Steve Jobs s’exprime sur Flash

Christophe Laporte |
Chose rare, Steve Jobs vient de publier une lettre ouverte sur le site d’Apple, intitulée "Thoughts on Flash" (réflexions sur Flash), dans laquelle il s’exprime au sujet de la technologie d'Adobe, sujet qui a fait beaucoup couler d’encre depuis quelques semaines, notamment avec la sortie de l’iPad. Au vu de certaines prises de position - Flash présenté comme une technologie du passé - il serait étonnant qu'Adobe reste silencieux. Au passage, on observe que cette sortie du patron d'Apple avait fuité hier.

toughtsonflash


En introduction, Jobs rappelle qu'Adobe a été le premier gros client d’Apple. Elle avait développé le langage PostScript que la firme de Cupertino avait intégré à ses LaserWriter, les fameuses imprimantes lasers qui fêtent leur vingt-cinquième anniversaire ces temps-ci. À l’époque, Apple et Adobe avaient travaillé main dans la main comme rarement, explique Jobs. Ajoutant que la Pomme avait aussi investi à hauteur de 20% dans le capital d'Adobe pendant quelques années.

Depuis cet "âge d’or", les deux sociétés ont évolué, constate Steve Jobs. "Apple a failli mourir et a fini par se redresser alors qu’Adobe a développé son activité vers le monde de l’entreprise avec ses produits Acrobat". Les deux sociétés travaillent en commun afin de répondre aux besoins des créatifs. Jobs rappelle qu’une copie sur deux de la Creative Suite est vendue à un utilisateur Mac.

Jobs donne ensuite très simplement son avis - on peut même parler de réquisitoire - sur Flash afin que les clients et les spécialistes puissent mieux comprendre pourquoi Flash n’est pas présent sur l’iPhone, l'iPod touch et l’iPad. D’après lui, Adobe a toujours fait croire qu’Apple n’ouvrait pas la porte à Flash pour des raisons commerciales afin de protéger l’App Store. Pour Steve Jobs, c’est tout le contraire : c’est avant tout une décision à caractère(s) techniques(s).

Il démonte ensuite l’argumentation d’Adobe indiquant que Flash est un système ouvert. "Les produits Flash sont 100% propriétaires". Adobe ayant seule autorité sur leur évolution ou leur prix. Le fait que Flash soit largement répandu n'en fait pas un produit ouvert écrit Jobs, au final c'est Adobe qui en garde le complet contrôle.

Apple aussi a son lot de produits propriétaires poursuit Jobs, mais Apple, comme Google, a fait le choix de standards ouverts, lorsqu'ils étaient pertinents pour le web : HTML5, CSS et JavaScript. Et d'ajouter qu'Apple apporte sa contribution en ayant par exemple "créé WebKit à partir d'un petit projet open source". Un WebKit utilisé aujourd'hui par Android, Palm, Nokia et RIM. En faisant un standard pour les navigateurs mobiles.

Second point, la place de Flash sur le Web. Au discours d'Adobe selon lequel Apple prive ses appareils de 75% des vidéos sur le web, Jobs rappelle que la plupart de cette masse est disponible dans "un format plus moderne, le H.264". Les vidéos de YouTube qui représentent 40 % des vidéos sur le web sont lisibles sur les plateformes mobiles d'Apple. Et d'énumérer des services comme Vimeo, Netflix, Facebook, des chaînes de télé américaines… "les utilisateurs d'iPhone, iPod et iPad ne sont pas en manque de vidéos".

Jobs concède que ces appareils ne peuvent utiliser les jeux en Flash, mais il renvoie aux 50 000 jeux et titres de loisir sur l'App Store, dont une partie non négligeable est gratuite. Un volume qu'il estime dépasser de loin celui de n'importe quelle autre plateforme.

Viennent ensuite les questions de sécurité, fiabilité et performances. Il dresse un portrait de Flash responsable de la plupart des plantages sur Mac, avec en outre, selon Symantec, le bilan le plus noir en matière de sécurité en 2009. Apple et "Adobe ont travaillé à résoudre ces problèmes, mais ils perdurent depuis maintenant plusieurs années" déplore Jobs.

Il met ensuite en doute la capacité d'Adobe à faire correctement fonctionner Flash sur des mobiles. "Nous leur avons régulièrement demandé de nous montrer Flash qui marcherait bien sur un mobile. On ne l'a jamais vu" Et d'égrener les retards rencontrés dans la finalisation de cette version de Flash "On pense qu'il finira par sortir, mais nous sommes contents de ne pas avoir eu à attendre. Qui sait comment cela fonctionnera ?"

Quatrième point, l'impact sur la batterie des mobiles. Pour Jobs, l'utilisation du H.264 associée à un décodeur de type matériel permet de bons résultats en autonomie pour la lecture de vidéos. Alors que Flash utilise encore une ancienne solution, non supportée par les puces pour mobiles, qui oblige à un décodage logiciel des vidéos et par là, divise l'autonomie par deux. L'avantage du H.264 étant aussi qu'il ne nécessite aucun plug-in pour être lu directement par un navigateur, et qu'il est parfaitement géré par les appareils mobiles.

Cinquième point, l'interaction tactile. Les interfaces en Flash utilisent des éléments qui se prêtent mal à une utilisation sans souris et de type multitouch. Donc, quitte à devoir réécrire son site, pourquoi ne pas le faire directement en HTML 5, CSS et JavaScript, suggère Jobs.

Enfin, sixième point, "le plus important", le fait qu'Adobe vise à ce que les développeurs utilisent Flash pour créer des applications pour iPhone. Jobs reprend un argument déjà évoqué récemment, le fait que Flash est un outil de développement multiplateforme, qui ne tirera profit que du plus petit dénominateur commun de chacune de ces plateformes (lire Adobe prend un bol d'AIR sur l'iPad). De manière à ce qu'un logiciel puisse être écrit une seule fois et fonctionner à l'identique partout "Il n'est pas dans les objectifs d'Adobe d'aider les développeurs à écrire les meilleures applications iPhone, iPod et iPad."

Jobs critique également le fait qu'Adobe a été terriblement lent à adopter les améliorations survenues sur les plateformes d'Apple. "Alors que Mac OS X est sorti depuis presque dix ans, Adobe l'a pleinement adopté (Cocoa) il y a deux semaines avec la sortie de la CS5. Adobe a été le dernier des grands éditeurs à complètement adopter Mac OS X" (ndlr, Jobs glisse sur le fait qu'Apple aussi a quelques grosses applications toujours en attente de passage sur Cocoa : iTunes, Final Cut Studio, etc…).

L'objectif d'Apple, explique Jobs, est que les développeurs puissent s'appuyer directement sur iPhone OS pour leurs applications, plutôt qu'au travers de solutions tierces qui ne seront pas à même de leur proposer toutes les possibilités de l'original, ou qui le feront avec retard. Créant par là une dépendance délicate vis à vis de ces intermédiaires.

Ce qui amène le patron d'Apple à conclure - en versant les dernières goutes d'essence sur les flammes - que Flash a été conçu "à l'époque du PC et des souris", mais qu'il n'est plus nécessaire pour les plateformes mobiles, malgré l'envie d'Adobe, pour des raisons compréhensibles, de l'y voir jouer un rôle.

"L'avalanche de médias qui offrent leurs contenus pour les appareils mobiles d'Apple montre que Flash n'est plus nécessaire pour regarder des vidéos ou consommer toute sorte de contenus Web. Et les 200 000 applications sur l'App Store prouvent que Flash n'est plus indispensable pour les dizaines de milliers de développeurs qui veulent créer des applications riches graphiquement, jeux compris".

"Les nouveaux standards ouverts créés à l'ère du mobile, comme le HTML5, l'emporteront sur les appareils mobiles (et sur les PC aussi). Peut-être qu'Adobe devrait se concentrer davantage, pour l'avenir, sur la création de très bons outils HTML5, et moins critiquer Apple sur le fait qu'elle entend laisser le passé derrière elle".

Une sortie du patron d'Apple sur ce maintenant vieux débat (on retrouve des traces de cette querelle dès l'automne 2008) qui intervient alors que les répercussions de l'affaire Gizmodo et de l'iPhone 4G font toujours l'actualité, et qu'Adobe venait de commencer à optimiser Flash sur Mac OS X, après avoir obtenu une API longtemps réclamée à Apple…

Sur le même sujet :
- La réponse d’Adobe
avatar shenmue | 
@Eurylaime:"Jobs écrit en toutes lettres ne pas vouloir être dépendant d'un tiers pour les applications. Au moins ça a le mérite d'être clair." Oui, et il explique bien les raisons TECHNIQUES à cela et ces raisons sont claires et peu facilement attaquables...mais tu ne lis QUE ce que tu veux bien lire, comme d'habitude.
avatar Jerry Khan | 
Si être Cocoa c'est adopter NSWindow et NSButton (c'est un peu léger hein)....alors tout ou presque est en cocoa en 2010 (à part Firefox)
avatar BigMac50 | 
Je reste d'accord sur les points du poids de flash (de plus en plis gourmande) mais surtout c'est la sécurité qui est pour moi le plus gros defaut de flash a l'heure actuelle
avatar Liam128 | 
@JegnuX : A part pour le décodage vidéo, et encore, Flash est plutôt plus performant qu'HTML5 sur énormément de points. A l'heure actuelle, le contenu riche en HTML5 n'a pas encore dépassé le stade du proof of concept qui rame (et quand je dis qui rame, c'est à faire passer Flash pour une technologie écrite 100% en assembleur). Du coup bien entendu, l'autonomie en prends un sacré coup aussi même sur les iPhone/iPad. Et là bizarrement, ça cesse soudainement de déranger Steve Jobs...
avatar oeufmollet | 
Vive Billou ! euh Steeve pardon ;) Plus sérieusement, je trouve que la lettre est plutot bien argumentée d'un point de vue global. Et je pense qu'un seul point suffit deja à Apple de refuser le flash sur ses ipod/pad/phone : la conso energetique. Si la batterie est bouffée bcp plus rapidement avec flash, il est evident qu'il faut l'eviter. D'ailleurs moi je m'en rends compte sur mon macbook, vous allez me dire si je me trompe, mais quand je joue aux ptis jeux sur le site facebook, le cpu tourne à donf, le ventilo se met en mode turbine, et la conso est en chute libre ... c'est pas du flash, par hasard ? Pour les autres arguments, j'ai pas d'arguments concrets pour dire s'il a tort ou raison, m'en fous ... deja que l'autonomie de l'iphone est pas geniale, j'ose meme pas imaginer avec le flash (faudrait avoir un sac à dos plein de batterie sur soi toute la journée)
avatar Toximityx | 
De nouvelles normes ouvertes créé à l'ère mobile, tels que HTML5, gagnera sur les appareils mobiles (PC et trop). Peut-être que Adobe devrait se concentrer davantage sur la création des outils efficaces pour l'avenir HTML5, et moins à critiquer Apple de laisser le passé derrière. Ah ah Steve frappe à gauche et à droite dans chaque ligne.. Adobe en prend plein la gueu** :s
avatar Nihondjin | 
"Ouverture" c'est drôle qu'en on pense à iTunes & co
avatar Gimli fils de Gloin | 
Je soutiens a fond iPapy. Flash est lent, peu sécurise, bref sans avenir. iPapy a raison de dégager ce truc. Quand a Hal 9000 et autres trolls, qu'ils retournent a Redmond.
avatar pseudo714 | 
Je suis bien d'accord avec le point de vue de Steve. Y'a juste un gros point qui me fait grincer les dents... "For example, although Mac OS X has been shipping for almost 10 years now, Adobe just adopted it fully (Cocoa) two weeks ago when they shipped CS5." Quand on sait que le Finder est en Cocoa que depuis Snow Leopard, et qu'iTunes ne l'est toujours pas, ça la fou mal je trouve..." Oui mais le Finder et iTunes ne plantent pas et ne bouffent pas tout le processeur.
avatar Bjeko | 
Ceci dit personne n'aurait OBLIGE personne à installer Flash sur son iPhone/iPad, donc tous les arguments de Jobs tombent à l'eau. "le refus de Flash est lié à des considérations techniques et non commerciales" : ^_^
avatar Rezv@n | 
Ils auraient dû mettre un réglage "Activef-Desactiver" pour flash ! Comme ça ceux qui veulent flash peuvent l'avoir et ceux qui en veulent pas n'ont qu'à désactiver. Et tout le monde est content !
avatar thejampot | 
@ arturus : thanks :D
avatar hok | 
C'est bien argumenté, mais c'est limite à chaque fois 1- ouverture: les spec de flash sont ouvertes, la machine a action scripttamarin est open source, action script est standardisé iso dans ecma script, open screen project de adobe open source pas mal de parti du player, il existe des implémentations open source genre gnash, il exite des compilo flash open source genre haxe. 2- poids véritable de Flash sur le Web: comment va t'on faire pour les millions de vidéo en flash actuellement sur le net ? il faut etre pragmatique. Et flash c'est pas que des vidéos. Certaines choses sont toujours impossibles en html 5. D'ailleurs si flash a cette réputation c'est aussi parce que flash permet plus de choses, donc utilise plus de ressources, on va commencer a se plaindre du javascript et de html 5 lorsque ca commencera a etre utilisé pour des projets plus fou. Regardez les jeu en html 5 et flash pour faire les mêmes chose flash est bcp plus économe. 3- sécurité/performances/fiabilité: suffit qu'apple le sandbox, et qu'il laisse l'utilisateur choisir de démarrer l'applet flash, il y a des sites web qui font ramer safari actuellement, le javascript = action script, certain dev web abuse de pages lourdes, bah on s'y fait, on y revient pas quand c'est lourd, on visite les sites léger et rapide, la main invisible du marché décide du vainqueur. 4- gestion de l'autonomie: c'est le même problème qu'avec un gros site bien lourd, ca fait chauffer le téléphone, suffit de mettre un bouton comme pour flashblock pour décider d'activer l'apple flash. 5- gestion du tactile: même probleme qu'avec javascipt, et quand on réécris on ne part jamais de 0, c'est plus facile de faire du refactoring à partir du code existant. 6- le fait que Flash ne vise pas à tirer tout le potentiel spécifique à iPhone OS: Laissons le marché décider, si une app utilise un framework inférieur les gens lui donneront de mauvaises critiques et elle ne sera pas achetée. Bref laissez le client libre.
avatar laurent.1979 | 
Steve JOBS a changé de foie, mais il a toujours une grosse paire de couilles !
avatar arturus | 
@ thejampot : sorry, pas put m'en empêcher...
avatar misterbrown | 
@laurent.1979 : hahaha Jolie lettre en tout cas ! Flash was created during the PC era – for PCs and mice. Flash is a successful business for Adobe, and we can understand why they want to push it beyond PCs. --- In addition, Flash has not performed well on mobile devices. We have routinely asked Adobe to show us Flash performing well on a mobile device, any mobile device, for a few years now. We have never seen it. Adobe publicly said that Flash would ship on a smartphone in early 2009, then the second half of 2009, then the first half of 2010, and now they say the second half of 2010. We think it will eventually ship, but we’re glad we didn’t hold our breath. Who knows how it will perform?
avatar Silverscreen | 
Ben oui le Finder, iTunes etc en Cocoa. Et alors, ça change quelque chose à la performance ou l'expérience utilisateur ? Alors que la CS1 qui tournait sous Classic, la CS 2 sous Rosetta, la CS 3 qui n'utilise toujours pas Quartz pour ses filtres, la CS 4 qui n'utilise ni le 64 bits et très mal le mutlicore et la CS5 qui n'utilise ni OpenCL ni GrandCentral… ben oui ça change quelque chose pour l'utilisateur. Le fait qu'Adobe cherche à développer pour plusieurs plateformes est effectivement un facteur limitant pour ceux qui veulent utiliser le meilleur des technologies développées par l'éditeur de l'OS. Si Adobe avait adopté xCode en temps et en heure au lieu de garder cette antiquité de CodeWarrior, les applis Adobe serait maintenant au moins 20% plus rapide : si c'est pas à cause de la gestion du multi-thread, ce serait grâce aux innovations en termes d'interface. Je viens de télécharger Transmit 4 : quand tu voies ce que donne le développement 100% Mac en termes d'efficience, tu vois qu'Adobe est restée bloquée dans les années 1990-2000. Le pire étant sur les applis développées au départ par Macromedia : Flash, Dreamweaver et Director sont des dinosaures d'un autre âge. Si Flash se limitait à être un logiciel auteur, capable de générer au choix du SVG, du HTML5 etc, avec un langage de script non propriétaire toute la communauté des internautes et des développeurs y gagnerait. Si le PDF était un standard ouvert, c'est toute l'indusdrie graphique et le Business qui y ganerait et Adobe continuerait à engranger des sous grâce à ses logiciels auteurs. Au lieu de ça, l'utilisateur est pris en otage en raison de technologies fermées qui deviennent un standard de fait. Bien sûr Jobs n'est pas un saint et empêcher les autres boites de développer leur applis pour l'iPhone avec leurs outils ou en court-circuitant l'AppStore est sûrement au centre de ses préoccupations mais je suis bien content qu'on croule pas sur les applis en flashs développées avec les pieds…
avatar Domsou | 
Mettre le Flash en option aurait eu pour effet immédiat de ne pas encourager le basculement vers HTML5 et de provoquer les problèmes que SJ souhaite justement éviter sur ses machines. Le HTML5 est encore très jeune néanmoins on va commencer à voir apparaître des solutions intéressantes dans les mois à venir. À ce propos jetez un œil à la librairie Javascript Processing.js écrite par John Resig (le concepteur de Jquery) : Http://processingjs.org
avatar sylko | 
Bravo Steve. Fin des années 90, Apple était au bord du gouffre et autant Adobe et Quark tournaient leurs vestes et investissant du côté obscur. Ça ne leur fait as de mal, qu'ils se la ramassent bien profond. Flash a bénéficié de l'absence de softs pour ceux qui ne voulaient pas se plonger dans le code. Les graphistes, par exemple. :-P
avatar Frodon | 
EDIT: Je remet en français, car j'ai envoyé un mail directement à Steve Jobs via l'adresse publique que tous le monde connait. La plupart des arguments de Steve Jobs se défendent et sont parfaitement valides. Cependant Apple ne montre pas l'exemple sur certains d'entre eux. En effet: [quote=Steve Jobs] For example, although Mac OS X has been shipping for almost 10 years now, Adobe just adopted it fully (Cocoa) two weeks ago when they shipped CS5. Adobe was the last major third party developer to fully adopt Mac OS X. [/quote] Apple n'a pas passé le Finder en Cocoa avant 2009 avec Snow Leopard! Mac OS X et Cocoa existaient depuis plus de 9 ans à ce moment là!!!! Et même aujourd'hui, iTunes n'est toujours pas passé à Cocoa!!! [quote=Steve Jobs] We know from painful experience that letting a third party layer of software come between the platform and the developer ultimately results in sub-standard apps and hinders the enhancement and progress of the platform. [/quote] En effet, cependant là aussi Apple ne montre pas l'exemple. Ils ont porté une partie des APIs Carbon et Cocoa à Windows (en fait pour Cocoa ils réutilisent le travail de la Yellow Box, initié à l'époque d'OpenStep). Ok pour Safari ils ont corrigé le tire avec la version 4.x, mais quand même! Cela étant dit, Steve Jobs demande qu'Adobe "créé des bon outils pour faire de l'HTML 5", mais pourquoi ils ne le feraient pas eux même chez Apple (c'est peut être prévu cela dit, je n'en sait rien)? Je suis persuadé qu'ils sont parfaitement capable de le faire, ils ont déjà prouvé avec leur gamme Pro de logiciels (Final Cut Pro & co), qu'ils étaient parfaitement capable de faire de très bons outils professionnels. Et considérant leur foi dans le potentiel de l'HTML 5 (au moins apparente), à raison, ils ont en plus une réelle motivation. Alors allez y Apple! Faite des outils de création d'HTML 5 simple et puissants! N'attendez pas qu'Adobe se réveille!
avatar Mabeille | 
@shenmue tous ce qu'écrit et dit SJ est vrai? Il n'a aucun parti pris et aucun intérêt dans l'histoire? Il n'est en rien impliqué financièrement dans ce choix? Et si on revenai sur java? l'autre qui permettrait de passer outre appStore. Il est aussi trop lent? Non il est propriétaire... c'est donc le mal. Enfin dans le monde Apple bcp de choses sont propriétaires, là ça le gêne moins.... bref si SJ plaide pour sa paroisse avec plus ou moins d'objectivité, tu n'es pas obliger de le suivre aveuglément. Ou bien as tu une raison particulière d'être tjs d'accord avec lui?
avatar Stalmicmac | 
Je m'excuse, mais ceux qui compare des logiciels comme iTunes ou le Finder, par rapport à une suite CS (qui coûte bonbon), je comprends qu'il se permette de dire qu'Adobe était à la traîne! Défendre Adobe en comparant CS5 et iTunes... c'est un peu facile et léger! iTunes est un logiciel offert, gratuit, et n'est pas un outil de production professionnel! Dans mon cas (graphiste) j'utilise quand même plus souvent la suite CS (au travail) que iTunes, pour moi, Steve à raison, et je suis bien plus emmerdé qu'Adobe traîne la savate avec sa suite! Il faut remettre l'église au milieu du village: On ne peux pas comparer la Suite CS et iTunes!
avatar shenmue | 
@sylko:"Bravo Steve. Fin des années 90, Apple était au bord du gouffre et autant Adobe et Quark tournaient leurs vestes et investissant du côté obscur." Eh oui, aucun de ceux qui ont vécu cette période n'ont oublié cela. Adobe, c'est le genre de boîte qui n'a pas de face. Leur prêter les clefs de ta maison c'est comme une assurance d'être cambriolé au premier départ en vacances.
avatar shenmue | 
@Mabeille: Excuse moi, mais je ne te lis plus, tes trolls m'indiffèrent.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR