De la virtualisation pour Mac OS X Server ?

Christophe Laporte |
Ceux qui ont eu le courage de lire le contrat de licence de logiciel de Mac OS X Server ont fait une belle découverte s’ils ont tenu au paragraphe "Utilisations permises de la licence et restrictions" :

This License allows you to install and use one copy of the Mac OS X Server software (the “Mac OS X Server Software”) on a single Apple-labeled computer. You may also install and use other copies of Mac OS X Server Software on the same Apple-labeled computer, provided that you acquire an individual and valid license from Apple for each of these other copies of Mac OS X Server Software.

Autrement dit, le contrat de Mac OS X Server sous Leopard autorise dorénavant l'installation de plusieurs exemplaires de Mac OS X Server sur le même ordinateur. À quoi bon si ce n'est pour faire de la virtualisation ? Rappelons que Parallels travaille depuis plusieurs mois à une édition "serveur" de son logiciel de virtualisation, mais que celle-ci était limitée semble-t-il aux autres systèmes (Windows, Linux…). Quoi qu'il en soit, Parallels et VMWare applaudissent ce discret revirement d'Apple.

avatar Nicky Larson | 

J'espère qu'Apple va intégrer Xen à macosx server histoire qu'ils ne soient pas trop à la rue coté entreprise ...

avatar ficelle | 

c'est peut etre simplement en rapport avec l'utilisation du netboot qui oblige à installer des images disques de systeme sur le serveur...

avatar s1m0n | 

Je ne comprend rien à ces histoires de virtualisation. A quoi celà peut-il bien servir de mettre plusieurs fois Leopard Serveur sur une même machine??? Merci d'éclairer ma lanterne

avatar Krynn | 

s1m0n: Dans les grande lignes ca permet de faire tourner plusieurs Système identique (ou différent Comme une Redhat (Linus) sur un Windows).

Chaque systeme peux faire une chose specifique:
- 1 fait l'impression
- 1 la messagerie
- 1 serveur DHCP (pour les adresses des ordi)
- 1 avec une application spéciale pour la production
...
....
....

Et tous ca sur une machine. Si un systeme bloc, il n'y a que la partie concernées qui ne marche plus. Tous les autres toune encore.

Et c'est encore possible apres de repartire ca sur plusieurs poste

Le gros avantage, c'est de diminuer les couts d'achat de materiel entre autre

mais apres tout est ouvert avec la virtualisation. Il peux y avoir des tonnes d'usage et d'idée d'utilisation

avatar sekaijin | 

C'était évident Apple ne pouvait rester indéfiniment hors course. aujourd'hui on n'installe plus de serveur mais uniquement des serveur virtuels. les infocentres ne ce cassent plus la tête avec une machine par serveur trop problématique quand on peu migrer une machine virtuelle d'une machine physique à une autre sans interruption de service ça aide grandement. C'est une obligation pour Apple ou alors ils devront arrêter la gamme serveur

Il est aujourd'hui possible de monter sa propre grappe de serveur physique sur lequel on monte dans machine virtuelle avec la relocalisation à chaud de serveurs et l'arrêt d'un nœud de la grappe sans arrêter les serveurs. le cout d'exploitation sont alors largement inférieur.

sans aller aussi loin on peut déjà faire de la para virtualisation uniquement avec des systèmes libres
A+JYT

avatar Nicky Larson | 

[quote] C'était évident Apple ne pouvait rester indéfiniment hors course. [/quote]
Oui enfin pour l'instant Apple n'a rien du tout ...

avatar thierry61 | 

"revirement".. mmm... ce qui laisse à entendre que l'attitude précédente était particulièrement anomalique... Faut voir cependant que les technologies de virtualisation serveurs ont "désemparé" pas mal d'éditeurs de logiciels, y compris d'OS. Apple n'était donc pas, loin s'en faut, le seul à freiner des 4 fers. Et il n'est d'ailleurs pas certain, que tous les éditeurs aient en fin de compte adopté une politique tarifaire "juste", au grand dam de Vmware, je suppose.

Donc le mouvement d'Apple est bien, intéressant, et de toute façon pas en retard par rapport aux pratiques de l'industrie. Il me semble à ce sujet que la stratégie de licensing de Windows Server sur VMware reste relativement restrictive (mais bon,... Windows Server et MacOs Server, c'est pas les mêmes parts de marché..)

CONNEXION UTILISATEUR