WhatsApp, Apple : les autorités britanniques veulent des portes dérobées

Mickaël Bazoge |

Le débat autour du chiffrement a rebondi la semaine dernière, suite à l’attaque terroriste perpétré par Khalid Masood à Londres, qui a fait quatre morts et des dizaines de blessés. D’après l’enquête, deux minutes avant son acte, il s’est connecté à la messagerie WhatsApp qui chiffre les conversations de bout en bout. Impossible donc de consulter les messages envoyés ou reçus.

Amber Rudd, la secrétaire d’État à l’Intérieur, a estimé sur la BBC que les terroristes ne devaient avoir « aucun endroit où se cacher » et qu’il était « inacceptable » de ne pouvoir accéder à ces messages. Il faut que les services secrets puissent consulter les conversations, y compris dans les messageries chiffrées. La secrétaire d’État a également fait savoir qu’elle allait rencontrer des sociétés high-tech cette semaine pour évoquer ce sujet délicat.

Amber Rudd.Cliquer pour agrandir

Du côté de WhatsApp, on se dit « horrifié par l’attaque », et on assure de sa coopération avec les autorités britanniques. Mais il est peu probable que la messagerie puisse livrer les informations réclamées par Amber Rudd : le chiffrement protège la confidentialité des échanges… à moins bien sûr d’installer une porte dérobée qui pourrait être mise à profit par des pirates.

« Nous devons nous assurer que des organisations comme WhatsApp, et il y en a beaucoup d’autres comme cela, ne deviennent pas des endroits secrets où les terroristes peuvent communiquer entre eux », estime Rudd, qui s’en prend également à Apple : « Je demanderai à Tim Cook de réfléchir à d’autres moyens de nous aider à nous sortir de situations comme [le chiffrement de] WhatsApp sur les téléphones Apple ».

Aussi bien Apple que Facebook, propriétaire de WhatsApp, ont déjà fait savoir que leur priorité allait à la protection des données de leurs utilisateurs. Le discours des autorités britanniques fait écho à celui entendu de ce côté-ci de la Manche : Bernard Cazeneuve, ancien ministre de l’Intérieur et actuel Premier ministre, a réclamé une action internationale contre le chiffrement.

avatar fte | 

@byte_order

Mince, ils pourraient voter en état d'ébriété et quitter l'Europe.

avatar byte_order | 

Si même les zombies britaniques morts d'alcolisme votent pour le Brexit, mais où va-t-on !?

avatar fte | 

En tout cas pas vers le Brewxit.

avatar Phiphi | 

Dans un monde totalitaire, les autoritaires ont TOUJOURS un mandat pour TOUT ce qu'ils désirent.

avatar Pas-un-philosophe | 

Pendant la guerre froide, le renseignement était énorme, et les suspicions d'agents dormants très fortes, pourtant on n'en a trouvé quasiment aucun. Donc de là à servir de pronostic quant à l'utilité pour ces couteux et liberticides systèmes, il n'y a qu'un pas.

avatar MarcMame | 

Pendant ce temps là, les hauts dignitaires de Corée du Nord se marrent bien et Georges Orwell n'en finit plus de se retourner dans sa tombe.

avatar r e m y | 

Je m'etonne que l'ami Poutine ne se joigne pas à ces requêtes !

Ça pourrait l'aider de pouvoir surveiller ainsi ses concitoyens en temps réel et en continu et procéder à des arrestations ciblées des fauteurs de roubles.
Au lieu de ça, il est obligé d'attendre qu'ils descendent dans la rue pour aller les cueillir par paquets de mille et faire le tri ensuite. Quelle perte de temps et gaspillage des deniers publics!

avatar Romuald | 

Fauteur de roubles...

Joli !

avatar r e m y | 

@Romuald

Il y a quelques perles du correcteur que je laisse passer quand elles sont de ce niveau! : )

avatar EBLIS | 

Oui effectivement très joli :-)

avatar occam | 

Voyons :
- Khalid Masood est un converti.
- Il a un long passé de petit criminel.
- Il a fait de la prison à plusieurs reprises.
- Il a fait plusieurs séjours en Arabie Saoudite.
- Il a déjà fait l'objet d'investigations pour cause de soupçons de violences terroristes, bien avant la crise de Syrie et l'essor de Daech.
(Cf. extrait du rapport de la BBC en fin de commentaire)

DONC :
C'est WhatsApp qui est en cause.
CQFD.

Vive la logique, nous vivons une époque moderne.

Selon la BBC :
« However, Theresa May added that "some years ago" he was "once investigated in relation to concerns about violent extremism".
She went on: "He was a peripheral figure [in that investigation]. The case is historic - he was not part of the current intelligence picture.
"There was no prior intelligence of his intent or of the plot."

The BBC has learnt that the investigation pre-dates the height of the Syria and "Islamic State" crisis. What does it mean that he was a "peripheral figure"? »

avatar r e m y | 

@occam

[mode mauvaise foi: ON]
Ben c'est évident! À l'époque où WhatsApp n'existait pas, il n'a jamais commis d'attentat!

avatar IceWizard | 

@occamn
"DONC :
C'est WhatsApp qui est en cause.
CQFD."

La cause c'est les jeux vidéo violents.

avatar EBLIS | 

@IceWizard
J'ai moi même arrêté les FPS, j'ai peur de me radicaliser à mon propre insu. Ça pourrait me mener à faire de grosses conneries et de laisser mon permis de conduire ou ma carte d'identité sur place.

avatar rikki finefleur | 

@occam

Non, c'est juste que what apps fournit des armes ou moyens électroniques pour fomenter et servir lors des attentats, et que ces moyens sont non contrôlables par la justice ou la sécurité intérieure.

Si je comprends bien votre démarche , ou votre raisonnement , on devrait en france , vendre des armes en supermarché, car les armes ne font pas les criminels ni ne les aident.
Donc libéralisons le commerce d'armes, de grenades et toutes panoplies utiles.

avatar IceWizard | 

@rikki finefleur
"Non, c'est juste que what apps fournit des armes ou moyens électroniques pour fomenter et servir lors des attentats, et que ces moyens sont non contrôlables par la justice ou la sécurité intérieure."

Rikki, t'as pensé à acheter du papier toilette rose ?

(Et paf, je viens d'utiliser une phrase codée pour lancer une opération. Faut-il interdire le Rikki, non contrôlable par la justice et la sécurité intérieure ?)

avatar rikki finefleur | 

IceWizard
Non mais faire croire que la communication électronique n'est pas une composante majeure aujourd'hui dans les actions militaires ou criminelles , est juste mentir.
Certes l'électronique ne tue pas en elle même , mais elle aide à mener cette action.

Et si on remonte l'histoire, il faut évoquer les radars terrestres (embarqués oui non )pour détecter les ennemis, puis ensuite elle fut appliquée par la suite aux tirs de missiles, et à leurs conduites. Comme on le voit ce n'est pas elle qui tue.

Aujourd'hui la communication (electronique ou non) entre objets ou entre hommes rentrent totalement dans cet aspect.
La faire passer pour élément mineur dans des actions terroristes ou simplement criminelles est une faute.

avatar EBLIS | 

@rikki

Pour te reprendre au mot je dirai :

"non mais faire croire que la communication électronique EST une composante majeure aujourd'hui dans les actions militaires ou criminelles , est juste mentir."

avatar rikki finefleur | 

EBLIS
Si tu le crois tant mieux pour toi.

Malheureusement pour mener des actions, ou bien antérieurement ou postérieurement pour étudier un environnement d'un individu ou d'un groupe, les communications sont une composante majeure.

D'autant qu'en plus les communications outre leurs informations donnent des infos de déplacement ou de regroupement d'individus.

avatar Abd Salam | 

@rikki finefleur

Les terroristes islamistes ont adopté un système de cellules éclatées plutôt qu'une grosse structure pyramidale...

Justement pour déjouer les techniques de filatures et d'écoutes téléphoniques du Mossad (et probablement de la CIA),

Car identifier un individu ne permet pas de remonter toute l'organisation !

Il est impératif face aux moyens d'un État, que chaque membre ignore le véritable nom de son collègue... voir même l'existence des autres comparses...

Même sous la torture, on peut rien faire dévoiler.

P.S. : hâte qu'on autorise la torture, ça peut sauver des vies... vive le tout sécuritaire !)

avatar occam | 

@rikki finefleur

À part votre non sequitur absolu au sujet d'une hypothétique libéralisation des ventes d'armes en France — libéralisation à l'américaine, qui mériterait un commentaire approfondi — vous mettez en cause une classe d'apps de communication dont vous affirmez qu'elle « fournit des armes ou moyens électroniques pour fomenter et servir lors des attentats ».

Examinons les implications de cette affirmation.

Qu'est-ce qui ne correspondrait PAS à une arme ou un auxiliaire utilisable par des terroristes, selon votre définition ?

En toute logique, il faudrait bannir
- les téléphones
- les modems
- les antennes
- les réseaux
- les engrais
- l'essence
- les clous
- les tuyaux
- les couteaux de cuisine
- les haches de bucheron
- les voitures
- les camions
- les trains
- les avions
et seule une tendresse résiduelle pour l'oeuvre de Jacques Prévert m'empêche d'ajouter à cette liste les bateaux à voile et les ratons laveurs.

Il restera toujours des poings pour frapper et des mains pour étrangler. Sans doute faudra-t-il toutes les trancher.
Mais étant donné qu'elles n'exécutent que les crimes que leurs têtes leur ordonnent de commettre, il serait plus judicieux de commencer par trancher ces dernières.
Toutes.
Par mesure de précaution.

avatar Abd Salam | 

@occam

Beaucoup trop de responsables politiques aiment des "solutions simples" à des problèmes complexes !

Leur solution géniale, carrément miraculeuse (surtout en Europe) est : interdire.

avatar occam | 

@Abd Salam

Cette fois, nous sommes bien d'accord, et je m'empresse de le souligner.

avatar rikki finefleur | 

@occam

Non les communications sont un moyen important pour mener des actions.
Imagines tu des criminels , ou une armée sans aucun moyen de communication ??
Après on peut toujours faire le guignol et dire n'importe quoi comme ton exposé.

avatar Abd Salam | 

@rikki finefleur

Dans ce cas, il faut interdire toutes formes de communication !

Pas seulement les méthodes de chiffrement "officielles"...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR