Mailplane : sortie de piste pour le client Gmail

Anthony Nelzin-Santos |

Après quatorze ans de développement, Mailplane jette l’éponge. La petite entreprise suisse cesse la commercialisation de son interface native pour Gmail, qui permettait de profiter des fonctions du webmail de Google sans sacrifier celles de macOS. En cause, un changement de la politique de sécurité de Google, qui interdit désormais — par une ironie mordante — les applications intégrant le framework Chromium.

Mailplane. Image Mailplane.

Mailplane est né sous la forme d’une extension iPhoto, GmailSender, qui permettait d’envoyer des photos avec un compte Gmail. De fil en aiguille, la petite extension est devenue une véritable application, une sorte de navigateur entièrement dédié à Gmail. À l’époque où le plantage d’un onglet pouvait entrainer tout le navigateur, les applications encapsulant des sites web étaient fort populaires.

Si la plupart ont disparu, le succès de Mailplane ne s’est jamais démenti. L’application mêlait astucieusement les fonctions de l’interface web de Gmail aux possibilités offertes par macOS, comme les notifications et les annotations, et surtout les intégrations aux applications natives. Mailplane permettait d’utiliser plusieurs comptes à la fois, de gérer son carnet d’adresses et son calendrier Google, et d’ajouter des fonctions à Gmail avec des extensions.

Las, en aout 2020, Google s’est inquiété de la multiplication des attaques « de l’homme du milieu » utilisant « des plateformes d’automatisation ». Depuis le début de l’année, les navigateurs sans interface graphique et les navigateurs textuels ne peuvent plus se connecter aux services de Google, pas plus que les applications intégrant des moteurs de rendu web ou les navigateurs fournissant des fonctions d’automatisation.

Google réserve ses services « aux navigateurs modernes » prenant en charge JavaScript, argüant qu’il est « difficile » de sécuriser toutes les autres formes d’accès au web, y compris son propre Chromium Embedded Framework. Mailplane, et certains utilitaires d’accessibilité, sont des victimes collatérales de cette politique. Certaines applications pourront se rabattre sur l’API de Google ou l’authentification OAuth, mais pas Mailplane.

« Mailplane a besoin d’accéder à l’interface visible de Gmail », expliquent les développeurs, c’est même tout son objet. Les utilisateurs de Mailplane pourront toujours épingler un onglet dans leur navigateur habituel, mais perdront l’intégration à macOS et les nombreuses fonctions additionnelles. Ils devront sinon abandonner le webmail pour utiliser un client natif comme Airmail ou Mimestream.

Les clients ayant acheté Mailplane dans les deux derniers mois peuvent contacter la petite entreprise suisse pour obtenir le remboursement de leur licence. Mailplane se concentre désormais sur le développement de Replies, un service qui facilite l’assistance client par courrier électronique.


Tags
avatar jb18v | 

Ah je me souviens de l’extension iPhoto.. ça remonte loin :)

avatar louik | 

🥲
C’est mon client mail par défaut…

avatar r e m y | 

Du coup, si Google bloque l'accès, j'imagine qu’il ne fonctionne plus, non?

avatar meza | 

@r e m y

Pour l’instant ça fonctionne, mais pour combien de temps. C’est une mauvaise nouvelle, c’était le client gmail parfait.

avatar louik | 

Vais me faire une web app avec Cohérence.
Ce sera pas autant bien intégré par contre.

avatar alohabobo | 

Comme client mail, j’ai découvert il y a quelques mois sur macg Mailmate et depuis je revis (utilisateur Postbox avant ça et Eudora encore avant).

CONNEXION UTILISATEUR