La capsule spatiale Orion aussi puissante qu'un iBook G3

Mickaël Bazoge |

Le véhicule spatial Orion, que la Nasa a pu expérimenter dans un premier vol de test en fin de semaine dernière, est une merveille de la technologie… d'il y a une décennie ! L'agence spatiale américaine mise sur des technologies éprouvées et fiables afin d'assurer une sécurité maximale pour le matériel et demain, pour les astronautes qui prendront place dans la capsule à la conquête de Mars. C'est pourquoi Orion fonctionne en partie avec un processeur bien connu sous nos latitudes : un PowerPC 750FX, qui n'est autre que le moteur de l'iBook sorti en 2002. Oui, il s'agit bien du bon vieux G3 !

Gravé en 130 nm (contre 16 nm pour le futur A9 de l'iPhone), cette vaillante puce embarque un seul cœur cadencé à 900 Mhz, un bus à 166 Mhz et 512 Ko de cache L2, rappelle Geek.com. De la technologie old school donc, mais qui a fait ses preuves. La Nasa ne prend aucun risque, puisque les trois ordinateurs d'Orion intègrent chacun deux de ces processeurs, l'un vérifiant les calculs de l'autre et vice versa. Par ailleurs, et espace oblige, les circuits imprimés sont plus épais afin de faire face à un environnement hostile, et ils sont protégés contre les vibrations et les radiations.


Tags
#orion #g3
avatar thg | 

Souvent, les gens s'imaginent que la technologie aéronautique - et astronautique, par la même occasion - est à la pointe du progrès.

Alors que de nos jours, on enregistre encore les paramètres moteur sur des disquettes, ou on décode des rapports de pannes affichés en binaire (0-1) sur des écrans de cockpit, et qu'on déchiffre avec un petit carnet...

avatar MacGyver | 

c'est vrai.
Faut aussi comprendre qu'entre le developpement d'un projet, le lancement et l'atteinte des objectifs, il y a un temps enorme dans certains cas.
Rosetta qui s'est posée sur une comete le mois dernier est partie en 2004, et probablement avec une technologie epprouvée et donc encore plus ancienne.

une eternité d'un point de vue evolution technologique.

Les systemes en orbite et en fonctionnement sont des fois extremement vieux, mais neanmoins robustes.

Faut pas espere y trouver Yosemite ou widows 8 (heureusement dans les 2 cas :) ).

avatar alucardex | 

En même temps c'est vrai qu'entre le début du projet et l'arrivée .. forcement la techno à beaucoup évoluer.

C'est plutôt impressionnant je trouve et même assez amusant : quand certain on besoin d'un SSD et 8Go de RAM pour faire du traitement de texte, eux ils posent une fusée avec leur techno à 2 balles =D

avatar Link1993 | 

@thg :
Il sont enregistré sur bande (et encore, ca remonte) ou sur mémoire nand à présent...

avatar YARK | 

Ah ben je comprends mieux pourquoi les crétins d'Independance Day* réussissaient à pirater une soucoupe volante avec un système 7...

*Le film qui donne envie de détruire toutes les grosses merdes patrioto-pathos-moraliso-nimportequoi-américaines

avatar Orus | 

"pour les astronautes qui prendront place dans la capsule à la conquête de Mars"
Non mais, n'importe quoi. Vous avez vu la taille de la capsule ?
Pour aller sur Mars il faut un véritable vaisseau spatial et vaste. Pas d'une boite de conserve.
Les USA se moquent du monde.

avatar Xap | 

@Orus :
C'est vrai, la NASA devrait vraiment t'écouter au lieu de faire n'importe quoi. Incompréhensible...

avatar jarno24 | 

Navré de te décevoir, mais c'est bien la capsule qui sera utilisée pour aller sur Mars le cas échéant. La capsule sera associée à un module de commande construit par les européens. Il n'y aura pas beaucoup de place, mais tout de même trois fois plus qu'à bord des capsules Apollo.

avatar Philactere | 

@jarno24 :
Les vols habités vers Mars relèvent encore du rêve (contraintes techniques et financières). Même si on en reparle tous les 3 ans les premiers vola ne sont pas encore programmés. Le jours où ils le seront vraiment on reparlera du vaisseau (Orion ou tout autre bidule).

avatar jarno24 | 

Et pourtant c'est bien Orion qui sera utilisé "le cas échéant". Il y a aura bien quelques adaptations, mais pas de grands changements (à part peut être au niveau du blindage qui devra être plus important pour protéger l'équipage des radiations). C'est bien Orion qui sera utilisé pour visiter un astéroïde ou pour retourner sur la Lune si l'envie leur en prenait. Quand je parlais du module de commande construit par les européens, ce n'est pas de l'ordre du rêve, c'est un projet en plein développement, budgétisé et financé. D'ici Mars, le système informatique de bord aura encore évolué mais la structure globale restera ce qu'elle est. Il y a aura peut être quelques modules qui précéderont les astronautes sur Mars histoire d'avoir une structure habitable à leur arrivée.

avatar Stardustxxx | 

Orion est surtout destiné a valider des technologies, et a prouver les capacités techniques des intervenants.

Un vol vers mars c'est 6 a 8 mois de voyage. Bonne chance pour passer 6 mois dans cette boite de conserve avec d'autres astronautes.

Le vaisseau pour mars sera bien plus grand que cette petite capsule. Mais elle pourrait être un module qui fait parti de ce vaisseau.

Et autant, je suis pour l'exploration du système solaire par l'homme, autant je pense que l'exploration robotique est la méthode la plus efficace.

Et puis essayons deja de retourner sur la lune avant d'essayer d'envoyer des hommes sur Mars.

avatar Stardustxxx | 

D'après wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Orion_(v%C3%A9hicule_spatial)

"Le vaisseau Orion est conçu pour transporter 4 personnes pour une mission de 3 semaines au delà de l'orbite terrestre basse et jusqu'à 6 personnes en orbite basse."

On parle de l'orbite terrestre basse pour 21 jours donc 3 semaines. Mars c'est 6 a 8 mois de voyage (aller simple), et dans les scénarios on se base sur 900 jours.

Et comme tu l'as dit les radiations cosmiques et solaires sont importantes, et on devra blinder le vaisseau. Mais si tu veux plus d'info je te conseille d'aller lire ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mission_habit%C3%A9e_vers_Mars

avatar jarno24 | 

Travaillant à l'ESA je ne manque pas d'information en la matière, mais c'est toujours bien de constater que des gens s'intéressent à l'exploration spatiale et ont plaisir à en discuter.

avatar Philactere | 

@jarno24 :
C'est peut-être parce que je ne travailles pas à l'ESA, mais tout ce que je lis depuis plus de 20 ans à propos des vols habités au delà de l'orbite terrestre c'est un pas en avant, deux en arrière.
Aujourd'hui j'ai beau chercher je ne trouve aucun programme habité d'exploration au delà de l'orbite terrestre qui soit en phase de réalisation ou même d'étude (hormis peut être la Chine avec un voyage vers la Lune). On est à l'heure actuelle dans l'ordre du rêve lointain (malheureusement) ou du fantasme (Mars One).
Je le regrette aussi.

avatar Stardustxxx | 

Je pense que la population est plus intéressé par l'exploration spatiale que nos politiques. Plus de 200 000 personnes se sont inscrit pour Mars One, mission suicide pour Mars.

Et pour revenir a Orion, si on relit ton commentaire, on a l'impression qu'avec quelques modifications mineures il est capable d'aller sur Mars. Alors qu'il fait parti d'un projet plus grand avec le Deep Space Habitat par exemple: http://en.wikipedia.org/wiki/Deep_Space_Habitat

Autant je peux comprendre la stratégie de la NASA ou de l'ESA, vendre un projet pour Mars doit se faire par étape car le projet est complexe et les besoins financiers sont énormes. Mais il faut rester réaliste dans la communication.

avatar Oncle Sophocle | 

Six à huit mois, 900 jours ? Et ils feront pousser du blé et élèveront des poulets pour se nourrir ;-) ?

avatar Stardustxxx | 

Très bonne question, le problème il est la, comment se nourrir pendant tout ce temps la.

Une mission sur Mars est aussi longue car pour faire le voyage retour en 6 a 8 mois, il faut attendre que Mars et la Terre soient proche, elles ne tournent pas a la même vitesse autour du soleil.

Ou alors il faut esperer que les moteurs a plasma/ionique (comme le VASIMIR) fassent leur preuves, et si c'est le cas on annonce un voyage vers Mars en 40 jours (ca implique également un réacteur nucléaire...)

avatar BeePotato | 

@ jarno24 : « Quand je parlais du module de commande construit par les européens, ce n'est pas de l'ordre du rêve »

N'est-ce pas plutôt un module de service qui doit être fourni par l'Europe ? Dans cet assemblage, le module de commande, c'est justement Orion, non ?

avatar Aldwyr | 

@Orus :
Désole, mais on s'en fou un peu du confort dans ce genre de situation... Mais genre puissance 1000 ! Le plus important, c'est que tu arrives en vie a bon port et en bonne santé !

Sinon, tu attendras que tes petits petits enfant puisse avoir ce luxe de voyager dans d'immense bâtiment spatiaux bien confortable...

avatar Philactere | 

@Aldwyr :
On s'en fout un peu du confort mais pas totalement.
Un équipage en vase clos pendant plusieurs mois à besoin d'un minimum d'espace vital pour que ça ne parte pas trop vite en couille...

avatar patrick86 | 

@Orus :

Tu t'es renseigné sur les dimensions de la boite de conserve que montre la photo, ou c'est juste ton aigreur matinale ?

avatar Stardustxxx | 

D'après wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Orion_(v%C3%A9hicule_spatial)

"Le vaisseau Orion est conçu pour transporter 4 personnes pour une mission de 3 semaines au delà de l'orbite terrestre basse et jusqu'à 6 personnes en orbite basse."

Longeur : 7 m.
Diamètre : 5,03 m.
Volume habitable : 8,95 m³

Donc 9 m3 ca fait une piece de 9m2 qui a une hauteur de 1 metre pour 4 personnes!!!

Pour info, la taille moyenne d'une cellule de prison en France est de 9m2. ;)

avatar MacGyver | 

heureusement.
Le jour ou ils utiliseront IOS8 ou Yosemite, attention aux coupures de wifi dans la navette.
Pas de facebook pendant plusieurs mois, les astronautes vont faire la gueule.

avatar Philactere | 

Il faut dire aussi que les ordinateurs embarqués n'ont pas besoin d'utiliser la moitié de leur puissance pour des animations graphiques.

avatar oyster | 

Les circuits destinés à sortir de l'atmosphère sont en effet plus épais !!
De quelques nanomètres !!! looool
Pour rendre les circuits RT (radiations tolérants) une couche de nitrure de silicium est ajoutée dans le process de fabrication. Evidemment tout ceci est totalement invisible à l'oeil une fois le produit terminé.
Concernant les vibrations, ce sont les supports des cartes électroniques qui font l'objet de modifications, la fabrication des circuit quant a elle, reste exactement la même. ;)

avatar Alias | 

N'oublions pas que la fusée Ariane 5 fonctionne avec des Motorola 68020 !!!

http://www.touilleur-express.fr/2012/06/30/usi2012-quel-logiciel-y-a-t-il-dans-une-fusee-ariane-5/

avatar iGeek07 | 

@MacGyver :
Tout à fait, et ce qui est parti en 2004 a été conçu… 5 à 10 ans plus tôt.
J'ai déjà eu les spécifications techniques de Rosetta sous les yeux, et ils utilisent des bandes magnétiques pour les données!
Je trouve ça fabuleux ce qu'on peut faire avec du matos qui apparaît complètement dépassé de nos jours.

D'ailleurs de nombreux projets étudiants de nano satellites (type cubesat :10x10x10cm) embarquent des processeurs ARM utilisés dans nos smartphones (bon pas ceux d'Apple ^^) pour en tester la viabilité en conditions spatiales. Bien sûr ils ont étés renforcés avant (contre les radiations notamment).

avatar Sometime | 

@iGeek07 :
Il me semble que les bandes magnétiques sont encore très utilisées pour l'archivage de données où l'accès est rare et la vitesse pas un facteur déterminant.

avatar crazy_c0vv | 

Tout à fait.

Je travaille dans une société d'informatique (infogérance et hébergement) et effectivement une partie de nos sauvegardes se font sur bande magnétiques.
Une bande LTO4, 800Go quand même, et le double pour une LTO5. Un robot de sauvegarde peut contenir des dizaines voire des centaines de bandes.

avatar Stardustxxx | 

Ils utilisent des vieux processeurs pour une raison qui est mal précisée dans l'article.

Un processeur gravé en 130 nm est beaucoup moins sensible aux radiations cosmiques, aux rayons gamma qu'un processeur gravé en 14 nm.
Idem pour la RAM embarquée, il y a moins de chance d'avoir des changements d'etat avec des gravures plus épaisse.

BAE fabrique des PowerPC qui sont résistant aux radiations pour applications spatiales comme le http://en.wikipedia.org/wiki/RAD750.

Je ne pense pas qu'il y ait d'autres architectures CPU qui soient dispo sur ce marché, ce qui biaise un peu la concurrence.

avatar _io_ | 

Je me rappel avoir lu quelque part (il y a déjà un bon moment) que peu d'année après sa sortie, le G3 avait supplanté le valeureux 486 comme processeur pour l'aérospatiale (si quelqu'un du milieu peut confirmer svp). Je savais que jusqu'à tout récemment c'était encore le processeur de référence en aéronautique; mais je suis surpris de constater qu'il a la vie si longue. Il a du évoluer passablement quand même. C'est cool de constater cette optimisation du G3.

avatar PO_ | 

Je pense que l'on pourrait être surpris de la puissance que l'on pourrait tirer d'un simple G3, avec une programmation réellement optimisée.

Je serais curieux de connaître le ratio de puissance entre nos smartphones et les ordinateurs qui ont servi pour le programme Apollo, ou les calculs pour le programme Voyager.

avatar thierry61 | 

C'est ce qu'on voit aussi sur les satellites et sondes d'exploration du système solaire. La fiabilité, la redondance et la robustesse (et la consommation électrique) sont beaucoup plus important à considérer que la puissance extrême. Un voyage pour Jupiter ou Saturne c'est, pour une sonde, passer 4 ou 8 ans au bas mot, à sommeiller à très basse température avant que d'atteindre sa cible. Il peut arriver que par un hasard malencontreux un rayon cosmique vienne frapper au mauvais endroit dans la mémoire système. D'où "plantage" de la sonde ou du robot et d'où besoin de capacité de reboot et/ou de prise de contrôle à distance (notamment pour défragmenter les mémoires, débugger, remettre à niveau les logiciels système). Les aspects "soft" sont alors primordiaux.

Pour les véhicules spatiaux dont la durée d'exploitation est très longue, les systèmes embarqués connaissent des upgrades. Les navettes spatiales n'ont évidemment pas terminé leur carrière avec les équipements (et la puissance de traitement) dont elles avaient été dotées au moment de leur fabrication (au début des années 80, on avait de gros AS/400 au sol pour assister les navettes)

En passant, j'en profite pour signaler que la sonde New Horizons qui devrait frôler Pluton en Juillet prochain vient de sortir de son hibernation. 9 ans de voyage, ça commençait à faire long...

http://www.nasa.gov/newhorizons/on-plutos-doorstep-new-horizons-spacecraft-awakens-for-encounter/#.VIczl4vTyS4

avatar Oncle Sophocle | 

De 2002 à 2014, ça fait douze ans ? Alors longue vie à mon iMac G5 de fin 2005, modem et imprimante idem, et mon scanner de 1997 :-) !

avatar poco | 

Faut dire aussi que :

1 - Les programmeurs sur ces systèmes sont pas des manches qui ont besoins de processeurs multi core pour faire un traitment de texte.

2 - Les utilisateurs et applications ne s'amusent pas à faire de la transparence sur les menu, des animations et de la vidéo HD. On reste dans le nécessaire.

Cà me rappelle le temps ou le système 7 tenait sur une disquette Simple face 3,5".

On s'aperçoit qu'entre les besoins nécessaires et les achats réalisés en terme d'équipement informatique il y a un fossé.

Je suis prêt à parier qu'on pourrait remplacer 70% des PC dans les sociétés avec un Raspberry Pi si on fournissait une suite bureautique optimisée, un browser et un client mail. Seulement l'Ego des cadres et secrétaires en prendrait un sacré coup...

avatar BeePotato | 

@ poco : « Cà me rappelle le temps ou le système 7 tenait sur une disquette Simple face 3,5". »

N’exagérons rien : ce temps n’a jamais existé.
Seules les toutes premières versions du système tenaient sur une disquette 400 ko. Même pour le Système 5, je ne suis pas sûr que ça passait encore sur une simple face.
Le Système 7 (et même le 6 avant lui) était déjà bien trop complexe pour se contenter de si peu d’espace.

Oui, je sais : je chipote. Désolé. :-)

CONNEXION UTILISATEUR