible d'un engagement pour une musique débarrassée de ses verrous.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
"Enfin bref, tout le monde essaie un peu de se montrer sous un beau jour au consommateur, alors que dans tous les cas ils défendent surtout un business model" exactement le fond de ma pensée DONT BELIEVE THE HYPE
avatar oomu | 
>Et bien, M. Jobs m’apparait de plus en plus >sympatique :0) Cependant, il y a un bug dans >l’équation: pourquoi ne licencie-t-il pas Fairplay? c'est expliqué dans la lettre. et sinon, en tant qu'entreprise, il est normal qu'apple protège cette technologie. ils l'ont développé à la demandes des 4 majors, elle est liée au gros succés qu'est l'ipod et itunes store et vous voulez qu'apple se suicide ? allons, apple l'a assez déjà fait dans les années 80-90. non ? --- tiens sinon, il est vrai qu'aucun "drm" partagé par toute une industrie n'a tenu. l'exemple le plus classique est "css" des dvd, dont les clés et l'algorithme furent cassés par un bug. (et difficile de changer cela dans les millions de dvd qui étaient déjà en vente, le scenario catastrophe de retirer les clés consiste à vendre des lecteurs incompatibles avec ce qu'ont acheté les gens..)<br /> et aussi aacs plus récemment. encore et toujours un "bug" d'un des industriels vendant un produit mettant en jeu le drm. <br /> -- et bien, après le midem où quelques industriels ont émis l'hypothèse de se passer de drm, voir apple en parler ouvertement est un bon signe. cela rejoint Virgin. encore un peu et tout le FATRAS et PERTE DE TEMPS passé sur l'EUCD, le DMCA et DADVSI seront un mauvaise souvenir.
avatar sonyc | 
C'est super nouvelle ça !! J'espère qu'il sera écouté :-)<br /> Pour ceux ont un pb avec l'anglais, ils ont traduit la lettre sur mp : http://www.macplus.net/magplus/chronique-13726-steve-jobs-s-exprime-sur-les-drm
avatar Edge@51 | 
@oomu et les autres: "c’est expliqué dans la lettre." Je sais bien, c'est d'ailleurs pour ça que j'ai posté juste après un commentaire pour corriger mon erreur. Alors s'il vous plaît, lisez TOUS les commentaires et pas seulement le premier ...
avatar oomu | 
bon pour les trolleurs toujours à accuser les autres de tous les noms et autres insultes : steve jobs ne fait que suivre ce qui s'est dit au Midem. il n'est PAS le PREMIER a parler dans L'INDUSTRIE d'arrêter les frais avec les drm. des langues se sont déliées tout récemment, en début janvier. Apple suit le mouvement. alors ne vous emballez pas, non ce n'est pas un complot non le steve jobs est pas magique et merveilleux et personne n'a de photo du dirigeant d'apple dans son porte feuille (et si c'est le cas, tant mieux pour le steve) <br /> ok ? on est rassuré ? on n'a plus peur qu'un méchant fanboy vous colle un autocollant apple sur le front en pleine nuit ? <br /> tout va bien.
avatar JackSim | 
L'intégralité du texte en français : <br /> http://www.nextway.ch/blog/2007/02/07/reflexions-sur-la-musique/
avatar Anonyme (non vérifié) | 
il va falloir discuter avec la famille fourtoux monsieur chez vivendi (groupe) madame a la commission europeenne avec deux interlocuteur ça devrait etre facile……
avatar THIERRY | 
"Perso je n’ai pas d’ipod et j’achète ma musique sur l’ITS. Je ne vois vraiment pas où est ce problème d’enchaînement entre l’ITS et l’ipod" . <br /> C'est aussi mon expérience de la chose. Les contraintes de Fairplay me paraissent plus théoriques que réels. 5 autorisations simultannées couvre largement les besoins familiaux Mais bien évidemment quand on a grandi, comme moi, avec les 33T, un support qui était tout sauf pérenne, on relativise pas mal de choses.
avatar GerFaut | 
Très subtile cette lettre ouverte : non seulement SJ explique le pourquoi du comment, mais, en tant que patron d'une solution de téléchargement musical en position dominante, il donne le la, préparant de fait le terrain à une (r)évolution du système. En fait, le premier (sérieux, pas la Fnac !) qui se lance dans cette opération de déminage DRM gagnera le gros lot. SJ va voir l'effet de sa lettre et agira en conséquence. Espérons qu'il aura le culot de le faire. Très fort ce Steve !
avatar Le Gognol | 
Y'en a un qui doit se sentir con c'est Pascal Cagni, lui qui a défendu les DRM dans une interview il y a quelques semaines...<br /> https://www.macg.co/mgnews/depeche.php?aIdDepeche=123983
avatar Nicky Larson | 
"Mouaih enfin tant que ce système dure, ça asseoit la position écrasante de Apple et de Steve !" A oui, comme le fait remarquer Steve, c'est surement grace au 3% de musique acheté sur l'iTMS qu'Apple fait son beurre ...
avatar Nicky Larson | 
"steve jobs ne fait que suivre ce qui s’est dit au Midem." <br /> http://www.echosdunet.net/news/breve_3529_les+drm+question+midem.html<br /> 'Les majors du disque considèrent les DRM comme un moyen efficace de protéger leurs morceaux et d'éviter le "piratage via les réseaux P2P" dixit la RIAA. La RIAA défend bec et ongles les DRM contre son collègue de la CEA (l'association des industriels de l'électronique). Pour le président de la RIAA, "l'industrie musicale doit protéger ses droits, sinon on en arrive à un point où il n'y a pas de respect de la propriété intellectuelle".' <br /> Ha oui, je vois bien que Steve a suivi ce qui c'est dit ...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Très bel exercice de langue de bois de la part de Steve Jobs et parfaitement résumé dans votre article. 1) Les risques de fuites ? Un peu gonflé comme argument. Dans l'industrie, il y a tous les jours des milliers de sociétés qui s'échangent des informations confidentielles sans qu'il y ait une seule fuite. D'ailleurs, il y a récemment eu une fuite CHEZ Apple qui vient d'être condamné pour avoir assignés les journalistes à livrer leurs sources.<br /> 2) Les DRM : de toute façon, le combat est perdu d'avance, que ce soit au niveau des habitudes des consommateurs qu'au niveau législatif dans plus en plus de pays. Alors, pourquoi Apple ne prend t'il pas les devants au lieu de faire porter la responsabilités sur les majors ? Ca grandirait encore plus la marque. Apple avait besoin des majors pour le lancement de l'iPod. Plus maintenant. Jobs le dit : 22 musiques sur 1000 sur un iPpod viennent d'iTS. ->soit il considère ce chiffre comme un succès et il impose sa volonté aux majors ou il leur dit d'aller se faire voir avec leur DRM. ->soit il considère ce chiffre comme un échec et il peut arrêter sans problème cette expérience de DRM. De toute façon, ce n'est pas l'acheteur qui sera lésé puisque 98% de ses musiques ne viennent pas d'iTS.<br /> 3) Même s'il désire garder les musiques des majors, qu'est-ce qui empêche Apple d'ajouter des indépendants sans DRM à son catalogue ? <br /> On se demande dans quel camp est Steve Jobs ? Celui de ses clients qui rejettent massivement les DRM (22 musiques sur 1000) ou celui des majors qui se battent pour conserver ce système archaïque ? Contrairement à ce qu'il explique laborieusement, c'est lui le maître de la stratégie de l'iPod : ce ne sont ni les majors, ni les gouvernements. C'est à lui de prendre ses responsabilités sur la future stratégie. Et ce n'est pas ce que l'on sent clairement dans sa lettre ouverte.
avatar Fab'Fab | 
Moi ce qui m'arrête dans l'achat de musique en ligne, ce ne sont pas les DRM, c'est la mauvaise qualité du son par rapport à un CD. Un iPod branché sur une chaîne, je suis désolé, mais je trouve le son atrocement plat...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Jean L.>> Ouaouuuuu! im-pre-ssio-nnant // A part ça , la petite famille, ça va ? forcément, la vie est tellement simple.
avatar Meow the Catz | 
Moi j'ai un Mac, un iPod, et j'achète sur l'ITMS, mais je suis d'accord que les DRM n'ont jamais empêché le piratage. Il suffit d'aller faire un tour sur eMule pour voir qu'on peut trouver n'importe quel morceau de musique en mp3 non protégé en 5 secondes. De plus même en ayant des morceaux en DRM AAC, on peut les déprotéger sans problème. Je l'ai fait une fois, mais juste pour usage personnel, parce que je voulais écouter ma musique sur un balladeur mp3, c'est très simple, il suffit de graver sa musique sur un CD audio réinscriptible (pour ne pas le perdre) en format CD audio, puis de le réimporter en mp3. Certes on perd un peu en qualité, mais c'est assez imperceptible. Les DRM ne m'ont jamais gêné personnellement. Ca pourrait me géner si je voulais un autre balladeur mp3 que mon iPod, mais ça ne risque pas d'être le cas avant longtemps...
avatar Meow the Catz | 
Pour répondre sur la mauvaise qualité du son, je ne suis pas d'accord. Personnellement je ne fais pas la différence entre un CD et le même morceau acheté sur l'ITMS. J'ai déjà branché mon iPod sur un système 5.1, et le son était excellent, de bonnes basses, ...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
"ils l’ont développé à la demandes des 4 majors, elle est liée au gros succés qu’est l’ipod et itunes store et vous voulez qu’apple se suicide ?" <br /> Il y a quelque chose de schizophrène dans le discours officiel tenu par steve jobs. Apple a du inclure les DRM contraint et forcé sous la pression des majors, condition sine qua none pour commercialiser de la musique en ligne…Mais bon si je comprends bien les DRM tant décriés par Jobs préservent également le modèle économique iTS/iPod face à ces concurrents. Dites-moi si je me trompe mais c'est un double language plus communément connu sous le nom de langue de bois…je critique pas, hein je m'interroge.
avatar noliv | 
dalmatian : C'est la presse, les "web-journalistes" et les concurrents d'Apple qui prétendent que le système de DRM d'Apple leur permet de préserver le modèle économique iTS/iPod. En réalité, l'iTS n'est pas grand chose... au mieux c'est un argument supplémentaire de vente de l'iPod, qui n'en avait pas tant besoin que ça d'ailleurs. La qualité du couple iPod/iTunes ne réside pas dans l'iTS. Ce dernier pourrait disparaître demain que les trois quarts d'utilisateurs d'iPods ne s'en rendraient même pas compte. Un iPod, on le nourrit principalement de nos CDs (+ de quelques uns du frangin et d'un pote peut être), pas de morceaux achetés sur l'iTS. Bref, le modèle économique iTS/iPod, c'est joli et ça fait parler, mais le vrai modèle économique qui marche c'est l'iPod tout seul (iTunes inclus, le logiciel gratuit, pas le Store).
avatar Laurent | 
Jean L.: ENFIN une remarque censée. Je suis un maceux (si si), mais j'ouvre les yeux. Steve Jobs n'est pas un être bon et extrêmement généreux. C'est un génie du marketing. Génie. Tant mieux pour lui. Un article très intéressant pour ceux qui veulent réfléchir un peu (ou du moins qui veulent bien écouter un autre point de vue prémaché, mais différent):<br /> http://media.seekingalpha.com/article/26283
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@Noliv Tout à fait,iTS pourrait disparaître que la majorité des utilisateurs ne le verraient pas. Alors qu'attend Steve Jobs pour le faire puisque 1) cela n'intéresse pas les acheteurs d'iPod 2) ça cristallise les crispations des associations de consommateur autour de ce lien trop fort entre contenant et contenu Cela dit : 2 milliards de chanson achetées sur iTunes à 1$ la chanson, je vous laisse calculer. On comprend fort bien que Steve Jobs ne veuille pas fermer ce robinet qui, même s'il coule goutte à goutte, n'est quand même pas négligeable dans un bilan annuel. Ce qui m'énerve franchement dans le discours de Jobs, c'est ce transfert de responsabilités systématique : ce n'est pas sa faute, ce n'est pas la faute à Apple. Qu'il prenne un peu confiance en lui, zut ! Apple est devenu un acteur majeur dans le monde de la musique et possède un poids certain. Si Apple décide de ne plus distribuer les musiques d'Universal (par exemple), cela ne gênera pas les utilisateurs, ça gênera surtout Universal.<br /> Apple nous a souvent habitué à avoir de l'audace, à être en avance sur son temps. Et là, d'un coup : suivisme. Il faut que ce soit les gouvernements qui disent aux majors d'abandonner les DRM. Plus aucune initiative osée et iconoclaste de Jobs. Aurait-il vieilli et perdu son punch ou sinon, malgré ses beaux discours, il ne veut pas tuer la poule aux oeufs d'or ? Mais là, comme le disait quelqu'un d'autre, ça fait un peu langue de bois.
avatar Meow the Catz | 
Ben moi je m'en rendrais compte si l'ITMS disparaissait, car je n'achète ma musique presque que par ce biais. Les seuls cas où j'achète des CD : 1/ parce que l'album n'existe pas sur l'ITMS 2/ parce que l'album a une certaine valeur ajoutée (beau coffret, DVD inclus, livret, ...) 3/ quand j'offre ou je reçois des cadeaux, c'est des CD, pas des chansons de l'ITMS. Sinon je prend toujours mes musiques sur l'ITMS parce que : 1/ C'est pratique, pas besoin d'aller en magasin 2/ C'est pratique, directement utilisable sur l'iPod 3/ C'est pratique, illustrations d'album directement accessibles 4/ Que ça prend moins de place que des CD 5/ Et que c'est bien moins cher. Parfois 10 € de moins sur certains albums par rapport à la version en magasin. 6/ Et c'est aussi moins cher car quand UNE chanson d'un album me plait, je n'ai pas à acheter tout l'album. Pour le moment sur l'iPod la plupart des chansons que j'ai sont des rip de CD, mais depuis que j'ai l'iPod je n'ai acheté que très peu de CD, et pris surtout des chansons sur l'ITMS.
avatar Alex | 
@Meow the Catz Et que feras-tu le jour où tu voudras changer de baladeur ? Condamné à acheter des ipods jusqu'à la fin de tes jours ou la fin de l'ipod. Ou alors, cracker la protection. Mais ça, c'est pas beau, qu'il a dit Steevie !
avatar Laurent | 
Quelqu'un disait que ça ne représentait peut-être qu'un argument d'achat de ipod pour 1 quart des acheteurs de l'Ipod. ... Un quart, c'est ENORME!!!! Je pense que ça représente un argument pour moins d'acheteurs, mais que ça représente tout de même une très forte somme d'argent. Et puis il y a le côté indirect: ça défend une certaine image d'Apple (apple, c'est simple, ils s'occupent de tout: si tu veux acheter des titres sur le net, il y a l'ITS donc Apple fait bien les choses et prévoit tout). Pour ce qui est de la qualité de l'Ipod, sans être mauvaise, c'est une des moins bonnes sur le marché des lecteurs mp3 (je ne parle pas des noname tout de même). L'AAC est une aberration qui consiste à décompresser puis recompresser les fichiers audios lorsque vous ne les achetez pas sur l'ITS ou ne les transformez pas directement à partir du CD et d'itunes, ce qui altère et dégrade encore plus le signal. Les possesseurs d'ipod voulant écouter de la musique de bonne qualité ont effectivement tout intérêt à acheter leurs titres sur l'ITS... et donc à continuer d'acheter des ipods dans le futur. Après, ça dépend aussi de l'utilisation que l'on fait de tout ça. l'Ipod se rapproche de la Hi-Fi en faisant compter l'image de la marque et du produit plus que la qualité du produit ou du service.
avatar solo | 
===jean L. "..Cela dit : 2 milliards de chanson achetées sur iTunes à 1$ la chanson, je vous laisse calculer. On comprend fort bien que Steve Jobs ne veuille pas fermer ce robinet qui, même s’il coule goutte à goutte, n’est quand même pas négligeable dans un bilan annuel,," Parceque tu crois que c'est ce qu'encaisse Apple..? Ce que touche Apple (en profits soit après déducation des dépenses est en effet ridicule en regard des 2 milliars brut de ventes. Demande donc aux majors ce qu'elles encaissent et tu sauras ou passe l'argent. <br /> Tu devrais lire les rapport annuels d'Apple au lieu des bandes dessinnés ca t'éviterais de dire n'importe quoi.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR