DM1 : la boîte à rythmes de Fingerlab sur Mac

Nicolas Furno |
DM1 [1.0 – US – 4,49 € – OS X 10.7 – 59,9 Mo – Fingerlab] est l’adaptation, pour les Mac, de l’application du même nom conçue à l’origine pour l’iPad. Il s’agit toujours d’une boîte à rythmes très complète qui permet autant de réfléchir sur un morceau que d’en créer complètement la section rythmique.

La version OS X reprend l’intégralité des fonctions de DM1 [4.0.1 – US – 4,49 € – iPad – 86,0 Mo – Fingerlab] en version iPad, mais aussi son interface. Par défaut, le logiciel s’ouvre ainsi dans une fenêtre qui affiche séparément chacune des sections de la boîte à rythmes. Sur cette capture, on a ainsi l’écran "Steps", mais on peut passer aux "pads", à la zone "mixer" ou encore à la section dédiée aux effets spéciaux appliqués à la musique d’un clic ou avec une touche dédiée. L'interface se contrôle entièrement à la souris, ou presque : ce qui se faisait avec un doigt sur l'iPad se fait désormais avec le curseur de la souris, pour faire simple.




DM1 sur le Mac n’est pas qu’une banale copie de la version iPad toutefois et on peut afficher l’ensemble des contrôles en passant en plein écran. Ce mode qui n’est pas proposé sur la tablette, faute de place, trouve ici tout son sens et s’avère très agréable, d’autant que l’on utilise plutôt cette application seule à l’écran. Cela fonctionne, mais sur les grands écrans uniquement : c’est bien sur un 15 pouces Retina, parfait sur un 27 pouces, mais inutilisable sur un MacBook Air 11 pouces où l’on aimerait retrouver le découpage comme en mode fenêtré (capture d’écran).




L’intérêt de DM1 est aussi de lire et écrire des fichiers compatibles avec la version iPad. L’éditeur n’a pas intégré iCloud, mais on peut exporter des données avec iTunes ou Dropbox pour les transférer d’un appareil à l’autre. On aurait préféré une méthode plus simple toutefois : il faut afficher le panneau "Song", cliquer sur "Load" et enfin "Export Project", quelle que soit la plateforme. Sur Mac, on peut toutefois utiliser le raccourci ⌘O pour afficher le menu de chargement qui sert aussi à l’import et export de projet.

De manière générale, on regrette un peu l’absence de raccourcis clavier ou de solutions plus simples pour gérer l’interface. Avec une souris ou un trackpad, DM1 fonctionne beaucoup par clics, voire par clic et glissement pour les petits potentiomètres que l’on trouve à certains endroits. Si c’est très pratique avec un écran tactile, on a quelques réserves avec un Mac et on aurait aimé au moins utiliser le défilement à la souris ou au trackpad pour certains contrôles.



DM1 est proposé uniquement en anglais et le logiciel nécessite OS X Lion ou mieux, ainsi qu’un Mac doté d’un processeur 64 bits. Vendu au même prix que l’iPad (4,49 €), cette déclinaison OS X ne vous ruinera pas et peut rendre quelques services si vous utilisez l’application iOS.

Tags
avatar Mark Twang | 
Je prends. Superbe application, très intuitive et qui pallie un manque de Garage Band.

CONNEXION UTILISATEUR