Le prix de la livraison des livres va augmenter sur Amazon

Félix Cattafesta |

Une nouvelle loi « anti-Amazon » a été adoptée mercredi soir par les députés. Celle-ci a pour but d'instaurer un tarif minimal de livraisons pour la vente en ligne de livres dans le but de pénaliser Amazon et sa livraison à 0,01 €. Elle fait suite à un premier texte publié en 2014, interdisant à l'entreprise américaine de proposer la remise de 5 % autorisée par la loi Lang en plus de la livraison gratuite. Amazon a depuis contourné le problème en facturant les envois postaux au prix d'un centime symbolique.

Image Pixabay.

La loi vise donc à rétablir une équité entre les libraires et les plateformes en ligne. Selon le Syndicat de la librairie française (SLF), l'envoi postal d'un ouvrage coûte entre 6,50 € et 7 € : ils ne peuvent pas être compétitifs face à Amazon et son énorme réseau. Quand elle sera adoptée, c'est l'Arcep et les ministères de l'Économie et de la Culture qui vont devoir définir un prix minimum pour les livraisons de livres en France. Amazon et la Fnac tablent sur 2 à 3 €, tandis que le SLF avance des tarifs allant de 3 à 5 €. Grandes enseignes et petits libraires seront alors logés à la même enseigne.

Ce texte fait évidemment débat : certains estiment que cela va pousser les Français en librairies et démocratiser le click-n-collect. En face, d'autres craignent qu'Amazon ne trouve une nouvelle pirouette. L'entreprise pourrait par exemple rendre gratuite la livraison pour l'achat d'un autre produit (des marque-pages à 0,01 € ?) et est bien mieux équipée pour livrer en 24 h. Elle gardera donc une longueur d'avance sur les libraires qui livreront pour le même prix, mais plus lentement.

En début d'année, la pandémie avait remis ce long débat sur la table et le gouvernement s'était engagé à prendre en charge les frais postaux des librairies pendant le confinement. Cela n'a pas duré, car l'État ne peut pas pérenniser ce type d'aide sans contrevenir au droit européen. De son côté, la Fnac a expliqué soutenir pleinement cette loi, qui mène vers une « consommation plus responsable et une action en faveur de l’environnement » en limitant les envois postaux.


Source
Tags
avatar Fego007 | 

Tellleme t facile de taxer

avatar oomu | 

@Fego007

oui mais non. ce n'est pas le cas ici.

et au delà de ce fantasme, il faut rappeler qu'un "Marché" se REGULE (par la LOI obligatoire!) et qu'un pays se finance (par l'IMPOT NON négociable!) et que la Culture se défend ! (par le contrôle !)

et c'est SAIN. Notre intérêt c'est la France, pas Amazon ou une autre épicerie au pif, mais l'ensemble.

avatar Fenlor | 

Et bien moi j’ai du mal à comprendre cette histoire de frais de port.
Je croyais que c’était déjà géré par l’interdiction des boutiques en ligne d’appliquer la réduction maximale de 5%….
Si on prend la FNAC, si tu fais livrer chez eux, tu as -5% sinon 0%.
Si on force les frais de port c’est limite double peine.

Bon quand je réfléchis, en fait y a 2 « problèmes ». La vente en ligne contre les libraires. Et la grosse vente en ligne contre la petite vente en ligne.

Dans tous les cas, pour moi il n’y a pas de menace culturelle (la culture c’est le contenu, pas la distribution même si elle peut apporter de précieux conseils, comme tout un chacun….). Par contre, oui y a danger pour les libraires. Mais c’était déjà le cas entre grosses enseignes et petites librairies à mon avis….
Bref c’est complexe et ça m’énerve que ce soit systématiquement présenté comme un problème Amazon.

Une fois dit cela, comment fait-on?
Les histoires de 5%, je trouve ça bien finalement car ça permet de donner un avantage au physique contre le net. Et le net garde l’avantage de la disponibilité. Du coup ça équilibre.
Pour les frais de port, pourquoi ne pas faire un mix ? Frais de port quand on commande à l’unité. Et gratuité possible quand on commande plusieurs articles.
Avantage : on incite à faire des commandes regroupées ce qui mutualise les frais de transport et l’impact écologique. Cela pourrait aussi favoriser la culture en incitant à acheter plus de livres (a condition que ce soit tellement lu ensuite)
Inconvénient : cela incite à se déplacer pour un petit achat ce qui n’est pas toujours écologique….

Qu’en pensez-vous ?

avatar Derw | 

@Fenlor

« Dans tous les cas, pour moi il n’y a pas de menace culturelle (la culture c’est le contenu, pas la distribution même si elle peut apporter de précieux conseils, comme tout un chacun….) »

Il y a une menace culturelle, ou plutôt, sur la diffusion de la culture. Si les méthodes d’Amazone finissent par évincer toutes libraires « traditionnelles », il n’y aura plus qu’Amazone comme canal de diffusion, ce qui, à mon avis est un problème…

avatar Fenlor | 

@Derw

Je suis d’accord mais c’est à mon sens loin d’être le cas et ce n’est pas prêt de l’être.

En fait d’une manière générale je ne dis pas qu’il ne faut rien faire. Mais je préfère les discours : « regardez cette librairie spécialisée en comics est sympa, le service client exemplaire, l’emballage d’enfer. commandez chez eux ! »
Plutôt que « ne commandez pas chez trucmuche ou machin chose, c’est de la merde, ça tue la culture etc. »

D’un côté un discours positif qui donne envie d’aider une boutique. De l’autre du négativisme qui ne pousse qu’à changer ses habitudes à contre cœur.

Y a de la place pour tout le monde, à nous consommateurs d’avoir une vision éclairée et ne pas commander toujours au même endroit par flemme (je continue et continuerais avec Amazon mais je consomme aussi sur d’autres sites quand j’y vois de bons arguments.

avatar oomu | 

@Derw

c'est surtout qu'amazon ne vend pas tout

et le oomu a encore besoin de librairies spécialisées, plus petites.

avatar Moonwalker | 

Les librairies "traditionnelles" sont déjà pieds et poings liés par les éditeurs qui se font de la trésorerie sur leur dos par le jeu des invendus.
Dans les grandes villes ce n'est pas Amazon qui les contraint à fermer mais la spéculation immobilière. Le coût des loyers est énorme et elles n'arrivent plus à suivre. Elles sont remplacées par des magasins de vêtement, des boutiques de Téléphonie, des restaurants, etc. souvent très éphémères. Ainsi à la place de ma librairie préférée dans l'île Saint-louis, se trouve aujourd'hui un opticien de luxe. Elle a déménagé encore deux fois dans Paris avant de disparaître définitivement. Le mouvement a commencé bien avant l'avènement d'Amazon.

avatar Glop0606 | 

Ca me rappelle l'histoire de l'arbre qui cache la forêt. Au lieu de faire des mesurettes sur mesure qui en fin de compte à la marge aideront les libraires, pourquoi ne peut se concentrer sur le gros du morceau à savoir qu'Amazon devrait être imposé en France pour les bénéfices réalisés en France et pas dans des états membres à la fiscalité plus "douce" grâce à des montages fiscaux certes "légaux" mais complétement anticoncurrentiels.

avatar Derw | 

@Glop0606

Vous avez raison. Mais de telles mesures sont très complexes à mettre en œuvre (si ce n’est impossible ?) car elles doivent être au minimum européennes pour être efficaces…

avatar marc_os | 

> Une nouvelle loi « anti-Amazon » a été adoptée

Ce n'est pas une loi « anti-Amazon » car la Fnac pratique la même chose, mais une loi « anti-concurrence déloyale ».

avatar Moonwalker | 

Non, c'est une loi "pro-Fnac".

Un adhérant qui commandera sur le site de la Fnac payera avec une remise 5% sur le prix et retirera son livre en magasin sans frais de port.

La loi a déjà interdit à Amazon de faire 5% sur le prix du livre. Les livres y sont plus cher qu'à la Fnac.

Cette nouvelle loi va aligner le prix du port des livres sur les tarifs de La Poste au lieu de réguler ceux-ci et ainsi sur-enchérir encore le coût de l'achat d'un livre chez Amazon. Les plus touchés seront ceux qui n'ont pas une Fnac à proximité et dont la librairie la plus proche est souvent à plus de trente kilomètres. Cette loi ne s'intéresse qu'aux problématiques urbaines.

Un livre à 9€ avec 3€ de port en sus ça fait déjà un tiers plus cher. Et il y a des livres en vente dont le prix éditeur est inférieur aux frais de transport imposés annoncés.

Les libraires espèrent ainsi faire obstacle à la logistique d'Amazon. Bref, on va favoriser l'incompétence au profit d'une profession qui n'a rien foutu depuis quarante ans et le prix unique du livre.

Pour ceux qui auront une Fnac à proximité, le calcul sera vite fait. Les autres se rabattront sur le "livres numériques", forcément moins cher. À moins que là aussi, le lobbying du SLF n'invente une nouvelle "taxe" pour protéger sa rente.

La seule exception culturelle qui vaille en France et celle de la médiocrité.

avatar ZANTAR2054 | 

Les députés s’arrêteront pas la marée montante avec des serpillères. Pourquoi lutter contre l’évolution? Les librairies ne sont pas adaptées au XXIe siècle.

avatar oomu | 

@ZANTAR2054

en quoi les lieux de quiétude où récupérer des amas agglutinés de tranches de cadavres d'arbres collés avec des fluides de chevaux ne sont plus adaptés aux vingt et unièèMEUH siècle ?

ces lieux sont pratiques pour se promener, fouiner, et découvrir. C'est tactileuh comme l'iPad hé.

et les tablettes et consorts d'ailleurs : aucun livre d'art est sérieusement aussi beau sur un écran d'ipad que sur papier de qualité.
Et ne parlons pas des BDs aux formats riches et variés.

C'est le 21e siècle qui continue d'être naze.

avatar ancampolo | 

L’europe ou le continent qui dilapide l’argent public tout en sombrant tranquillement comme un bateau rempli de trous car ces gens qui nous gouvernent encore plus pour la France sont coincés au siècle dernier…

avatar Moonwalker | 

Voilà. Fini. Je n’achèterai plus un livre en librairie. Qu’ils crèvent. De toute façon, ce n’est pas Amazon qui aura leur peau mais la spéculation immobilière, comme dans le Quartier Latin à Paris.

Le « service au client » ah ah ah. Je commande un livre spécialisé. Deux semaines après toujours pas de nouvelles. Je passe à la librairie. Ah ben votre commande est passée à la trappe… même pas d’excuses. On peut recommander. Non. Amazon. Deux jours après dans ma boîte aux lettres.

"De son côté, la Fnac a expliqué soutenir pleinement cette loi, qui mène vers une « consommation plus responsable et une action en faveur de l’environnement » en limitant les envois postaux. »

La bonne blague. C’est le lobbying de la FNAC auprès de la femme de Xavier Darcos (sénatrice) qui a inspiré cette loi taillée mesure pour son modèle économique.

L’Allemagne a généralisé le prix postal réduit pour le port du livre. En France on préfère toujours pénaliser les meilleurs pour pérenniser les rentes de situation.

Une loi de bobos pour la bonne conscience des bobos. Pour les autres, ceux qui vivent en périphérie, avec la première librairie à 30 km minimum, ça leur coutera 50% plus cher d’acheter un simple livre de poche.

Ce qu’il va arriver : les gens se tourneront de plus en plus vers les « livres » numériques. Apple, Amazon, la Fnac, Leclerc, etc. vendront des liseuses à gogos. Et les libraires l’auront dans le cul.

avatar oomu | 

@Moonwalker

vous exagérez.

avatar Mickaël | 

Et quand tu habites en cambrousse tu vas pas te faire chier à faire des kilomètres pour aller à la Fnac d’une grande ville ou le libraire de la ville d’à côté car cela vas te coûter plus chère en carburant parking etc
Ils sont cassé burne les législateurs

avatar Derw | 

@bigwiz

« Et quand tu habites en cambrousse tu vas pas te faire chier à faire des kilomètres pour aller à la Fnac »

À non… tu feras comme avant, tu achèteras en ligne. C’est juste que tu paieras un peu plus cher, mais cela restera beaucoup moins cher que d’aller le chercher. Et au moins le déplacement que ton achat aura généré sera pris en compte dans ton acte d’achat…

avatar Mickaël | 

@Derw

Enfin quand tu es en prime tu ne payes pas de frais de port 🤷‍♂️
Cela veut dire que maintenant on aura des frais juste pour un bouquin !

avatar marc_os | 

@ Mickaël

> Cela veut dire que maintenant on aura des frais juste pour un bouquin

Tout travail mérite salaire, même celui du transporteur.
Là c'est juste que Amazon paye à ta place ce transporteur, ce que ne peuvent pas faire les petites libraries. Ils pratiquent une concurrence déloyale, et c'est cela que la loi veut interdire. Note que comme je l'ai dit par ailleurs, leur pratique est de facto de la vente à perte, ce qui est interdit. Mais ils étaient dans "une zone grise" pas prévue par la loi, et la nouvelle loi corrige cela.

avatar marenostrum | 

et pourquoi soutenir un libraire français et pas un lecteur (ou plusieurs) français ? et puis même avec le même prix les gens vont utiliser Amazon, parce que ils ont déjà un compte chez eux et ils sont plus réactifs. y a pas de comparaison possible avec un petit commerçant, qui n'est pas équipé, etc.

avatar oomu | 

@marenostrum

il est + important de soutenir les libraires que simplement permettre à un géant d'imposer dans la tête des gens la presque gratuité du transport.

c'est malsain et oui ici, je féliciterai volontiers les politiciens. sauf que je pense qu'ils ont agit avec des années de retard.

avatar Moonwalker | 

Le transporteur est déjà payé, par Amazon, par la Fnac, par n'importe quel expéditeur. Et Amazon Prime c'est un forfait pour le transport, donc on paye déjà.

Ce qui est en jeu ici c'est l'incapacité des libraires à s'organiser. C'est le miroir aux alouettes de la vente à distance pour laquelle ils ne seront jamais de taille, même avec cette loi stupide et démago-bobo.

Ce sont une fois de plus les gens à la marge des grands centres urbains qui seront défavorisés. Et ça n'empêchera pas les libraires de disparaître en ville et Amazon n'y est pour rien.

avatar Derw | 

@Moonwalker

« Le transporteur est déjà payé, par Amazon, par la Fnac, par n'importe quel expéditeur. »

Le problème n’est pas la rémunération du transporteur (qui est a priori la même qq soit le magasin), mais le paiement, ou plutôt sur le « qui » du paiement. Il y a 2 points derrière ce qui :
- le premier, celui qui semble être concerné par cette loi, est la notion de concurrence déloyale. Afin d’éviter l’éviction de sa concurrence par Amazon qui a des moyens autrement supérieurs aux autres, on l’empêche de jouer sur un levier dont les autres ne peuvent bénéficier.
- le second, pas du tout présent dans cette loi, mais qui en découle de fait et qui est très important POUR MOI, c’est de responsabiliser l’acheteur sur son choix de vie (à la campagne, loin de tout) et son choix d’achat (ai-je besoin de faire rouler un camion jusqu’à chez moi pour m’apporter un livre ?)

« C'est le miroir aux alouettes de la vente à distance pour laquelle ils ne seront jamais de taille, même avec cette loi stupide et démago-bobo. »

🤣 Comment se discréditer en un mot !

« Ce sont une fois de plus les gens à la marge des grands centres urbains qui seront défavorisés. »

Je fais partie de ces gens. J’ai choisi de vivre à la campagne sans raison professionnelle et je n’ai jamais regretté ce choix, malgré les nombreux inconvénients lié à celui-ci (cela semble d’ailleurs être un choix qui se développe dans la société après les confinements… (changement d’opinion pérenne ?)). J’en assume les conséquences et parmi elles il y a : payer des frais de port pour faire venir un produit à moi, ou patienter d’avoir plusieurs besoins et aller une journée en ville pour cumuler mes achats…

« Et ça n'empêchera pas les libraires de disparaître en ville et Amazon n'y est pour rien. »

Au contraire, il y sera pour beaucoup, même s’il ne sera pas le seul facteur…

avatar Trillot | 

Pendant des années je cherchais mes livres sur Amazon et je les achetais sur la Fnac ou chez Eyrolles. Et puis j'en ai eu marre. Maintenant je cherche mes livres sur Amazon et je les achète sur Amazon.
Mes efforts de diversification des mes sources me permettent quelquefois d'acheter sur Bricovis ou Manomano, etc, mais pour beaucoup de produits dont les livres, je cherche et je trouve sur Amazon, je lis les critiques, qui sont souvent appréciables sur les forces et faiblesses des produits (il n'est pas très difficile d'éviter les commentaires de complaisance).
Je précise que là où j'habite, il n'y a pas de magasins.

Le jour où Amazon sera un monopole, il faudra le briser.

avatar marc_os | 

@ Trillot

> Le jour où Amazon sera un monopole, il faudra le briser

« Le jour où Amazon sera un monopole », ce sera trop tard car justement il n'y aura plus personne pour proposer une alternative car ils auront tous fait faillite. A ce moment là, suivant qui dirigera Amazon, il ne faudra pas t'étonner si les auteurs "non rentables" ne sont plus trouvables, ainsi que ceux ayant des idées contraires. Le rêve de toute dictature.

avatar marenostrum | 

pourquoi Amazon deviendra une dictature ? ou même un monopole. c'est une boutique en ligne, que tout le monde peut faire. même le libraire peut le faire, et même il vendra plus (les conspirationnistes) si Amazon devient une dictature.

avatar Sindanárië | 

@marenostrum

Dis c’est l’heure de sortir du bistrot et d’aller te coucher

avatar marenostrum | 

c'est profond ce que je dis. quelle est la différence de livraison entre Amazon et la Fnac par ex ? ça change quoi ? ils emploient des français chez Amazon pareil que la Fnac. c'est pas eux le fabricant des produits, c'est juste un vendeur, un magasin en ligne.

c'est de produire (mieux que les autres) la clé, pas la livraison. si c'était aussi noble comme métier, il serait toujours en place le chef, en ne ferait pas des navettes spatiales.

ici les commentaires volent bas.

avatar oomu | 

@marenostrum

"ici les commentaires volent bas."

signe qu'il va bientôt pleuvoir.

avatar ingmar92110 | 

@Trillot

"Mes efforts de diversification des mes sources me permettent quelquefois d'acheter sur Bricovis ou Manomano, "

Essaie Racetools, ils sont dans le sud, très sympas et faciles d’accès au tel, prix placés et surtout ils ne vendent (et donc expédient très vite) que ce qu’ils ont en stock. Mano Mano ça commence à devenir une marketplace pas toujours homogène dans le service.

avatar Tech | 

J’ai une liseuse. J’ai tout là-dedans.

avatar Dziga_Vertox | 

Et comme ça on vend moins de livres.

avatar Paquito06 | 

“Selon le Syndicat de la librairie française (SLF), l'envoi postal d'un ouvrage coûte entre 6,50 € et 7 € : ils ne peuvent pas être compétitifs face à Amazon et son énorme réseau. “

Le probleme se situe ici. Quand tu achetes un livre a ~$10 et que tu en as autant en frais de port, ca peut pas fonctionner. La Poste devrait avoir un tarif special pour les bouquins (comme elle en a pour les livres expediés a l’etranger avec un flat rate interessant pour les US par ex.). Apres ca peut se financer de plusieurs façons, mais si on met la livraison a $1 par ex., ca irait mieux.

avatar passingphantom | 

Vive les livres électroniques!

avatar oomu | 

autre approche :

favoriser le développement de nouveaux services de distributions et/ou réinvestir dans la poste (chronoposte, collissimo au secOUUUUURs!) en tant que service publique (ho mon dieu le GROS MOT) pour les citoyens (encore un GROS MOT!!!) et les PME/LIBRAIRIES !

pour qu'elles aient un/des services alternatifs à la concentration danss amazon et un vague cdchaispasquoi ou la possibilité réaliste de s'auto-héberger leurs services.

avatar oomu | 

A secteur spécifique, solution spécifique

A situation spécifique, régulation spécifique

Non à l'idéologie d'une solution unique pour tout, oui au cas par cas quand nécessaire pour _l'industrie_ dans le cadre des institutions démocratiques.

Il est normal et sain que le secteur du livre soit régulé différemment du cinéma ou du shampoing du oomu.

avatar Jacti | 

Ces lois sont des combats d'arrière garde. Quand tout le monde utilisera le commerce électronique, car n'oubliez pas que les enfants qui naissent aujourd'hui seront tous élevés et aguerris au numérique, et que TOUS les commerces auront disparus, ces discussions n'auront plus aucune raison d'être. Les "clients" seront livrés par des drones ou des véhicules autonomes, les livreurs porte-à-porte seront des robots et, de toute façon, il n'y aura plus aucun livre ni presse papier. On pourra regretter le monde d'avant, ce que je ne crois pas car qui, aujourd'hui, voudrait revenir au Moyen-Age à part les talibans.
Pour revenir à la discussion, chez mon libraire je ne trouve JAMAIS le livre que je veux acheter et le commander prend des jours et des jours. Je commande beaucoup d'articles chez Amazon, même ma mousse à raser car les super (?) marchés aux alentours ne la vendent pas (plus) et c'est scandaleux. Cette loi (effectivement anti-amazon) est destructrice du pouvoir d'achat. Bravo pour un gouvernement qui dit avoir et vouloir augmenter le pouvoir d'achat. Décidément les politiques ne comprennent absolument RIEN au monde numérique qui advient tout juste car nous n'en sommes qu'aux prolégomènes.

avatar Moonwalker | 

Que la libraire n'ait pas un livre "ancien" c'est un peu normal, outre qu'ils sont taxés sur le stock (vive la France), les m2 sont chers et un livre invendu c'est du capital immobilisé.
Par contre, quand "ancien" devient plus de trois semaine, ça pose problème. Quand l'abscence du livre est conséquence de la politique des éditeurs de favoriser certains auteurs médiatiques, ça pose problème.

Ce qui ne va pas, c'est quand commander un livre dans le circuit de la librairie traditionnel est un parcours du combattant. S'ils trouvent le livre (pas toujours évident, même pour un ouvrage de l'année dernière) ils vont vous demander des ares ! (l'éditeur soigne sa trésorerie sur leur dos, eux soignent la leur sur le vôtre) Et après, vous en avez pour une (bien) deux (le plus souvent) voire trois semaines avant que l'ouvrage ne soit disponible, ou qu'on vous dise que "non, en fait, il est épuisé. On vous fait un avoir pour vos ares ?".

Chez Amazon, je suis débité à l'expédition, pas à la commande. Si le livre est épuisé je le sais de suite. Si Amazon n'a pas l'ouvrage, un libraire du "Market" l'a peut-être, ou un vendeur d'occasions.

Quand à l'aspect de l'ouvrage, il a autant de chances d'arriver abimé chez le libraire que dans votre boite aux lettres.

À la Fnac, les vendeurs-libraires sont devenus des magasiniers qui déballent et remballent les livres au fur et à mesure que les nouveautés d'aujourd'hui remplacent celles d'hier. Même-là, il n'y a plus de stock. Juste une fond de roulement.

avatar Romuald | 

Mon libraire est sans doute particulier. Il est à 3 km, je lui commande par mail, je ne lui verse pas d'arrhes, il m'a toujours prévenu dans les 24h de la prise en compte de la commande, puis plus tard de la disponibilité, toujours par mail. je n'ai plus qu'à passer chez lui quand je veux, et je n'ai jamais attendu plus d'une semaine.

avatar Derw | 

@Moonwalker

Chez nous, quand on veut lire des livres particuliers (on sait ce qu’on veut), on va dans la petite bibliothèque de mon village à 3km et le commande. S’il n’est pas disponible (assez souvent) ou si c’est un livre qu’on veut garder, on va à la librairie la plus proche un jour où on fait des courses (25 km) et on le commande après en avoir discuté avec le libraire pour le plaisir (pas d’arrhes à payer, paiement à la réception, réception en moins de 3 semaines sans frais de livraison (mais on s’en fout, on ne reviendra dans la ville qu’un mois après et de toute façon on a tous une pile d’une 10aine de livres en attente à la maison)… Jamais eu un livre abimé. Et quand le libraire sèche (certain manga, certains livres de micro-éditions ou livres étrangers), on va chez des libraires spécialisés dans la « grande ville » à 45 km…

avatar Moonwalker | 

N’est-ce pas toi qui parlait de « pollution » ?

avatar olrik53 | 

La France est formidable. C'est le pays d'Europe qui taxe le plus ses concitoyens. Des milliers d'usines sont partie à l'étranger. Créer une entreprise est le parcours du combattant et quand c'est fait l'URSSAF te bouffe tes bénéfices avant même que de commencer à en faire. Nous étions en terme d'évolution du pouvoir d'achat 3ième derrière les USA et l'Allemagne. Maintenant c'est 37ième. 40 ans de dirigeants inaptes qui se voilent la face pour ne pas regarder la réalité. L'autre jour j'ai un pote qui est parti travailler et s'expatrier au Canada où il a été reçu à bras ouverts. On lui a fourni un logement super équipé, une voiture et surtout un salaire doublé par rapport à celui qu'il avait en France. Et après on s'étonne que les gens ne votent plus ou se barrent. Normal on nous précipite vers un gouffre. Je continuerais à acheter chez Amazon car j'y trouve ce que j'y cherche et pas dans mes proches magasins. La livraison est impeccable au contraire des livreurs de la Poste Française. Et si j'ai une urgence concernant certains produits je les obtiens en 24 h. Tout est dit. Merci à la France des Taxeurs fous... Allez courage encore 200 jours pour chasser kivous-savez. La France en cours de suicide attend un bon repreneur qui aura du courage pour appliquer les réformes urgentes que personne n'a voulu faire ! Enfin je dis ça, je dis rien.

avatar Musicos80 | 

C'est bien, il n'y aura jamais suffisamment de mesure contre les plus gros pollueurs de la planète ! le but est aussi de faire réfléchir et faire évoluer des mentalités de ce coté là et favoriser le commerce local niveau national. Personne n'est parfait, les méthodes ne pas toujours les meilleures, mais c'est l'attention qui compte. On peut être détracteurs lorsque l'on touche à nos petits intérêts personnels mais dans certains cas il faut voir les choses de plus haut.
Je n'achète pas ce que je n'ai pas vraiment besoin, sans être exemplaire car j'ai un Mac puissant et un iPhone récent et pas de ibidule, mais je n'achète presque pas sur Amazon et compagnie, quitte à payer un peu plus cher, l'avoir un peu plus tard chez un commerçant de ma région ou m'en passer le cas échéant, certes il pollue aussi pour faire venir son matériel, mais ce n'est pas dans la même mesure.

avatar Moonwalker | 

L’enfer est pavé de bonnes intentions qui comptent.

avatar SonyTEL | 

Quand ont parle d'écologie, d'économie, au 21ème siècle ont arrêté d'exterminer des millions d'arbres sur la planète pour faire du papier... dans mon iPhone je peut mettre 10 000 livres !
Et il ne pèse pas un gramme de plus ;-)
Pour faire simple ça me rappel les intégristes de la photo argentique...
Qui fait une photo argentique actuellement sur la planète Terre ???
Même pas la Fédération Nationale des Acheteurs Cons ¿

Pages

CONNEXION UTILISATEUR