Tower 3 simplifie Git en échange d’un abonnement

Nicolas Furno |

Tower 3 est disponible en version finale et c’est une mise à jour majeure qui attend les utilisateurs, tant sur le plan des fonctions que sur le modèle économique. Commençons par les bonnes nouvelles : cette toute nouvelle version simplifie considérablement l’utilisation de Git, cet outil de suivi de version utilisé surtout par les développeurs. En particulier, son interface met en avant des fonctions souvent complexes à comprendre et à utiliser correctement, et qui deviennent plus simple grâce à l’interface graphique.

C’est le cas notamment des « Pull Requests » (ou « Merge Requests » pour certains services), cette procédure standard qui permet de proposer une modification sur un projet open-source, ou qui sert à réunir un travail effectué en parallèle de la branche principale du projet. Avec Tower 3, tout peut être fait depuis l’interface du client, alors qu’il fallait jusque-là passer par le site web du service associé. L’app gère GitHub, GitLab et BitBucket et offre un accès complet à la fonction, y compris la discussion associée. Et naturellement, elle permet de fusionner les deux branches ou de fermer une requête, en fonction des besoins.

Interface dédiée aux Pull Requests de Tower 3.

Tower 3 simplifie aussi l’utilisation de rebase, un outil qui permet de modifier un commit Git (nom donné à chaque changement apporté à un projet), par exemple pour corriger une faute dans le message associé à une modification. Au lieu de passer par une ligne de commande, tout peut se faire avec l’interface : effectuez un clic secondaire sur une modification dans l’historique et vous pourrez modifier le commit. Autre possibilité, vous pourrez changer l’ordre des modifications simplement en glissant/déposant les commits dans l’historique.

Toujours dans l’optique de simplifier l’utilisation de Git, Tower 3 dissimule des raccourcis dans son interface pour passer d’un élément à l’autre. Par exemple, on peut très facilement afficher l’historique d’un fichier uniquement en cliquant sur un bouton dédié (en haut à droite de l’interface, ou via le menu contextuel), puis à partir d’un commit afficher l’état complet d’un dépôt grâce à la barre de navigation ajoutée dans cette version. Une toute nouvelle fonction, nommée « Quick Actions » permet par ailleurs de tout faire au clavier et en utilisant un moteur de recherche. On peut l’activer avec le raccourci ⌘⇧A et cette interface sert autant à afficher un élément de l’interface, qu’à ouvrir un commit spécifique ou encore à lancer une recherche sur le projet.

Fenêtre de Quick Actions en bas à gauche. À l’arrière-plan, la toute nouvelle vue détaillée de Tower 3 pour afficher un commit.

La liste des nouveautés n’est pas encore terminée, la vue dédiée à l’historique d’un fichier a été améliorée, tout comme l’interface « Blame » qui permet de consulter toutes les modifications apportées à un fichier, et surtout les auteurs de chaque modification. Tower 3 gère également reflog, une commande Git qui permet d’accéder à l’historique de commandes réalisées sur un projet et éventuellement de restaurer des branches ou commits supprimés.

Abonnement annuel obligatoire

Cette avalanche de nouvelles fonctions a un prix, et il est annuel. Tower 3 est une mise à jour payante — la première depuis 2014, rappellent ses concepteurs — qui s’accompagne d’un passage à l’abonnement, sans option pour acheter une licence perpétuelle. Les tarifs commencent à 59 € HT par an pour un utilisateur, ou 79 € HT par an pour utiliser Tower complètement avec un compte GitHub, GitLab ou BitBucket payant et/ou auto-hébergé. Une formule est aussi proposée aux entreprises, avec des fonctions spécifiques et surtout une offre de support. Quant aux étudiants, ils peuvent ne payer que la moitié de ces tarifs à condition de contacter l’éditeur avec une preuve de leur scolarité.

Les abonnements proposés pour Tower 3. Sur la capture d’écran, la promotion de lancement de 20 % est appliquée.

En échange de cet abonnement, vous aurez systématiquement la dernière version naturellement, et surtout vous pourrez utiliser Tower sur un Mac comme sur un PC sous Windows. Auparavant, il fallait acheter deux licences. Par ailleurs, l’éditeur fait tout pour améliorer son offre pour les clients actuels, qui bénéficient tous de 50 % de réduction la première année sur l’abonnement. Si vous aviez acheté Tower 2 après le 26 mars 2018, la première année sera gratuite. Si vous découvrez l’app, une promotion de 20 % est actuellement proposée, là encore, sur la première année seulement.

Précision importante, l’offre d’abonnement choisie par les créateurs de Tower n’est pas similaire à celle de Sketch, mais elle suit plutôt celle d’Adobe. En clair, l’app cessera de fonctionner si vous ne renouvelez pas votre abonnement annuel, vous ne pourrez pas utiliser la dernière version téléchargée tant que l’abonnement était encore valide. Tower 3 repose exclusivement sur un abonnement et vous devrez en rester à la version précédente ou opter pour une alternative si vous ne voulez pas de cette formule.

Tower 3 peut être essayé gratuitement pendant un mois en téléchargeant l’app sur la page officielle du projet. macOS El Capitan (10.11) est nécessaire au minimum et l’interface n’est pas traduite en français.

avatar oomu | 

avec git, c'est pas tant l'usage de la ligne de commande qui est compliqué (ça va, c'est simple et relativement auto-explicite les noms des paramètres)

mais de comprendre les concepts même de GIT et de développement logiciel.

Cet outil apporte surtout un confort de travail.

-
pour un petit éditeur de logiciels, c'est cher. Surtout pour ce qu'immédiatement on me rétorquerait "bah, Vi + un bon gitconfig, ou emacs + module qui va bien ou + gitweb, etc, c'est pareil et ça coute rien, au boulot bandes de feignasses qui me ruinent ! Rogntudju"

avatar Ded77 | 

J’utilise tous les jours SourceTree qui est gratuit. On peut relier les commits aux projets JIRA, faire des pull resquests sur GitHub, rebase interactif etc.

Je garde la ligne de commande seulement quand « j’ai merdé » (suppression de commit, merge foiré).

Je ne vois pas ce qui pourrait me pousser à changer d’outil pour un « payant ».

Des avis ?

avatar HadrienX | 

J'allais faire la même remarque. Utilisant depuis quelque temps SourceTree, et ayant testé Tower, je ne comprend pas l'intérêt de payer ce prix pour si peu de différences, alors que SourceTree ajoute une interface très correcte et permet justement de se passer des lignes de commande.

avatar Nicolas Furno | 

@ HadrienX et Ded77

Il y a des questions presque esthétiques, en tout cas des préférences pour une ergonomie ou l'autre.

Mais plus simplement, SourceTree ne gère pas GitLab que l'on utilise chez MacG. Du coup, ce n'est pas une solution du tout pour nous.

avatar Ded77 | 

@nicolasf

Effectivement, je ne connaissais pas la non prise en charge de Gitlab. Ça fait un bel argument ?

Et oui, SourceTree est… arf, pas moche, mais assez austère allez. Tower semble plus « sexy ».

avatar Larme | 

Ah bon? Quelles features de GitLab ne sont pas gérées par SourceTree ? On utilise GitLab dans mon nouveau boulot et je n'ai pas de soucis. Alors je mélange Interface Web pour les PullRequests, Lignes de commandes & SourceTree, mais pas vu de souci encore.

avatar rapx3 | 

@nicolasf

Gitkraken gère Gitlab il me semble. Et se relève assez bien foutu à l’usage.

avatar Larme | 

J'utilise SourceTree pour le côté User Friendly, mais je reste à faire quelques vérifications via commande : est-ce que mes submodules pointent sur le bon commit (parce que c'est pas très lisible je trouve), des forces push (même si c'est possible avec SourceTree) lors de réécritures (rebase on top, etc.).

avatar Maël Valais | 

J’utilise Smartgit, le seul à avoir un vrai éditeur 3-views (HEAD vs Index vs Working tree) qui permet d’éditer finement les changements à commit. C’est comme ça que j’ai compris l’index. Aussi lorsque des conflits apparaissent le mode 3-views marche bien.

Par contre en Jaja/Awt mais c’est très utilisable et le dév fait des MàJ régulières.

avatar maatthieu | 

On utilise aussi Smartgit au boulot et j'avoue qu'il est top. Notamment parce qu'il te prévient lorsque tu vas faire une connerie. Par exemple lorsque tu commit direct sur la master alors tu as git-flow d'activé.

avatar hillel | 

J'utilise Tower depuis des années maintenant. Rapide, pratique et intuitif. En plus ça se marie bien avec macOS contrairement à d'autres

Mais vu le passage à l'abonnement je vais sûrement changer de crèmerie dès que ma licence v2 ne me suffira plus (l'avantage c'est que Git ça change pas beaucoup j'en ai encore pour des années)

Autant je conçois un abonnement pour des médias ou des services SaaS hébergés autant pour du software je n'y trouve aucun sens.

avatar Tibimac | 

Je suis du même avis, je n'ai aucun mal à payer un logiciel relativement régulièrement si besoin mais je préfère avoir une licence. De plus un abonnement peut se justifier quand il y a un service genre SaaS (comme 1Password.com) ou une synchronisation de données via des serveurs par exemple. Pour Tower il n'y a rien de tout ça et en plus le logiciel cesse de fonctionner si on renouvèle pas ! Je trouve ça abusif !
Je ne sais toujours pas quoi faire car je l'utilise depuis 3 ans et m'y suis habitué, et c'est surtout le seul qui m'ai plu à l'époque...

avatar inumerix | 

Franchement payer un abonnement pour ce type de logiciel c’est abuser. Il y a peu être un peu moins bien mais gratuit. Pour mes besoins Sourcetree suffit largement.

CONNEXION UTILISATEUR