Économie circulaire : Amazon ne pourra plus détruire les invendus encore viables

Mickaël Bazoge |

La destruction par Amazon d’un volume considérable d’invendus pousse le gouvernement à réagir. Sur M6, l’émission Capital de ce dimanche a montré que le géant du commerce en ligne ne prenait aucun gant pour se débarrasser des produits qui ne trouvaient pas preneurs : 300 000 objets neufs (couches, machines à pop-corn, jouets, etc. dans leurs emballages d’origine) ont ainsi été jetés en l’espace de trois mois dans l’entrepôt de Chalon-sur-Saône. Amazon en possède quatre autres en France, à Montélimar, Orléans, Amiens et Lille.

Un entrepôt Amazon à Madrid. CC BY 2.0.

Selon les estimations de la CGT, Amazon aurait procédé à la destruction de 3,2 millions d’invendus l’an dernier, rien qu’en France. D’après une employée interrogée par le journaliste de l’émission — embauché incognito à l’entrepôt de Chalon-sur-Saône —, de 70% à 80% des produits jetés demeurent vendables…

Amazon a mis en place une politique de stockage particulièrement onéreuse pour les vendeurs tiers. Il leur en coûte si cher pour stocker leurs marchandises sur le moyen terme que ces derniers préfèrent autoriser Amazon à détruire les invendus qui prennent de la place dans les entrepôts, plutôt que de les rapatrier. Mise en cause dans ce système, l’entreprise n’a pas voulu commenter officiellement.

Sur le plateau de l’émission, Brune Poirson a vivement réagi : la loi sur l’économie circulaire, qui sera examinée dans les prochains mois au Parlement, contiendra une mesure visant à interdire cette pratique de la destruction des invendus. « Des entreprises, comme par exemple Amazon, ne pourront plus jeter des produits qui sont encore consommables », a assuré la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique.

La loi va même aller plus loin, en considérant les plateformes comme « responsables par défaut de la fin de vie des produits qu’elles commercialisent ». De plus, les entreprises « ne pourront pas non plus rendre impropres à la consommation des produits qui pourraient être encore utilisables : pour cela, elles devront se débrouiller et trouver des solutions » a aussi indiqué Brune Poirson.

Voilà qui ouvre de nouvelles opportunités pour les reconditionneurs et pour les consommateurs en quête de bonnes affaires… La loi sur l’économie circulaire comprend aussi un « indice de réparabilité » des produits ainsi que des mesures pour combattre l’obsolescence programmée.

Tags
avatar guill_old | 

Amazon va vite trouver une solution en faisant reposer le coût aux vendeurs... comme la société le fait déjà.

avatar lmouillart | 

Il n'y a donc pas de solution à trouver vu qu'elle existe déjà. RIP les vendeurs tiers qui gèrent mal leur stocks et prévisions de vente. Au moins ça fera du ménage.

avatar lulubotine | 

C’est juste gerbant

Je pèse mes mots

avatar dperetti | 

Afin que vous puissiez "gerber" à bon escient... ce qu'on a "oublié" de vous dire, c'est qu'Amazon (ou tout autre commerçant) ne peut pas, ne serait-ce même *donner* un invendu, car il doit dans ce cas de figure s'acquitter lui-même (à la place du consommateur) de la TVA normalement due sur ce produit. Seuls les excédents alimentaires donnés à des banques alimentaires échappent à ce mécanisme.

avatar SartMatt | 

C'est faux. Il doit seulement s'acquitter de la TVA sur l'achat de ces marchandises, car elle ne peut plus être déduite.

Ce qui ne s'applique donc pas à l'écrasante majorité de ces marchandises, qui ont été achetées hors de France et/ou par des entreprises basées hors de France, donc sans TVA.

De plus, la déductibilité de la TVA est maintenue quand les dons sont faits à des associations qui envoient ensuite ces produits à l'étranger dans le cadre de missions humanitaires ou à des associations reconnues d'utilité publique.

Voir explications ici : https://lentreprise.lexpress.fr/gestion-fiscalite/impots-taxes/la-reglem...

avatar CorbeilleNews | 

Charge aux consommateurs de ne pas acheter sur ce genre de site eco irresponsable, s'il fallait encore le prouver !!!

Ah la course en avant et le capitalisme, on a pas trouvé mieux pour ... détruire la planète et des emplois au profit de quelques uns ...

avatar Max1000du35 | 

@CorbeilleNews

Perso, j’achète et continuerai d’acheter sur ce site dont les tarifs sont toujours aussi intéressants
Vu ce que je paye en impôt, ou plutôt ce que l’Etat me spolie, il est hors de question que je sois soumis à une double peine

avatar ever1 | 

@Max1000du35

Très malin comme commentaire

avatar Max1000du35 | 

@ever1

Je sais

avatar warmac33 | 

@ ever1
tu peux ne pas être d'accord, mais de là à sous-entendre que c'est idiot car en désaccord avec ta vision de l'économie...
qu'il y ait un gaspillage gerbant on est entièrement d'accord, il n'empêche qu'aussi discutables soient les pratiques d'amazon, on ne peut reprocher aux gens de faire la chasse aux bonnes affaires
personnellement j'achète maintenant énormément de produits sur des sites étrangers (amazon.it, joybuy, fasttech, aliexpress...) : moi aussi je paye des sommes dingues en ISR (quand 56% de la population ne le paye pas...), en taxe sur l'essence, en taxe foncière, en urssaf, CSG, taxe sur les entreprises, taxe d'habitation... donc à un moment t'en a marre de passer pour une vache à lait. Sur ces sites j'esquive déjà 20% de TVA et ça me va très bien : 426 euros pour le dernier oneplus 6T.

avatar Ventola7 | 

@Max1000du35

+1

Je veux bien comprendre qu’on soit quelque peu choqué par le manque de conscience environnementale que véhiculent tes propos, mais je les soutiens dans le fait que le citoyen lambda n’ait pas à subir le manque de courage et de responsabilité de nos politiques...

Tant qu’on continuera à taxer aussi lourdement le travailleur en évitant d’imposer une taxation sur le produit, dont le taux dépendrait directement de son empreinte écologique, alors cette situation inacceptable perdurera jusqu’au jour où nous disparaîtrons tous de cette planète devenue inhospitalière ... Une réforme de ce type à l’échelle européenne serait déjà un premier pas pour éviter cela.

Une question de troll pour terminer...

Que choisisseriez-vous entre 1kg de pomme à 2€ made in Nouvelle-Zélande ou 1kg de pomme à 3€ made in France si vous aviez du mal à boucler vos fins de mois ?

Vous connaissez ma réponse mais cette question ne devrait même pas exister si une fiscalité plus cohérente était appliquée à l’échelle européenne ...

avatar Max1000du35 | 

@Ventola7

Je ne mange pas de pommes... celles de France
Mais là, c’est aussi une question de goût du fruit
J’achète tous mes produits Apple en import, je récupère logiquement une partie de l’argent qui sort de ma poche sans que je n’en vois la couleur

avatar Ventola7 | 

@Max1000du35

Au delà de toute considération sur le type de fruit, son goût ou sa couleur, es-tu prêt à payer plus cher pour un produit qui t’apporte la même satisfaction si tu touches le smic ?

avatar Max1000du35 | 

@Ventola7

Tout dépend du type de produit mais ce qui est sûr, c’est que quel que soit mon salaire, je prendrai de la qualité

avatar Derw | 

@Ventola7
"Au delà de toute considération sur le type de fruit, son goût ou sa couleur, es-tu prêt à payer plus cher pour un produit qui t’apporte la même satisfaction si tu touches le smic ?"

Pour cet exemple précis : des pommes bio du producteur voisin, qui ne sont pas plus cher que les pommes pas bio de Nouvelle-Zélande, vu qu’il n’y a pas d’intrant à payer pour le producteur, pas de frais de transport et pas d’intermédiaires. De plus, si je vais les cueillir moi-même, elles sont moins chères que celles de Nouvelles-Zélande…

Pour reprendre ta question dans un sens plus général : " es-tu prêt à payer plus cher pour un produit qui t’apporte la même satisfaction si tu touches le smic ? " Dans la mesure du possible oui, parce que j’ai pris conscience que mes choix de consommation influencent directement le monde dans lequel je vis et surtout celui dans lequel vivront mes enfants. Si ce n’est pas possible je me poserais alors la question de savoir si j’ai vraiment besoin de ce produit ou je je souhaite juste l’acheté parce que j’ai été incité à le faire par la société de consommation (pub, besoin de paraître, envie de nouveauté…). Si le réponse est non, je laisse tomber. Si la réponse est oui (alimentaire par exemple), tant pis, je passerais outre mes convictions… Mais cela ne peut s’appliquer à des " machines à pop-corn, jouets, etc… ". Des couches peut-être… D’ailleurs dans ta question tu précise " apporte la même satisfaction ". Il y a justement un point important ici : un produit qui participe plus à la destruction de l’environnement qu’un autre identique par ailleurs, ne peut pas me satisfaire autant…

avatar Ventola7 | 

@Derw

Très juste ! J’adore ton dernier paragraphe ! Si tous les citoyens de ce monde pouvaient penser comme toi, alors il y aurait espoir d’un monde meilleur ! Peut-être qu’il faudra encore vivre des catastrophes naturelles encore plus dramatiques et marquantes que les actuelles pour réveiller les piètres consommateurs que nous sommes (et j’en fais partie parfois !).

Je trouve inacceptable que des denrées importées puissent arriver à concurrencer des denrées locales au niveau des prix ... Il arrive souvent que le producteur local soit incapable de vendre ses produits au même prix que ceux qui ont traversé le globe en cargo. Tant que des mesures fortes ne sont pas adoptées par nos décideurs pour éviter toute situation semblable, alors il n’y aura pas d’espoir...
Je ne parle même pas des biens qui ne rentrent pas dans la catégorie « première nécessité ». Ceux-là doivent subir une taxe d’impact environnemental TIE qui remplacerait cette stupide TVA...
P.S. : Un iPhone n’est pas un produit de « premier nécessité » ?

avatar fte | 

@Ventola7

"P.S. : Un iPhone n’est pas un produit de « premier nécessité » ?"

Un smartphone l’est, aujourd’hui.

La question vaut bac philo, mais l’argument dans ce sens est aisé.

avatar Derw | 

@fte

"Un smartphone l’est, aujourd’hui."

Pour être plus précis : un smartphone est TRÈS utile aujourd'hui (je connais des personnes qui vivent dans notre société sans smartphone, avec un mobile "à l’ancienne" et un ordinateur pour internet, et d’autres qui vivent "un peu en décalage " de notre société sans rien de tout ça), et sera peut-être indispensable demain. Mais un smartphone n’est pas forcément un iPhone. Donc non, " Un iPhone n’est pas un produit de « premier nécessité » "…

avatar Derw | 

@Ventola7
"Je trouve inacceptable que des denrées importées puissent arriver à concurrencer des denrées locales au niveau des prix ..."

Je suis d’accord avec vous, mais il ne faut pas que ce soit traité par du protectionnisme simpliste, il y a d’autres voies…

"Ceux-là doivent subir une taxe d’impact environnemental TIE qui remplacerait cette stupide TVA..."

La TVA n’est pas stupide, elle est juste inadaptée aux pratiques et enjeux modernes. Mais la philosophie sous-jacente (imposer ceux qui on les moyens de consommer) continue à être en partie valable. La remplacer par une autre taxe, oui, sûrement. La supprimer simplement, je ne pense pas que ce soit une bonne idée.

avatar daxr1der | 

@Max1000du35

si tu as pas peur pour ton compte et ta cb redye sur Amazon ? tous les comptes ont été piratés il y a pas longtemps

avatar Max1000du35 | 

@daxr1der

Le fisc s’en est déjà occupé, du piratage

avatar CorbeilleNews | 

@Max1000du35

Je comprend votre position mais si on impose des choses pour un bien "commun" il y en a toujours qui voient uniquement leur propre intérêt. Votre discours en est la preuve.

Je préfère prendre sur moi et me passer au maximum de ce genre de site, qui au final joue en plus l'égoïsme en faisant tout pour participer le moins possible à l'économie de la société.

avatar Max1000du35 | 

@CorbeilleNews

Vu que je paye en impôt par rapport à ce que je gagne, je ne pense pas être égoïste
Pour comparer, c’est comme celui qui travaille avec des soins mal remboursés et celui qui a la CMU sans aucun revenu

avatar iTroll | 

Il faudrait qu'un communiste explique aux autres comment le vilain capitaliste va faire pour gagner de l'argent en jetant des objets, je suis curieux. Ah au fait c'est le tiers qui jette, pas Amazon.

J'adore aussi le reportage qui tombe juste quand il faut, avec interview de ministre dans la foulée et une loi juste après. Quelle coincidence dites donc.

avatar DDivo | 

@iTroll

Et alors ? En quoi c’est un problème cette coïncidence ? On appelle ça de la com’, de la sensibilisation au sujet, puis une loi; je ne vois absolument pas le problème. Bien au contraire !
Faut arrêter de voir le mal partout.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR