Astropad fait de l'iPad Pro une tablette graphique

Stéphane Moussie |

Attendue de pied ferme, la mise à jour d'Astropad destinée à l'iPad Pro est maintenant disponible [1.3 – US – 19,99 € – iPad – Astro HQ]. Pour rappel, Astropad est une application de partage d'écran de Mac (USB ou Wi-Fi) qui se démarque des Duet Display et Air Display par des fonctions spéciales pour le dessin.

La version 1.3 qui vient de sortir améliore la prise en charge de l'Apple Pencil. Les traits devraient notamment être reproduits plus fidèlement. Des correctifs spécifiques à l'iPad Pro ont aussi été apportés. Et pour ceux qui n'auraient pas d'iPad Pro, Astropad 1.3 a mis à jour son support des stylets Adonit.


avatar PatrickQuebec | 

Une question : on parle beaucoup de l'IPAD pro comme d'une tablette (+ astropad) pour dessiner.

Je pense acheter une tablette pour faire de la retouche photo (avec les logiciels pixelmator, aperture).

Jusqu'à présent je partais pour une intuos pro médium ... mais tous les commentaires sur l'ipad pro (super stylet, super contact etc...) me font hésiter.

Qu'en pensez-vous ?

avatar oomu | 

que c'est comparable à une cintiq. pas intuos.

en tout cas: ça marche.

Astropad ne fait pas se comporter comme une palette (où les coins correspondent aux coins de l'écran pour le pinceau) mais comme une cintiq: vous voyez le mac dans l'ipad, et vous dessinez directement en regardant le canevas du document sur l'ipad.

ça marche très bien. Affinity, Photoshop et consorts reconnaissant la pression etc pour se faire toutes sortes d'effets dans les pinceaux.

et sinon ça reste un iPad pour les apps natives.

avatar PatrickQuebec | 

Ok merci Oomu.
Cela veut dire que je peux utiliser la version d'un logiciel conçu pour le mac avec le duo ipad pro + astropad comme tablette. (J'ai bien compris que l'ipad, dans ce cas, ne fait "qu' "office de miroir de l'ecrant du mac)

J'avais peur que l'on soit obligé d'utiliser les application au format IOS seulement (que je trouve trop limitées pour la retouche photo) dans cette configuation (ipad pro + astropad).

Pour moi, cette possibilité est essentielle.

Oui je sais qu'un ipad correspond à une cintiq ... mais mettre autant pour une cintiq ne se justiferait pas pour mon usage... alors qu'un ipad + tablette graphique pour le même prix ... ca donne matière à reflexion surtout si la qualité est supérieur.

avatar oomu | 

c'est justement ce qui fait l'intérêt du iPad pro. C'est plus avantageux (et plus agréable à balader) qu'une cintiq.

bien sur on perd les boutons dédiés mais astropad propose des boutons sur l'écran, customisables.

-
oui, le principe est d'utiliser l'ipad comme outil POUR les logiciels MAC sur un Mac.

-
cela dit, je dis de ne pas cracher sur les logiciels iOS. Au risque de me répéter, Procreate est vraiment plaisant et efficace pour dessiner, sans parler de ceux de autodesk et adobe qui utilisent pleinement le crayon d'Apple aussi.

-
après on parle d'Astropad, pensé comme un outil de graphiste. Mais il y a d'autres approches, comme Duet (écran secondaire d'un mac) et ça marche.

si wifi inquiète, Astropad et Duet marchent en usb (et le câble de 2m est appréciable).

avatar EBLIS | 

Oui sauf que les niveaux de pressions sur une Intuos pro, la 5 medium dans mon cas, c'est top pour la retouche. Elle est sur mon bureau et je l'utilise sur pc et mac pour la photo. Quid des niveau de pressions avec le couple ipad pro/astropad si on paramètre la variation du pinceau selon la pression et ce sous Illus, Toshop, sketckbook et les autres? Arrive-t-on à gérer des niveaux suffisants en sachant que wacom c'est 1024/2056 (j'avoue que c'est plutôt énorme, 512 c'est suffisant). Sinon le stylet sur wacom est top, on a de la variété niveau stylets et pointes et elles ne coûtent pas cher. Le stylet est solide, confortable, double bouton, gomme, tout est paramètrable, travailler avec 8h d'affilié c'est faisable.

avatar mfams | 

Je dirais que l'iPad pro est plus intuitif vs la cintiq dans la façon de faire le travail, ainsi que moins dépendant d'un pc si on utilise autre qu'astropad.

avatar kubernan | 

Oui, c'est bien gentil tout ça mais le rendu des couleurs n'est absolument pas le même entre ce que m'affiche mon ecran Nec et ce que j'obtiens sur l'iPad Pro avec Astropad. Pour moi c'est donc sans intérêt (pas faute d'avoir testé).

avatar occam | 

Qu'un iPad n'ait pas exactement le même rendu colorimétrique qu'un moniteur NEC Wide Gamut, cela paraît acquis.
Maintenant, est-ce que vous calibrez votre NEC en hardware, p.ex. à l'aide d'un Datacolor Spyder ?
Et est-ce que vous travaillez sur une tablette Cintiq que vous calibrez selon les mêmes paramètres ?

Sinon, je vois mal l'intérêt de votre comparaison. L'iPad Pro avec Pencil Astropad sert comme tablette graphique à canevas actif, et non pas comme deuxième écran de référence.
Même avec une Cintiq calibrée, l'image de référence faisant foi correspondrait normalement au rendu de l'écran principal, donc le NEC dans votre cas.

avatar kubernan | 

J'ai acquis l'iPad Pro en vue d'effectuer certaines retouches photos. À cette occasion j'ai souhaité tester Astropad. Mon écran Nec est bien évidement calibré.

L'idée, quand même, avec Astropad c'est de regarder l'écran de l'iPad, pas forcément le moniteur externe.
Et je trouve que les différences colorimétriques sont trop importantes. De fait je ne peux pas me fier au rendu de l'iPad. Il faudrait donc que je regarde constamment mon écran externe. Une intuos suffit alors.

avatar oomu | 

typiquement pour dessiner, modifier, sculpter;

Tout le travail final de colorimétrie vous le ferez sur l'écran de votre choix.

non, c'est un mauvais argument que vous faites, car encore, personne ne vous demande de vous obstiner sur un seul appareil sous prétexte qu'il est très avantageux pour des travaux.

et pourquoi "intuos" ?! évidemment il n'a pas d'écran donc rien à calibrer. Mais pour dessiner, ça ne sera jamais aussi direct qu'un iPad ou Cintiq.

et non, c'est quand même très appréciable avec un logiciel de sculpture de voir en direct où on travaille avec un stylet, et la colorimétrie n'est pas l'essentiel ici.

-
c'est pour cela que j'ai toujours parlé de dessin avant tout et non de retouche photo. Avant tout je le vois comme un outil de graphiste et non de photographe, et je le défends comme tel.

Mais après, j'ai quand même l'impression que des gens exagèrent les problèmes de couleurs des iPads et autres tablettes. les progrès sont importants et il est toujours possible de compenser leurs manques.

avatar EBLIS | 

Oui sauf que l'op parle de retouches photo. Je ne connais pas son niveau mais lors de retouches on doit pouvoir se fier aux couleurs au risque davoir de sales surprises. D'où l'intérêt d'avoir les monkey, spyder et autres sondes. D'ailleurs les cintiq on une sonde en access qui permet de calibrer régulièrement. Plus la télécommande express keys. Mais là on est dans une autre gamme qui n'est pas pour tous.

avatar occam | 

@kubernan:
Merci de vos précisions.

Cette discussion, et notamment les commentaires de oomu et EBLIS, montre encore une fois qu'Apple devrait se résoudre à professionnaliser certains aspects clé de la gestion de la gamme iPad Pro, si l'on veut qu'un marché Pro émerge pour les iPad. La gestion de la colorimétrie et de sa calibration est un exemple parfait. Soit Apple permet aux utilisateurs de mettre les mains dans le cambouis, ce dont je doute. Soit Apple nous offre une version viable de ColorSync sur iPad. On peut imaginer des sondes d'auto-calibration incorporées. Eizo nous a fourni récemment une solution praticable; or Apple dispose de moyens autrement plus importants.

avatar EBLIS | 

Ah oui c'est vrai. La couleur, super important. Bon tu peux jeter un coup d'oeil sur ton écran principal pour choisir les tons mais si tu travailles des dégradés ou des zones de photo subtils et que tu les vois pas sur l'ipad...

avatar joneskind | 

@EBLIS

Ayant été graphiste indépendant spécialisé en photo pendant presque 10 ans, y a un truc qui m'a toujours agacé dans tout ce discours autour des écrans calibrés.

- Le premier c'est que la calibration ne sert qu'au domaine du print. Pour le web on s'en fout mais alors complètement vu qu'il doit y avoir 99,9% des écrans de la planète qui sont pas calibrés.

- Le deuxième c'est que pour le print, l'écran calibré n'est pas suffisant, voire même inutile, parce que dès que tu changes de papier tu changes aussi de rendu couleur lumière et contraste, et qu'un graphiste qui fait pas des tests d'impression avant de livrer est un amateur.

Et pour en revenir aux tablettes Wacom, leur colorimétrie n'a toujours été qu'une vaste blague, ne serait-ce qu'à cause de la couche texture au dessus de l'écran qui a tendance à ajouter un voile gris sur les couleurs.

En tant que graphiste j'ai toujours considéré qu'une large part de mon travail était analogique et imprévisible, exactement comme avec l'argentique (suffit de comparer le résultat de son travail sur l'écran étalonné avec ce qui sort en impression pour s'en convaincre)

Alors bon, que l'iPad Pro soit pas étalonné, je crois vraiment qu'on s'en fout un peu, même en photo print.

avatar EBLIS | 

Merci pour ta réponse qui ajoute des infos.

Quand je parlais calibrage de l'écran, je parlais aussi du calibrage de la chaine et du bon choix de profils, de l'apn jusqu'au print. Je suis photographe mais aussi graphiste et je peux t'assurer, que j'ai déjà eu de sales surprises quand le calibrage ou que les profils sont mal gérés et lors d'impression de catas, c'est pas top.

Je suis aussi d'accord que la plus part des écrans ne sont pas calibrés et qu'on peut s'en sortir. Mais affirmerais-tu qu'il n'y a aucune différence entre un bon écran avec une bonne colorimétrie et un calibrage fait et un écran non calibré? Moi pas, et lorsque j'ai travaillé sur des photos avec des tons riches, la différence est vraiment flagrante.

Attention, je te ne contredis absolument pas dans le sens où je suis d'accord sur le principe des écrans non calibrés en général.

Pour en revenir à l'iPad en tant qu'écran de retouche, je ne l'ai pas utilisé, c'est sûr, mais par expérience, pour la retouche, on a des surprises si on travaille sur un écran dont la colorimétrie ne permet pas de rendre touts les nuances.

Actuellement je n'ai plus d'écran, et j'attends impatiemment de pouvoir me payer un Eizo ou un équivalent ainsi qu'une CG gérant la profondeur nécessaire car j'en ai marre de bosser sur un écran basique. Dans l'idéal j'aimerais avoir un deuxième écran pour le jeu aussi mais je privilégie le travail sur ce coup.

Merci aussi pour ton retour sur la couche tactile des wacom, je vais me renseigner sur ce sujet.

avatar joneskind | 

@EBLIS

De rien ! C'est toujours un plaisir de faire avancer un débat !

Pour ce qui est du calibrage, j'ai un peu forcé le trait je te l'accorde, mais c'est tellement peu de chose dans le travail de photographe au regard de ce qu'il peut se passer à l'impression que je me suis permis de relativiser son importance.

J'ai vu tellement de graphistes incompétents gueuler sur l'imprimeur parce que le rendu n'était pas "fidèle" à son écran calibré que j'ai appris à me méfier de ce genre de conclusions hâtives... Et des mecs accuser l'incompétence de l'imprimeur chinois à qui il a décidé de sous-traiter... Bref, t'as compris l'idée.

Disons que dans mon ordre de priorités pour bien travailler en print, le calibrage de l'écran arrive bon dernier. LA priorité c'est d'avoir un imprimeur local compétent et de lui rester fidèle. À chacun son métier.

avatar EBLIS | 

Tu as carrément souligné le point le plus important. La fidélité envers un imprimeur ce qui permet de faciliter le travail car chacun connait les habitudes et contraintes de l'autre.

CONNEXION UTILISATEUR