À cause de la pénurie de composants, Canon ne peut plus mettre de DRM dans ses cartouches d'encre

Félix Cattafesta |

La pénurie de semi-conducteurs n'épargne personne et se fait ressentir dans des secteurs inattendus. Le fabricant d'imprimantes et d'appareils photo Canon vient d'annoncer qu'il avait des difficultés pour obtenir des composants électroniques nécessaires à… ses cartouches d'encre. L'affaire est cocasse : les puces manquantes servent à prouver à l'imprimante que la cartouche est bien un produit officiel Canon. Une sorte de DRM dont les clients se passeraient bien, et que l'entreprise invite désormais à contourner.

Imprimante Canon C3226i, dont les cartouches sont touchées par la pénurie.

Faute de pouvoir inclure ces composants qui officiellement « exécutent des fonctions telles que la détection des niveaux de toner restants », la production n'a pas été arrêtée : les cartouches Canon sont simplement dispensées de puces de certifications. Ce qui amène à cet amusant communiqué de la marque qui explique comment ignorer les messages d'avertissement de l'imprimante sur la provenance des cartouches. En pratique, il s'agit de fermer les fenêtres pop-up qui viennent régulièrement déranger les clients de Canon ayant acheté des recharges chez un tiers. Ajoutons que le problème ne concerne que les grosses machines de bureau et pas les plus petites dédiées aux particuliers.

TechDirt note que les fabricants d'imprimantes sont des spécialistes pour pousser à bout les acheteurs : on parle de cartouches d'encre limitées géographiquement chez Xerox, de date d'expiration mystère chez HP ou encore de brevet pour bloquer la concurrence chez Lexmark.

Récemment, Canon a été attaqué en justice par des clients mécontents du fait que l'entreprise désactive le scanner de certaines imprimantes qui n'ont plus d'encre. Cette limitation purement logicielle force donc les clients à acheter des cartouches pour effectuer des actions ne nécessitant pas une goutte d'encre. De plus, cette obligation n'est mentionnée nulle part dans la communication autour de l'imprimante.


Tags
avatar en chanson | 

Comment le législateur a t’il pu laissé faire ces fabricants?

avatar iPadProM1 | 

A plus de 4000€ le litre…
Bon business c’est cartouches 🤙

avatar captainmajid | 

Ils n’ont qu’à recycler ces puces, vu le nombre de cartouches remplacées (jetées)...

avatar levincefr | 

Pendez moi tous ces connards de capitalistes. La maison brûle et eux ils allument le gaz. Ça fait bien longtemps que je n’ai plus une de ces conneries chez moi et pourtant je suis indépendant. Je n’imprime rien. Je prends des notes sur mon ipad ou avec un stylo sur une feuille de papier. Oui je sais c’est dingue. Et je n’imprime rien. J’en éprouve simplement pas le besoin. J’envoie mes factures par mail, libre aux clients de l’imprimer.

avatar Sindanárië | 

Chez brother il n’y a pas ces puces. Enfin il me semble. pour la laser que j’ai Cartouches compatibles bas prix sans marques fonctionnent très bien

avatar kman | 

Au lieu de ça, le législateur fait chi*r avec le chargeur lightning et impose l'USB-C. Ils feraient mieux de se pencher sur la "Taxe imprimante"... C'est comme si on ne pouvait pas monter d'autres pneus que ceux d'origine sur nos voitures, on serait bien embêtés...

avatar selus | 

En tout cas les Ecotank d'Epson sont une vraie réponse à ce syndrome des cartouches très chères et peu durables. J'ai rentabilisé une ET-3750 (plus de 400 boules) en moins de deux an de consommables d'une P-50.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR