Apple et d'autres plateformes sont accusées de distribuer des enregistrements pirates d’Harold Arlen

Mickaël Bazoge |

Apple, Amazon, Google, Microsoft et Pandora ont été mis dans le même sac par la succession Harold Arlen, fameux compositeur de comédies musicales pour Hollywood et Broadway. Ce dernier a notamment composé le morceau Over the Rainbow pour le film Le Magicien d’Oz, ou encore la musique de la version 1954 de A Star is Born. Depuis sa mort en 1986, c’est son fils et sa succession qui sont chargés de veiller à l’héritage du prolifique compositeur.

Dans une plainte dont Forbes se fait écho, les principaux distributeurs sont accusés de distribuer plus de 6 000 enregistrements non autorisés de la musique d’Harold Arlen. Les plateformes se seraient entendues avec des « pirates notoires » pour vendre et diffuser en streaming des milliers d’enregistrements pirates.

Les boutiques de musique et services de streaming concernés par cette plainte seraient envahis de copies non autorisées des travaux du compositeur, vendues à des prix moins élevés que les versions légitimes. Un revendeur écoule ainsi un titre tiré de la comédie musicale Jamaica édité par Soundtrack Classics au prix de 0,99 $, alors que la version autorisée, éditée par RCA Victor, est en vente à 1,29 $. La jaquette de la mouture de Soundtrack Classics a été bidouillée pour effacer le logo RCA…

Selon la plainte, les plateformes cherchent à vendre à tout prix les morceaux les plus populaires, peu importe la provenance des enregistrements, qu’ils soient légitimes ou pas. Selon les avocats de la succession Harold Arlen, les vendeurs en ligne savent parfaitement qu’ils enfreignent les règles, mais ils continuent à travailler avec les distributeurs de ces enregistrements pirates. Le plaignant veut que cessent ces pratiques, ainsi que des dommages et intérêt qui pourraient atteindre 4,5 millions de dollars pour l’ensemble des plateformes accusées.


avatar donatello | 

On sent bien que ces héritiers ont avant tout à cœur de protéger la création artistique.

(lol)

avatar Crunch Crunch | 

@donatello

ABSOLUMENT !
Le patrimoine familial ça n'a pas de prix ??

avatar whocancatchme | 

pépé aimait l'argent !!!

avatar Un Type Vrai | 

"Le plaignant veut que cessent ces pratiques"
Cool
Fin de phrase attendue : "Et aligne ses prix des morceaux hyper rentabilisés sur celui des pirates à 99 cents."

:-D

avatar SyMich | 

Le sujet n'est pas la différence de prix entre la version légitime et les copies pirates!
Si ce qu'ils disent est vrai, pourquoi laisseraient-ils ces copies pirates être commercialisées sans réagir? ?
Déjà que le streaming ne rapporte pas grand chose aux artistes (ou à leurs ayant droit), si en plus ce sont des copies pirates sur lesquelles ils ne gagnent absolument rien qui sont diffusées, on peut comprendre qu'ils aient envie de faire cesser ces pratiques, non?

avatar zoubi2 | 

@SyMich

Oui.

avatar donatello | 

Hein ? Non, non, absolument rien de condamnable. Les types ont énormément bossé, ils ont fait des gros sacrifices et ont pris des risques importants, il est juste et bon qu'ils soient rétribués en conséquence. Tout cela est parfaitement digne et décent.

avatar oxof | 

@CLang

A titre personnel je serai assez favorable à ce que ta maison revienne à tes voisins à ta mort.
(Si tu en as une évidemment sinon mon propos n'a aucun sens).

avatar vince29 | 

@oxof
En fait tu ne pourrais jamais être propriétaire de la maison car celle-ci resterait la propriété à parts égales du producteur (le maçon) et du créateur (l'architecte)

avatar IPICH | 

@CLang

L'héritage tu connais?

avatar oomu | 

"L'héritage tu connais?"

oui il connait et il vient d'écrire qu'il s'oppose au principe que la propriété intellectuelle dans le cadre d'oeuvre artistique musicale soit transmise à des héritiers, mais tombe dans le "domaine public". (à charge de l'Etat d'organiser ce dit Domaine Public)

j'ai juste lu entre les mots ;)

avatar ys320 | 

@CLang

Les droits d’auteurs inaliénables, ou 3’30 de talent qui se transforme en rente Ad vitam æternam ! Born to be alive... Ou commence la création et ou s’arrête le racket ?

avatar raoolito | 

Moi, je dis qu’entre les guillemets et du texte, il y a des espaces insécables. Et que, depuis le temps, on pourrait penser à ce détail sur MacG    :)

Sinon sans les dédommagements, j’aurais trouvé la demande des héritiers normale...

avatar WingmanTed | 

@raoolito

On pourrait penser effectivement mais pas sur ce format de guillemets !
Et si la rédaction se fait sur Mac ou iOS, impossible d’y échapper.

Après si tu veux de la belle rédaction pourrie et des fautes d’orthographe, de grammaire et de syntaxe à la pelle, je peux te recommander un site concurrent 4ever/pour toujours ?!?

avatar raoolito | 

@WingmanTed

Pardon ? Pas compris, j'y arrive parfaitement, sur macos ou ios mais avec pages. C'est vrai que cela dépend du logiciel...

avatar MacRicow | 

Et pourquoi pas sur ce format de guillemets? C'est un détail, mais typographiquement il faut bien une espace insécable fine et ça marche sans souci en HTML :
javascript:jQuery("body").html(jQuery("body").html().replace("« <em>pirates notoires</em> »","«<em>&#8239;pirates notoires&#8239;</em>»"));

avatar SyMich | 

J'imagine que le dédommagement correspond à une estimation des droits qu'ils auraient dû percevoir si les titres vendus ou diffusés avaient été les titres légitimes et non des copies pirates sur lesquels ils n'ont évidemment rien touché.

avatar Phiphi | 

@SyMich

Pas forcément. En France oui, on fait valoir un préjudice qui doit être évalué le plus exactement possible, au risque d’obtenir bien moins si on ne peut pas prouver la justesse du calcul. Au US ce n’est pas le cas, d’où la prolifération de demandes parfois ridiculement outrancières.

avatar SyMich | 

Certes, mais là on n'est pas sur les sommes astronomiques dont on parle dans certains procès américains.
4,5 millions de dollars demandés pour l'ensemble des plateformes mises en cause sachant que le plaignant parle de 6000 enregistrements pirates, ça correspond à 750 dollars de dommage et intérêt par titre. Ça ne semble pas dément comme demande.

avatar Phiphi | 

@SyMich

Je n’ai pas dit non. J’ai juste dit que pas forcément. C’est peut-être une évaluation étayée, c’est peut-être une estimation au doigt mouillé, difficile à déterminer sans autres sources et je n’ai absolument aucune idée des volumes de vente.

avatar oomu | 

"J'imagine que le dédommagement correspond à une estimation des droits qu'ils auraient dû percevoir si les titres vendus ou diffusés avaient été les titres légitimes et non des copies pirates sur lesquels ils n'ont évidemment rien touché."

on peut estimer facilement le préjudice subit si on obtient de ces plateformes combien de titres édités par des plagieurs ont été vendus

La somme demandée reste raisonnable à la hauteur de ces plateformes et du compositeur.

avatar Cagliostro | 

Je suis atterré de constater que les commentaires critiquent les héritiers alors que ces saloperies de plateformes de streaming vous font payer des oeuvres piratés. JE REPETE : CES GRANDES ENTREPRISES MULTI-MILLIARDAIRE VOUS FONT PAYER DES OEUVRES PIRATÉ EN TOUTE CONNAISSANCE ET NON À L'INSU DE LEUR PLEIN GRÉ (donc aucun retour pour les artistes).
Et tout ce que je lit dans les commentaires c'est : les héritiers de papi ont les dents longues qui raclent le plancher... Des fois je me demande ce qu'il y a entre les deux oreilles de certaines personnes.

avatar oomu | 

@cagliostro

c'est pourtant simple: je ne supporte pas les gens qui osent demander réparation d'un tort prévu par la loi (cette audace d'oser utiliser la Justice, boueEErkl).

Et en plus de demander une compensation (ils veulent de l'argent ? la honte !).

Tout le monde sait que SEUL le Oomu doit obtenir justice, doit avoir droit à la Propriété et doit être compensé quand on lui fait un tort.

C'est aussi simple que cela :)

-
après, honnêtement, je suis le premier à demander un recul de la protection des œuvres artistique et des droits des héritiers (et à l'inverse une sur-protection des auteurs vivants).
Mais c'est tout un débat, auquel on n'est pas nécessairement légitime d'y participer.

Et surtout, comme l'a dit Leiji Matsumoto, penser qu'un jour ses petits enfants ne pourront plus profiter de SON TRAVAIL acharné, ça l'énerve grave !
(car quand Harlock et compagnie seront libres de droit, ça sera toujours de grands groupes qui créeront des suites et dérivés qu'ils repropriétariserons, comme la Blanche-Neige _DE DISNEY_ est protégée, et non pas la famille du VRAI créateur)

shocking.

--
(débrouillez vous seuls pour voir la part de second degré et de sérieux dans mon propos. Si j'estime qu'il faut des limites et un équilibre entre le public et les éditeurs, je comprends aussi l'Auteur)

avatar zoubi2 | 

@oomu

? ?

avatar Cagliostro | 

Je reste simple : ces grosses compagnies distribuent contre monnaie sonnante des produits piratés, donc illégaux. Le fait que des héritiers décident d'agir et de réclamer du pognon je m'en fout, par contre je suis bien content d'apprendre (grâce à ces héritiers) que ces grosses compagnies volent tout le monde. Je ne pensais pas acheter des produits pirates (illégaux) sur l'iTune Store ou Google play...

avatar Cagliostro | 

L'article parle de "copies non autorisées", il me semble que cette phrase est claire. Pas besoin d'être avocat pour comprendre que la vente de produit non autorisé est illégale. Donc les grosses Majors nous vendent en toute connaissance de cause des produits illégaux.

avatar macbookpro2016 | 

Ptdr cet article

avatar e2x | 

Si c’est bien vrai, qu’ils paient ces enfoirés! ?
Tu peux pas nous vendre la sécurité et la confiance mais tu deal en fait des contrefaçons sous le manteau sur le dos de Papi ou quiquecesoit

CONNEXION UTILISATEUR