Japon : Apple offre des cartes cadeau pour commencer l’année

Mickaël Bazoge |

Au Japon, la nouvelle année démarre traditionnellement par une frénésie de shopping et Apple ne fait pas exception. Pendant des années, le constructeur proposait des pochettes surprises (« fukubukuro », « sacs à bonheur ») contenant des accessoires, voire des Mac si on était chanceux (lire : Japon : jusqu’à 1500 € de contenu dans les Lucky Bags).

Depuis deux ans, Apple a réduit la voilure de cette opération en se contentant de glisser des cartes cadeau Apple Store pour l’achat d’une sélection de produits. C’est le cas aussi pour cette nouvelle année.

En achetant un iPhone 8/8 Plus ou 7 Plus, on repart ainsi avec une carte de 6 000 yens, soit 47 € environ. La carte cadeau la plus intéressante est offerte pour l’achat d’un Mac (24 000 yens, soit 190 €). Cette promotion concerne aussi des accessoires Beats.

L’opération ressemble en tout point à « L’événement shopping » du Black Friday. D’ailleurs, les produits Apple les plus récents ne font pas partie de la sélection, comme cela avait été le cas en novembre dernier.

Tags
avatar foxot | 

J’avais dû louper l’info l’an dernier car je n’était pas au courant qu’ils avaient arrêté les lucky bag.
Moi qui espérait un jour partir au japon et profiter de cette offre (bon c’est pas mon seul intérêt à partir au Japon, mais ça faisait un gros plus) ^^

Mais ça se comprend après tout, les ventes déclinent et comme Apple n’a pas augmenté le prix de ses produits pour conserver un chiffre d’affaire en hausse constante je comprends que... Oh Wait !

Bref, encore une fois c’est pingre de leur part, j’vais plus m’en offusquer, mais à augmenter les tarifs de façon spectaculaire pour t’en donner de moins en moins (je pense à l’adaptateur minijack disparu des boîtes d’iPhone, au chiffon pour nettoyer l’écran ou la rallonge de l’adaptateur secteur retirer des boîtes de mac, ou de l’absence d’adaptateur secteur assez puissant pour faire charger un iPhone à plus de 1000€ à son plein potentiel).

Et pour tous ceux qui vont me dire « si t’es pas content va voir ailleurs », je leur répondrais que je n’ai pas envie.
Je n’ai pas envie d’avoir un appareil mal optimisé parce que le logiciel et le matériel n’ont pas été conçu ensemble.
Je n’ai pas envie d’être monitoré h24 par Google
Mais je n’ai pas non plus envie d’être à la ramasse technologiquement parlant, ni de dépenser plus que ce que je gagne pour me prendre un appareil.
Et aussi, comme je pense beaucoup de monde ici, j’aime la marque, son histoire, et tout ce qu’elle a apporté au monde technologique. Que j’ai investi beaucoup d’argent dans du matériel au fil des années qui ne marcherait plus ou moins bien si on enlève une partie de cet écosystème.
Et enfin parce que j’aime bien lire macg, ça fait presque 8 ans que je vous suit (et je n’ai que 21 ans, j’vous laisse faire le calcul ^^), et que sans matériel Apple, ça perd un peu de son sens (comment ça c’est pas un vrai argument ?)

Bref, au final j’ai un peu dévié du sujet principal, tout ça pour dire que ça me gave cette pingrerie à tous les niveaux. Que je pense que la marque a perdu de sa superbe et qu’elle nous prend pour des cons.

Sur ce, BONNE ANNÉE à tous, à l’équipe de MacG qui a su perdurer au fil des ans, et en espérant que cette année Apple reprenne du poil de la bête.

avatar malcolmZ07 | 

@foxot

Ils ont arrêté les luckbag , bien avant que leurs ventes "declines" , j'attend les chiffres officiels.

avatar armandgz123 | 

@malcolmZ07

C’était ironique je pense

avatar frankm | 

@malcolmZ07

Oui ça fait longtemps que les promotions ont disparues

avatar guyotlo | 

@foxot

Merci pour ce commentaire très instructif et qui vole haut
Et bonne année !

avatar oomu | 

j'ai tout simplement réduit la voilure : moins d'achats. En particulier mac que je n'ai pas changé ou investit dedans depuis 5 ans.

et rien dans la concurrence me motive d'avantage.

Ce qui est très bien ainsi.

avatar heero | 

Préférable de passer chez Bic Camera &Co, plus de chance de repartir avec du Apple pour moins cher 😁

avatar Ithør | 

Encore un (gros) coup de canif dans le côté cool de la firme à la pomme.
A force de s’entourer de gens qui travaillent dans le luxe et plus des « pirates », ils perdent de vue leur base la plus fidèle pour s’adresser aux « élites ».

avatar pat3 | 

J’aimerais bien que les anciens d’Apple qu’on a interrogé dans tous les sens à propos de Steve Jobs répondent aujourd’hui sincèrement à la question: que pensez-vous de l’Apple d’aujourd’hui ?
Je pense qu’il y a de quoi faire un excellent documentaire avec les réponses…

avatar Brice21 | 

@pat3

Je pense être qualifié pour répondre à la question. Mon premier Mac était un SE/30 en 1987, puis j’ai eu quasi tous les modèles (même des modèles rares comme le TAM) car j’étais dans le pré-presse, puis le « multimédia », puis l’internet (et j’y suis toujours).

J’ai connu le Apple de Steve Job, celui sans Steve, puis le retour de Steve, puis l’Apple de Tim. J’ai été l’agence de communication d’Apple pour quelques projets, ils ont sponsorisé mon émission de télévision et j’ai même formé leur vendeurs. J’ai interviewé Steve Jobs a deux reprises, et je connais tellement bien Apple qu’on m’interview régulièrement dans la presse a son sujet.

L’Apple du passé est idéalisé par ceux qui ne l’ont pas vraiment connu. J’ai souffert des chaînes SCSI et de leurs bouchons, les Macs plantaient non-stop a cause d’extensions systèmes, de barrettes de RAM pourries. Les disques durs devaient régulièrement reconstruire leur index, à tout moment ils pouvaient deconner. Les updates systèmes sortaient n’importe quand, et mettaient le souk dans la compatibilité avec les extensions et pas mal d’applications.

Ils sortaient régulièrement du matériel qu’ils abandonnaient rapidement comme le QuickTake 100 (mon premier appareil photo digital, ADB only et codec disparu), des claviers et souris ADB rendus obsolète a la sortie de l’iMac, des périphérique SCSI (scanner, disque amovibles, ...) rendu obsoletes, des cartes Nubus, le lecteur de CD-Photo Philips, la console de jeu Pippin, le Macintosh TV, des cartes PCMCIA, ... la liste est longue comme le bras. C’était une course permanente à l’obsolescence et à l’incompatibilité.

Mais le Mac était un outil magique aux possibilités fantastiques qui permettait de créer des trucs fantastiques et hors d’atteinte avant le Mac (magazines, livres, cd-rom, vidéos, websites, ...). Bref l’outil avait ses défaut mais il était irremplaçable. En gros on s’en foutait des problèmes, on les contournait, on vivait avec. On était des professionnels ou des passionnés et on avait que ça a faire: creuser les possibilités et limitations techniques de nos bécanes.

Puis l’iMac est arrivé et il s’est agit d’utiliser l’ordinateur pour consommer de l’information et du multimédia, une télé interactive pour les masses populaires. Les acheteurs ont changé. Il ne s’agissait plus de l’élite des créatifs et informaticiens, mais du grand public. Et Apple a commencé à être critiqué à la moindre complication, au plus petit bug. Il fallait que le Mac soit aussi simple à utiliser qu’un grille pain pour graver des CD (les anciens comprendrons).

Puis l’iPhone est arrivé. Et la, le moindre but prenait des proportions dantesques. Le plus petit ralentissement et c’était la révolution dans les chaumières. Puis l’iPad, le premier ordinateur utilisable par des bébés. Tellement simple que les grands parents, les profs, les enfants ont pu l’utiliser. Ses possibilités ont été rabotées, mais à ce prix cet ordinateur est quasi infaillible. Il ne plante jamais.

L’Apple d’aujourd’hui n’a jamais été aussi bon techniquement. Leur logiciels sortent à un rythme jamais atteint sous Steve Jobs (qui se mêlait de tout), et ils n’ont jamais été aussi peu buggés. Le Matos est d’une qualité inimaginable comparé au passé (de plastic), et les prix sont ridiculement bas par rapport au coût invraisemblables des produits Apple s’il y a 20 ans. Une imprimante coûtait le prix d’une voiture. Et mon premier Mac, j’ai mis 2 ans à le payer.

Ce qui a changé c’est qu’Apple s’adresse désormais au tout grand public, incompétent en informatique. Que leur prix ont baissé ce qui les rends accessible à des gens sans aucune compréhension des fondations techniques, de la complexité de cet ensemble de logiciels, qui ont une compréhension mystique de l’informatique. Et ces gens attendent d’outils incroyablement sophistiqué, plus que ce que l’humanité n’a jamais conçu. Plus qu’une fusée interplanétaire, plus qu’un avion de ligne, plus qu’une centrale nucléaire... et les utilisateurs sans rien y comprendre exigent une infaillibilité et des innovations constantes à des prix dérisoires.

Apple n’a jamais été aussi créative, aussi performante, mais ses clients ont terriblement changé.

avatar didloan92 | 

@Brice21

+1 je confirme votre synthèse qui malheureusement peut être rapportée a bien d’autres domaines.

avatar malcolmZ07 | 

@Brice21

Complètement d'accord , la dernière phrase est un bon résumé.
La seule chose qui me manque de "l'époque" est Rosetta, car j'ai un logiciel qui me manque beaucoup et plus mis à jour.

avatar guyotlo | 

@Brice21

Merci pour ce commentaire instructif qui vole haut.
L’année commence bien.
Et très bonne année !

avatar Moumou92 | 

@Brice21

Enfin un commentaire sensé... bonne année!

avatar DG33 | 

@Brice21

J’abonde dans votre sens.
Mon premier Mac date de 1986 (j’ai imprimé avec fierté ma liste de textes pour le bac de Français sur ImageWriter... Amazing !)
Puis j’ai bossé chez des revendeurs Apple (Imagol Paris VI, puis MicroservicE Metz Nancy).
J’y ai vécu bien des succès et déboires d’Apple.
J’ai gardé mon attachement à cette marque extraordinaire, avec un destin, et ce depuis sa naissance et sans doute pour longtemps encore.

avatar IceWizard | 

@Brice21
Merci de ce témoignage. C'est très intéressant. MacG devrait le reprendre pour en faire un article.

avatar fte | 

@Brice21

La perspective est très intéressante.

Mais incomplète. Comparer Apple avec elle-même sans contexte ne dit pas grand chose de la créativité d'Apple (ou d'autres métriques). Apple n'est qu'un rouage d'une industrie plus large. Beaucoup de points soulevés s'appliquent à l'identique à d'autres entreprises du domaine.

L'approche Apple vs Apple serait absolument suffisante et appropriée si "l'opinion publique" n'était pas évoquée à plusieurs reprises. Cette opinion est nécessairement liée à l'état général de l'industrie. Les rayons de laptops dans les supermarchés ne peuvent être ignorés... (exemple)

Grand merci pour ce travail !

avatar oomu | 

@ Brice21

je n'adhère pas à la fin du propos.

Ces dernières années remontrent Apple s'engageant doucement vers la voie des années 90s.

Les prix et renouvellement de gammes décrochent. Les prix s'envolent quand les produits font du surface ou intègrent des ajouts que personne ne désire.

On s'éloigne de la meilleure période d'Apple, celle des années imac-ilife-ipod-iphone.

-
Et si Apple fait du bon matériel, leur logiciel traine la patte. On n'a plus la régularité et amélioration de tous les logiciels des années 2000s.

Ça allait de os x à iLife (toute une panoplie) en passant par Safari et Aperture.

-
Apple est lente car elle n'a plus de motivation.

A mon sens il est pertinent de comparer Apple à Apple. Car si Apple a un grand ennemi, c'est elle-même.

avatar byte_order | 

@Brice21
> ses clients ont terriblement changé.

Mais Apple a tout fait pour que ces clients soient ainsi !

Personne n'a forcé Apple à dumbifier ses produits.
Personne n'a forcé Apple à mettre en place une stratégie où sa clientèle est sous tutelle, encadrée dans ses usages, dans ce qui est bien ou pas, bref, à infantiliser sa clientèle.
Personne n'a forcé Apple à scinder les usages possibles en tactiles vs en non tactiles uniquement, par exemple.
Personne n'a forcé Apple à brider iOS même sur un iPad Pro.
Personne n'a forcé Apple à ne proposer que des tarifs en hausse sur quasi tout son catalogue.
Personne n'a forcé Apple à mettre en place un bridage des perfs CPU et GPU pour dissimuler un problème de dimensionnement des batteries sur une famille d'iPhones et ce sans expliquer ces raisons au client.
Personne n'a forcé Apple à choisir quasi-systématiquement le tout soudé ou le connecteur propriétaire ou la disparition du connecteur pour "faciliter" le rachat plutôt que l'évolutivité et l'interopérabilité.

C'est *sa* stratégie à elle.

Elle a la clientèle qu'elle mérite, et elle a tout fait pour avoir cette clientèle.
Tout simplement parce qu'il n'y a pas assez ni d'informaticiens ni de créatifs - même hors "d'élite" comme vous dites - pour soutenir la rentabilité qu'elle cherchait et désormais au cœur de ses préoccupations.

Elle n'est pas victime d'une clientèle pourrie-gâtée. Elle victime de sa propre stratégie basée sur la captivité massive d'une clientèle aisée qu'elle a infantilisée à dessein.
Ces clients enfants-payeurs se comportent en conséquence, rien de plus.
C'est une face de la *même* pièce de son succès financier.

Par ailleurs :

> Apple n’a jamais été aussi créative, aussi performante

C'est très discutable.
Mais, surtout, cela n'a rien d'exclusif. C'est parfaitement applicable à d'autres entreprises de la HighTech.

Y compris Microsoft. Qui d'ailleurs sort gagnante du concours de la GAFAM la plus valorisée en 2018, assez ironiquement.

avatar Brice21 | 

@byte_order

Je répondais à la question de pat3 sur l’Apple d’aujourd’hui pour ceux qui ont connu l’Apple de l’époque de Steve Jobs.

Si tu me demandes mon avis comparé sur Apple et Microsoft, je répondrais tout autre chose bien entendu. Déjà l’Apple de Tim Cook a une stratégie principalement B2C alors que le MIcrosoft de Satya Nadella ne vise que le B2B. Ils en ont plus rien à caller du grand public. Normal après les échecs de tous les lancements de leur nouveau produits pour les particuliers durant les années Balmer (liste disponible sur demande), ils se réfugient sur leur cœur de cible : les développeurs et les entreprises.

Bref difficile de comparer Caterpillar et Volkswagen.

avatar byte_order | 

@Brice21

1) Performance, créativité et coeur de cible grand public n'ont rien de synonyme. Les entreprises qui "perform" avec une cible qui n'est pas grand public seraient elles moins créatives de ce simple fait !?

2) Le coeur de cible d'une entreprise, c'est l'entreprise qui le décide. Apple y compris.
On a les clients qu'on a capté avec les choix faits pour les capter. Leur comportement est directement lié aux clients ciblés. On ne peut pas à la fois jouer sur l'effet massif du mainstream sur les volumes de vente, sur l'effet premium pour maximiser les recettes et se plaindre d'avoir une clientèle trop exigeante en trop grand nombre. C'est la même cible et des conséquences logiques de ce ciblage.

La clientèle grand public de Microsoft, par exemple, est en effet moins exigeante que celle d'Apple, d'une part parce que c'est plus une clientèle d'entreprise ou traditionnelle qui n'est pas particulièrement à la recherche de promesse "d'usages disruptifs" trop... ben disruptifs justement, la retro-compatibilité comptant aussi pour eux. Mais surtout parce que les tarifs sont nettement moins premium, car la concurrence existe tant sur le matériel que sur les solutions logicielles.

Là encore, des choix fait par l'entreprise.

Apple n'est pas une victime innocence de la situation, elle a créé cette situation et en bénéficie financièrement très largement. Le revers de la médaille est là aussi. Penser que l'on peut avoir qu'un seul côté de la médaille c'est illusoire.

avatar Brice21 | 

@byte_order

Je ne comprends pas du tout de quoi tu parles. Apple ne se plaint pas d’avoir élargit tellement sa base de clientèle qu’elle en est devenue la première entreprise du monde, la plus rentable... et de très loin. Je crois que tu projettes tes frustrations en saisissant l’occasion de ce sujet.

Pour résumer mon point de vue, techniquement Apple est plus avancée qu’à l’époque de Steve: ils conçoivent leur propre implémentation d’ARM pour leur processeurs Axx, leur propre GPU (ils ont rattrapé PowerVR en qq années), Apple conçoit même certaines machines outils qui servent à façonner ses produits. Au plan logiciel, Apple lance 5 nouvelles versions d’OS par an, qui était inimaginable à l’époque chaotique de Steve, malgré le génie d’Avie Tevanian. Ils sont passé de la boutique à l’industrie. Question innovation l’ère Tim (7 ans depuis le décès de Steve en 2011) a vu naître l’Apple TV (ARM), HomeKit, l’Apple Watch (passée en 2 ans première marque de monde devant Rolex en revenus), HealthKit, le rachat de Beat pour 3 milliards (Steve n’aurait jamais casqué), puis le lancement d’AppleMusic, le HomePod (aux innovations dans le domaine du son avec ses 6 micros et 7 haut parleurs), ARkit, Continuity, iCloud Drive (il faut imaginer les immenses Data Centers qui rendent la synchronisation de tous vos documents possible, le terabyte cloud le moins cher du marché), le nouveau language Swift, etc. En fait les innovations se succèdent à un rythme effréné plus rapide qu’à l’époque de Steve.

Mais les enfants gâtés ne sont jamais contents. Continuez à râler, Apple avance. Et continuera à innover car ce que Steve a réussit c’est à distiller une culture d’entreprise pérenne, et des valeurs qui attirent les meilleurs talents. Et ça c’est son vrai leg.

avatar Samigny | 

@Brice21

Merci pour votre témoignage et ces détails passionnants. Un vrai documentaire.

J’ai appris énormément en vous lisant. On sent le passionné mais vous restez factuel. Et les faits parlent d’eux-mêmes.

Il est toutefois vrai que la concurrence n’a jamais été aussi rude et ne peut désormais plus être ignorée par Apple.
Les Samsung et SURTOUT les marques chinoises ont beaucoup « progressé » (= copié - plagié - espionné...) et en proposent (ou en tout cas semblent en proposer) beaucoup pour bien moins cher.
Donc le doute peut rapidement s’installer, surtout quand on n’est pas connaisseur.

Tous ceux qui utilisent les produits Apple et les connaissent savent que certains détails n’en sont pas justement et justifient un positionnement premium.
Mais attention à ne pas trop prendre les gens pour des pigeons Mr Cook... 2018 restera, je pense un tournant, comme l’augmentation de trop du carburant chez nous 😝

CONNEXION UTILISATEUR