Test de la Logitech MX Air Rechargeable Cordless Air Mouse

Sylvain ALLAIN |
Aujourd’hui, si la Magic Mouse symbolise à elle seule, ou presque, tout le chemin parcouru par les souris (Apple) depuis la première produite, elle ne saurait pourtant faire abstraction de ses concurrentes et de leurs technologies propres. Alors que Microsoft promeut la technologie BlueTrack qui confère à ses produits la capacité à travailler sur toutes surfaces (sauf le verre), les souris Logitech mettent en avant bon nombre d’innovations et de technologies brevetées par le fabricant. La dernière en date : Darkfield Laser Tracking permet ni plus ni moins aux souris Mouse MX Anywhere et Performance de barouder sur tout revêtement y compris le verre… Le luxe ! Une performance que l’on aurait sacrément appréciée avec l’actuelle souris d'Apple (lire le test de la Magic Mouse).

Pourtant, il y a déjà plus de deux ans Logitech s’était fait remarquer avec la commercialisation de sa MX Air Rechargeable Cordless Air Mouse. Derrière ce sobriquet à rallonge se cachait un étrange mulot aux facultés hybrides et apte à se mouvoir sur terre, mais aussi, c'est moins courant… dans les airs. Hélas, ce n’était pas pour nous,… jusqu’à il y peu. En effet, la MX Air est désormais disponible aussi sur Mac. Une occasion de tester les aptitudes d’un rongeur numérique pas comme les autres et qui pourrait séduire certain(es) adeptes du contrôle à distance, par exemple en situation de présentation devant une assistance.

P01logitechsmall


Design atypique
Au premier contact, la MX Air – son nom court – surprend à la fois par ses lignes et par son poids (91 g). Malgré un imposant volume et des mensurations supérieures à la Magic Mouse ; elle mesure pas moins de 11, 9 cm de long pour 6 de large, le mulot d’Apple ne dépasse pas 11,3 centimètres pour 5,7 dans sa largeur, la MX Air est plus légère de 15 g que son homologue signé Apple.

P04logitech
Comparée à la Magic Mouse, la MX Air semble beaucoup plus imposante, ce qui est vrai…


P06logitechsmall


P05logitech
… Nettement plus épaisse aussi, 14 mm de plus, mais au final elle s’avère pourtant plus effilée.


Paradoxalement, ses galbes généreux et sa forme ovoïde lui donnent un air pourtant moins massif selon l’angle sous lequel on la contemple. Et oui, il faut avouer que l’objet est harmonieux, équilibré et que les matériaux employés - on jurerait une coque métal -, polymère et peintures, lui confèrent un aspect et un touché agréables.

P01logitechsmall
Il suffit d’extraire la souris de sa base et de la manipuler pour que tous les voyants logés sous la surface des boutons s’illuminent


Sur le dessus, le plastique transparent joue à la fois un rôle esthétique et pratique. Bardé de détecteurs trigonométriques, à peine bouge-t-on la souris que ce soit sur un plan de travail ou dans l’espace, que tous les voyants logés sous les boutons s’illuminent de plein feu. Ainsi, on découvre les habituels boutons Gauche et Droite chargés des fonctions de clic classiques. Puis un long bouton central tactile permet les défilements verticaux avec un effet d'accélération, une fonction initiée avec la MX Revolution et sa molette en acier. Enfin, quatre boutons : Lecture/Pause, Retour, Sélection et Volume complètent le jeu de commandes.

Totalement autonome
Côté alimentation, la MX Air intègre un accumulateur Lithium-ion plutôt que des piles classiques, résultat de la volonté de fournir un produit prêt à l’emploi. Lors de la sortie sur PC de cette souris, Logitech mettait aussi l’accent sur l’aspect écologique. En réalité, si disposer d’une batterie interne constitue un plus à court terme, ça l'est moins sur une plus longue période. Dans le premier cas, nul besoin de s’évertuer à changer les piles tous les trois mois. A long terme en revanche - deux ans selon le fabricant - la batterie devrait donner des signes de fatigue.

Si la durée de vie théorique semble un peu juste, les batteries embarquées sur de nombreux téléphones portables affichent des durées de vie allant parfois jusqu’à 4 ans. On peut donc estimer la longévité de l’accumulateur trop courte. Mais qu’à cela ne tienne, si la batterie lâche avant l’heure, la MX Air est tout de même garantie 3 ans. De quoi voir tout de même l’avenir avec un peu sérénité. Il s'agit d'ailleurs d'une durée à laquelle les fabricants adhèrent de plus en plus, sans frais supplémentaires, un exemple qu'Apple serait bien inspirée de suivre…

La base qui officie tel un dock – relié au secteur – permet une recharge très rapide du périphérique. Muni d’une série de diodes de charge, il nous aura fallu à peine moins d'une heure et demie pour qu'il recharge notre périphérique. Une opération qui n'est en fait que ponctuelle, surtout lorsqu'on utilise l’objet plus souvent dans sa version télécommande qu'en souris classique. Près d’un ordinateur le réflexe de la reposer sur sa base vient assez rapidement.

P09logitechsmall
Une fois rangée sur son socle, d’aspect « glossy » lui aussi, la MX Air se recharge automatiquement. L’icône du voyant batterie s’illumine lorsque la batterie est pleine.


P07logitechsmall
En dessous, juste au dessus de l’optique de plan, le bouton de mise sous tension. En bas, les deux contacteurs de charge.


En pratique…
De prime abord, la MX Air ne se distingue que très peu d’un « mulot » conventionnel. Mais dotée d’un capteur de surface (d’une résolution de 1200 ppp) et de sept boutons au total, elle se joue de l’espace une fois extraite de son contexte surfacique. Tenue en l'air, la MX Air, ses capteurs gyroscopiques en action, se repère dans l’espace grâce principalement à la technologie FreeSpace élaborée par son concepteur, même si deux autres traitements de l’information viennent en renfort. De cette aptitude, elle puise tout son intérêt, se transformant à volonté en télécommande pour présentation.

P08logitechsmall
C’est tout naturellement que le pouce se place près des boutons de fonction. Attention, cependant au réglage de sensibilité.


Mise en œuvre rapide mais…
Après une installation sans anicroche des pilotes que nous avons dû télécharger sur le site du fabricant (17,9 Mo) - toutefois, ils sont maintenant inclus avec la souris dans le commerce - nous avons pu paramétrer la souris de manière à l’utiliser aussi bien en tant que telle, qu’en tant que pointeur. Une fonction qui prend tout son sens dès lors que l'on veut par exemple piloter un iMac comme un téléviseur.

P12logitechpilote
Une fois installé le logiciel Logitech Control Center dans sa version 3.2.0 (compatible tout périphérique Logitech) et le récepteur logé dans un port USB, la MX Air est prête à fonctionner. Moins complet que les pilotes pour Windows, le Control Center permet de paramétrer la souris y compris d’activer le mode "secousse".


Attention toutefois, en mode pointeur les réglages on leur importance. En effet, si cet usage peut se révéler très pratique, notamment lorsque l’on fait une présentation, il est tributaire de la sensibilité qui sera à régler « finement » en fonction de la distance. Trop de sensibilité et la souris devient ingérable dès lors que l’on s’éloigne, et ce, malgré les technologies MESM (Systèmes Micro-électromécaniques) et DPS (Traitement du signal numérique) censées permettre au rongeur de détecter s’il s’agit d’une mouvement volontaire ou fortuit. À 10 mètres, sa portée maximale, la moindre oscillation du poignet (qui se traduit par une variation angulaire) prend une ampleur à l’écran même sur un 27 pouces.

Il est tout aussi regrettable que les réglages proposés sur Mac soient aussi pauvres comparés à ceux offerts sur Windows. Nous l’avons exploitée aussi avec Windows XP Pro et 7, et il faut bien admettre qu’une fois correctement paramétrée, la MX Air est plus agréable sur cette plateforme que sur la nôtre !

P14logitechsmall
A contrario du pilote Mac, l’utilisateur peut régler jusqu’à l’accélération du pointeur.


P15logitechSMALL
De même que les paramètres offerts pour le jeu sont sans comparaison. Tout peut être défini avec précision. L’accès à l’autonomie se fait aussi plus finement.


Même constat lorsque nous avons reposé la MX Air sur le bureau afin de jouer à Call of Duty 4 - Modern Warfare 2. Si le manque de sensibilité se fait cruellement ressentir avec certains jeux, il est moins pénalisant que sur Mac OS X. Nous l’avons aussi essayée avec Call of Duty 4 – Modern Warfare et là, aucune comparaison possible avec une Performance MX Mouse ou même avec une simple Macally Pebble (lire le test)…

Le mot de la fin
Alors fallait-il attendre plus de deux ans pour commercialiser une version Mac ? En définitive non ! Si technologiquement, la MX Air Rechargeable Cordless Air Mouse faisait montre de réelles innovations fin 2007, elle nous apparaît plus comme un gadget désuet pour utilisateurs en mal de « geekeries » (ndla : que les vrais(es) geek me pardonnent…) excepté pour celles et ceux qui auraient besoin d’un périphérique hybride capable de leur servir de pointeur pour une présentation PowerPoint ou Keynote.

Certes, l’objet est joli, soigné, agréable à utiliser et bien conçu. La technologie Freespace s'avère efficace pour peu que les paramètres de configuration du pilote en charge des capteurs de mouvements soient convenablement réglés… ce qui s’avère difficile si l’on évolue (d’avant en arrière ou inversement) tout en utilisant la souris. L’amplitude des mouvements affectant alors conséquemment la précision du périphérique, celui-ci devient assez délicat à gérer. Sans compter que, malgré une résolution élevée (1200 ppp), la petite MX Air peine aussi sur le plat. Sensible et suffisamment précise pour la bureautique, elle se révèle carrément hors jeu dès que l’on s’aventure, justement, sur le terrain ludique, du moins, sur Mac OS X. Sous Windows XP ou 7, les pilotes sans doute mieux développés, lui permettent de s’affranchir de certaines faiblesses, et il est tout à fait possible de l’utiliser pour le jeu même si son ergonomie atypique ne s’y prête pas.

On retiendra cependant les similitudes et les performances du bouton central capable, à l’instar du multi-touch de la Magic Mouse, de gérer avec une précision redoutable les défilements verticaux dans les listes comme dans les menus. Enfin, à 150 euros environ, même avec une garantie de 3 ans, la polyvalence se paie au prix fort d’autant qu’il s’agit de son prix de lancement. Si Logitech avait revu le prix à la baisse de façon significative et concédé quelques efforts sur l’esthétique du produit, une édition Mac blanche et aluminium brossé ou tout aluminium aurait été bienvenue, on aurait pu alors – éventuellement - estimer le produit attractif…

Tags
avatar lennoyl | 
Un dock pour recharger les batteries... ça vraiment aurait été un plus avec la magic mouse.
avatar h0rus | 
moi aussi j'en possède une depuis deux ans. même sans drivers, la souris fonctionne parfaitement sur mac(mouvement reconnus en tant que souris et pointeur). c'est sympa de nous en parler maintenant. ce que j'attends c'est que cette souris n'utilise plus ce dongle usb aussi gros qu'un clitoris d'éléphante.
avatar kozi | 
pareil, je l'utilise depuis plus de 6 mois au boulot sur mon mac, sans aucun drivers, et toutes les fonctions comme le volume répondent sans problèmes. Le plastique de la coque ne se raye pas facilement... Bizarrement,comme sur ma Magic Mouse, il n'y a pas de 3eme bouton...
avatar Sylvain ALLAIN | 
@ sebontheweb Un produit n'est certifié Mac que si son fabricant l'élabore en conséquence et développe la solution logicielle adaptée. Même si la quasi totalité des souris (la partie hardware) s'appuie sur un standard matériel... est s'avère fonctionnelle. Nous avions assisté à la conférence liée à son lancement en juillet 2007 ([i]Logitech ayant la fâcheuse tendance à faire ses annonces très en amont, voire trop[/i]) avant que la souris ne soit commercialisée les mois suivants (octobre). Or, à cette époque, Logitech n'avait pas de projet pour notre plateforme. Mac OS X n'était donc pas supporté... Une situation qui a changé en fin d'année dernière avec la mise à disposition de pilotes et, surtout, la commercialisation d'une version Mac/PC (Logo et Systèmes d'exploitations supportés : Mac OS X, Windows XP, Vista, 7 etc.)... @ s_d remarques pertinentes @hOrus Que la souris fonctionne, c'est normal... Qu'elle fonctionne sans pilote aussi... Mais qu'elle fonctionne avec toutes les fonctions ; non ! Vous n'avez pas la précision des paramètres d'accélération et autre. De même, que vous n'avez pas accès à l'intégralité des réglages de Windows même avec les pilotes OS X. Enfin, si j'ai bien compris, vous êtes [b]Biologiste[/b], vous semblez en connaître un rayon sur l'anatomie des pachydermes ;-) @Kozi Vous n'avez pas accès à l'intégralité des réglages, du moins, à tous ceux offerts sous Windows même avec les pilotes, désormais disponibles, pour OS X. ici : http://www.logitech.com/index.cfm/428/3443&cl=fr,fr?section=downloads&bit=&osid=9 Quant à la coque plastique, elle se raille bien trop facilement, rien qu'au démontage, le fait de la désolidarisé a entrainé de nombreuses micro-rayures lors de l'opération... :-(
avatar Sylvain ALLAIN | 
@ sebontheweb dsl pour la redondante coquille du premier paragraphe...
avatar reye | 
moi cela fait déjà un certain temps que je n'utilises plus la souris pour me servir des tablettes Wacom avec les stylets. ces produits coûtent tout de même assez chère. je pensais en voyant cette article que je me remettrais peut-être aux souris mais quand j'ai vu le prix, je vais sûrement attendre que sa baisse avant d'acheter une souris dans ce genre.
avatar zekje | 
150euros ? dommage que logitech reste fidèle a ses emeteurs propriétaire ( a quand l utilisation du bluetooth ? ) est elle ambidextre ? quid de la sensibilité des 'boutons' ?
avatar sebontheweb | 
Je la possède depuis sa sortie il y a 2 ans et je l'utilise depuis sur Mac, sans problème particulier. Que signifie donc la 'sortie sur Mac' évoquée. La souris fonctionne bien depuis 2 ans La batterie tient en moyenne 3 jours sans recharge (pour une utilisation de 3-4h par jour). L'utilisation dans l'air, c'est amusant 2 mn et je ne m'en suis jamais servi par la suite.
avatar sebontheweb | 
La sensibilité des boutons est bonne; un peu d'habitude à prendre les 1ers jours
avatar s_d | 
Pb : les drivers de Logitech (LCC) sont quasiment systématiquement bugués ! Le dernier en date produit des mouvements aléatoires de la souris, ainsi que des répétitions de touches sur leurs claviers... Il faut quand même le faire ! http://sd55.free.fr/wordpress/?p=371

CONNEXION UTILISATEUR