Chrome pourrait mettre un bonnet d'âne aux sites lents

Stéphane Moussie |

Google songe à mettre à l'amende les sites web qui se chargent lentement. Dans une future version, Chrome pourrait indiquer de diverses manières à l'internaute que celui-ci est en train d'ouvrir une page web lente.

Google a plusieurs idées en tête : un avertissement lors du chargement du site (« ce site se charge généralement lentement » avec un panneau attention), une barre de chargement verte pour les sites rapides et rouge pour les sites lents, ou encore un menu contextuel pour les liens.

Projet d'identification des sites lents et rapides dans Chrome.

Google compte d'abord épingler les sites considérés comme lents en fonction de leur historique de chargement (l'entreprise a les données grâce à Chrome et ses services intégrés au sein des pages), puis pourrait élargir le spectre en prenant en compte l'appareil et la connexion de l'utilisateur.

Sous couvert d'« aider les internautes à comprendre pourquoi un site peut mettre du temps à se charger », n'est-ce pas également un moyen pour Google de favoriser ses technologies et ses services ? Dans le schéma actuel, cet indice de performances pourrait avantager encore plus les pages AMP qu'elles ne le sont déjà.

L'équipe de Chrome dit travailler sur ces « badges de vitesse » en étroite collaboration avec d'autres équipes de Google, mais il n'y a a priori pas de coopération externe, avec Apple ou Mozilla, par exemple.

Cet indicateur de vitesse visible par tous n'est d'ailleurs qu'une première étape. L'objectif à long terme est de « définir un indicateur pour les expériences de grande qualité, ce qui pourrait inclure des critères autres que la vitesse. » Si vous ne voulez pas que votre site ait un bonnet d'âne dans Chrome, vous êtes cordialement invité à vous rendre sur web.dev/fast/ pour suivre les conseils de Google.

avatar heero | 

Il y a le service PageSpeed de Google pour voir l'interpretation par Google sur Mobile et Desktop sur le chargement des pages

https://developers.google.com/speed/pagespeed/insights

avatar AirForceThree | 

Oui effectivement. Et les résultats sont particulièrement biaisés. L'optimisation d'un site en général et l'optimisation d'un site selon Google sont 2 choses complètement différentes.

avatar jackhal | 

Mais ouais, mais ouais...

avatar vincentn | 

Google ne fait rien par altruisme.
Et lent par rapport à quoi, quels critères ? Lent dans Chrome, sur tous les navigateurs ? Lent parce que non hébergé sur la solution cloud de Google, lent car on n'utilise pas les serveurs DNS de Google, lent car les sites n'utilisent pas les technologies proposées par Google en télémétrie, pub, polices, scripts tiers, AMP comme suggéré dans l'article et j'en passe ?

Effectivement, on peut présupposer que sous couvert d'aider et les internautes, et les webmasters, Google ne cherche juste qu'à renforcer son emprise technologique et financière, déjà considérable, sur le web.

La page Google de conseils citée en fin d'article ne fait que le confirmer :
- Remplacez vos GIF animés ou vos vidéos mp4 par des vidéos en webm (hébergé sur YouTube, en sous-entendu, cela va de soit).
-Remplacez vos JPEG et PNG par du WebP.
- Optimisez vos Web Fonts.

Etc. etc.

Bref, quelques conseils de bon sens, quelques concurrents cités pour donner le change, mais en résumé, c'est faite des sites optimisés pour Chrome en utilisant des technologies et services de Google ou soutenus par eux, et votre site passera sans encombre ce test. Bon, il ne sera objectivement pas plus rapide qu'avant, voire même plus lent sur d'autres navigateurs, mais ce ne sera pas de la faute de Google, qui ne veut que notre bien à tous.

avatar macfredx | 

@vincentn

+1

avatar Glop0606 | 

+1 Et c'est pour ça que j'utilise Safari ou Firefox. Il faut garder un peu de concurrence afin de laisser de la place à l'innovation et au standard. Tous ces navigateurs à base de Chromium me laissent perplexe. Dommage que MS ait abandonné Edge, il avait ses qualités sur Windows mais comme souvent MS ne croit pas en leur propre produit et abandonne.

avatar vincentn | 

Oui, tout à fait, la concurrence et la diversité sont primordiales, tout comme le support et respect des normes et standards, ici comme porte d'accès au web. Or, nous avons actuellement une pseudo diversité, masquée par le nombre de navigateurs différents, mais qui ont peu ou prou le même moteur et bases techniques.

Apple reste dans son coin. Webkit est certes important, utilisé dans nombres projets, mais est surtout pour Apple le gage de son indépendance d'accès au web et d'un certain contrôle de ses plateformes, WebKit étant employé dans des applications importantes pour Apple comme ses AppStore. Safari restant un navigateur très intéressant pour le surf au quotidien, mais assez basique et limité (encore plus avec sa version 13). Il n'existe pas de navigateur à base de Webkit capable de rivaliser avec la puissance et modularité de Google Chrome (et même de Firefox), encore plus sur macOS.

Mozilla a fait beaucoup d'erreurs (sur Gecko) et en fait encore pas mal par certains de ses choix récents, même si elle tend à redresser — un peu — la barre. Mais il faut qu'ils subsistent, en clarifiant tout de même certaines choses, notamment leurs liens avec Google et autres.

Google, lui a tout compris avec Chrome/Chromium pour maîtriser le web, son évolution et le façonner selon la vision de la firme de Mountain View (comme Mozilla d'ailleurs ^^). Et c'est dangereux à moyen et long terme pour ce bien commun. Microsoft n'ayant plus d'espoirs sur le mobile et se focalisant sur les services, le cloud,… n'avait plus d'interêt à developper son propre moteur. Les autres Chrome CanadaDry (Brave, Vivaldi, Opera…), pieds et poings liés à Google, n'essayant que de faire du business (quel est leur réel modèle économique ?) avec les miettes laissées par Google (vie privée, anti pub, …).

Ce qui est encore plus dramatique, c'est que tout est contrôlé par des sociétés américaines. L'Europe, et les communs, sont les grands perdants sur ce pan devenu majeur de nos sociétés et économies. On a créé le web, pas mal contribué à l'Internet, au mobile… et on se fait entièrement bouffé par les autres puissances économiques. Les États-Unis bien évidemment, mais aussi la Chine de plus en plus (ne parlons pas de la Russie, qui reste dans son coin).

L'indexation du web (et le search) est perdue, maitrisée par les USA, la Chine et la Russie (restons poli sur Qwant, malgré certaines choses interessantes produites), les réseaux sociaux également, le cloud/hébergement en grande partie, les services, l'IA, etc. armes de soft — et hard — power pour ces puissances.
Bref, il serait peut-être temps que notre continent se réveille réellement (pas simplement quelques activistes et défenseurs de la privacy) et reprenne pied sur le web et ne se contente pas d'une simple RGPD, certes importante, comme satisfecit dans ces domaines.

avatar Glop0606 | 

@vincentn

Très bon complément. Je pense exactement la même chose. Sujet à rapprocher du thème actuel sur les enjeux du streaming et vous remarquerez que nous allons tout droit vers un web privé où les chances pour les petits acteurs voire une certaine diversité vont s’amoindrir. Et comme vous le faites très justement remarquer: l’Europe pourtant pionnière est absente...

avatar Applesoft | 

@vincentn

Je pense que la réponse adéquate à ce problème serait de prévoir des mesures protectionnistes intelligentes. J’ai bien dit « mesures intelligentes ». Je sais pas lesquelles, je suis vraiment pas expert en la matière.

Je vois pas comment faire autrement.

avatar vince29 | 

"Protectionnisme intelligent"
Malheureux! On est pas vendredi, t'as pas le droit d'écrire ça!

avatar Applesoft | 

@vince29

Ah oui c’est vrai désolé :)
Ne faisons rien alors. C’est mieux.
On sait bien qu’on arrivera à créer Apple, Google, Microsoft etc en un coup de pouce.
Tellement facile.
C’est juste qu’on manque d’ambition :)

avatar Glop0606 | 

@Applesoft

Déjà faudrait commencer par l’éducation des enfants à savoir apprendre Linux plutôt que Windows. Après obligation pour tous les corps d’états d’utiliser aussi Linux ou tout autre système open source. Tout cela créerait un paquet d’emplois et une souveraineté numérique. C’est loin d’être impossible mais faut de la volonté. Linux est largement suffisant pour un paquet de particuliers seulement madame Michu n’a jamais entendu parler du Pinguin

avatar vincentn | 

Oui. Et puis que des ministères, l'Etat et autres collectivités évite de signer des contrats léonins (et parfois sans appels d'offres) avec ces entreprises et leur intense lobbying. (Coucou la Défense et l'EN ^^).

avatar vincentn | 

Compliqué, sans tomber dans les chausses-trappes et les pratiques anticoncurrentielles. Mais faisable. Il existe sans aucun doute un ensemble de solutions (désolé, pas de clés en main).

L'essentiel étant d'éviter par exemple les erreurs législatives qui, au final, ne font que renforcer Google et consorts, au détriment des autres. Tout çà pour gratter quelques menues monnaies. Politique court-termiste et médiocre.

Alors si cela doit passer par un démantèlement partiel de ces entreprises, pourquoi pas. (contrairement à ce que l'on croit, pratique pas vraiment "gauchiste/socialiste", car plus souvent pratiqué de l'autre côté de l'Atlantique qu'en Europe).

Je suis personnellement favorable au passage dans les communs de l'index de Google. Qu'il devienne un index web indépendant, bien commun de tous, patrimoine de l'humanité, et que n'importe quelle entreprise/organisation pourra exploiter (avec ses spécificités, fonctionnalités et modèle économique) en mettant au pot commun le résultat de sa propre indexation. Libre à Google et son modèle économique basé sur la pub et sa régie de l'utiliser, comme d'autres.

On pourrait, dans un deuxième temps, séparer son entité navigateur si cela ne suffit pas. Pour le reste de ses activités, n'étant pas — pour l'instant — en situation de monopole, pas de raison de la démanteler plus.

avatar Applesoft | 

@vincentn

Ces questions là, on se les pose vraiment aux US en faisant passer sur le grill les CEO des sociétés high tech devant des commissions.

En Europe, on pourrait se poser la question du droit et de la légitimité ou pas à défendre une souveraineté numérique au même titre que la souveraineté militaire. Ce sont des enjeux essentiels pour l’avenir, pour notre indépendance.

Je prétends pas avoir la solution et saisir tous les enjeux mais je pense simplement qu’on a le droit de défendre (ou pas) une souveraineté numérique sans diaboliser ce thème.

avatar ForzaDesmo | 

@vincentn

Bull revival !🤟🏼

avatar vincentn | 

Euh, peut-être pas… ;-)
Si on peut éviter de refaire le coup du Plan informatique, du Cloud souverain ou, au niveau européen, de Quaero, ce serait pas mal. Tout comme vouloir à tout pris avoir rapidement des licornes, en finançant (avec de l'argent public) tout et n'importe quoi (coucou la BPI/CDC).

Il y a d'autres moyens, politiques, législatifs, fiscaux et financiers pour y arriver.

avatar Glop0606 | 

Je comprends votre méfiance par rapport aux plans et autres joyeusetés étatiques. Cependant si la réalisation ne fût pas bonne, l'idée reste tout de même, à mon avis, juste. En effet, j'ai toujours pensé que tout passe par l'éducation. Pourquoi n'enseigne t'on pas sur des systèmes Linux? 1: c'est un système open source avec tous les bien faits inhérents, 2: il y a peu d'automatisme de base et on se sent encore maître de sa machine (Avec les GAFAM, j'ai aucune idée de ce qu'il se passe vraiment, tout est décidé pour moi jusqu'à la façon d'enregistrer mes documents), 3: ça fait apprendre ce qu'est vraiment l'informatique avec ses fichiers, extentions, language, etc,... (je suis choqué de voire l'inculture de certains Millenials sur l'informatique et pourtant avec leur smartphone, ils sont très doués mais ça reste du pousse bouton), 4: on crée une génération d'individus formés (à la place de former des futurs consommateurs, quand on y pense c'est dingue!) à un système ouvert ce qui n'empêche en aucune façon après d'utiliser des systèmes MS ou Apple, 5: être indépendant c'est toujours mieux, Huawei pourrait vous raconter une jolie histoire :), etc, etc,...

avatar vincentn | 

Je suis totalement d'accord avec vous. L'idée est juste et essentielle. Malheureusement sans ligne directrice claire. Entre un politique qui ne maîtrise pas forcément ces sujets mais qui veut en être pour ne pas paraître has been, le poids des grosses entreprises (françaises comme étrangères), la porisité (dans le mauvais sens du terme) entre public et privé, l'absence de contrôle ou sa non prise en compte avant que ces projets dérapent, etc.

Et l'on se retrouve avec, dans l'éducation, des initiatives individuelles, parce qu'un prof ou une équipe pédagogique ont compris et agissent avec leurs maigres moyens et l'absence de soutien (c'est moins classe que d'annoncer à grand renfort de com un plan d'achats de tablettes sans rien penser derrière, même si plus utile et efficace au final).

Et l'on se retrouve effectivement, pour reprendre votre exemple de l'éducation, avec des jeunes qui ne comprennent ni maitrisent réellement ces outils et le numérique. Ils ne savent pas comment cela fonctionne, n'ont aucune culture là-dessus ni réflexion. Maitriser Snapchat, TiKTok ou faire des vidéos YouTube n'apportent aucunement une analyse critique ni ne forme à en faire des citoyens et des individus suffisamment éclairés pour comprendre notre monde numérique.
Certains s'en sortiront (souvent les mêmes, grâce à leur capital culturel, social et économique), les autres feront effectivement de merveilleux consommateurs pousse bouton.

avatar ForzaDesmo | 

@vincentn

+1

Mais il serait très intéressant que les autres navigateurs adoptent la même chose. Et là Google sera pris à son propres piège.
Si il y a bien un navigateur que je n'utilise pas par rapport à sa lenteur et me bouffe en plus beaucoup trop de ressources c'est bien Chrome. Je m'en sers uniquement pour valider mes codes de pages internet.

avatar vince29 | 

> Google ne fait rien par altruisme.

Et Apple oui ?

Google dépense chaque année des millions de dollars pour soutenir des projets open source dont la rentabilité pour Google me paraît pour le moins "incertaine"

[extrait du GSOC 2019]
Detecting and Classifying Killer Whales from Acoustic Data
biophysical simulation of the model organism C. elegans
Generating QR Code in LibreOffice
macOS support to Cuckoo SandBox
Porting WINE to amd64 architecture on NetBSD
Implementing the Chinese Encoding for Perl 6
OpenWrt Firmware Wizard
integrating a JavaScript engine into VLC to enable extensions
...

> Effectivement, on peut présupposer que sous couvert d'aider et les internautes, et les webmasters, Google ne cherche juste qu'à renforcer son emprise technologique et financière, déjà considérable, sur le web.

C'est ça présupposons, présupposons :) Ou peut-être tout bêtement que Google a remarqué que l'internaute préfère qu'un site s'affiche rapidement?

> Lent dans Chrome, sur tous les navigateurs ?

Comme les pipelines de parsing/rendering sont plus ou moins semblables, lenteur dans l'un est souvent synonyme de lenteur dans l'autre.

> lent car on n'utilise pas les serveurs DNS de Google

Gné ? CDN à la limite j'aurai compris, mais DNS ?

> Bon, il ne sera objectivement pas plus rapide qu'avant, voire même plus lent sur d'autres navigateurs

Objectivement est de trop dans la phrase ama. Si les outils de Google sont incapables de te suggérer des améliorations (applicables à tous les navigateurs)
c'est probablement que ton site est déjà classé dans les 0,1% les plus rapides et qu'il "s'affiche" en moins d'une seconde.
Sauf à l'avoir fait exprès, il sera donc rapide qqsoit le navigateur.

avatar AppleDomoAdepte | 

@vince29

Google qui récupère les données médicales de millions de patients américains dans les prévenir, c’est bien sûr du pur altruisme

Je sature complètement de Google et souhaite vraiment que ce monstre soit démantelé tellement il devient nocif

avatar vince29 | 

Ce n'est pas de l'altruisme mais un partenariat avec un assureur privé pour le compte duquel Google développe une solution de recherche.

En France, les données auraient été anonymisées mais aux US ce n'avait pas l'air d'être légalement nécessaire (pas plus que d'avertir les patients). Il n'en reste pas moins que l'accès à ces données étaient sans doute contractuellement limité aux personnes travaillant spécifiquement sur le projet. Si google a détourné la finalité d'usage et fait une copie ou une intégration dans ses propres bases et bien ils seront condamnés.

avatar vincentn | 

>> Google ne fait rien par altruisme.
>Et Apple oui ?

Ai-je écrit le contraire concernant Apple ? Non. Relisez-moi.

>Google dépense chaque année des millions de dollars pour soutenir des projets open source dont la rentabilité pour Google me paraît pour le moins "incertaine" […]

Et Total et les autres pétroliers dépensent des millions chaque année, via leurs fondations, pour la défense de l'environnement. Pareil pour les banques avec la pauvreté et la réduction des inégalités. Sans parler de la veuve, de l'orphelin et du petit "nenfant" africain malnutri etc. etc. Cela fait toujours joli sur les photos dans les rapports annuels. Regardez, vous voyez qu'on est pas aussi méchant, qu'on est altruiste, qu'on a une conscience, que l'on redonne (un tout petit peu) à la communauté (à qui l'on prend beaucoup)… tant que vous nous "emmerdez" pas dans notre business.
Dingue, non ?
Google dépense aussi des millions de dollars (via le GNI par exemple, et FaceBook fait aussi la même chose) pour financer des projets d'innovations et soutenir la presse. Tout en étant son fossoyeur/concurrent de l'autre côté.
Je pourrais citer encore plein d'exemple comme çà… Google, FaceBook (et Apple pour vous faire plaisir).

> C'est ça présupposons, présupposons :) Ou peut-être tout bêtement que Google a remarqué que l'internaute préfère qu'un site s'affiche rapidement?

Affirmons alors. Google cherche bien par tous les moyens à affirmer et renforcer son emprise technologique, financière, "politique", déjà considérable, sur le web.
L'internaute préfère effectivement qu'un site s'affiche rapidement, sinon il zappe. Il aimerait aussi que celui-ci soit plus léger (et pas télécharger plus de 5mo de données (la majorité venant de serveurs tiers (scripts, Web Fonts pubs, images, etc…)qui n'ont pour principal objectif de mieux tracer et établir le profil du visiteur ) rien que pour afficher un simple article texte.

>Comme les pipelines de parsing/rendering sont plus ou moins semblables, lenteur dans l'un est souvent synonyme de lenteur dans l'autre.

Il est connu que des sites très consultés (au hasard YouTube, Gmail, Google Docs, …) sont aussi rapides et fonctionnels sur Chrome que sur les autres navigateurs. Réponse: non. Étonnant, n'est-ce pas ?

>Gné ? CDN à la limite j'aurai compris, mais DNS ?
Un DNS peut être plus ou moins rapide suivant qu'il effectue du prefetching, filtre ou bloque du contenu (DNS menteur), etc. Cloudflare (boite dont il faut également se méfier pour plein de raisons, vu son importance prise dans certains domaines du net) étant réputée pour avoir l'un des plus rapides (je sais, cela se joue en dizaines de millisecondes de différence, autant dire pas grand chose). Sans compter qu'en passant par le DNS Google, Google en sait encore plus sur vous et ne s'en prive pas.

>Si les outils de Google sont incapables de te suggérer des améliorations (applicables à tous les navigateurs)[…]

Pas besoin d'outils et des conseils de Google. Des règles de bon sens dans le développement, éviter d'aller dans la facilité et le prémaché, penser à la scalabilité de l'infrastructure du site et son dimensionnement dès le départ… Bref que le gens dont c'est le métier le fasse correctement et disent parfois non aux demandes du marketing, de la pub, de la direction, du côté moutonnier des gens de la profession (cela existe partout, dans tous les corps de métiers, je te rassure)…

avatar vince29 | 

Google est quand même loin d'Apple dans le virtue signaling.
Google n'est pas le fossoyeur de la presse. Elle se débrouille très bien toute seule pour cela et pour se ridiculiser avec ses demandes imbéciles. (Si on peut appeler presse une synonymisation des dépêches AFP).
Pour ce qui est de "fossoyer" la presse on pourrait aussi évoquer Apple News qui est à la limite du racket pour les titres hébergés.
Que ce soit Google ou un autre il y aura toujours un serveur qui saura quels fichiers t'ont été servis (et donc capable de dresser ton profil).
Admettons pour Youtube qui est un site. Mais Gmail et G Docs relève plutôt de la web application aussi on peut tolérer qu'elle fonctionne plius ou moins bien en fonction de ton navigateur.
Comme Sharepoint qui fonctionne plus ou moins mal suivant que tu utilises IE, Chrome ou FF.
Je ne vois toujours pas en quoi le DNS interviendrait dans le calcul de la rapidité d'un site : sauf à aller conseiller au visiteur d'aller utiliser le DNS de Google (ou CF) plutôt que celui de leur FAI, bon courage :)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR