Apple et sa gestion de la rareté des composants

Florian Innocente |
Un intervenant sur Quora (un site où s'échangent questions et réponses/analyses sur des sujets high-tech, principalement) livre une explication sur la manière dont procède Apple pour s'assurer la disponibilité en priorité de technologies clefs de ses produits. L'auteur du billet, qui semble proche de ces opérations, poste anonymement, mais son propos va dans le sens de précédentes déclarations de responsables d'Apple.

Le modus operandi est de s'assurer l'exclusivité de technologies nouvelles et décisives en mettant la main à la poche pour aider à leur mise sur le marché. Puis, une fois qu'elles deviennent plus largement accessibles, de continuer à les obtenir à des tarifs plus compétitifs que les concurrents.

Lorsqu'arrivent de nouvelles générations de composants (écrans tactiles, puces, écrans LED) ils sont très coûteux à fabriquer” écrit l'auteur “et la construction d'une usine qui peut les produire en grandes quantités revient encore plus cher. Souvent, le capital initial requis peut être à ce point énorme, avec des marges assez faibles (qui diminueront tandis que ce composant se banalisera rapidement) que les entreprises ne peuvent pas lever les capitaux d'investissement nécessaires pour construire ces usines et couvrir les coûts. Ce que fait Apple, c'est utiliser son trésor de guerre pour payer le coût de la construction de l'usine (ou une part importante de celle-ci), en échange de droits exclusifs sur la production qui en sortira durant une période donnée (par exemple de 6 à 36 mois). En échange aussi, après cela, de rabais sur les tarifs.

Cela donnerait deux avantages à Apple. D'abord de disposer seule, et avant tout le monde, de nouvelles technologies pour des produits innovants et, de fait, impossibles à copier. L'auteur rappelle que dans les mois qui ont suivi le lancement de l'iPhone, il était impossible de trouver des produits concurrents offrant un écran tactile capacitif projeté de même qualité. Ce n'était pas uniquement dû au logiciel de l'iPhone, mais à l'avantage d'être le premier à profiter de ce composant (lire aussi Écrans tactiles : Apple met les concurrents de l'iPad dans l'impasse à propos de cette gestion de la rareté).

macbookusinagelaser


Le billet poursuit en donnant l'exemple des machines-outils utilisées pour produire les coques aluminium de ses portables “Cela reste un secret commercial auquel Apple continue d'avoir un accès exclusif et qui leur permet de fabriquer (pour le moment encore) des portables plus légers et plus solides.”

Second avantage, une fois que la production de ces composants sophistiqués est maitrisée et que ses coûts de revient ont diminué, Apple profite de tarifs plus intéressants qui auront été négociés en amont. En outre, pour peu que ces composants soient désormais disponibles pour d'autres fabricants, réduisant encore ces coûts, Apple bénéficiera de réductions plus significatives encore.

C'est une légende de dire qu'Apple ne fabrique que des produits premium - elle les fabrique extrêmement bien, mais c'est parce qu'ils sont, au sens propre du terme, plus avancés que n'importe quels autres (leur prix premium n'est pas qu'une question de design), et une fois que les produits ne sont plus haut de gamme, ils sont fabriqués moins chers que pour les concurrents, générant des marges plus élevées, donc plus de cash et avec comme résultat de relancer ce cycle”.

On se souviendra pour appuyer cette explication, des propos du directeur financier d'Apple en 2009, qui avait expliqué qu'une avance de 500 millions de dollars avait été consentie à Toshiba pour s'assurer une disponibilité en mémoire flash. Plus récemment, en janvier dernier, Tim Cook, le directeur exécutif d'Apple, avait justifié la nécessité pour Apple de pouvoir compter sur des réserves de cash conséquentes en évoquant un investissement stratégique sur deux ans de 3,9 milliards de dollars. Sur la nature exacte de cet investissement, motus, mais à l'époque on pariait sur des écrans.

Sur le même sujet :
- iPad : Foxconn veut fabriquer mieux pour gagner plus

Tags
avatar badmonkeyman | 
Apple-Team (aka A-Team) : "Le secret d'un bon plan, c'est d'avoir plusieurs coups d'avance sur l'adversaire." Hannibal :p
avatar Hari-seldon | 
D' ou l exclu sur le liquidmetal dont pour le moment nous ne profitons pas encore
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Tiens, cela me fait penser que des chaines de production pour des écrans d'ipad 3 retina couteraient sacrément cher à mettre en place.. Ce qui est absolument certain, c'est qui si Apple parvient à obtenir l'exclusivité de ce genre d'écran trés fin (un peu comme pour son iphone 4 qui n'a pour l'instant aucun concurrent a ce niveau de ppi), alors ils auront le marché des tablettes pour encore une bonne dizaine d'années. Encore faut-il l'introduire au bon moment, afin d'apporter un réelle plue-value par rapport à ce que propose la concurrence.. Et pour cela je crains fortment que le schéma de l'iphone se reproduise là encore: Ils vont attendre que la concurrence sorte des tablettes "HD" à 1600x1200 au max pour proposer du retina (2500x1600 et des poussières...) afin de recréer l'effet d'avance. En plus l'enjeu est encore plus important, car il inclu la vrai révolution de la lecture sur tablettes avec le succés de l'ebook store à la clef. Pour l'instant personne ne veut acheter un livre aussi cher qu'en librairie pour avoir des caractères pixelisés sur leur ipad.. Mais avec un vrai confort de lecture c'est beaucoup plus envisageable. Et le succès sera au moins aussi fort que celui d'itunes. Qui aurait pensé que des gens payeraient pour des mp3 que l'on peut trouver en p2p et qui en plus ne sont même pas retéléchargeables facilement? Pas de belle pochette, pas de couverture, juste des bits.. Sans compter qu'ils sont en train de couper l'herbe sous le pied des fichiers ebook en les rendant difficilement copiable, sans standard internationnal (qui peut dire aujourd'hui l'extention du fichier des ebooks ;)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@hari-seldon Mauvais exemple. C'est vraiment le genre de chose que l'on ne retrouve que dans un vague accessoire d'iphone et encore (il a été utilisé pour faire l'espèce de trombone qui sert à éjecter le slot micro sim, sur certaines séries..) En tout cas l'alu a de beaux jours devant lui chez Apple. Et il est fort probable qu'on le retrouve sur les prochains iphones.
avatar liocec | 
Cet article prouve encore que pour réussir, Apple ne s'est pas contenté de seulement faire un téléphone ou un portable... C'est toute une logistique, commerciale, marketing, publicitaire, R&D, SAV, développeurs indépendants, etc, qui est la clé de la réussite !
avatar YannK | 
@zooombiz Je crois que j'ai jamais lu un truc autant à côté de la plaque niveau eBooks… 130 millions d'ebooks téléchargés via iBooks (annoncé officiellement il y a quelques mois), et ça ne prend pas en compte les apps livres… Alors certes, ce n'est rien par rapport à Amazon avec Kindle mais étant donné que ce n'est pas la fonction première d'iPad, c'est quand même assez bien. Caractères pixelisés… ouais OK, je veux bien, c'est le principe d'un écran. M'enfin ça ressort pas plus mal que sur un iMac (même si aucune compétition possible avec e-ink du fait de la techno LCD rétro-éclairée). Un livre aussi cher en librairie… voire plus cher, grâce aux éditeurs français qui ont juste la trouille d'y aller. Il n'est pas rare de voir un ebook à 17 euros alors que le livre est à 6euros en poche… (mais les raisons tiennent sur le fonctionnement du marché du livre complètement biaisé par les politiques mises en place par Lang…) Surtout un problème d'offre plus que de matos : peu de livres de grandes maisons (même les merdes), pas mal d'éditeurs indépendants où les gent ont peur de payer parce que ça ne peut qu'être du second choix (syndrome français, comme si Gallimard ne publiait pas des grosses merdes…) alors que finalement, la machine se prête plutôt bien à la lecture occasionnelle. Pour le format, n'importe quoi. C'est du ePub tout ce qu'il y a de plus standard (ou presque niveau code), simplement avec un DRM Fair-Play. Et aujourd'hui, les formats dominants sont ePub et Kindle (AZW, dérivé léger du format .mobi racheté par Amazon il y a quelques années, simplement avec un DRM différent et une clé de caractère qui a été modifiée…) ePub est ouvert, c'est un standard géré par l'ipdf. AZW est un format proprio et ne peut être lu sur aucun autre soft/device que Kindle et Kindle App. Si les ebooks iBookStore ne sont pas copiables, c'est juste à cause du DRM…
avatar Mithrandir | 
@ zooombiz : C'est totalement faux pour les ebooks. J'ai pu faire un iBook relativement facilement à partir d'un gros document word, et ça marchait parfaitement dans l'application Apple qur iPhone. Le relativement, c'est parce que les outils d'édition Open Source actuels nécessitent encore de faire pas mal de choses à la main (styles css)
avatar Mithrandir | 
@ YannK : Les livres US sont beaucoup moins chers que leurs équivalents papier.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@YannK 130 millions de ebooks mais combien payés? Hein? C'est tres curieux qu'apple ne communique pas sur les vrais chiffres de ebook store. Disons que sur mon ipad je dois avoir une vingtaine de classiques... Gratuits car libres de droits! Et qu'en plus je ne lis jamais sur ipad mais en version papier. Ces chiffres de 130 millions correspondent en outre à moins de 1 "livre" téléchargé par iOS device.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
C'est donc ce que j'appelle un flop total. Mais je ne suis pas alarmiste, je sais que ce n'est qu'une entrée en matière afin de préparer le marché lorsque l'ipad sera prêt. Quand à la gestion des ebook, elle n'est pas aussi simple que celle des mp3 pour les non initiés. De toutes les facons la résolution de l'ipad est un problème urgent pour apple. Même pour naviguer sur le web, la position portrait est vite fatiguante pour les yeux alors que normalement elle serait la mieux adaptée. Un page comme celle de MacG est impossible à lire ainsi. Je n'utilise d'ailleur quasiment jamais le mode portrait.
avatar joneskind | 
@ zooombiz : Pour iBooks, le format de base c'est ePub (il en a été largement question lors de le keynote d'iOS 4). C'est un format libre, et compatible avec de nombreux lecteurs (Stanza en tête). Aucune confidentialité la-dessus. Et je ne suis pas d'accord avec ton analyse du pixel. J'ai toujours lu sans problèmes sur mes écrans. Habitué à lire sur l'iPad, j'attends avec bien plus d'impatience le support de l'eInk que du Retina. Même le web en profiterai. Après je t'accorde qu'on a chacun nos priorités.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@joneskind Je ne crois pas en l'eink sur l'ipad. Il faudrait épaissir fortement la dalle de pour pouvoir en proposer un hybride (IPS et eink) car l'eink est encore balbutiante pour les taux de rafraichissements. Sans compter qu'Apple n'aime pas payer le prix fort pour ce genre de technologie brevetée. C'est vraiment impossible. Enfin en tout cas pas avant deux ou trois ans. D'ici là tu seras peut-être mort, hein? ;)
avatar YannK | 
@ zooombiz Heu, Apple ne communique jamais des chiffres précis, juste des chiffres globaux. Et pour le coup, je ne sais pas trop pourquoi tu parles de gratuit/payé alors que le sujet est l'ebook en général, et que donc peu importe qu'il soit gratuit ou payant à ce moment-là. Que ce soit pour la réparation des ventes des MacBook, iMac, etc ou pour les chiffres individuels des apps Apple ne lâche jamais de détails. Les seules fois où il y a une annonce pour dire que tele apps s'est vendue à X exemplaires, c'est l'éditeur qui balance les chiffres… "Les livres US sont beaucoup moins chers que leurs équivalents papier." On doit pas avoir le même vécu (je suis dans le business aussi donc ça aide à avoir des chiffres précis, mais c'est très loin d'être une réalité généralisée. Sur les auteurs mid-list, il arrive bien souvent que les eBooks Kindle soient aussi chers voire un peu plus chers que les paperbacks. Amazon encourage fortement à un prix de $2.99 à $9.99 en jouant sur le pourcentage de royalties, mais certaines maisons préfèrent passer des contrats pour fixer le prix de leur choix, et dans pas mal de cas, il y a énormément de surprises. Et tant qu'on y est, autre chose pour expliquer le succès du Kindle, le boost silencieux insufflé par les auteurs indépendants et auto-édités. Tu vas faire un tour sur Kindle Direct Publishing, tu comprends que tout a été fait pour construire un écosystème dément autour de Kindle. En France, il n'y a absolument rien de tout ça, et la Fnac ferait peut-être bien de s'en inspirer… "Ces chiffres de 130 millions correspondent en outre à moins de 1 "livre" téléchargé par iOS device." Tu oublies plein de choses… 1) iBooks est une app à télécharger, ce qui limite sa propagation… 2) jusqu'à peu, concurrence sur la plateforme avec les apps Kindle, etc. Je sais pas comment on a pu diverger là dessus vu sujet de la news, mais renseignes-toi un peu avant de faire des généralisations putassières…
avatar dariolym | 
[quote=zooombiz] ... un peu comme pour son iphone 4 qui n'a pour l'instant aucun concurrent a ce niveau de ppi ... [/quote] Il y a le nokia E6 qui va sortir tout soudain avec un 640x480 pour un écran de 2,46", ce qui donne aussi 326 PPI, comme le iPhone 4 :) http://www.nokia.fr/les-produits/tous-les-mobiles/nokia-e6-00/specifications
avatar nicolas | 
@Dariolym oui, et je crois que certains Blackberry ont/auront le même type d'écran. le Bold 9900 je crois. Après, ils sont 2* plus petits qd mm
avatar Bibotonio | 
1- Normal qu'Apple garde jalousement certains secrets de fabrication SI elle y a contribué fortement en R&D. Je pense par exemple aux chaines de fabrication des ordi Unibody. Manquerait plus que ça : la concurrence attend bien sagement qu'il y en ait un qui se casse le (bip) pour ensuite lui piquer son idée et ses chaines de prod pour sortir des bidules moins cher... N'importe qui sensé en ferait autant. 2- Liquid metal a été testé sur le trombone de l'iPhone 4. Alors de là à dire que l'aluminium c'est pas près de finir... ou alors que Liquid metal n'est réservé qu'à de modiques accessoires, c'est à mon avis faire preuve de manque de lucidité ou de clairvoyance. Et je remercie les gens qui pensent comme ça : grâce à eux, Apple peu bosser tranquillement dans son coin et sortir un machin qui surprendra peut être tout le monde car personne (ou presque) ne s'y attendra. tant mieux.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Je suis déçu, vous êtes tous méchants avec moi..
avatar Maclowic | 
Je pense que le liquid metal a necessité de beaux investissements... Qui ne seront pas rentabiliser meme en vendant 1 miliard de trombonne!... On le verra surement beaucoup + present dans nos telephones dans les années a venir... Et je veu être la quand sa sortira!!! :)
avatar Caramel10 | 
J'ai un ami qui a écrit sur le sujet il y a environ 5 ans. Alors, rien de nouveau.
avatar mistik | 
Monsieur lorian Innocente, encore une fois un très bon article. Merci !
avatar mistik | 
Dsl : [b]F[/b]lorian Innocente ... je suis dans le noir ;-)
avatar Yves SG | 
Super article merci ! Je pense aussi que le liquidmetal est un parfait exemple de çà et qu'on en a pas encore vu l'application dans nos machines (au sens large)
avatar chapelle18 | 
Je vois pas l iPad remplace un bouquin a la plage 1 on voit rien en plein soleil 2 un bouquin on le laisse sur la serviette lorsque l on va se baigner 3 un bouquin ne craint pas le sable et les embruns salés 4 lorsque je j'ai lu, je le revend d'occasion ou l'offre et fait un heureux Donc a part la gratuite ou un prix de l'ordre de 1€ je n'ai jamais paye pour un bouquin sur mon iPad

CONNEXION UTILISATEUR