Steve Jobs : un Grammy "hypocrite" ?

Arnaud de la Grandière |
Wayne Rosso est une figure de l'industrie phonographique depuis de nombreuses années, et l'hommage accordé à titre posthume à Steve Jobs par la National Academy or Recording Arts and Sciences (lire Grammy Awards : Steve Jobs récompensé à titre posthume) lui laisse un goût amer.

Dans un billet au vitriol, s'il reconnaît volontiers que la récompense est pleinement justifiée, tout comme l'argument donné par la NARAS, il ne peut s'empêcher d'y voir avant tout une opération de communication d'un goût douteux, teinté de cynisme.

En effet, Rosso rappelle à quel point les industriels de la musique ont freiné des quatre fers face à iTunes, à maintes reprises. La signature de l'accord initial entérinant la création de l'iTunes Music Store s'est faite de haute lutte. Avant même celle-ci, Doug Morris, actuel CEO de Sony Music et à l'époque CEO d'Universal Music, avait déclaré que les iPod n'étaient que des "dépôts de musique volée", et a par la suite lancé une fronde, ralliant Sony Music et Warner, pour se plaindre des termes de l'accord avec Apple. Le tarif de base à 99 cents, et le trop grand contrôle d'Apple, jurant quelque peu avec les habitudes des majors jusque là.

Et lorsque l'initiative d'Apple s'est avérée florissante et qu'iTunes est devenue une part conséquente des royalties des éditeurs, ils ont exigé un pourcentage sur les ventes d'iPod, et tenté de concurrencer iTunes avec l'initiative Total Music qui n'a jamais décollé. De fait, les éditeurs de musique n'ont jamais caché leur amertume et leur pure détestation de Steve Jobs, en dépit des services qu'il leur a rendu à leur propre corps défendant.

Wayne Rosso admet sans mal qu'Apple et Steve Jobs ont eu un rôle décisif dans la transformation de l'industrie musicale, et que le premier Grammy Award accordé à la firme en 2002 était amplement mérité. Il souligne cependant que le rôle d'Apple n'aura été que de proposer un agencement cohérent des technologies pourtant déjà existantes, et que les hommages techniques de la NARAS, s'ils étaient sincères, auraient été tout autant justifiés aux instigateurs du MP3, comme Michael Robertson (fondateur de MP3.com entre autres), qui lui est toujours de ce monde, et la proie de procédures judiciaires intentées par les éditeurs de musique.

En lieu et place, donc, ils honorent la mémoire de l'homme qu'ils ont toujours détesté. La nouvelle a été amplement reprise, tenant lieu d'opération de communication pour la NARAS, qui n'a selon Rosso tiré aucune leçon de ses erreurs passée, ni de ce que Jobs aura fait.

avatar sphillips | 

Ben tiens ! Les majors de la musique se sont bien engraissé sur notre dos depuis la sortie du CD, ils ont été incapables d'évoluer avec les technologies et ils mettent ça entre autres sur le dos d'Apple ?
Ils doivent avoir les mêmes actionnaires que Bouygues, Orange ou SFR....

avatar naas | 

Maaaaaaiiiiis nooooooooon,
enfin il voit le mal partout ce gars roooooohhhhhhh.
C'est des bisounours ces gens la :-)

avatar stefhan | 

Pas faux...

avatar Francis Kuntz | 

Malheureusement il n'y a pas le même pression sur les livres, magasines et vidéos dans iTunes. C'est toujours beaucoup trop chers.

Par contre j'achète maintenant ma musique exclusivement sur iTunes: moins chers et ya quasiment tout.

avatar jiheme | 

rien de neuf

avatar Raiden | 

nass -> +1

avatar Iounmoutef | 

Incapables de travailler ensemble, au sein même des grandes compagnies (Sony, par exemple), passéistes (ah ce regret du bon vieux temps où les propriétaires de microsillons avaient été forcés de racheter leur musique au format cd), arcboutés sur leurs privilèges, incapables d'imagination et, last but not least, fournisseurs de musique au mètre préformatée, sans intérêt et vendue au prix fort : n'en jetez plus, seigneur, la cour des grands groupes est déjà pleine.

Ajoutez, par-dessus, le glissement des modes de consommation (un forfait mobile ou beaucoup de musique ? les budgets des adolescents et jeunes adultes étant souvent incapables de financer les deux) et vous avez les ingrédients d'un glissement inéluctable.

Steve Jobs, avec son amour de la musique, son sens de la simplicité, du détail et du perfectionnsime leur a sauvé la vie… malgré eux !

avatar clemens94 | 

Le Grammy a été descerné à Steve pour "avoir révolutionné l'industrie de la musique". Après qu'on soit favorable ou non à cette révolution, on ne peut pas la nier.

avatar codeX | 

Il n'y a qu'à écouter Pascal Nègre pour se rendre compte que ces gens sont enfermés dans leurs certitudes et leur archaïsme. Pas une seule interview du monsieur sans qu'il ne parle de piratage et de mise en danger de l'édition musicale. Il est par contre nettement moins disert lorsqu'il s'agit d'évoquer l'avenir. Si, sur un seul point, Hadopi et la répression.

avatar hartgers | 

Je vais vous dire : les majors ont bien mérité que l'industrie du disque s'effondre. Ils n'avaient qu'à être plus visionnaires. iTunes leur a sauvé la mise, sans ça ils seraient tous morts !
Hadopi sert entre autres à aider ces majors qui nous vendent de la musique trop chère et de mauvaise qualité. Je suis pour la bonne rémunération des artistes, mais il faut bien admettre que la vente d'un CD ne leur rapporte pas grand chose. La solution ? L'auto-distribution via iTunes, et basta.

avatar Jiminy Panoz | 

"Malheureusement il n'y a pas le même pression sur les livres, magasines et vidéos dans iTunes. C'est toujours beaucoup trop chers."

Si, il y avait pression chez Amazon pour le livre. L'entreprise achetait en gros à un prix de $13 et vendait à perte au prix maximum de $9.90. Les prix pratiqués aujourd'hui ont été possibles grâce à Apple qui a dealé un "contrat d'agence" (où le revendeur devient un simple agent qui touche une commission et n'achète plus directement aux éditeurs) au lancement d'ibookstore. Apparemment, selon certains éditeurs du Big Six (les six plus grosses maisons d'édition US), la seule demande d'Apple était un prix maximum de 15 dollars / euros au lieu de 17 ou 18. Et on voit le résultat aujourd'hui… puisqu'on a des livres numériques à 18 euros voire plus, et chez tout le monde…

Par contre, ceux qui doivent l'avoir vraiment mauvaise pour ce grammy, ce sont les artistes qui touchent 0.07 dollars à chaque chanson vendue 99 cents, et qui voient leur maison de disque se foutre la diff' dans la poche sur les albums à 10… (puisqu'ils ne touchent pas plus que sur un CD physique. Toute la différence va dans les poches du label, soit environ 6 dollars).

avatar Philactere | 

@hartgers :
'Hadopi sert entre autres à aider ces majors qui nous vendent de la musique trop chère et de mauvaise qualité.'

En même temps tu n'es pas obligé d'acheter si elle est de mauvaise qualité.

Les majors sont nées de l'industrialisation de la musique avec l'invention des supports matériels d'enregistrements.
Je ne suis pas sûre qu'en passant d'une industrie de supports physiques tenue par quelque géants à une industrie de support dématérialisé tenue par un seul acteur, Apple avec iTunes rende ses lettres de noblesse à la musique en tant qu'expression artistique plutôt que de produit de consommation jetable.

avatar ricchy | 

La majorité des gens sont hypocrites...

Rien d'étonnant dans tout ça, c'est limite "normal". ^,^

avatar jiheme | 

@Codex
tu as 1000 X raison. Ce Mr Pascal Nègre qui nous as honteusement fait les poches , a force de comm, en nous incitant à racheter nos LP vinyles pour les CD, ne parle jamais de cette quasi-escroquerie.Heureusement que le SACD n a pas pris il aurait ré-essayé le gars. J achète maintenant tous mes morceaux ou albums avec iTunes dorénavant ,mais qd j'ai téléchargé les versions mp3 de mes vinyles je n'ai jamais eu l'impression de voler qui que ce soit :j avais déjà payé une sorte de licence ; concept intelligemment actualisé avec iTunes Match.

avatar Philactere | 

@Philactere :
Nottez bien que la critique vaut pour n'importe quel autre industriel qui aurait l'ambition de dominer le marché.
La musique est devene un bien de consommation de masse pour combler un espace resté relativement vide : l'espace sonor. Prêtez attention autours de vous, le nombre d'endroits où on vous balance de la soupe pour tenter de combler un vide... L'industrie de la musique est devenue une industrie de comblement du vide par du vide et Apple comme d'autres en voulant leur part du gâteau ne vont certainement pas changer cet état de fait.

avatar Liam128 | 

Clairement, on ne fait pas plus réac, plus archaïque, plus has-been, plus mauvais que l'industrie culturelle, et notamment l'industrie du disque. Ces gars là ont refusé TOUTES les évolutions apportées par l'informatique. Et même le CD, l'unique raison pour laquelle ils l'ont accepté, c'est parce qu'ils pensaient que ce serait incopiable. Si on leur avait annoncé le CD-R dès le début, on en serait encore au vinyle.

Ces gars là ont une aptitude inouïe à rejeter en bloc tout ce qui est susceptible de marcher. Chaque fois que vous voyez l'industrie du disque rejeter en bloc un nouveau modèle économique ou une nouvelle technologie, vous pouvez être sûr que c'est un bon modèle ou une bonne techno, qui pourrait avoir beaucoup d'avenir. Il n'y a aucun exemple de business qui survive aussi longtemps en se plantant aussi systématiquement, et avec une telle constance dans le portnawak.

Et le pire, c'est qu'ils creusent leur propre tombe parce que, en refusant en bloc, à chaque fois, toute techno moderne, tout nouveau business model, pendant ce temps là, c'est le piratage qui fait florès. Car les consommateurs de musique, eux, n'attendent pas, et n'attendront pas 50 ans que cette industrie veuille bien se décider à se bouger le derche pour consommer la musique de façon moderne et adaptée au XXIème siècle.

Steve Jobs a réussi à les faire plier, un peu, parce que c'est l'un des businessmen les plus doués de sa génération. Encore heureux pour eux, c'est presque une faveur qu'il leur a fait.

Maintenant qu'il n'y a plus Jobs pour faire entrer un tout petit peu de raison dans la cervelle atrophiée de ces passéistes bornés, souhaitons qu'ils subissent vite les conséquences de 15 ans de politique la plus stupide qu'on puisse imaginer.

Qu'ils coulent une bonne fois pour toute. Le plus tôt sera le mieux.

avatar Musicos80 | 

Je ne suis pas expert pour tout analyser économiquement, mais une chose est certaine, internet globalement (le piratage en masse des créations), n'a pas fait de bien à l'industrie de la musique, et c'est encore pire pour "les petits artistes" qui tente d'en vivre ..... j'ai un sérieux doute que itune puisse aidé ces artistes à décoller...... le catalogue y est monstrueux, la quantité tue la qualité, les petits passent totalement inaperçu.....

avatar Ben_75 | 

@sphillips :
+10000, une belle bande de creuvards...

avatar macbookeur75 | 

Jobs a essayé de démocratiser la musique légale là où les majors ont essayé de se gaver sur le dos du public et des artistes

Jobs a imposé un prix plancher pour la musique, chose que les majors n'ont jamais voulu

grammy hypocrite ou pas, on ne pourra rien reprocher à Steve Jobs concernant ses actions vis à vis de la musique digitale et la promotion de très nombreux artistes

c'est pas des mecs comme Pascal Nègre, plus soucieux de produire des sous merde type starac' que d'aider de vrais artistes en devenir, qui peuvent la ramener pour critiquer quiconque...

avatar mabmac | 

Il est possible de combattre un adversaire tout en reconnaissant ses qualités: je ne vois pas où est le problème.

avatar Damze | 

@Musicos80

Après il y a ceux pour lesquelles ils sont devenus célèbres grâce à internet....
Après le problème ça serai déjà d'arreter les maisons de disques se faire du 70% de bénéfices sur le dos des artistes....

avatar MrClaye | 

@hartgers :
'Hadopi sert entre autres à aider ces majors qui nous vendent de la musique trop chère et de mauvaise qualité.'

Ouais enfin si tu vas sur ce terrain là, le CD est de meilleur qualité que l'AAC 256kbps de l'iTunes Store

avatar tibounise | 

@hartgers :
hadopi ? C'est une aide aux majors venant du contribuable. Ni plus ni moins.

avatar Marc Duchesne | 

sphillips [23/12/2011 11:12] via MacG Mobile

Ben tiens ! Les majors de la musique se sont bien engraissé sur notre dos depuis la sortie du CD, ils ont été incapables d'évoluer avec les technologies et ils mettent ça entre autres sur le dos d'Apple ?
Ils doivent avoir les mêmes actionnaires que Bouygues, Orange ou SFR....

Étant propriétaire d'un studio d'enregistrement disont de classe moyenne (entre 500K et 1M), je ne peux que désapprouver ce que tu avance. Certe, les majors tel que Sony etc sont des intermédiaires. Mais, depuis quand devrions-nous obtenir la musique gratuitement. Ce que les gens copient, nous les propriétaires de studios (qui payons nos équipements et nos locaux au prix fort) et enregistrons ce qu'on a plaisir à écouter, en payons la note au final. Plus de musique vendu, plus de travail pour les studio. Donc, plus de musique pour le peuple. Je ne suis pas nécessairement d'accord avec les iTune store, encore moins avec les soit disantes royauté retourné aux arts et culture, mais si tous contribueraient leurs petit 1.00$ à l'achat d'une chanson...

avatar sphillips | 

@ Marc Duschenes
Attention, je ne cautionne pas le piratage, étant moi même musicien. Je dis juste que les majors n'ont jamais voulu évoluer et se sont volontairement gavé sur notre dos. Ils sont responsables de la situation actuelle. Steve Jobs leur a montré que le dematerialisé marchait.

avatar Stanley Lubrik | 

Le show-bizz serait-il une industrie dont le budget R&D (Recherche et Développement) se décompose en caviar, champagne, poules de luxe, belles voitures, fètes à gogo, voyages "high cost", ou encore résidences secondaires luxueuses aux 4 coins du monde ?

Auquel cas, l'industrie du disque mérite amplement les coups qu'elle prend sur la tête....

CONNEXION UTILISATEUR