iWork.com : la web app d'Apple en détail

Florian Innocente |
C'est au moins une rumeur d'avant Macworld Expo 2009 qui s'est révélée exacte, Apple a étendu sa collection d'applications web à une fonction de partage de révision de documents. Un service baptisé iWork.com qui fonctionne en prolongement de la suite du même nom. Il ne s'agit pas d'offrir un espace collaboratif universel, accessible aussi aux clients d'Office ou d'OpenOffice.org. Rien à voir non plus avec un Google Docs. Pour l'instant, en l'absence de fonctions d'édition des contenus, iWork.com ressemble à une grosse visionneuse.

L'accès y est gratuit tant que durera sa période de bêta (échéance inconnue), puis basculera dans le camps du payant (prix et formules inconnus aussi). La capacité de stockage offerte présentement est de 1 Go. iWork.com ne fonctionne qu'avec la nouvelle version 9 d'iWork. En revanche, les personnes conviées à visualiser vos documents pourront être sur Mac ou sur PC, utiliser d'autres navigateurs que Safari et elles pourront télécharger vos fichiers.

Un prolongement d'iWork'09
La publication de documents sur ce site se fait directement depuis Pages, Numbers ou Keynote, un bouton "iWork.com" est apparu à cet effet dans leur barre d'outils. Une fenêtre d'identification apparaît. On donne les détails de son compte ID Apple, le même que celui utilisé lors des achats sur iTunes. À défaut, sa création est gratuite, sans engagement.

testiworkcombouton


Pages, dans notre exemple, prépare la connexion à iWork.com (publish.iwork.com). Celui-ci est totalement indépendant de MobileMe. Nul besoin d'être abonné à l'un pour profiter de l'autre. Dans la fenêtre de dialogue, un champ reçoit les adresses électroniques des destinataires invités à venir voir le document. Le cas échéant, il propose au fil de la frappe les noms de contacts trouvés dans Carnet d'adresses de Mac OS X.

Avant d'envoyer ces invitations, on peut affiner les droits d'accès au document : autoriser ou non l'ajout de commentaires et activer les permissions de le télécharger. Mais pas moyen de le faire en fonction des personnes, elles ont toutes les mêmes droits.

iworkidcompte


Un second niveau d'options précise les formats de téléchargement possibles du document : iWork'08 et 09, PDF et Word. Chaque fois que l'on coche un format, c'est une version supplémentaire du document qui sera transférée en ligne, allongeant d'autant la durée de l'opération. Et si l'on est amené à interrompre la copie, il faudra refaire ces manipulations de zéro, car le logiciel ne propose pas de remettre l'opération à plus tard.

testiworkcomdownload


Publié, le document reste disponible pour quatre mois tandis que dans le même temps les invitations sont automatiquement adressées par Pages aux personnes concernées. Aucune opération manuelle dans Mail n'est requise.

testiworkcomtransfert


testiworkcomok



Un Aperçu sur le web
Sur le site, la page se divise entre trois zones. Le navigateur de pages sur la gauche, le document au centre et diverses informations plus une zone de commentaires à droite. L'affichage du contenu profite de plusieurs paliers de zoom (de 50% à 200%) ou sinon il s'adapte automatiquement à la fenêtre.

Point très important qu'il faut rappeler, les outils en l'état ne permettent que d'apposer des notes sur le document. Rien n'est prévu pour en éditer le contenu (corriger un mot, mettre en forme une phrase ou déplacer une image). Plus qu'un Pages en ligne, on se trouve devant une visionneuse comme l'est Aperçu dans Mac OS X. De même les animations et transitions dans les diapositives d'une présentation Keynote ne sont pas visibles en ligne.

testiworkokenligne2


La colonne de droite offre plusieurs renseignements. La photo et les coordonnées de l'auteur du document, les options de téléchargement, une fonction pour inviter des personnes supplémentaires (le site génère à leur attention une URL d'accès, mais il faudra leur l'envoyer soi-même) et une zone de saisie de notes.


Commentaires bienvenus
Chaque invité - distingué par sa couleur - peut laisser ses remarques dans cette zone de commentaires. Celle-ci fonctionne sur le principe d'une fenêtre de chat. D'un coup on voit des notes de vos invités apparaître, sans qu'aucun rafraîchissement de la page soit nécessaire. Détail, on ne peut pas corriger une note qu'on a laissée, il faudra l'effacer en entier. L'auteur du document a lui le droit d'effacer les notes de tous les participants.

testiworkcomnotes


Autre possibilité de réaction, les bulles apposées sur le corps du document. Au moyen du bouton Ajouter un commentaire on peut y aller de son appréciation ou de sa critique d'une partie de la page. Là aussi un dialogue en quasi temps réel peut s'instaurer dans ces petits post-its, leur contenu s'actualisant automatiquement. Encore une fois, jamais la page n'est rechargée quand un commentaire est posté par un participant.

iworkcombullesa

Au besoin, tous ces commentaires peuvent être masqués d'un simple clic. On relève ici une limitation, il est impossible de sélectionner une image pour lui attacher une note, malgré ce qu'indique la documentation. Cela fonctionne par contre sur une diapositive dans un document issu de Keynote, sur le contenu d'une cellule d'une feuille Numbers, ou avec n'importe quelle portion de texte.


PDF et Word en sortie
Le document peut être récupéré aux formats d'iWork'08/09 ainsi qu'en PDF, en Word (ou en PowerPoint et Excel). Pour le PDF le fichier obtenu est quasiment similaire à celui produit par Pages et sa fonction d'impression. L'exception réside dans la qualité des images, plus pixelisées dans le PDF provenant d'iWork.com. Celui-ci étant créé à l'origine par Pages il a dû subir une compression plus poussée pour réduire la durée de sa mise en ligne.

testiworkcomimagespdf
Le PDF de Pages à gauche


Pour l'export aux formats de la suite Office, le site alerte des éventuels problèmes de compatibilité, les suites de chacun ayant leurs petites manies de mise en page. Mais dans le cas de notre document de test, Word 2008 l'a récupéré quasiment sans failles. Seules quelques erreurs sont apparues dans les filets ou les cadres d'images enfermées dans des formes ovales. De petits problèmes notés aussi dans Word 2004, en plus grande quantité, mais sans que le document dans son ensemble souffre trop. De façon générale, on retrouve les habituels problèmes de compatibilité entre iWork et Office.

pagesvsword2004
Pages à gauche et Word 2004 à droite



Bonne vitesse d'exécution
Nous avons ensuite republié le même document, mais en le passant d’une seule page à trente, en puisant dans un thème de Pages où se mêlent pages riches en photos et d'autres majoritaires en textes. Le transfert est évidemment plus long, une bonne dizaine de minutes pour un volume de presque 30 Mo. Le défilement des pages dans le navigateur est fluide, l'affichage d'une page réclame pour sa part quelques secondes, ou quasiment rien lorsqu'elle est encore en cache. Et pour repérer plus aisément les pages annotées de bulles de commentaires, elles sont gratifiées dans le navigateur d'une petite icône orangée.

La publication d'une feuille Numbers ou d'une présentation Keynote ne se déroule pas différemment. On remarque pour la feuille de calcul que les notes en bulles présentes dans le document d'origine sont reprises et modifiables en ligne.

testiworkcomnumbers


dockeynotesuriworkcom2
Une présentation Keynote


La capacité de stockage d'un compte iWork.com est fixée à 1 Go. Un tableau sur le site liste les documents mis en ligne avec leur date d'arrivée, leur poids, leur application d'origine, le nombre de personnes autorisées à les consulter et enfin une puce signale leur état de lecture ou la présence de notes.

testiworkcomjauge


Lorsqu'on exporte une nouvelle mouture d'un document déjà présent en ligne, l'application propose soit d'en transférer une copie, soit d'écraser le fichier publié. Les bulles seront alors perdues, en revanche iWork.com préservera dans la nouvelle version les notes de la colonne de droite.

testiworkcomecrasement



Ouverture vers l'extérieur
Si en amont iWork.com exige iWork'09, en aval chez les personnes invitées on peut être sur Windows, avec Firefox ou Internet Explorer. Encore que pour ce dernier Apple se fende d'un avertissement quant aux lenteurs de fonctionnement du navigateur de Microsoft. Ce que nous avons pu constater avec IE 7.

WindowsXPProfessionaliworkcom


Windowsiworkcom2IE


Un test avec Firefox 3.1 sur Mac n'a pour sa part rien révélé de problématique. On retrouve l'interface telle qu'elle est dans Safari et le fonctionnement est fluide.


L'iPhone en service minimum
iWork.com est accessible depuis un iPhone mais avec lenteurs et limitations. La connexion à la page listant les documents publiés peut prendre un long moment alors même qu'elle est spartiate dans son contenu. Son affichage n'a d'ailleurs pas été adapté au format de l'écran.

iworkcomiphone1


Ensuite, le clic sur un document produit un simple affichage de celui-ci, sans aucun outil. Le qualificatif de visionneuse est ici pleinement mérité, avec aussi quelques petites lenteurs dans le défilement des documents. Un accès depuis l'iPhone donc à l'intérêt assez limité.

iworkcomiphone2


Des débuts probants mais légers
A l'issue de quelques heures passées dans iWork.com il se dégage une double impression. Apple a réalisé un service conforme à ce que l'on attend d'elle. Simplicité de fonctionnement, interface limpide et rapide à prendre en main. Et sans surprise, une (très) étroite intégration sinon une dépendance aux solutions maison (il s'agit de faire vendre du Mac avec de l'iWork dessus), mais avec juste ce qu'il faut d'ouverture aux autres environnements pour ne pas enfermer l'utilisateur dans une tour d'ivoire.

Mais le nom d'iWork est trompeur. Il induit que l'on aurait, comme pour Google Docs, une réplique en ligne et allégée d'une suite bureautique classique. Alors qu'il n'y a rien de cela. iWork.com est une sorte de super Aperçu décliné sur le web. Dépourvu de fonctions d'édition, même sommaires, ce service montre vite ses limites, même s'il se révèle efficace pour partager des documents. Dès l'instant toutefois que l'on n'attend pas de fonctions trop poussées. Exemple, on ne peut pas masquer les notes d'un utilisateur plutôt qu'un autre, c'est tout ou rien.

Il va sans dire que ce service va certainement gagner des fonctions au fil du temps. Il vaudrait mieux sachant qu'Apple a prévu d'en facturer l'utilisation. Au moins elle se donne les moyens de diffuser plus largement iWork'09 grâce à sa nouvelle Mac Box Set (Leopard + iLife'09 + iWork'09 pour 169 €). Enfin, la Pomme a retenu la leçon du lancement mouvementé de MobileMe, l'estampille "bêta" n'est pas courante chez elle.
Tags
avatar zMax | 
Bonne revue du service, merci!
avatar Tonio the best | 
Bonne tête de winner Monsieur Florian ! Intéressant comme test, merci =)
avatar nico31370 | 
J'ai testé la chose... efficace c'est vrai mais pourquoi payer quand Google offre beaucoup plus (interactivité avec les lecteurs, droits différents, 7 Go de sauvegarde, visionnable sur tous les navigateurs Mac et PC et GRATUIT ! ) Le site http://280slides.com/ quant à lui offre une solution qui se situe entre celle d'Apple avec iwork'09 et celle de Google.... et GRATUITE également. Seule Apple facture un service moins intéressant... puisque il faut acheter le logiciel 79€ alors que les concurrents proposent des suites en ligne donc accessibles depuis n'importe quel ordinateur Mac ou PC voire Linux.... Dernière précision le poids de iwork'09 est énorme sur le disque dur... 659 Mo... J'aime Apple mais là franchement il faudrait être fou pour payer ce service....
avatar zMax | 
Google Docs possède quand même un handicap pour les utilisateurs Mac: la non prise en charge des documents Pages, Keynote et Numbers! Mais sans possibilité de modifier le document en ligne, il est effectivement exclu pour moi de payer un service comme celui-ci.
avatar borbor | 
Disons quand même que l'avantage ici est d'avoir les 2 possibilités, service en ligne pour réviser, transférer, collaborer et service local pour bosser plus efficacement. C'est pas si mal si on en a l'utilité, perso j'ai toujous été un peu refractaire à l'idée du tout web pour les applications.
avatar DrFatalis | 
"la nouvelle version 9 d'iWork, elle-même ne tournant qu'avec Leopard" Ben, justement, non Je viens de commander le "pack" macbok et j'ai hésité à prendre iworks seul (je suis sous tiger). car j'ai bien vu sur le site apple qu'iworks 09 est compatible avec tiger ! Quant à dire "le poids de iwork'09 est énorme sur le disque dur... 659 Mo...", je dois avouer que l'espace occupé par iworks 08 sur mon disque est de 685 Mo.... Tiens, en passant, je viens de voir que le nouveau imovie réclame un G5 à 1,9 MHz, ce qui semble exclure les G5 comme le mien, à 1,8 GHz (ce qui ne me gène pas: je reste à imovie HD et, le cas échéant, j'ai une version de FCE qui tourne impeccable...) Maintenant, ce service devrait permettre de travailler facilement sur des docs à distance, voire à plusieurs, sans se prendre la tête. Il y a des solutions gratuites, bien sur, mais rien qui arrive à la cheville de Keynote ou de Pages...
avatar Florian Innocente | 
@ nico31370 : 280slides en fait effectivement plus pour rien. Seulement, je me demande ce qu'il donnerait s'il avait devant ses portes le même nombre d'utilisateurs qu'Apple. Là il faut savoir encaisser. Apple l'a bien vu.
avatar DocEvil | 
Je trouve que cette nouvelle web app se rapproche beaucoup plus d'Acrobat.com que des services proposés par Google. Un comparatif entre les solutions d'Apple et d'Adobe pourrait être intéressant.
avatar Giru | 
Ce genre de système m'aurait tellement aidé quand j'étais à l'unif... Je détestais par dessus tout donner mes travaux de groupes aux autres et les récupérer ensuite avec pleins de modifications horribles et des éditions sous Word monstrueuses. Là au moins j'aurais pu simplement envoyer un lien, recevoir des commentaires et basta. Parce que c'était pas la peine de demander à la plupart des gens d'ajouter des notes, c'est trop compliqué apparemment. Pareil pour les PDF y a quelques années "ça s'ouvre comment???".
avatar tleveque | 
Je l'ai essayé aussi hier soir. Pour la première et la dernière fois!! Je ne vois vraiment pas l'utilité de la chose! Si c'est juste pour visionner, on n'a qu'a exporter un pdf et l'uploader sur Google Document. On a donc la même fonctionnalité, mais gratuite. Et avec plus d'espace disque!!
avatar oomu | 
comme dit avant, il s'agit pas d'un google docs bis, mais d'une solution TRES SIMPLE pour montrer un document et le partager. donc, oui, équivalent à ce que propose adobe, ou microsoft avec un sharepoint allégé - 280slides est très bien, mais il s'agit d'une démonstration technique de Cappucino. et il est en beta, rien ne dit si ca ne passera pas payant le jour où ils offriront un support complet. - le tout web pour applications ne m'intéressent pas. par contre des services internet associés à des applications solides et natives, ça oui, je suis 300% pour. - après comme toujours, y a de la place pour des applications web, mais selon les cas.
avatar oomu | 
"Si c'est juste pour visionner, on n'a qu'a exporter un pdf et l'uploader sur Google Document. On a donc la même fonctionnalité, mais gratuite. Et avec plus d'espace disque!! " - beta, on ne sait pas l'espace payant qui sera proposé - rien que parce que vous avez dit "exporter" et "uploader" et que vous connaissez "google documents", je sais déjà que vous ne faites pas partie des millions de clients ciblé par apple qui n'ont aucune idée de quoi vous parlez.
avatar oomu | 
"Là au moins j'aurais pu simplement envoyer un lien, recevoir des commentaires et basta. Parce que c'était pas la peine de demander à la plupart des gens d'ajouter des notes, c'est trop compliqué apparemment. Pareil pour les PDF y a quelques années "ça s'ouvre comment???". " HA! Voilà exactement le genre de réalité que j'essaie d'expliquer et que apple pense pouvoir faire disparaître en faisant des solutions radicales, épurées et strictes (appauvries si vous êtes pessimistes) oui, les gens , dans leur gigantesque majorité ne sont pas tous des fans d'ordi, des professionnels des ordis ou des gens qui savent tout ce qui se fait sur le net ou ont farfouillé Google Labs. Non y, a tout ceux qui veulent juste que l'ordi fasse le boulot. Et ce n'est pas un tort, ni une critique. Ce sont des priorités différentes.
avatar SupermariOSX | 
Testé avec quelques personnes de mon entourage. Ce n'est pas la grande révolution mais pratique à l'usage. Je crois que c'est....... utile pour ceux qui en ont l'utilité... Petite remarque, il ne reconnait pas les adresses en .mac (mais, est-ce bien important)
avatar tdml | 
merci pour cet article. Et est-ce qu'on peut visionner un document Keynote ? y compris avec les animations et transitions ? sur n'importe quel navigateur ? Ça, ce serait une sacrée avancée.
avatar nico31370 | 
Que ça soit iwork'09, Google Docs ou 280Slides il manque à mon avis une fonctionnalité globale La possibilité comme sur istore pour les applications iphone de facturer la lecture des documents par l'utilisateur... Quelques euros pour rétribuer le rédacteur du cours... Mais je prêche pour ma paroisse ici.... un truc sur genre Paypal ou iStore associé... Un site de formation en ligne est envisageable du coup....
avatar lau1967 | 
Article très intéressant, merci Florian. Comme je n'ai jamais testé Google docs et que je recherche la simplicité avant tout, ça m'intéresse ! Pour mon travail particulièrement, la collaboration avec des collègues sous d'autres OS, pas forcément féru d'info, mais aussi pour la famille... Un service en évolution à surveiller. et il faudra bien que je teste Google docs un jour. Laurent
avatar freefalling | 
@SupermariOSX Chez moi le "@mac.com" fonctionne .. Par contre, lors de l'envoi d'une invitation pour visionner le document en ligne, l'application propose de choisir une adresse mail d'expéditeur parmi tous les comptes qui se trouvent dans Mail.app, mais ne propose pas les alias @mac/@me. Un peu ennuyeux ..
avatar pat3 | 
Pour moi, je vois tout de suite l'utilité de iWork.com ; je fais tous mes cours de fac avec Keynote, et je mets les diaporamas en ligne sur un site web construit avec RapidWeaver; c'est tout une procédure pour exporter le fichier Keynote (en jpeg) puis l'importer dans RapidWeaver (en diaporama flash). Là, je pourrais envoyer carrément le diaporama directement de Keynote. D'une salle de cours en wifi, ça permettrait carrément de l'envoyer juste une fois le cours fini. Et chaque étudiant peut annoter, poser des questions, auxquelles je réponds, où d'autres étudiants. Un cours interactif en ligne… Géant.
avatar Atlante | 
[quote=La Rédaction]Celui-ci est totalement indépendant de MobileMe. Nul besoin d'être abonné à l'un pour profiter de l'autre. [/quote] Il y a quand même intérêt à ce que les souscrivants mobileme finissent par obtenir aussi l'accès à ce service sans avoir à repayer un abonnement au moment où il deviendra payant. @pat: Vous comptez offrir l'accès à iWork à tout vos étudiant d'Amphi une fois que ce service deviendra payant? Si oui... quelle matière enseignez vous, cher futur professeur? :D
avatar HyperB | 
@Atlante Apple ne va probablement facturer que le propriétaire des fichiers, celui qui publie, et non les lecteurs. Sinon le service n'a aucune chance de fonctionner. Est-ce que tu payes pour aller visiter un site web mobileme, pour accéder aux fichiers partagés d'un utilisateur mobileme ?
avatar Shralldam | 
J'espère que pour les propriétaires d'un compte MobileMe et d'iWork '09, ce sera gratuit. Faut quand même pas pousser.
avatar Atlante | 
Exact, mais je n'arrive pas à le comprendre clairement sur la page d'Apple. Ils parlent de laisser tous le monde y accéder, mais en même tant ils parlent à des endroit d'avoir seulement un "accès de vue", et à d'autres un accès d'éditeur. On ne peut pas en être sûr, et MobileMe ou .mac n'offrent pas les mêmes libertés. Pour éditer je pense qu'il sera nécessaire de se logger et donc d'avoir un compte iWork, et la seule façon de faire avec MobileMe après la période d'essais est de payer pour en ouvrir un. Je souscris à MobileMe, et franchement vue l'expérience que j'en ai, j'aurais toujours tendance à craindre le pire et l'impensable dès qu'il s'agit d'iApps Apple. C'est un comble qu'ils nous fassent payer leurs services vue l'avance de la concurrence gratuite dans pratiquement tous les domaines. Apple aurait pu être le hotmail d'aujourd'hui, et aurait du l'être vue l'image de marque qu'elle entretient. Pourtant non, c'est le méchant Microsoft qui a développé et répendu MSN gratuitement chez tous les utilisateurs. Chez Apple, si tu ne paie rien tu n'existe pas, enfin encore moins que chez Microsoft. Mais c'est aussi ce qui fait l'élitisme dont elle jouie. :)) Je pense que si Apple avait inventé la démocratie, elle l'aurait breveté immédiatement et exigerait des royalties des gouvernements qui l'utilisent, et des citoyens qui en profitent.
avatar Atlante | 
Je cherche à dire en faite que pendant très longtemps, et toujours un peu aujourd'hui, on entend parler d'Apple qu'à partir du moment où on achète un de leurs produits.
avatar Florian Innocente | 
@ Atlante : il y a de la pub dans Hotmail ? Parce que s'il y en a, ça explique aussi pourquoi c'est gratuit.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR