L'iPhone : entre l'iFund et le fun

Florian Innocente |
L'iPhone, sa vie, son oeuvre et son avenir. Deux observateurs, bien placés, donnent leur sentiment sur le téléphone d'Apple. Le premier, Matt Murphy, gère l'iFund, ce fond de 100 millions de dollars constitué pour soutenir la création de logiciels pour iPhone. Puis Will Wright, le père des Sims dont la société s'apprête à sortir son premier titre pour iPhone, y voit lui la possible amorce d'un tournant dans le jeu sur mobile.

En mars dernier, la firme californienne Kleiner Perkins Caulfield & Byers annonçait la création de l'iFund, une enveloppe dotée de 100 millions de dollars pour aider à l'accouchement d'applications pour l'iPhone. Sous réserve toutefois qu'elles répondent à certaines caractéristiques"Des services utilisant la géo-localisation, les réseaux sociaux, le commerce (publicité et systèmes de paiement compris), la communication et le divertissement."Sur 2500 dossiers soumis, Matt Murphy qui gère ce fonds en a retenu cinq, dont quatre rendus publics. Ils touchent aux réseaux sociaux (Whrrl), à la domotique (iControl), aux jeux (le cinquième élu est encore inconnu). Chacun a reçu entre 5 et 8 millions de dollars d'investissement avec comme objectif d'être mis en bourse d'ici sept à huit ans."

Dans une interview chez Moconews Matt Murphy juge l'impact de l'iPhone mais aussi la puissance de son App Store "On [Kleiner Perkins Caulfield & Byers] voit l'iPhone comme la plateforme leader et celle qui, de loin, a les applications les plus avancées."

Une machine à téléchargements

Matt Murphy conçoit que parmi les élus de l'iFund certains porteront leurs logiciels vers d'autres plateformes, mais l'enjeu selon lui n'est pas de faire des paris sur une seule plateforme. Il s'agit de faire ses premières armes sur celle qui se montre la plus dynamique "Les utilisateurs d'iPhone sont les plus demandeurs de nouvelles applications et ils utilisent leur téléphone 30 fois plus que les propriétaires d'autres appareils." C'est en cela qu'il voit l'iPhone comme la plateforme où il faut être absolument, d'autant qu’elle a reçu le renfort de l'App Store.

"Une des statistiques que l'on observé c'est celle donnée par Steve Jobs avec ces 60 millions de téléchargements réalisés sur l'App Store le premier mois. Si vous enlevez les téléchargements de sonneries et de fonds d'écrans chez tous les opérateurs américains réunis, le résultat de l'App Store est supérieur à ce qu'ils ont fait sur le dernier trimestre. Ça veut dire que 10 millions d'utilisateurs d'iPhone (sic) font plus que les 250 millions d'utilisateurs de téléphones mobiles aux États-Unis. Vu sous cet angle ce n'est pas risqué. C'est là qu'est le trafic et c'est ici qu'il y a un environnement ouvert."

Interrogé sur la compétition qui se prépare avec l'Android de Google et de ses partenaires, il y voit plutôt une source d'émulation entre les protagonistes. Tout en restant prudent en attendant de voir exactement comment vont se positionner les premiers mobiles équipés de ce nouveau système d'exploitation.

Une confrontation d'autant plus intéressante à observer qu'Apple, avec sa boutique en ligne, a placé la barre assez haut pour ses concurrents, et mis au point une solution "brillante" selon ses termes pour permettre aux utilisateurs de découvrir de nouvelles applications.

Sur l'orientation prise par les modèles économiques autour de la distribution de ces applications mobiles, c'est la gratuité via un financement par la pub qui semble se dégager. Tout comme la transformation de ces logiciels en bien payants téléchargeables, comme ceux que l'on peut acheter dans les mondes virtuels sur Internet "90% de ces logiciels trouveront un financement via la pub, soit sous la forme de biens virtuels ou par des programmes d'affiliation" (ndr : tel l'Apple Store qui reverse une commission à un site web lorsqu'un client, venu par son entremise, a réalisé un achat).


Des jeux ouverts sur l'extérieur

Si Apple avait placé l'entreprise et le jeu en bonnes places lors de la présentation de l'iPhone 3G et d'iPhone OS 2, c'est le second qui fait beaucoup parler. Après John Carmack (Doom, Quake) c'est Will Wright qui livre son sentiment sur le potentiel offert par les jeux sur les mobiles de nouvelle génération.

Pour le père des Sims et dernièrement de Spore Origins prévu pour ce week-end sur l'iPhone les mobiles peuvent ouvrir à de nouvelles formes de jeux… qu'il reste à inventer.

"Je n'ai pas vu beaucoup de jeux sur des mobiles, à l'exception de l'iPhone, qui m'ont vraiment impressionné constate Wright, en général les performances sont très limitées et l'interface utilisateur est nulle. Mais avec quelque chose comme l'iPhone je me rends compte du potentiel. Avec la puissance de son processeur, vous pouvez vraiment faire des choses sympas."

En revanche ces jeux devront être adaptés au format et au contexte d'utilisation de ces consoles de poche "C'est difficile de prendre une petite plateforme comme ça et de s'y plonger comme on le fait lorsqu'on est assis en face d'un écran HD avec une Xbox ou un PC. D'un autre côté, vous pouvez faire de petits jeux qui vont prendre en compte vos alentours. Grâce au GPS et l'appareil photo, au lieu de jeux qui vous coupent de votre environnement pour se concentrer sur la partie, on pourrait avoir le contraire."

Amateur de photographie Will Wright imagine des jeux pour les mobiles et les consoles de poches qui interagissent davantage avec l'environnement et permettent de le voir sous un angle différent "Les jeux pourraient augmenter notre perception de l'extérieur au lieu de nous en détourner."

Sur le même sujet :
Carmack revient sur l'iPhone, Jobs et les jeux
Applications mobiles : qui veut gagner des millions ?
L'iFund soutient une application domotique pour l'iPhone
Quelles applications pour l'iFund ?
avatar Vivid | 
pour le moment, ce n'est encore qu'un joujou pour gosse de riche.
avatar Switcher | 
Pour le moment, la seule réaction est un troll. A côté de ça, Macgé se bonifie rédactionnellement je trouve, c'est de mieux en mieux. Mon seul (petit) regret est la lourdeur de certains bandeaux de pub qui commencent [i]vraiment[/i] à prendre de la place. Pour revenir au sujet : ça promet - quand on pense que l'AppStore et l'iPhone n'en sont (finalement) qu'à leurs débuts (1 an et quelques de présence sur le marché)... Cette attente des développeurs ne peut laisser augurer que du bon pour l'OSX et le Mac. Un vrai succès.
avatar cliclem | 
Le jeu sur mac viendra peut-etre par l'iphone !
avatar grenoble | 
"Ils touchent aux réseaux sociaux (Whrrl)" ... On le trouve où "Whrrl" ??? Inconnu sur l'iTunes :(
avatar PierreT | 
Excellent sujet et excellents commentaires (surtout le deuxième). C'est marrant cette répétition de commentaire sur les "riches" sur un site parlant d'informatique. Quand j'ai acheté mon premier Mac plus en 1988 il avait baissé de 20% (le classic venait de sortir) il valait 1000 euros, il est côté 20 euros sur ebay maintenant. Il n'y a rien de moins chers qu'un ordinateur, c'est une question de temps. Ceux qui ont acheté le premier ipod et ceux qui en achètent sur le refurb sont peut être les mêmes... Le sujet traitait du flux des utilisateurs, c'est un fait et une réflexion. Donc stop au commentaire politique et déplacé allez sur les sites politiques svp. Think different
avatar kisco | 
Whrrl semble être ici : http://www.whrrl.com/ (merci google)
avatar apreslapluie | 
@Vivid Tu as quelque chose contre les gosses de riche ? Ils n'ont pas le droit de jouer à des jeux de riches ? Si ça peut enrichir des programmeur… pour qu'ils soient riches à leur tour. ;-)
avatar terreaterre | 
>> L'iPhone, sa vie, son oeuvre et son avenir. Aie. >> Deux observateurs, bien placés, donnent leur sentiment sur le téléphone d'Apple. Je connaissais les utilisateurs avertis, voici les observateurs bien placés. Au premier rang ? en VIP ? >> Puis Will Wright, le père des Sims dont la société s'apprête à sortir son premier titre pour iPhone Quoi ? Ce type va sortir un titre pour l'iPhone (donc il n'a encore rien fait sur cette plateforme) et c'est déjà un observateur bien placé ? Ce premier titre sera forcément un titre cultissime ! Que de flagornerie.
avatar leonzeur | 
pour moi il n'y a pas de polémique mais la constatation qu'Apple est en train de gagner une grosse part du gâteau de l'informatique mobile ..OS X devient une référence, jamais Apple n'a été aussi connue et ça me semble toujours aller dans le même sens ..Apple se fait de nouveaux clients pour leur matériel donc pour leur OS et donc pour leur philosophie..autour de moi j'entends de plus en plus " le prochain ordi que j'achète c'est un mac " et il ne s'agit vraiment plus du tout de joujoux de riches mais d'achats de bon sens ..

CONNEXION UTILISATEUR