Apple est-elle hostile envers les développeurs macOS ?

Mickaël Bazoge |

macOS Catalina, dont la version finale est attendue dans pas longtemps, va-t-il provoquer une fuite des développeurs ? C'est la crainte que l'ont peut nourrir à la lecture de ce billet de Kyzrati, développeur du jeu Cogmind. Depuis quelques années, la perspective d'adapter le titre — un Rogue-like velu — sur Mac lui trottait dans la tête. Mais il a fini par déchanter à cause d'Apple et des nombreuses exigences imposées par le constructeur.

Cogmind.

Pour Kyzrati, le comportement d'Apple est « hostile » envers les développeurs macOS. Il y a tout d'abord le prix des machines qui représente un investissement important, en particulier pour un studio de jeux vidéo dont le gros de la clientèle est composée d'utilisateurs Windows. Mais Catalina pèse aussi de tout son poids.

D'une part, le futur macOS remise au placard les applications 32 bits : terminée la « grande bibliothèque de logiciels et de jeux » qui ne passeront pas au 64 bits (lire : macOS Catalina : comment se préparer à l’abandon du 32 bits). Kyzrati loue le travail de rétrocompatibilité de Microsoft pour Windows, un lourd bagage historique qui peut aussi représenter un boulet au pied.

Sous Windows, le développeur de Cogmind peut ainsi se concentrer sur ce qui compte le plus pour les joueurs, c'est à dire les nouveautés et l'ajout de fonctions supplémentaires, plutôt que d'investir ses ressources limitées dans l'optimisation 64 bits.

Mais ce qui lui pose un véritable problème, c'est la notarisation par défaut des applications. Les développeurs doivent faire certifier leurs apps auprès d'Apple, un système qui vérifie la présence de composants malveillants. Pour l'utilisateur, la manifestation la plus visible de ce « notaire », c'est l'affichage d'une alerte pour confirmer s'il souhaite installer l'app (lire : La notarisation des apps bientôt obligatoire pour les nouveaux développeurs inscrits).

Pour le développeur, c'est perçu comme un fardeau supplémentaire même si le processus est relativement transparent et rapide. Il faut d'abord régler 99 $ par an pour obtenir l'identifiant Developer ID indispensable, et puis surtout Kyzrati craint que la notarisation soit un moyen pour Apple de resserrer davantage l'étreinte autour de son écosystème — ce qui est effectivement le cas, quelque part.

Un control-clic et ça repart.

Néanmoins, relevons qu'Apple a lâché temporairement un peu de lest concernant cette exigence de notarisation. De plus, du moins sur la bêta 9 de Catalina, il est toujours possible d'ouvrir un logiciel non notarié via un control-clic sur son icône. La liste de griefs de Kyzrati ne s'arrête pas là : il revient aussi sur l'attention particulière réclamée par les utilisateurs de Mac.

Un jeu comme Robotality compte 4% de joueurs macOS, qui sont à l'origine de… la moitié des requêtes au SAV ! Impossible pour un développeur seul de passer son temps à répondre aux incessants appels à l'aide d'une si petite communauté. Évidemment, ce témoignage n'est pas forcément (espérons-le !) représentatif de l'ensemble des développeurs macOS, dont beaucoup voient tout l'intérêt de la notarisation. Mais ce cri du cœur pourrait bien trouver un écho plus large auprès de développeurs frustrés par la politique de plus en plus serrée d'Apple.


avatar marc_os | 

Donc il « craint que » et sa version pour Mac génère beaucoup d’appels au SAV.
Mouais.
1. Craindre c’est son pb perso.
2. Si son jeu génère beaucoup d’appels au SAV, cela ne pourrait -il pas venir de la qualité insuffisante de son logiciel ? Ou alors comme Steve Jobs il va dire que ses clients sur Mac n’utilisent pas correctement son logiciel ?

Quant au titre de la brève, qu’est-ce qu’on dirait si l’App Store était obligatoire !?
Pour rappel il ne l’est pas. Ni même à la limite la signature par Apple et les 99€ annuels si l’utilisateur veut bien désactiver SIP. Y en a bien qui n’hésitent pas à jaikbreaker leur iPhone !

avatar fousfous | 

Refuser d'investir des ressources pour passer au 64 bits... Ça fait depuis 10 ans que toutes les apps devraient être de base en 64 bits, je comprend pas comment ça se fait qu'autant de jeux soient encore en 32 bits...
Donc pour l'instant c'est sur pas de Catalina pour moi, mais sur mon prochain Mac je n'aurais pas le choix.

avatar hirtrey | 

@fousfous

Pourquoi mettre des ressources quand cela ne sert a rien. Le passage au 64 bits n’apporte rien a bcp d’application.

avatar Shralldam | 

Ce n’est pas parce qu’on développe un jeu, qu’on doit s’affranchir des fonctions qui rendent l’OS plus sûr (et plus moderne). C’est vrai que Windows est plus permissif, c’est parfois pour le meilleur mais il y a aussi le pire.

avatar Ali Ibn Bachir Le Gros | 

Je ne crois pas un instant que la notarisation des applications ait pour but de rendre les applications plus sûres, ce qui est d'ailleurs impossible. Elle sert surtout à veiller à ce que chaque développeur paie bien ses 99 USD par an.

Rien n'empêche Apple un jour de décider que si un développeur cesse de payer sa cotisation, toutes les applications qu'il a développées installées chez les utilisateurs cessent de fonctionner.

Autant j'adore macOS, autant je me méfie d'Apple comme de la peste. C'est une multinationale aussi pourrie que les autres.

avatar Lestat1886 | 

On dirait juste qu’il ne veut/peut pas fournir d’efforts pour optimiser son jeu surtout...

avatar xDave | 

« Apple est-elle hostile envers les développeurs de jeux »

C’est peut-être mieux comme titre, Non?

Ou

« Apple est-elle hostile envers les développeurs paresseux / qui n’ont pas les moyens de payer 99€ pour se certifier »

Ou

« Apple est-elle hostile envers les développeurs aux pratiques antédiluviennes et ancrées dans Windows »

....

avatar iValFR | 

@xDave

D’accord avec le deuxième titre ...
Je suis développeur, je travail parfois sur des projets sur mon temps perso. Est-ce que pour autant je vais payer 99$/an pour proposer un soft libre (donc qui ne me rapportera rien) ? Non.

En revanche quand il s’agit d’un studio, je suis d’accord payer 99$/an n’est pas aberrant.

avatar xDave | 

@iValFR

J’entendais bien le studio dans ce titre et certainement pas le Dev qui va faire des applications libres

avatar Mickaël Bazoge | 
Un développeur de jeux, c'est… un développeur, non ?
avatar xDave | 

@MickaëlBazoge

Oui mais ...

Apple est hostile avec les Dev de jeux donc Apple est hostile avec tous les devs?

Ça me gêne.

Accessoirement, l’article repose sur l’avis d’un seul développeur qui en plus n’est même pas historiquement Mac.

Après, je ne dis pas qu’Apple n’est pas casse bonbons à changer ses APIs tous les quatre-matins par exemple.

avatar Mickaël Bazoge | 
« Apple est hostile avec les Dev de jeux donc Apple est hostile avec tous les devs? » J'ai tendance à croire que les bâtons qu'Apple met dans les roues des développeurs de jeux concernent aussi l'ensemble des développeurs. Enfin je sais pas, je comprends pas ta logique de mettre d'un côté les dévs jeux et les autres. Après, comme je dis à la fin, c'est l'avis d'un développeur mais au vu des réactions que j'ai pu voir sur Twitter, il a touché une corde sensible.
avatar xDave | 

@MickaëlBazoge

Twitter...

Pour moi le Dev de jeux repose sur des APIs et des frameworks très spécifiques.

OpenGL, DirectX, Metal
Et autres moteurs de rendus, optimisations spécifiques des cartes vidéos etc...

J’imagine que venant de Windows/DirectXbox, il n’a pas droit au mêmes égards chez la pomme vu que ce n’est pas du tout son fond de commerce.

Donc je veux bien entendre certains arguments mais pas au moins la moitié de ceux qu’il évoque.

Notamment
Je ne vais pas pleurer pour un gars qui se plaint du 64bits aujourd’hui, c’est pas comme si Apple n’en parlait pas depuis le G5!

avatar Benitochoco | 

@MickaëlBazoge

C'est un raccourcis un peu rapide, pour créer un article qui va générer des cliques surtout. Je fais un peu de développement, donc comme le dit @xDave, ici c'est très spécifique.

Je pense que tu peux réécrire l'article :-)

avatar pecos | 

Tout à fait d'accord.
Comme développeur pour iOS, Apple est devenue tellement casse-bonbons que je n'ai pour l'instant plus envie d'y toucher. Je me concentre sur Android c'est tellement plus cool, malgré pas mal de petites choses agaçantes.
Faut dire qu'avec Apple il faudrait carrément que je rachète un iMac alors que celui que j'ai fonctionne parfaitement.
Il ne faut pas pousser : si Apple ne me fournit plus d'IDE adapté à ma machine et à son système, sauf à accepter cette fuite en avant, pourquoi je devrais suivre ?

Maintenant, Mickaël, je soupçonne que les intervenants sur ce sujet sont en général très jeunes, et ne sont pas développeurs. Cela explique sans doute leurs réactions pour le moins partisanes. (je reste poli)

avatar mouahaha | 

"je soupçonne que les intervenants sur ce sujet sont en général très jeunes, et ne sont pas développeurs. Cela explique sans doute leurs réactions pour le moins partisanes. (je reste poli)"

Tu peux même y aller franco, ceux qui lui crachent dessus sont des fanboys ultra connu sur macg et ont donc toujours un avis qui va dans le sens de "apple est gentille, les autres c'est des cons de haters" :)

Quand on les voient reprendre l'argument du 64bits, alors qu'ils ont rien comprit au pourquoi un dev se plaint de devoir tout refaire, pour un gain quasi nul, pour une infime partie de ses clients qui sont déjà pas nombreux et en sachant que la majorité va restez sur le carreau à cause de ça...

avatar tbr | 

Le pôv’ choux !😭
🤪😎

avatar Doctomac | 

Il grandiose ce mec, je ne vois pas pourquoi macG font la tribune de cet hurluberlu aux arguments fantaisistes !

avatar Grizzzly | 

Que ses plaintes sont justifiées ou non, ca reste un retour d’experience qui illustre que dans certains cas, developper sur osx présente de moins en moins d’interet en terme de retour sur temps/argent investi.

avatar Achylle_ | 

Le principal problème des développeurs sur MacOS, ce n’est ni Apple ni MacOS, c’est simplement le peu de clients potentiels.

Mais pour en revenir à ce développeur, j’avoue ne pas être d’accord avec la plupart de ses arguments :
- le 64bits n’est pas nouveau
- le principe de certifier ses app non plus et fait parti du principe de « plus de sécurité, bla-bla-bla »
- le fait qu’il ait plus de requête sav sur son client Mac n’est peut être pas la faute d’Apple.
Blizzard fait depuis longtemps des jeux pour Windows et Mac et je n’ai jamais entendu parler de beaucoup plus de problèmes sur Mac.
Et sans critiques aucunes envers ce developeur, je pense que le volume de joueurs est plus représentatif

avatar Mike Mac | 

Une amie dont le mari va lancer une boutique d'objets de collection sous iOS, se demandait comment, avec la mise à dispo de l'application sur l'appstore, elle et lui pourraient continuer à faire des tests avec une fausse carte bleue sur les futures versions. Sachant que le développement se fait à l'étranger, qu'elle n'a pas trop saisi toutes les explications en anglais et que son mari est resté évasif sur la suite des opérations.

Elle me dit que les versions alpha / beta ne sauraient être encapsulées en exécutable comme une application Android. Lequel Android autorise l'installation en dehors de son store.

Avec toutes les pointures qui gambergent ici, l'un de vous a probablement une solution. Apple est un système ouvert, non ?

avatar iosDev | 

Je suis développeur iOS depuis 10 ans.
On peut déployer une version de test de l'application via le service TestFlight de l'appStore (installation simple sur iPhone par un simple lien web dans un email).
Ensuite, dans cette version, on paramètre en effet l'intermédiaire de paiement (Stripe, Braintree, Paypal…) pour être en mode test et pouvoir utiliser les nº de cartes bancaires de test.
Contactez-moi directement pour plus de besoin.

avatar fte | 

Apple n’est pas ouvertement hostile.

Mais j’ai quitté le développement iOS par lassitude d’être traité par Apple comme un sous-traitant de seconde zone alors que je développais des applications pour mon propre compte, pas pour le compte d’Apple et payé par Apple.

La comparaison avec Google et le Play Store est douloureuse. J’ai réalisé à quel point Apple rendait ma vie difficile et ma relation clientèle délicate. C’est tellement plus simple et confortable sur Android...

Apple n’est pas ouvertement hostile. Mais la comparaison avec Google (ou Microsoft) ne laisse aucun doute : Apple est hostile. Pas ouvertement, mais de fait, hostile absolument.

Je ne développerai probablement plus sur iOS. La page est tournée.

avatar switch | 

Apple à ajouté une "couche de sécurité" avec Catalina avec la "notarization", rien de bien compliqué à implémenter pour les développeurs certifiés Apple.
Pour le moment les réglages Gatekeeper de Catalina sont identiques à ceux de Mojave, il faut que les DMG/.pkg soient "notariés" sous Catalina (je simplifie)
On devrait donc encore pouvoir lancer n'importe quelle application (à la seule condition qu'elle soit 64 bits), avec un clic-droit > ouvrir, mais à ses risques et périls.
Par contre si un jour Apple ne permet plus cela et impose le passage par le Mac App Store, ce sera une toute autre histoire, qui signerait une forme d'arrêt de mort du Mac et la fuite de bon nombre d'utilisateurs vers Linux ou Windows. Mais ça reste (pour le moment) très improbable.
Vu la faiblesse des ventes de Mac ces dernières années, ce serait scier la fine branche sur laquelle Apple est assise, sauf à faire un très grand saut en migrant d'Intel vers ARM et en profiter pour n'avoir qu'un seul OS et fermer l'intégralité de l'écosystème.
Ce serait le pari le plus risqué de tous les temps pour Apple.
Qui vivra verra…

avatar occam | 

@switch

Je rentre d’une réunion technique européenne.
Le sujet : la migration de logiciels scientifiques 32 bits, hérités de Unix, rodés et parfaitement au point, vers Windows ; et les remous causés par l’abandon, annoncé puis renoncé, des architectures 32 bits dans Ubuntu 19.10.

Le sujet qui par contre ne faisait plus débat : l’abandon du Mac comme plateforme viable pour ce genre d’utilisation et d’utilisateurs. Simple constat de décès. Teneur générale : ce n’est pas nous qui abandonnons le Mac, c’est Apple qui nous fout dehors, par défaut. Même visuellement, le changement était saisissant : sur 18 participants, j’étais le seul à trimbaler encore mon vieux MBP. La plupart des autres avaient désormais des Thinkpad ou Dell XPS en dual-boot.

Alors, la teneur de ce fil me fait pas mal ricaner. Amèrement.
Bon, le Mac a encore sa clientèle, qui en achètera tant qu’elle aura du fric et qu’elle croira se payer du chic avec.

Mais il y a plein de domaines où le Mac était devenu dominant, qualitativement sinon quantitativement, et où il ne joue plus aucun rôle, parce que ses clients/évangélisateurs/devs spécialisés se trouvent carrément mis hors-jeu par Apple.

avatar Bigdidou | 

@occam

« Bon, le Mac a encore sa clientèle, qui en achètera tant qu’elle aura du fric et qu’elle croira se payer du chic avec. »

Tu es réellement fatigant avec tes insultes récurrentes que tu pourrais réserver à d’autres forums, toujours basées sur l’expression du même mépris et de la même condescendance vis à vis de ceux qui n’ont pas tes intérêts ou la même vision de l’usage de l’informatique.

Globalement, je t’emmerde, je n’ai aucun intérêt pour tes logiciels scientifiques 32 bits, et je ne me paie pas du chic avec mes macs : juste ce que j’estime du confort, de la simplicité à l’usage de l’outil et une certaine protection vis à vis de ce que je ressens comme des agressions ergonomiques et esthétiques de Windows que je suis devenu trop vieux pour subir.

avatar zoubi2 | 

@occam

"Bon, le Mac a encore sa clientèle, qui en achètera tant qu’elle aura du fric et qu’elle croira se payer du chic avec"

Désolé, mais là je ne vous suis plus. On croirait lire une connerie à la @Levrai, ce qui n'est pas un compliment... On ne peut pas préférer MacOS à Windoze sans passer pour un bas-du-front ?

Vous devenez un peu compulsif. Dommage.

avatar BeePotato | 

@ occam : « Bon, le Mac a encore sa clientèle, qui en achètera tant qu’elle aura du fric et qu’elle croira se payer du chic avec. »

Mouais, peut-être bien.
Note qu’à côté de ce type de clientèle, le Mac a aussi encore la clientèle d’autres scientifiques que ceux qui étaient à ta réunion, utilisant d’autres logiciels que ceux qui étaient concernés par cette réunion. C’est fou comme le monde peut être vaste. ;-)

avatar Jean-Jacques Cortes | 

Pour ma part, le Macintosh est le seul ordinateur passé entre les mains, sur lequel je n’ai jamais écrit le moindre programme. Une usine à gaz où il n’y a pas le moindre langage utilisable sans passer par des outils compliqués et lourds d’emploi. Même la station ATEC 5000 de mon atelier était plus simple à programmer (langages Atlas et Atol).

avatar BeePotato | 

@ Jean-Jacques Cortes : « Une usine à gaz où il n’y a pas le moindre langage utilisable sans passer par des outils compliqués et lourds d’emploi. »

Il est amusant de lire ça au sujet de la plateforme qui a vu naître Hypercard sur une des branches de son arbre généalogique, et Interface Builder sur une autre. :-)

avatar jokerplus | 

@Jean-Jacques Cortes

Perso j'utilise macOs pour développer en Xamarin avec Visual Studio. L'environnement fonctionne aussi avec Windows mais comme l'émulateur et la compilation vers iOS nécessite un Mac, je prends le chemin le plus court. Il manque quelques extensions mais l'environnement est un peu plus réactif ça équilibre.

avatar Tibimac | 

C'est juste le cas d'un dev Windows habitué à faire son truc à sa sauce comme il veut dans son coin sans que personne l'emmerde, il débarque sur Mac et ça l'emmerde de se rendre compte qu'Apple fait en sorte de sécuriser/moderniser ses plateformes et que ça va pas dans le sens qu'il a emprunté sur Windows. Et du coup sa version macOS doit être moyenne (car porté d'une version Windows) donc forcément c'est surement moyen donc = beaucoup de plaintes car sur macOS les gens sont habitués à de la qualité, contrairement à sur Windows.

avatar debione | 

Les softs qui merde sur mac ça existe aussi... Même des softs Apple...

avatar mouahaha | 

"beaucoup de plaintes car sur macOS les gens sont habitués à de la qualité, contrairement à sur Windows."

De la qualité sur osx il dit... les JV sur osx c'est 30fps, quand ça veut bien, avec les paramètres sur faible... Sacré qualité, et on dit merci qui pour ça... ? Merci apple :)

avatar TheUMan | 

On va bien rigoler à la sortie de Catalina quand on aura plus que 2-3 applications Apple qu'on ne pourra même pas utiliser (Rappels) car plus compatible avec les anciens périphériques ou le reste du parc informatique qui ne sera pas passé sur ce dernier.
Si Apple voulait enterrer macOS il ne s'y prendrait pas différemment.
Alors que jusqu’à présent la plateforme était vraiment ouverte, là, c'est le virage à 180°.
Il ferait mieux d'accompagner et d'aider les développeurs plutôt que de les mettre au pied du mur.
L'innovation ne passera pas par un système fermé. Ils veulent calquer l'os sur ce qu'ils font sur iOS mais quand on voit le résultat (iOS 13 et iPadOS) on peut se poser des questions sur la bonne direction tellement ces 2 systèmes sont bogués par rapport à leur prédécesseur.

avatar Mike Mac | 

@TheUMan

C'est la fin de MacOS ?

Un complot dont le but est de convertir à iOS ?

A quoi servent les transitions douloureuses si c'est pour perdre beaucoup de clientèle en route ?

MacOS en ARM serait dans la foulée un coup de grâce ?

avatar TheUMan | 

L'avenir nous le dira mais en tout cas c'est plutôt mal parti.
C'est malheureusement pas la première fois où l'on va pas dans le bon sens (dans tous les sens du terme). Un exemple tout bête, sur iPadOS, on ne voit plus là où on place le curseur car il n'y a plus la loupe qui s'affiche... (On nous oblige à utiliser un stylet ?)

avatar BeePotato | 

Apple peut certes parfois sembler hostile aux développeurs, à qui elle impose tout un tas de contraintes plus ou moins compréhensibles.
Mais je me sens dans un environnement bien plus hostile à chaque fois que je me retrouve confronté aux API proposées par d’autres OS, et je c’est toujours avec plaisir que je redécouvre ensuite le confort de Cocoa (et dérivés). :-)

À voir si SwiftUI me fera le même effet…

CONNEXION UTILISATEUR