Bill Atkinson se remémore ses géniales inventions chez Apple

Stéphane Moussie |

Les premiers utilisateurs de Mac se souviennent forcément de MacPaint et HyperCard, deux logiciels légendaires qui ont été inventés par le même homme, Bill Atkinson. À l’occasion du quarantième anniversaire de son embauche chez Apple, l’ancien ingénieur partage ses souvenirs dans un billet de blog.

Bill Atkinson raconte que c’est Jef Raskin, qui allait devenir le « père » du Macintosh, qui convainquit Steve Jobs de le recruter. Un recrutement qui n’était pas gagné d’avance, Bill Atkinson n’ayant rien demandé au départ et voulant terminer son doctorat en neuroscience.

Steve Jobs et Bill Atkinson en 1983.

« Il y a un décalage entre le moment où quelque chose est inventé, et le moment où il est disponible au public. Si tu veux faire la différence, tu dois être en avance sur ce temps de latence. Viens chez Apple, où tu pourras inventer le futur et changer la vie de millions de personnes. Pense à quel point il est amusant de surfer sur le sommet de la vague, plutôt que de ramer dans le creux. » C’est avec cette image que Steve Jobs décida l’étudiant à le rejoindre le 27 avril 1978.

Dans une Apple où les employés ne se comptaient alors que par dizaines, le nouvel ingénieur logiciel voulut porter le langage de programmation UCSD Pascal sur l’Apple II. Après avoir essuyé un « non » de son supérieur direct, il se tourna vers Steve Jobs qui lui accorda deux semaines pour ce projet auquel il ne croyait pas vraiment.

En travaillant « comme un fou », Bill Atkinson réussit son coup. Son travail servit ensuite à amorcer le développement du projet Lisa qu’il rejoignit à la demande de Jobs. Bill Atkinson convainquit le responsable du projet d’inclure une souris avec l’ordinateur afin d’ouvrir la porte à des logiciels tirant parti d’un périphérique de pointage, « autrement un éditeur graphique aurait dû être conçu pour être utilisable avec les flèches du clavier uniquement. »

Le programmeur posa alors les fondations de l’interface graphique du Lisa et du Mac en créant la bibliothèque QuickDraw et inventa au passage le menu déroulant. Il milita pour que la couleur d'arrière-plan de l'écran du Lisa soit le blanc plutôt que le noir, ce que combattait l'équipe hardware pour des questions de performances et de coût, et obtint l'approbation du CEO. Il mit au point également MacPaint, le logiciel de création graphique du Macintosh, avec l’aide de Susan Kare, qui dessina les icônes originales du Mac. « MacPaint montrait aux gens à quel point un ordinateur doté d’une interface graphique et d’une souris pouvait être amusant et créatif », se souvient-il.

« Certains disent que Steve m’a utilisé, mais je dirais qu’il m’a motivé, qu’il a libéré ma meilleure énergie créatrice, relate-t-il. C’était excitant de travailler chez Apple, de savoir que tout ce que nous pouvions inventer serait utilisé par des millions de personnes. »

En 1985, inspiré par un trip sous LSD, Bill Atkinson conçut HyperCard, un environnement qui « permettait aux utilisateurs de créer leur propre média interactif sans connaissance en programmation ». Avec son concept de cartes et de piles que l’on pouvait lier entre elles, HyperCard était un avant-goût du web.

À la fin des années 1980, Steve Jobs demanda à l’ingénieur de le suivre dans sa nouvelle aventure, NeXT, mais Bill Atkinson préféra rester chez Apple pour finir HyperCard. Il quitta finalement la Pomme en 1990 avec Marc Porat et Andy Hertzfeld pour fonder General Magic et inventer l’appareil personnel du futur. Une mission accomplie par les héritiers de General Magic que seront Andy Rubin (Android), Tony Fadell (iPod, Nest) et Kevin Lynch (Flash, Apple Watch), entre autres.

Si vous voulez en savoir plus sur cette période d’Apple, vous pouvez lire (en anglais) le livre Revolution in the Valley d’Andy Hertzfeld qui retrace l’histoire de la création du Macintosh. Par la suite, Bill Atkinson est devenu photographe et certains de ses clichés ont été utilisés par Apple comme fonds d'écran ou pour les vignettes d'avatars proposés pour les comptes utilisateurs de macOS.


avatar C1rc3@0rc | 

@hugome
«Steve Jobs ne faisait pas habiller par Ive. C'est les ingénieurs qui remplissaient la boite que Jobs et lui avaient décidés.»

Mais non.
Ce sont bien les ingenieurs qui realisaient. Une fois le prototype ayant repondu aux besoins fonctionnels arrive la phase de production d'un produit commercialisable, et la c'est un travail iteratif entre ingenierie et dessin.

Et le travail de Ive c'est d'habiller le produit, ça a toujours ete cela. Ce n'est pas lui qui decide de quel composant va etre necessaire pour que le produit fonctionne. Par contre, en terme de design, oui c'est lui qui va dire quelles sont les contraites de resistance, si le produits peut etre ouvert et reparé, si une piece doit etre vissée ou collée... ça fait partie de ces attributions que de definir la solidité et la reparabilité...

avatar bbibas | 

@C1rc3@0rc

Nous avons l’impression que vous avez travailler chez  ., Samsung, et dans tous les domaines (même médicale) vous avez des connaissances et faites des affirmations sans cité vos sources. Au fait encloudage et digital n’existe pas en français

avatar pocketalex | 

@ bbibas

ses commentaires sont un tissu de conneries entremêlés de délires et d'inventions, et de ré-écriture de la réalité

avatar hugome | 

@C1rc3@0rc

Visiblement vous avez jamais discuté avec un designer de votre vie, pour penser que Ive puisse s’être contenté de ce rôle. C’est pas pour rien qu’il est n°2 aujourd’hui.
Comment croyez-vous qu’on prend les décisions de mettre de l’aluminium qui est opaque aux ondes, de supprimer des boutons, de changer le verre, etc...
Vous croyez que ce sont les ingénieurs d’Apple qui décident de faire un Mac Pro cylindrique ? Et l’iMac, il a poussé tout seul dans un jardin ?

avatar bbibas | 

@C1rc3@0rc

Vous broyez du noir dès que c'es  , vous vous faites du mal !!!
Anxiogène vos commentaires

avatar niclet | 

« En 1985, inspiré par un trip sous LSD, Bill Atkinson conçut HyperCard »

J’aime encore plus ce logiciel, tout d’un coup!

avatar occam | 

@niclet

Cette année marque le 80e anniversaire de la synthèse du LSD par Albert Hofmann et le 75e anniversaire — ce 19 avril dernier — de son premier essai in vivo par l’éminent chimiste bâlois.

Il serait donc justifié de rassembler les témoignages de tous ceux qui ont apporté des contributions à l’essor de l’informatique sous l’influence du diéthylamide de l'acide lysergique. À commencer par Atkinson et, naturellement, Jobs.

Le titre d’un tel recueil ? “On the influence of lysergic acid diethylamide on the development of modern computing”.
Évidemment.

avatar niclet | 

@occam

Oh! Merci pour la référence.

avatar C1rc3@0rc | 

@occam

Moais sans vouloir faire l'apologie de quoi que ce soit et surtout pas valoriser les effets d'un produit hautement toxique et ultra-dangereux, on peut quand meme dire que dans la periode des 60th 70th il y avait 2 "ecoles" d'experimentateurs:

- ceux qui se cretinisaient en empechant leurs cerveaux de faire des relations en s'embrumant les neurones et poumons avec du THC

- ceux qui s'infligeaient des orages electrique creeant des connexions multiples et improbable avec un derivé de l'ergot de seigles, substance qui decima pourtant des village entier au moyen-age...

Le fait étonnant c'est que si les utilisateurs de THC ont ete massivement moins productifs (assez logique, les idees ils ne pouvaient les avoir que lorsque les effets etaient dissipés) et que le taux de survie a ete superieur chez les expérimentateurs de LSD, aujourd'hui c'est la substance cretinisante qui est en voie de légalisation et pas la substance qui a le plus d’intérêt pour la production cognitive???

avatar MacPlusEtc | 

@occam

"Il serait donc justifié de rassembler les témoignages de tous ceux qui ont apporté des contributions à l’essor de l’informatique sous l’influence du diéthylamide de l'acide lysergique. À commencer par Atkinson et, naturellement, Jobs."

Sans parler de la créativité musicale... Pink Floyd et d’autres...

avatar occam | 

« le nouvel ingénieur logiciel voulut porter le langage de programmation UCSD Pascal sur l’Apple II »

Jimmy Maher raconte en détail la genèse de UCSD Pascal et l’importance de Bill Atkinson pou son implémentation sur Apple ][, qui eut d’importantes répercussions sur le développement de Lisa et du premier Mac.

https://www.filfre.net/2012/03/pascal-and-the-p-machine/

Personnellement, c’est à cette époque (1982) que j’ai fait la rencontre du processeur Motorola 68000, sur un ordinateur SAGE IV, petit monstre multi-utilisateurs dont l’OS était UCSD Pascal et qui me servait à créer des programmes pour Apple ][. (Comme il s’agissait de p-code, pas de cross-compilation nécessaire.)
L’expérience du Motorola 68000 par comparaison au MOS 6502 de l’Apple ][ me convainquit que cette famille serait logiquement le prochain étage d’une nouvelle machine Apple. En cela, le Mac ne fut pas une surprise.

avatar C1rc3@0rc | 

@occam

C'est intéressant de voir comme le langage influence la machine, l'OS et ce qui est cree sur l'ensemble.
Pascal est un langage a l'origine fait pour apprendre a "bien programmer". Il impose une discipline d'ingenieurs ou les choses doivent etre anticipées, calculées, documentées et simplifiées.
Il met l'accent sur l'efficacité et la sécurité mais aussi le travail d’équipe: on doit pouvoir comprendre ce que fait un programme en lisant son code et il doit être décomposé en modules les plus possible cloisonnés afin que la modification interne de l'un n'ait aucun impact sur les autres...
Ce n'est pas un hasard si c'est le langage d'origine de Lisa et Mac. Mais l'autre langage du Mac c'est Lisp (qui sera aussi important dans NeXT: Xcode herite massivement de l'atelier de développement de JM Hulot bati en Lisp)

Bien qu'ayant une vénération pour Pascal et N.Wirth, mon "espace historique culturel" est plus Lisp qui imposa aux chercheurs d'aller au-dela de leurs domaines pour imaginer des solutions inconnues alors.

Lisp emmena les chercheurs theoriciens vers l'IA mais aussi vers le parallélisme massif.

Si Lisp est capable d'appréhender les problèmes mathématiques les plus tarabiscotés, il a de par sa structure hyper-simple et récursive une capacité a considérer aussi les domaines de l'intuition...

Et comme il pousse a penser en terme de concepts, bien sur sa logique pousse a vouloir programmer le concept et laisser la machine s'occuper de l'optimisation.

Donc il fut longtemps question de faire des processeurs capables de traiter du langage Lisp et de la faire de maniéré massivement parallèle.

Son influence sur le developpement des processeurs a jeux d'instructions complexe fut considérable même si cette voie fut une impasse et Lisp établie que l'optimisation de la compilation pour un processeur a jeux d'instruction réduit était plus pertinent.

Un des problèmes posés - le parallélisme massif - fut une voie d'exploration universitaire mais aussi de plusieurs societes privées dont l'une visait dans son nom très haut puisqu'il s'agissait de Thinking Machines Corp, rien de moins... Et elle employa de nombreux chercheurs parmi les plus éminents pour arriver a résoudre ses problèmes... tout en en posant de nouveaux qui etaient autant de nouvelles voies d'exploration. L'un deux fut Richard Feynman.
Il est interressant de voir aujourd'hui que les machines de bureau et meme les smarpthone arrivent dans les problematiques qui se sont posés au Lispiens dans les annees 80... Et que pourtant les réponses trouvées (et la façon de poser les problemes) alors ne sont pas mise en place et que les societes tentent de reinventer souvent la roue carrée...

avatar melaure | 

@C1rc3@0rc

Il y a pas mal de choses intèressantes dans tes posts !

Perso j'ai appris a programmer avec les premiers BASIC des premiers micros dès 1982 : TRS-80, Ti-99/4A, Goupil 2, ZX-81. Je n'ai pas programmé.

Mais quand je suis passé aux choses sérieuses, le pascal ne m'a pas du tout attiré et ca a été directement C et assembleur 68000, bref la perf brute ;)

avatar occam | 

@C1rc3@0rc

"reinventer souvent la roue carrée..."

? Oui, toujours, ou plutôt, cycliquement.
• Niklaus Wirth était, de formation et je crois, de vocation, ingénieur. Il l’est resté, dans l’âme, et cela se ressent dans tout ce qu’il a créé. Je trouve l’architecture du compilateur Pascal un monument du genre. Il a bien fait de lui consacrer un livre d’analyse.

• LISP : je l’ai d’abord appris par le petit livre de Daniel Friedman, « The Little Lisper ». Livre récursif, si l’on peut dire. Le centre de calcul auquel j’étais affilié roulait essentiellement sur mainframes IBM, 3033/3093.
Officiellement, PL/1 était de rigueur ; horreur. Donc je filais une fois par semaine à Zurich pour apprendre Pascal. Et pour l’introduire en cachette. En même temps, j’étais ébloui par la richesse conceptuelle de Lisp, mais... sur papier uniquement. On n’imagine plus le cloisonnement d’avant internet !
Mais nos mammouths IBM permettaient encore autre chose : APL. Faisant partie de l’équipe chargée d’introduire APL2, je faisais un peu ce que je voulais, et surtout cela me donnait accès à un workspace immense pour l’époque : 256 kB ?. Exploitant la récursivité de APL2, je me suis mis à fabriquer un mini-interpréteur Lisp.
Le langage le plus verbeux émulé sur le plus concis !

Évidemment, toute cette quincaillerie vintage pâlit à côté d’un Raspberry Pi.

Mais j’enrage d’imaginer tout ce que l’on pourrait faire, sur le plan expérimental, sur un iPad ouvert. Autre chose que le jardins d’enfants Swift.

avatar C1rc3@0rc | 

«Je trouve l’architecture du compilateur Pascal un monument du genre. Il a bien fait de lui consacrer un livre d’analyse.»

Effectivement.

«On n’imagine plus le cloisonnement d’avant internet !»
Je crois que c'est meme pire.
Les gens sont habitués a cette normalité du "google it", de la consommation de donnée a volonté.
Ils n'imaginent pas - et non plus - que les media puissent etre d'etat, que seul le broadcasting existe, qu'ils soient gavés comme des canards par des sites de production de la propagande officielle...

Alors ils s'exposent sur Facebook, s'enchainent avec Apple Music ou Spotify, s'emerveillent de se faire enclouder a repetition...
Et ils votent pour le paquet de lessive que le marketing leur fait paraitre le plus sympathique.

Ils ne se rendent pas compte de ce qu'ils doivent a Berner-Lee et du respect et de la preservation qu'il faut vouer a l'Internet et au Web.

«vÉvidemment, toute cette quincaillerie vintage pâlit à côté d’un Raspberry Pi.»
Deja meme un arduino a aujourd'hui une puissance incroyable par rapport a ces machines. Mais le paradoxe c'est de voir ce que les esprits de l'epoque ont fait avec ses machines et que les le manque d'esprit d'aujourd'hui est incapable de faire avec un monstre comme l'iPad...

On manque de hacker...

avatar XiliX | 

@C1rc3@0rc

"Mais le paradoxe c'est de voir ce que les esprits de l'epoque ont fait avec ses machines et que les le manque d'esprit d'aujourd'hui est incapable de faire avec un monstre comme l'iPad..."

Ce n’est pas un paradoxe c’est une vérité. Tu peux donner n’importe quoi à un manque d’esprit, ça ne donnera rien.
La réciproque est vraie, tu donneras n’importe quoi à un esprit créatif, il fera quelque chose de creative !

avatar hugome | 

La souris dans le Mac, c'est 100 % la volonté de Jobs qui avait payé Xerox pour pouvoir visiter ses labos et avait fini par arriver à force de gueulante à accéder aux "vrais" projets, dont la souris. Il voulait être reconnu comme autre chose que le VRP que Wozniak et l'interface graphique était le moyen.
Bill Atkinson avait failli partir mais Jobs l'a retenu en lui disant que son nom serait sur tous les start-screen de MacPaint

avatar naas | 

Est ce que l’on peut mettre dans les commentaires la fonction ignorer existante sur le forum ?

Cela permettait une lecture plus apaisée et redoublerait d’intérêt la participation, parce que la ... je ressens une telle différence entre la qualité de l’article et la pauvreté des commentaires que cela provoque chez moi une envie de voguer ailleurs.
(sans parler de la logorrhée phagocyte de cr1machin chose).

avatar Moumou92 (non vérifié) | 

@naas

En prenant l’abonnement au club Macg tu as la fonction... j’ai pas mal de commentaires cachés sur cette discussion, signe que cela doit voler haut...

avatar ckermo80Dqy | 

@naas

Abonnement = fonction cacher les commentaires que tu choisis. J’utilise à donf.

avatar XiliX | 

@naas

"Est ce que l’on peut mettre dans les commentaires la fonction ignorer existante sur le forum ?"

Effectivement la solution abonnement permet d’avoir ce que tu cherches.

avatar tef45 | 

Et rien concernant Rowan ?

avatar umrk | 

Je suggère à MacG de faire un article entier sur General Magic, société à la fois très peu connue et pourtant d'une importance fondamentale dans l'histoire de l'informatique, pour comprendre ce qui s'est passé par la suite .....

Pour ceux/celles qui lisent l'anglais :

https://en.wikipedia.org/wiki/General_Magic

https://randoc.wordpress.com/2017/12/28/general-magic-and-magic-cap-how-a-startup-failed-to-dominate-the-pda-market/

C'est une leçon (amère) : ils avaient une vision très en avance sur leur temps, étaient extrêmement compétents, (bossaient beaucoup ...), avaient réussi à lever suffisamment d'argent, ... et pourtant, ont échoué. Quand j'entends dire que des dirigeants de start up échouent parce qu'ils sont mauvais en gestion .....comme si c'était si simple !

avatar powergeek | 

@umrk

Merci pour les liens. J’avais créé une société spécialisée dans l’import et la revente de PDA au milieu des années 90. J’importais des Palm, des Newton et des Magic Link en France. Chouette époque ! Hâte de voir le film General Magic ??

avatar umrk | 

Oui ... (et bravo !...) j'avais eu l'occasion (en 93, je crois), de lire le document financier (investors notice ...) édité à l'intention des investisseurs potentiels. Comme j'ai appris depuis que c'est la règle pour tous les documents de ce type, la section "risques" était particulièrement bien fouillée : tu lisais ça, tu t'enfuyais en courant !...... (assez paradoxal pour un document censé attirer des investisseurs ...).

Ils avaient vraiment réuni une équipe d'enfer (dont P. Omidyar, franco-iranien).

avatar LisbethSalander | 

Moi j’ai une question: que font Pagaupa, melaure et circeorc sur MacGe ?

Tous leurs commentaires sont soient des critiques sur Apple, soient agressifs envers les autres utilisateurs.
Comment ont peut s’infliger autant de masochisme de consulter un site d’une marque que l’on exècre ?
Avec leurs arguments le plus stupides de tous les temps : heu heu j’ai l’âge d’avoir connu le début alors tais toi !
L’argument de l’âge c’est comme l’argument d’autorité : le refuge des médiocres.

Et circeorc et son combat contre l’Apple Watch, un flop selon lui, alors que la montre se porte comme un charme et que l’on voient à de plus en plus de poignet.

avatar occam | 

@LisbethSalander

Lisbeth, sans rentrer dans votre polémique ad personam, j’aimerais vous renvoyer vers les notes d’Andy Hertzfeld, collègue de Bill Atkinson et architecte principal du premier Mac OS.
https://www.folklore.org/StoryView.py?project=Macintosh&story=Creative_Think.txt&sortOrder=Sort&topic=Inspiration

La distribution de ses notes de conférence a cristallisé une idée-clé d’Alan Kay et de son équipe :
un changement de perspective vaut 80 points de QI.

Il est utile de se le rappeler, surtout quand l’évolution technologique semble rouler sur des rails : il est rare que l’état des choses soit optimal, encore moins qu’il soit intelligent, il faut donc le remettre en question en essayant de changer de perpective.

Cette perspective a aussi une composante historique. Il est utile de savoir ce qui n’a pas marché, et pourquoi. L’approche multi-dimensionnelle, dont le temps est une dimension, peut nous éviter de nous engouffrer dans un tunnel. Ou de rentrer dans le mur.

avatar LisbethSalander | 

@occam

Merci pour le lien :)

avatar bbibas | 

@C1rc3@0rc

Réactionnaire : Qui se montre partisan d'un conservatisme étroit ou d'un retour vers un état social ou politique antérieur

avatar XiliX | 

La prochaine invention qui signe une rupture ??? Bah on le saura lorsque Apple l’aura présenté...

Comme d’habitude... rien de nouveau à l’horizon !

avatar Malum | 

Sur ce forum on a des spécialistes universels qui n'ont même pas inventé l'eau tiède et qui ne cessent d'insulter Apple et Ive et Cook, alors que le X a été élu le produit le plus innovant de l'année, alors que 72 % des personnes dans l'entreprise, si on leur donne le choix, préfèrent Apple à iRobot ou au PC de base. Apple est considérée depuis des années comme l'entreprise la plus innovante, mais nos spécialistes ne cessent de nous bassiner par leur vérité moisie.

Ces demi-dieux de la haute médiocrité comparent une entreprise du passé avec deux produits (Mac et laptop) puis l'iPod avec une entreprise au CA aujourd'hui hallucinant et avec une multitude de produits (iPad, Apple Swatch, iPhone, Home Pod, Air Pod, pencil), de services Plans, iTunes avec des innovations majeures comme le Touch ID, 3D touch, face ID les diverses puces (A, M, W), des logiciels inexistants à l'époque comme FCP etc. Et avec la mise au point de machines pour fabriquer ou recycler, de nouvelles technologies, une volonté farouche de protéger l'intimité et de tenter au maximum le développement durable avec un recyclage très important, de l'énergie 100 % renouvelable etc.
Cette horde qui pollue les forums ne représente qu'une extrême minorité hurlante mais occupe une place invraisemblablement disproportionnée. Internet leur permet d'exister de se la croire car eux, tout petits, minuscules, se croient des géants car derrière l'anonymat d'Internet ils sont capables, glorieux combattants de pacotille de s'attaquer à un géant pensant que s'y attaquant cela fait d'eux des équivalents : ces minuscules = Apple car ils peuvent baver sur ses dirigeants en toute impunité et nous sortir sans cesse des raisonnements foireux, des analyses toutes démenties depuis des années, ce qui ne les empêche pas de perdurer dans leur médiocre et agressive erreur.

avatar umrk | 

Pas mieux.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR