Pourquoi le "post-pc" révolutionne l'informatique

Arnaud de la Grandière |


Avec l'iPad, Steve Jobs a sonné le glas de l'informatique telle que nous l'avons toujours connu et qu'il a contribué à lancer et façonner : l'ère du "post-pc" connaissait son avènement. Pourquoi ces appareils, un temps moqués par certains observateurs comme de "gros iPod touch", représentent-ils un enjeu stratégique majeur pour tous les acteurs de l'industrie ?

Entendons-nous d'abord sur le terme tel qu'initié par Steve Jobs : le "post-pc", ça n'est pas "l'après pc", mais "au-delà du PC" : les bonnes vieilles boîtes beiges ne sont pas vouées à disparaître, mais seront de plus en plus reléguées aux tâches "lourdes", pour ne pas dire ingrates (lire Steve Jobs : le PC est un camion).

Mais pourquoi fait-on pareil cas de ces tablettes et autres smartphones ? Pourquoi diable ces énièmes plateformes seraient-elles plus significatives que bien d'autres machines, des consoles de jeu jusqu'aux e-readers ? Et particulièrement, ceux qui y voient un successeur à l'industrie du PC n'auraient-ils pas tout simplement perdu la tête ? À bien y regarder, le succès de l'iPad n'explique pas à lui seul l'incroyable retournement de situation entre Apple et Microsoft (lire 1996-2011 : l'incroyable inversion des pôles) : si Apple écoule ses tablettes et smartphones par millions, elle ne peut rivaliser avec un Windows installé sur 88 % des ordinateurs à travers le monde, d'autant que le logiciel permet une marge bénéficiaire sans commune mesure avec le matériel, qui induit nécessairement un coût de fabrication pour chaque vente. Cet impact se ressent d'ailleurs dans le ratio entre chiffre d'affaires et bénéfices des deux entreprises, sans commune mesure.

Le PC s'essouffle

De toute évidence, et en dépit des doutes affichés peu après sa présentation, l'iPad dessine un nouveau marché, et donc de nouvelles perspectives de croissance. En tant que tel, c'est une nouvelle particulièrement enthousiasmante pour les fabricants, car le marché de l'informatique donne tous les signes de la saturation : le seul renouvellement du parc installé ne semble plus suffire à générer suffisamment de croissance. Pire encore, pour la première fois de l'histoire de l'informatique, les ventes de PC ont décliné au premier trimestre 2011.

skitched

Depuis la fin de la course à la puissance, les acteurs eux-mêmes sont si nombreux et la concurrence si rude, qu'une guerre tarifaire sans merci a fini d'assécher la fertilité de cette industrie. En regard de ces difficultés, le domaine du smartphone et des tablettes ressemble à un véritable Eldorado. La seule comparaison du taux d'équipement pour chaque marché a de quoi donner le tournis : en 2009, 63% des foyers français disposent d'un accès à Internet, et 95% des Français ont un téléphone mobile. Certes, tous ces téléphones sont loin d'être des smartphones, mais il ne fait nul doute pour quiconque que le "feature phone" disparaîtra à terme pour être intégralement remplacé par le smartphone. La différence n'en est pas moins frappante, d'autant plus si l'on prend en considération l'âge respectif de ces deux marchés. Quant à l'avenir, la rapidité avec laquelle les consommateurs adoptent l'iPad est en passe de marquer un nouveau record en matière d'adoption d'un nouveau produit.

Le paradoxe tactile

Mais d'autres chiffres sont plus éloquents encore : dans un article sur Asymco, Horace Dediu souligne qu'en dépit d'une part de marché infime (et un taux d'activation 28 fois moindre que celui d'Android), le Windows Phone Marketplace disposait déjà de 25.000 applications. À titre de comparaison, le magasin de Microsoft représente un peu plus de 10% du stock de l'Android Market, lui-même moitié moins rempli que l'App Store.

Si l'on devait juger la situation à l'aune des acquis du marché informatique tel que nous l'avons toujours connu, ce paradoxe pourrait sembler totalement inexplicable. On ne le sait que trop sur Mac, les développeurs ne font d'ordinaire que peu de cas d'une plateforme minoritaire.

C'est oublier les profonds changements structurels amenés par ces nouvelles plateformes, qui renvoient aux oubliettes 30 ans d'histoire de l'informatique. Jusqu'ici, les coûts de développement pour les logiciels étaient particulièrement élevés, la distribution était particulièrement ardue, voire discriminatoire, il y avait peu de catégories de logiciels, dont le prix de vente était relativement élevé. D'autre part le marché était dépendant du bon vouloir des acheteurs institutionnels, qui faisaient la pluie et le beau temps, et ne laissaient aucune chance aux petits développeurs.

Aujourd'hui, chaque logiciel pour smartphone peut atteindre chaque utilisateur, et inversement. Les magasins virtuels ont levé la chape de plomb de la distribution. Certes, l'App Store et ses émules sont loin d'être une première, d'ailleurs Steam, le magasin en ligne de jeux vidéo pour Windows et Mac OS X, avait déjà entamé cette révolution de la distribution dès 2003, avec d'ailleurs un certain succès. Les consoles de jeux intègrent également un système de distribution en ligne, quoique souvent limité à des titres de moindre envergure. Mais ces canaux de distribution n'étaient pas exclusifs, à l'inverse de l'offre sur les smartphones.

D'autre part, les acheteurs en "gros" se sont jusqu'ici désintéressés des applications mobiles, et n'ont donc pas déséquilibré les forces en présence. En conséquence, chaque développeur a sa chance, et on ne compte plus les "success stories" de petites applications, développées dans une chambre d'étudiant, qui ont fini par rapporter de véritables fortunes à leurs créateurs. Le marché bouillonne de créativité comme on ne l'a jamais vu dans l'informatique classique, avec de nouveaux services ingénieux qui sont mis sur pied quotidiennement. Alors qu'autrefois la création et l'achat de logiciels étaient cantonnés à une élite, désormais elle se démocratise, pour le bénéfice de tous. Trente-quatre ans après la mise sur le marché de l'Apple II, le rêve de Steve Jobs d'une informatique pour tous se réalise vraiment : après la convergence, les "nouvelles" technologies deviennent enfin pervasives. Elles disparaissent et se fondent dans notre environnement, s'invoquent et s'utilisent en un tournemain, avant de disparaître une fois le besoin satisfait.

Le résultat est sans conteste : en trois ans, le marché des applications mobiles a littéralement explosé, dépassant globalement le demi-million là où rien n'existait encore avant. S'il est une leçon que l'on peut tirer de cette formidable vitalité, c'est que les vieilles recettes ne s'appliquent plus à ce nouveau marché. L'antienne qui voudrait qu'Android soit à iOS ce que Windows fut à Mac OS ne pourrait pas être plus déplacée. Le marché de l'informatique tactile sera un marché protéiforme, avec autant de portes d'entrée que de variétés d'utilisations. Les écrans connectés sont déjà pour certains d'entre nous, de plus en plus nombreux, une banalité du quotidien. Il n'y aura pas trop de plusieurs acteurs pour répondre à la diversité des besoins et des modes d'utilisation, lorsque le marché commencera à se segmenter, ce qui n'a pas encore eu lieu.

Il faut toutefois souligner qu'un autre élément est venu contribuer à l'alignement des planètes : le consommateur était fin prêt. Windows a pu asseoir son hégémonie en entretenant le mythe de l'incompatibilité. Longtemps, les utilisateurs sont restés convaincus qu'un fichier créé sur Windows n'avait pas vocation à être lu par un Mac, ce qui fut vrai, en dehors de toute notion de réseau local, jusqu'en 1993 avec le support des disquettes PC. Apple a payé cette incompatibilité bien au-delà, mais c'est avec la convergence et la multiplication des appareils connectés, manifestement capables d'exploiter tout type de fichier, que le public a fait son éducation (participant par là même au renouveau du Mac). De même l'iPhone a permis aux consommateurs de mettre le pied à l'étrier : c'est cette "éducation" qui leur a permis de comprendre l'iPad instantanément. L'inverse se serait peut-être avéré plus délicat. C'est aussi cette maturité du marché, et des utilisateurs, qui a rendu cette véritable petite révolution possible, alors qu'elle aurait autrefois pu être ignorée par manque d'intérêt ou de compréhension.

Le marché du PC était sclérosé et dans l'impasse, l'iPad a mis un terme au statu quo. L'ère du post-pc promet plus de souplesse, d'initiatives, de réactivité, d'adaptation et d'innovation. À plus d'un titre, ce marché est foncièrement stratégique. Il ne faut donc pas s'étonner de voir tous les fabricants se lancer avec appétit à la suite d'Apple dans la tablette.

Tags
avatar Adrienhb | 
Pas compris à quoi "D'autre part, les acheteurs en "gros" se sont jusqu'ici désintéressés des applications mobiles" faisait référence... o_O Qui sont ces acheteurs?
avatar grogeek | 
shenmue [07/07/2011 22:47] On peut même dire qu'ils ont pris la loco de tête avec l'iPhone...on avait pas vu un tel truc avant tout de même... Fallait ouvrir les yeux alors ! PALM, tu connais pas ? Tout le monde en avait un ! (contrairement au bon gros flop du Newton)
avatar YannK | 
"Fini l'informatique qui permettait d'être créateurs" Bah non, même pas. Y'a un auteur qui est en train de faire un ebook enrichi en utilisant que son iPhone et son iPad (il se sert uniquement du Mac pour faire le backup des données), donc ça inclut des illustrations, des artworks, des travaux graphiques, photomontages, textes (bon, là il a quand même pris un clavier Bluetooth), vidéos, etc. Ben crois-le ou non, mais même si parfois il doit utiliser plusieurs apps pour faire les montages qu'il doit faire et que c'est casse-couille, il n'a jamais éprouvé le besoin de retourner sur le desktop, même si forcément, on est aussi limité par les apps iPad (encore que, elles sont tellement nombreuses qu'en les imbriquant dans le workflow, on arrive quand même faire énormément de trucs). Hum oui, j'ose le dire, celui qui dit que "fini la créativité" avec iPad est une personne pleine de préjugés qui fait un énorme FUCK aux développeurs qui se cassent le cul à fournir des outils faciles à utiliser mais puissants.
avatar Almux | 
Cela fait simplement trop mal au popotin de ceux qui refuse d'accepter qu'Apple a influencé l'industrie des PCs qu'ils utilisent.
avatar Mabeille | 
@béber1 sans vouloir être méchant, les NAS que tu penses être du dernier goût sont dans l'air du temps depuis 2 à 3 ans... cela dit je t'encourage à l'utilisé pour peu que tu choisisses un modèle en RAID1 sinon tu risques de pleurer prochainement. ensuite en 2000 M$ avait dans les carton un pc tablet et eux ils l'ont fait ce n'était pas juste un projet, arcos depuis longtemps fait des produits du genre. La force de frappe médiatique d'Apple est pour bcp dans la réussite de tous ses produits. Apple n'a rien inventé dans l'histoire comme souvent, mais Apple a sorti au bon moment un produit de bonne facture. Je ne suis pas pour autant certains qu'Apple reste la locomotive, les autres fab ne vont pas se laisser faire comme ça. Enfin j’attends de voir ce que va donner Windows 8 version ARM, parce que si là on peut installer en toute autonomie ce qu'on veut sans passer par un autre ordi ça risque de faire mal. Perso la seule chose qui me freine encore c'est d'être poings et pieds liés que se soit à iOs ou Androïd. Une tablette autonome ça aura une autre gueule que cette liseuse intelligente même si elle à du succès!!
avatar KaptainKavern | 
Si par bonheur Apple avait la bonne idée, en sus du Cloud, de nous laisser un port USB et un SD (ou micro SD) on serait très près du post PC...
avatar xatigrou | 
Tout à fait d'accord avec expertpack. Un ipad est mignon tout plein pour surfer sur internet, d'accord, j'en ai un, c'est pas désagréable (enfin j'ai installé ichromy au lieu de cette merde de safari) Mais on ne produit rien avec un ipad, j'ai même du mal à écrire un simple avis sur internet. Je ne crois pas que l'ipad remplacera de PC, même dans les familles peu intéressées par l'informatique, il y aura toujours un PC. Et peut-être une tablette en plus. D'autre par je pronostique la sortie d'ici un ou deux ans d'une ribambelle de tablettes sous androïd ou windows tactile à 150 ou 200 euros. Là l'ipad domine le marché car ils ont pris tout le monde de cours. Mais lorsque les concurrents chinois vont débarquer (certains arrivent déjà) ça va faire mal. Rien ne justifie qu'un écran tactile avec une batterie et une carte électronique d'ipod touch soit vendu 500 Euros. Lorsque la guerre des prix sera lancée, les prix seront divisés par 3. Avec des prises sd et usb, et sans faire croire qu'il y a un SSD à l'intérieur (chacun se démerdant pour mettre ses cartes mémoire pour stocker son contenu, et la fin de cette arnaque consistant à faire doubler le prix de vente par tranche de 32G de plus)
avatar Manu | 
Il faut arrêter de penser PC quand on parle de l'iPad. L'ipad permet de proposer des usages nouveaux impossibles sur un PC. Ce sont deux objets complètement différents. Beaucoup essaient à tout prix de retrouver sur les tablettes les mêmes choses que sur les PC (port usb, etc.). La meilleure mobilité c'est également s'affranchir de tout ce qui est encombrant. Ce qui importe sur ce genre de matériel ce sont les moyens de connection et de communication. J'ai toujours considéré quant à moi que la tablette était l'outil du Cloud par excellence. Apple comme beaucoup ici le disent n'a rien inventé, et pourtant ............ Le mac est le premier ordinateur qui quand on l'allume vous dit Hello! inaugurant une convivialité qu'aucun ordinateur ne proposait. Apple n'a pas c'est vrai inventé le smartphone. L'iPhone est le premier que l'on utilise très facilement sans mode d'emploi de 100 pages qui l'accompagne. Apple n'a pas inventé la tablette. cependant l'iPad est la première tablette très intuitive qui fait le bonheur des petits enfants qui l'utilisent. Là aussi, pas besoin de mode d'emploi. De tout temps, quand Apple aborde un domaine technologique, le produit qu'il lance a toujours non seulement chamboulé ce qui se fait, mais a également servi de modèle pour les autres. Cela très peu d'entreprises peuvent s'en vanter. Ce qui a toujours fait la différence entre Apple et les autres, c'est qu'ils cherchent absolument à faire des produits qui veulent tout faire. Apple sort des produits qui ont des carrences certes. Mais ce qu'ils font, ils le font en général très bien. Quad on demandait à S Jobs quel est le critère qui lui permettait de savoir que son produit marchera, il répondit ceci : C'est lorsque tous les gens ayant participé au projet, en voyant le produit final, disent tous j'en veux un.
avatar EliasOnComments | 
@ xatigrou : Ca reste ton avis et tes prédictions. Je ne vois pas les choses évoluer exactement dans ce sens. Je tape du texte sur l'iPad avec une espèce de facilité, je m'en régal! Si tu préfère t'occuper de mettre une carte mémoire c'est aussi ton choix pas celui qui donne le ton en ce moment.
avatar Stech72 | 
LOL C'est drôle de voir quel point certains ont une vision " romanesque " de l’informatique. Je mise qu'ils sont nés après 1975. Que l'on remonte au IBM360, Comodore PET, Intel 386, Apple, Microsoft et cie . L'informatique a été créée par une industrie et pour cette industrie. Les premiers clients ont été les entreprises gouvernementales ou privées et les militaires . Un ordinateur est un outil de travail et de consultation avant tout; le ludique et l'information dite globale est venu que bien plus tard .. Donc quand on chiale que Apple n'est que business ... C'est qu'elle a toujours été et elle est née de ça. Quel a été le premier Logiciel sur Apple 1 ? À lire beaucoup de commentaires ici , je remarque que plusieurs ont perdu de vue qu'un ordinateur personnel , ce n'est qu'un outil et pas une fin en soi . iPad une révolution;? non .. une Évolution oui .
avatar Brice21 | 
@KaptainKavern Miracle, Apple vends le Apple Camera Connection Kit, un jeu de 2 adaptateurs : USB et carte SD.
avatar DrFatalis | 
C'est bien, Brice21. A une époque lointaine, Apple vendait le Newton "appareil communicant". Lorsque tu avais acheté cette merveille, tu découvrait esbaudis qu'en fait de "communiquant", il te fallait acheter en sus un "newton connection kit" et autres cartes d'extension. Rien de nouveau sous le soleil de Cupertino: adaptateurs, connecteurs proprios, le tout en sus. Un jour, je vais faire une photo de ma collection d'adaptateurs. Cela sera de l'art (post)moderne.
avatar KaptainKavern | 
Je veux justement me passer d'adaptateurs. Et qu'on arrête de justifier cette absence de port USB, ou de port SD, c'est de la bouillie pour les chiens et pour les chats. Ca ne coûtera que 2$ ou 3$ de mettre les deux (en coût de revient) et c'est utile, point barre. On peut très bien imaginer une utilisation totalement "ipad" mais comprendre que certains ont besoin/envie de travailler avec leur ipad comme avec un PC, sans avoir à se demander si on pourra avoir du wifi pour faire un réseau ad hoc ou autres sucrosités. Désolé mais ce n'est pas trahir l'esprit de ce device que d'attendre un usb host et une SD (ou micro SD...)... Par ailleurs, je trouve déjà l'écran actuel très bon... Pourquoi risquer de renchérir le prix du device ?
avatar Mabeille | 
@Brice21 Donc ultra léger hyper fin super autonomie et tu apportes avec toi une petite sacoche pour trimballer les options que tu as payer à prix d'or!! Moi ça me fait sourire pour un produit ultra bien pensé. Enfin si il est bien pensé la prochaine version ils ajouteront ses éléments pour te faire croire que ça y est l'iPad est parfait, on a l'habitude de retour en arrière qui permettent de vendre plusieurs fois le même produit, comme un iPad sans webcam!! fallait oser tout de même!! En même temps les aficionados se sont malgré tout jeté sur le produit et une 2ème fois pour avoir enfin la webcam!! Au final les plus extrême d'entre nous pense encore qu'Apple ne pense qu'à nous!!
avatar Stanley Lubrik | 
Et un article de plus pour se faire plaisir... "Avec l'iPad, Steve Jobs a sonné le glas de l'informatique...." On se croirait aux débuts de la télé quand les chroniqueurs écrivaient que la télévision sonnait le glas du cinéma, la voiture celui du train, la soucoupe volante celui de l'avion... Pour qui sonne le glas ? Eh bien pour personne, mon cher Ernest...
avatar expertpack | 
@ mithrandir : Tu as sans doute un environnement travail adapté. Bravo Pour ma part, ouvrir un excel comportant des graphiques, des onglets , des formules , des recherches croisées est courant dans nos activites et impossible a traiter sur ipad Quand a saisir des notes rapides sur un clavier virtuel, peut etre, mais partir du compte rendu powerpoint ou word, l'annoter , et le renvoyer aux autres participant sorti de reunion, impossible simplement. Si l'app de l'ipad te suffit , en lieu et place de photoshop, alors nous ne sommes pas sur le meme metier, et mon marketing , comme mon photograveur vont rigoler des docs recus Non, l'ipad n'est pas un outil de prod. Meme le client mail est une bouze si on le compare a la richesse de lotus notes , ses bases partagées, sa replique locale . Pour finir, car mon portable est encore en XP , l'estract de sap, j'utilise BO, injecte dans access ( as tu joué avec bento ?) et lance quelque requete sql. Rien de tout cela sur l'ipad, oui sur un MBP , avec office, filemakerpro, avec quelques lacunes de conversions et une bonne dose de nego avec nos DSI, nos sav, nos serveurs NT et nos acheteurs informatique qui touche un portable a moins de 200€ en nego
avatar Anonyme (non vérifié) | 
On fait dire aux chiffres ce qu'on veut, n'est-ce-pas ? Sur 12 mois glissants, c'est une croissance à deux chiffres....
avatar diegue | 
@ Manu : "Il faut arrêter de penser PC quand on parle de l'iPad" Tout à fait d'accord. L'iPad ne sera jamais un PC, car il est fait pour répondre à d'autres attentes. Et quand on lance un produit, le tout est de bien deviner ce que sont les attentes "cachées" d'un client. Il me semble que quand on parle de post-PC, ce n'est pas que l'iPad, mais bien tous les concepts de smarts, tablets, et PC, dont les logiciels vont tendre à en changer les utilisations. C'est un peu débile d'être obligé de démarrer un PC / Mac pour lire ses mails et pour surfer sur le net. En revanche il y a tout de même un "bémol", la 3G : son coût et son manque de performance.Il faut pour être dans l'après PC pouvoir en permanence être connecté, y compris à l'étranger : on sait qu'actuellement c'est pécuniairement impossible.
avatar Arnaud de la Grandière | 
Le petit Stanley est prié d'apprendre à lire : "les bonnes vieilles boîtes beiges ne sont pas vouées à disparaître, mais seront de plus en plus reléguées aux tâches "lourdes", pour ne pas dire ingrates"
avatar yoa | 
Pas du tout d'accord avec cet article qui a une vision réduite des choses. L'ère "post-pc" a commencé avec l'arrivé de Internet et non d'un pseudo-produit d'une marque à la mode. "Le marché [des applications] bouillonne de créativité comme on ne l'a jamais vu dans l'informatique classique." A priori, l'auteur ne connaît pas Internet et sa genèse...
avatar Arnaud de la Grandière | 
En effet, Yoa, c'est certain, l'auteur qui publie cet article sur Internet ne connaît pas Internet.
avatar expertpack | 
@ diegue : Ben ton MBA, en mode veille, il
avatar expertpack | 
@ diegue : Sorry Ton MBA il sort du mode veille en un temps record et se connecte a toute vitesse
avatar DrFatalis | 
"Archaïque" car on se retrouve comme dans les années 60, avec un gros ordinateur "central" qui effectue le travail et des "terminaux" situés à distance et qui ne servent presque qu'à l'affichage des données et l'envoi des requêtes...
avatar diegue | 
@expertpack Le pb est que mon MBA n'est pas le dernier ! Mais même; une tablet est certainement plus mobile et de plus tactile, du moins l'iPad : léger (relativement), rapide, et du bon format pour internet et lire des revues le cas échéant.
avatar memech | 
"Avec l'iPad, Steve Jobs a sonné le glas de l'informatique telle que nous l'avons toujours connu" Purée! la révolution jobs est en marche! Nan mais franchement le début de l'article... ça en dit long sur le partie pris de ce site qui me déçoit de plus de plus par leur manque d'objectivité, là ça commence vraiment à faire amateur...
avatar P'tit Suisse | 
"L'ère du post-pc promet plus" Et mon Omo lave plus blanc. A condition de le synchroniser régulièrement avec IMachine et de n'utiliser que des recharges Made for Omo.
avatar Mithrandir | 
@yoa: "L'ère "post-pc" a commencé avec l'arrivé de Internet": manifestement, c'est toi qui ne connait pas ton histoire. ARPANET : 1959, WWW : 1991. Ca ne date pas d'hier. Que je sache, Windows 3.1 est sorti en 1992, donc ton raisonnement est foireux.
avatar iJack | 
@KaptainKavern Les adaptateurs "optionnels" ne disparaitront pas. Exemple : le chargeur, jusque là fourni gracieusement, risque fort de devenir un "adaptateur" optionnel qu'il faudra payer à part. La "faute" à la Communauté Européenne, qui exige que les chargeurs de téléphones deviennent interchangeables, dans un but écologique, tout à fait défendable. Moi, je n'ai pour ma part jamais eu besoin de coller une clé sur mon iPad. Pourquoi me faire payer ça ? Pour revenir à la news, je pense que l'iPhone est sorti avant l'iPad pour contrer les téléphones équipés de lecteurs MP3, de plus en plus en vogue à l'époque, menaçant les iPod. D'ailleurs, Apple s'était allié à Motorola, pour un téléphone sans succès certe, mais pas sans suites dans les vues d'Apple... Il fallait faire quelque chose, et l'iPhone a été la réponse. &Ankhinephes, 12marie, Rigat0n +1 @Renaud "Marre d'itunes. Quelqu'un a-t-il une alternative?" iOs5 pourrait peut-être apporter une solution, non ? @iAnn "apple révolutionne l'informatique... mais le fait-il au profit de l'humain, de sa connaissance, de sa conscience ??? Ou le fait-il en l'enchainant, le rendant dépendant et en exploitant ses plus bas instincts ???" Coluche aimait à dire "p*tain, je suis con, mais qu'est que j'aime ça". Pile poil pareil :) @Manu "Le premier logiciel à montrer la voix c'est garageband version iPad" Je suis d'accord avec cette assertion. Apple insiste pour montrer comment l'iPad peut s'écarter du PC... @Liam128 +1 avec ta seconde intervention. Tu parles du MBA, qui pourrait être considéré dans certains cas comme un iPad killer :) Je n'ai pas de MBA (pour l'instant, mais cela pourrait évoluer), mais un iPad (version 1). Le prix, je pense. J'ai un iMac 27", qui me convient tout à fait, et pas de besoin de "créativité" en mobilité. Mon âge fait que l'iPad est plus intéressant pour moi par rapport à mon iPhone, trop petit.
avatar Un Vrai Con | 
Ce n'est pas vraiment l'iPad qui à sonné le glas de l'informatique que nous avons connu mais plutôt les technologies réseaux à très haut débits.
avatar Stanley Lubrik | 
@nonoche Le petit Stanley sait lire, et il te fais savoir, comme à l'auteur de l'article, que les boites beiges, cela n'existe plus ou presque depuis longtemps.... Il y a même plein de petites unités "fanless" à brancher sur sa télé qui sont toujours des PC. Pas mal de modèles et depuis plusieurs années... Veux-tu des liens ? Et tes boites beiges d'ailleurs, elles tounent sous Windows 3.1 ??? Penses à remettre de l'huile dans ta Trabant... C'est un moteur deux temps, elle fait un bruit de casserole, et fume pas mal !!!
avatar laurange | 
Une maison avec les télés toutes connectées, toutes avec des capacités multimedias (photos, musique, vidéo) soit directement d'un disque:clé usb soit d'un stockage dans le nuage, et qui interagissent avec les ibudules de toute la famille. On y est, il faut juste un peu de logiciel pour avoir une vraie expérience utilisateur. C'est l'ère post-pc de SJ et l'ordinateur n'a pas beaucoup de place sauf pour les amateurs/pros qui gèrent leurs photos/films. Reste le jeu, mais les futures consoles vont modifier ça car elles étendent de plus en plus leurs champs d'action et vont se rendre plus indispensables (obligatoire pour résister aux services comme onlive)
avatar Arnaud de la Grandière | 
Le petit Stanley est donc d'une mauvaise foi crasse et patente, et répond à côté… mais qu'il continue donc à couper les cheveux en quatre, puisqu'il semble y prendre tant de plaisir :¬)
avatar yoa | 
@Mithrandir, Franchement, il faut réfléchir un peu plus loin que le bout de son nez. Lorsque l'on parle de l'arrivée d'une technologie, c'est auprès du grand public. Donc je réitère mon raisonnement : L'ère "post-pc" a commencé avec l'arrivée de Internet (début 2000) et non d'un pseudo-produit d'une marque à la mode. Le PC, autrefois point central de l'informatique, est relégué en un simple terminal. Le smartphone et la tablette sont deux terminaux permettant de consommer l'information différemment. Mais en rien ils sont révolutionnaires ! @nonoche, Toi, c'est l'ironie que tu ne connais visiblement pas...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
"Une maison avec les télés toutes connectées, toutes avec des capacités multimedias (photos, musique, vidéo) soit directement d'un disque:clé usb soit d'un stockage dans le nuage, et qui interagissent avec les ibudules de toute la famille." C'est exactement ce que j'ai fais chez moi, mon Mac me sert d'unité stockage (film, Photo, Musique, Comics et Documents) et tout passe par la wifi sur les AppleTV, l'Ipad (Et avec icloud, je n'aurais plus besoin de brancher l'itouch pour la musique) En faite, il me manque que la chaîne Hifi, mais ça ne va pas tarder. Aujourd'hui, je branche l'Ipad que pour faire les MAJs. J'ai adopté la philosophie d'Apple depuis un bon moment, mais j'ai du mettre du temps pour adapter tout mon contenu multimédia ( 2 ans pour 1207 DVDs), je pense que c'est le plus gros problème pour l'instant, mais je remarque qu'autours de moi, pas mal de monde commence à faire la même chose. (Beaucoup plus rapide à plusieurs) D'ailleurs, je n'utilise plus de clé USB, tout passe par la Wifi maintenant, bien plus pratique ! Surtout qu'on trouve des bornes partout de nos jours même au boulot.
avatar laurange | 
@Yos ton raisonnement tiendrait avec l'internet mobile, parce que le pc était aussi le point central en 2000 avec le web sur ligne fixe et l'est encore malgré ce que tu ne veux pas admettre, l'iphone a révolutionné la mobilité en donnant au grand public un objet utilisable et en définissant un standard minimum pour le reste de l'industrie l'ipad c'est encore au début des tablettes mais quand on voit que la Corée du sud va basculer sur du tout tablette pour les étudiants, ça commence à ressembler à plus qu'une simple mode. l'ère post-pc c'est aussi la télé connectée
avatar Madalvée | 
[QUOTE]l'ère post-pc c'est aussi la télé connectée[/QUOTE] C'est clair, dès que j'ai pensé à brancher l'antenne, ça a tout de suite été mieux… Dire que le web était grand public en 2000 est un peu aller vite en besogne, c'était surtout le terrain de jeu des passionnés… Je table plutôt pour la deuxième partie de la décennie.
avatar madaniso | 
Ipad est un vrai succès et le pionner du marché des tablettes. Mais c'est le seul, la galaxy tab à fait un score correct mais c'est bien le seul challenger. Vouloir renverser tout un industrie avec 2 produits, c'est léger. Et honnêtement c'est surtout de la spéculation et une très bonne communication pour l'instant.
avatar iTroll | 
Le marché du PC était sclérosé et dans l'impasse, l'iPad a mis un terme au statu quo. L'ère du post-pc promet plus de souplesse, d'initiatives, de réactivité, d'adaptation et d'innovation. Bonjour les envolées lyriques ! un iPad reste un gros iPod touch, et parler de magasins cadenassés au double tour comme un truc qui promet des lendemains qui chantent, merci bien. Pour le reste OK, enfin bon les petits utilitaires pour PC n'ont pas attendu Apple pour exister.
avatar iSylvain | 
Ils se sont tromper dans le Graphique x) il on mis: DEC 11 a la place de DEC 10
avatar telephone | 
Mac user depuis 6 ans, j'ai un iPhone depuis 1 ans. J'ai tarde a m'equiper car, habitue aux widgets. je trouvais le principe des "app" un peu gadget, Et bien aujourd'hui je trouve que certaines d'entres elles sont beaucoup plus agréables que le site internet! En ce sens, Apple, en inventant une nouvelle manière de consulter internet a totalement ringardise l'usage du pc autrefois indispensable pour se connecter...
avatar béber1 | 
madaniso [07/07/2011 21:42] "...Vouloir renverser tout un industrie avec 2 produits, c'est léger. Et honnêtement c'est surtout de la spéculation et une très bonne communication pour l'instant." Si on reste le guidon dans les ornières d'Apple... mais c'est oublier que c'est la Révolution Mobile dont il sagit, permise comme l'a souligné showmehowtolive, par "Internet et les web apps", mais aussi par les progrès techniques de miniaturisation des composants et des performances accrues tout en étant plus économes. Révolution Mobile, oui, bien que le terme soit assez pompeux le phénomène est pour autant bien réel et va (est en train de ) changer profondément nos habitudes : il sagit de l'accès aux médias, à l'informations, aux documents, etc... intantannément -ou presque- et partout. Donc Apple ne renverse pas toute l'industrie, mais prend simplement avec anticipation un train qui est en marche et qui est très lourd. @iTroll non, le projet de l'iPad prècède celui de l'iPhone et de sa déclinaison en iPod Touch.Relire pour cela des articles antérieurs comme : Une Histoire de smartphones ici même sur MacGé. https://www.macg.co/unes/voir/128201/une-histoire-de-smartphones-apple. En gros il y avait deux ligne des recherches, une dirigée par JM Hulot pour le projet de "smartphone", et une autre à Cupertino sur le projet de tablette. C'est quand la navigation inertielle est arrivée -pour ce qui deviendra iPad- que l'évidence de sa transposition vers le projet de smartphone s'est imposée comme un plus, et comme le fondement de la navigation multitouch voulue et indispensable a ce petit format
avatar jgodin03 | 
@madaniso Je ne suis pas d'accord avec toi, bien que la Galaxy Tab se soit quelques peu vendue, demande a n'importe qui dans la rue de te nommer un tablette au hasard et a 99% des cas ce sera le iPad. Le Galaxy Tab est loin de concurencer l'iPad en chiffre de vente, et je ne dis pas ça en troll, je suis réellement fan d'android mais les faits sont que la concurence du iPad a du mal énormément de mal a percer le marcher... Je ne sais plus ou j'ai lu(peut etre MacG?) que le iPad détenait environ 85% du marché a lui seul(corrigez moi si je me trompe), tandis que la concurence se battait pour le petit 15% restant... Le Galaxy Tab un challenger? J'en ris encore...
avatar Armas | 
C'est simple, pour résumer le titre en quelques phrases, nous sommes passés d'une ère d'ordinateur personnel ou l'utilisateur final était maitre de son environnement materiel et logiciel à une ère d'utilisation de service ou l'utilisateur paye pour accéder au contenu qu'il dématerialise. C'est plus rentable C'est plus simple C'est plus efficace C'est la mort de l'informatique personnelle et la mort d'internet à la fois. On se retrouve avec des super serveurs centralisateurs et des terminaux de consultation aux capacités limitées qui exploiteront les données traitées sur les serveurs. Vous en pensez ce que vous voulez, pour moi c'est une regression.
avatar Madalvée | 
Révolution du logiciel, oui, mais est-ce dans le bon sens ? Au lieu d'avoir des logiciels généralistes, on a de multi gadget qui éparpillent leurs compétences. À word succèdent un logiciel pour faire ses cartes de visites, un autre pour ses rapports, encore un autre pour sa bibliographie, un pour les écrivains, un pour les scripts… La perennité des documents a toujours été un problème, mais là je crains carrément la catastrophe quand un iPad72 ne lira plus les apps de l'iPad 2…
avatar shenmue | 
@Béber-1:"Donc Apple ne renverse pas toute l'industrie, mais prend simplement avec anticipation un train qui est en marche et qui est très lourd." On peut même dire qu'ils ont pris la loco de tête avec l'iPhone...on avait pas vu un tel truc avant tout de même...
avatar shenmue | 
@Madalvée:"La perennité des documents a toujours été un problème, mais là je crains carrément la catastrophe quand un iPad72 ne lira plus les apps de l'iPad 2…" Quelle catastrophe vu que ton possesseur d'iPAd 2 sera sans doute mort quand on achètera l'iPAd72 ?
avatar Mark Twang | 
@ iTroll : Tu portes bien ton nom. Très chouette réflexion ce petit papier.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Tiens un article à la gloire d'apple et de son modèle informatique puant basé sur la consommation de service et le verrouillage des environnements. Avec bien sur le terme "révolution" dans le titre comme bon élément de langage de la marque. Le pire c'est que je suis malheureusement d'accord avec vous. Mais pour moi c'est pas de l'informatique, c'est de la télématique évoluée. iPad / minitel, même combat. Un consommateur passif qui va consommer de l'info mise à sa disposition de fort belle façon, et de façon ludique (oooh on joue avec nos doigts, comme mon neveu de 6 mois), mais ca reste de la télématique. Fini l'informatique qui permettait d'être créateurs, d'apprendre le "dialogue" avec la machine. Alors oui je sais je suis un vieux con qui refuse le modernisme et qui suis nostalgique de l'époque ou apple s'adressait aux créatif, pas aux cons-somateurs. (J'en profite pour confirmer les autres arguments bidons de ce forum : oui j'aime raler , et non, je vois pas pourquoi je devrais juste aller voir ailleurs parce que hein, quand même, on m'oblige pas à acheter Apple). Alors non, l'ipad tel qu'il est n'est pas une révolution, c'est juste l'avènement pour les multinationales de l'informatique de ce qu'ils ont toujours voulu : Un consommateur idiot, soumis, infantilisé, formaté, censuré de préférence. L'informatique émancipatrice c'est fini. Bienvenue dans "l'informatique" de la consommation. Le vrai génie d'Apple, c'est d'arriver a devenir ce qu'était microsoft dans ses pires années en donnant l'impression d'être toujours aussi cool, uniquement grâce au design parfait de ses produits.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR